Hunter Holmes
Hunter Holmes

Remparts: Hunter Holmes comme un bon vin ontarien

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
- «Ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance de discuter avec un nouveau recordman», lui dit-on d’entrée de jeu. - «Je suis détenteur de quel record ?», demande-t-il, incrédule. - «Le plus de jours passés en quarantaine par un joueur de la LHJMQ…» - «Haha ha… Eh oui ! C’est bien moi.»

À peine sorti de deux quarantaines de 14 jours en l’espace d’un mois, l’attaquant des Remparts de Québec Hunter Holmes apprécie de se retrouver sur la patinoire du Centre Vidéotron, où il occupe l’un des trois casiers réservés aux joueurs de 20 ans de l’équipe. Pour lui, l’attente fut longue, mais il savait ce qui l’attendait au bout des 28 jours passés en isolement.

«Quand je suis allé voir ma copine qui habite près de Detroit [aux États-Unis], je savais que je devais faire une quarantaine à mon retour en Ontario. Par contre, j’ignorais que je devais en faire également une à mon arrivée à Québec. Dès que j’ai fini la première, j’ai sauté dans mon auto et j’ai mis le cap sur Québec pour me taper la deuxième», raconte celui qui avait raté les premiers jours du camp d’entraînement pour ces raisons.

Holmes avait pu se rendre aux États-Unis en voyageant par avion, la raison de son déplacement étant jugé acceptable par les autorités américaines. Il retournait ainsi passer quelques jours près de Flint, une ville américaine qui loge le club de la Ligue junior majeur de l’Ontario avec lequel il s’alignait avant de débarquer chez les Remparts.

«Je n’avais pas vu ma blonde depuis longtemps et il se passera encore plusieurs mois avant qu’on puisse se revoir, je pensais que c’était une bonne idée d’aller lui rendre visite. Au cours de la prochaine saison, on ne se verra pas beaucoup, à part sur Facetime», admettait le joueur natif de Niagara-on-the-Lake, une petite municipalité ontarienne réputée pour ses nombreux vignobles.

Ça tombe bien, puisque Holmes est comme le bon vin. Il s’améliore avec le temps. Mis à l’essai et sous contrat en qualité de joueur autonome, la saison dernière, il a assez impressionné la direction de l’équipe pour qu’on lui réserve l’un des trois postes de joueurs de 20 ans, cette saison, les autres appartenant à l’attaquant Thomas Caron et au gardien Thomas Sigouin.

«Je voyais ma venue à Québec comme étant une seconde chance et j’ai essayé de la saisir. Je suis honoré de voir que les Remparts croient en moi au point de faire appel à mes services pour être l’un des leaders de cette jeune équipe. Je suis peut-être le joueur de l’équipe qui compte le plus d’expérience et de match joués dans la Ligue canadienne [LCH], je pense être une bonne ressource pour les jeunes», expliquait celui qui a disputé 38 matchs dans la LHJMQ et 190 dans l’OHL en quatre saisons. Il présente une fiche globale de 38 buts et 84 points, dont 9 buts et 20 points en 38 avec les Remparts.

«À son arrivée, je n’avais aucune attente, sauf que j’ai vite adoré sa personnalité et j’ai découvert un bon gars d’équipe. On aimait sa manière de se comporter à l’extérieur de la patinoire, et en l’observant sur la glace, on a vu qu’il avait un beau potentiel et que son jeu pouvait passer à un autre niveau avec un peu de confiance. Ça nous a permis de penser qu’il pouvait devenir l’un de nos 20 ans, ce qui a fait en sorte qu’on a pu échanger [Andrew] Coxhead [à Rimouski contre Cole Cormier, notamment]. J’aime sa polyvalence, il peut jouer sur le jeu de puissance et en désavantage numérique, mais aussi au centre ou à l’aile. Chaque fois que tu rentres un joueur dans ton to-9 sans avoir à payer en retour, c’est un bonus pour n’importe quelle équipe», indiquait l’entraîneur-chef à propos du vétéran.

Le principal intéressé sait ce qu’on attend de lui. Il est prêt à remplir son rôle et apporter sa contribution au succès de l’équipe. 

«J’aime à penser qu’ils apprécient ma façon de jouer et ma compréhension du jeu. J’ai été utilisé à toutes les sauces, l’an passé, j’aime avoir le plus de temps de glace possible, mais ce qui m’importe, c’est que l’équipe gagne. Bien sûr, j’ai des objectifs personnels que je garde toujours pour moi, mais je veux améliorer ma production de l’année précédente et grandir comme joueur et comme personne. J’ai l’occasion de botter la canisse une autre fois dans l’espoir d’obtenir une invitation de la part d’une équipe de la LNH, ce qui est le but de tout joueur junior. Mais je veux d’abord voir l’équipe connaître du succès et avoir du plaisir», précisait celui qui apprécie la qualité des jeunes joueurs à ses côtés.

En regardant autour de lui, il pense que les Remparts possèdent le talent requis pour connaître du succès. Il formera un trio avec Thomas Caron et Gabriel Montreuil, deux autres joueurs d’expérience.

«Je pense qu’on peut faire du bruit dans la Ligue. On sera en mesure de rivaliser avec tout le monde. On jouera 12 fois contre les cinq mêmes équipes, cette saison, on n’aura aucune excuse parce que chaque soir, on saura à quoi s’attendre de l’adversaire», notait celui dont plusieurs amis sont des producteurs de vin dans sa région.