Samuel Asselin est davantage reconnu pour ses buts, comme sur cette photo, que ses coups illégaux.

Remparts/Mooseheads : Asselin suspendu

HALIFAX — Le meilleur buteur de la LHJMQ regardera le deuxième match de la série Québec-Halifax de la passerelle, samedi soir. Le centre des Mooseheads Samuel Asselin a été suspendu pour un match à la suite de son plaquage par-derrière de vendredi, dans la victoire des Remparts.

Avec l’absence de Benoît-Olivier Groulx, rentré à Gatineau pour soigner une mononucléose, les Remparts affronteront donc des Mooseheads en retard 1-0 dans la série huitième de finale quatre de sept et privés de leurs deux meilleurs joueurs de centre en Asselin et Groulx.

L’entraîneur-chef des Mooseheads, Éric Veilleux, a refusé de commenter la peine d’un match imposée par la ligue à son numéro 72 pour le coup porté à Thomas Caron vendredi soir, au Centre Scotiabank. En deuxième période, dans le coin de la patinoire avec la rondelle, Caron était face à la rampe, à courte distance, et y a abouti tête première.

Asselin, 20 ans, n’est toutefois pas reconnu pour son jeu rude, mais plutôt pour ses 48 buts en saison régulière, un sommet. Sur le coup, il a écopé d’une pénalité majeure de cinq minutes et a été expulsé de la rencontre.

«Notre force, c’est la profondeur de notre alignement, surtout au centre : Groulx, Asselin, [Keith] Getson. [Antoine] Morand joue à l’aile parce que je ne pense vraiment pas qu’un de ces joueurs-là est un centre de quatrième trio. On a l’habitude de mettre Morand à l’aile, mais là, il en reste deux sur quatre», a quand même détaillé Veilleux, rencontré samedi matin à l’aréna, juste après avoir appris la mauvaise nouvelle.

«[Joel] Bishop est capable de jouer au centre, [Brock] Mcleod est très bon joueur de centre. Ce n’est pas quelque chose qui me dérange. Je vais coacher la game comme celle de vendredi», a assuré le pilote d’expérience, dont les deux premiers trios seront donc pivotés par Getson et Morand.

«Plus de peur que de mal»

Aussi croisé à l’aréna samedi matin, puis plus tard dans l’ascenseur de l’hôtel, Caron disait pour sa part avoir eu «plus de peur que de mal». Malgré de longs instants avant de se relever, l’ailier n’a pas souffert de maux de tête par la suite et sera au poste samedi pour le match numéro 2.

Caron a connu une soirée physiquement occupée, vendredi. Avant d’encaisser le coup d’Asselin, il s’était battu avec Jared McIsaac, en première période, à la suite d’une dure mise en échec de sa part. Seule une douleur au genou semblait rester de cette grosse journée au boulot, mais rien pour l’empêcher de jouer, a-t-il confirmé.