Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’offensive avait le vent dans le dos dans le match entre les Remparts et l'Océanic, dimanche.
L’offensive avait le vent dans le dos dans le match entre les Remparts et l'Océanic, dimanche.

Remparts 5/Océanic 7: véritable festival offensif à Rimouski

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Si le match de dimanche devait être le dernier de Zachary Bolduc à Rimouski dans l’uniforme de l’Océanic, il pourra se dire qu’il a participé à un véritable festival offensif remporté 7-5 par les siens aux dépens des Remparts de Québec, dimanche, en conclusion du premier week-end dans l’événement en environnement protégé au Colisée Financière Sun Life.

À l’approche de la fin de la période prolongée des transactions dans la LHJMQ, lundi midi, l’entraîneur-chef Serge Beausoleil a été clair à propos de l’avenir de son joyau de 17 ans.

«Je suis rejoignable jusqu’à demain [lundi] midi, mais quand ça va être pour Zachary Bolduc, je ne répondrai pas au téléphone», disait-il après avoir vu sa troupe mettre fin à une séquence de six défaites.

Les deux équipes tournées vers l’avenir ont offert tout un spectacle offensif, dimanche. Des buts à la tonne, un lancer de punition, un changement de gardien de chaque côté. Bref, que l’on soit d’un bord ou de l’autre, c’est l’offensive qui avait le vent dans le dos.

«On n’a pas été très bon défensivement, on a causé beaucoup de revirements qui ont mené à plusieurs buts. L’Océanic a bien travaillé offensivement, ils ont bougé la rondelle et fait preuve d’opportuniste, mais il faut être meilleur défensivement, peu importe l’adversaire. Je ne dis pas qu’on a eu un relâchement, mais nous avons eu une moins bonne implication que samedi», notait l’entraîneur-chef des Remparts, Patrick Roy.

À l’instar de son homologue, il jasera aussi au téléphone jusqu’à lundi midi.

«On regarde pour certaines petites choses, mais il n’y a rien de concret pour le moment. On va toujours chercher à améliorer l’équipe, mais comme il n’y aura possiblement pas de Coupe Memorial, qu’on joue moins de matchs et qu’on ne sait pas si la pandémie va perdurer jusqu’en novembre ou décembre prochain, ça nous permet d’attendre pour voir comment ça va se dérouler», expliquait Roy.

Douze buts

La deuxième période fut particulièrement animée avec un total de six, soit trois de chaque côté, permettant à l’Océanic de rentrer au vestiaire avec une avance d’un but (5-4) après 40 minutes.

Coup sur coup, Océanic et Remparts ont pris la même décision en remplaçant leur gardien partant. Jonathan Labrie a pris la place de Raphaël Audet après le troisième but des Remparts aux dépens de ce dernier tandis que William Rousseau cédait sa place à Thomas Sigouin après le cinquième filet de l’Océanic.

«Je sentais que sa confiance commençait à diminuer, on ne veut pas le brûler non plus. On n’a pas été bon défensivement devant lui, mais il y a des rondelles qui sont passées à travers lui, il faudra que William se ressaisisse», soulignait Roy à propos du retrait de Rousseau.

À son premier match cette saison, l’ailier tchèque Adam Raska donné le ton en ouvrant la marque en première, Nathan Ouellet (2), Alexander Gaudio, Jacob Mathieu, Ludovic Soucy et Alex Drover en faisant autant par la suite pour Rimouski.

«Le retour de Raska est l’une des causes de notre performance. Il est un joueur de premier plan, c’est de la dynamite, autant dans le vestiaire que sur la glace. Il a été une bougie d’allumage. Dans l’ensemble, je suis très heureux de la victoire et de la façon que les gars ont réagi», soulignait Beausoleil, aussi élogieux à l’endroit des nouveaux visages dans l’équipe et de la réponse des vétérans à la suite de la défaite de vendredi.

Les deux buts Soucy et Drover en l’espace de 28 secondes en troisième période ont permis à l’Océanic de se sauver avec leur cinquième victoire de la saison et d’imposer un troisième revers aux Remparts en 10 matchs

Si Pierrick Dubé (4e et 5e) a raté un lancer de punition en fin de première pour les Remparts, il s’est repris en touchant la cible deux fois par après. Théo Rochette (5e),  Evan Nause (2e) et Édouard Cournoyer (3e) ont aussi marqué.

«Ce n’est pas parce qu’on est capable de scorer qu’on doit donner autant de chances de compter que ça. Il faut éviter les revirements en zone défensive. On va mettre l’emphase là-dessus dans les prochaines pratiques», admettait Dubé, qui apprécie de savoir qu’une bulle attend l’équipe dès la semaine prochaine au lieu de l’incertitude habituelle.

+

EN VITESSE

- Nouvellement acquis par les Remparts, le défenseur Alex Falardeau n’a pas enfilé l’uniforme pour les deux matchs du week-end. En fait, les Remparts n’ont effectué aucun changement à leur alignement, ce week-end, à part l’alternance de Thomas Sigouin et William Rousseau devant le filet.

- Mine de rien, les trois équipes rassemblées dans la bulle de Rimouski (Océanic, Remparts et Armada) ont toutes conservé une fiche identique d’une victoire et une défaite. Rimouski et Québec se reverront, la semaine prochaine, dans un autre événement en environnement protégé qui aura lieu au même endroit et qui regroupera aussi le Drakkar de Baie-Comeau et les Cataractes de Shawinigan. Ils joueront six matchs chacun en neuf jours.

- Xavier Cormier, qui disputait son deuxième match avec l’Océanic et qui affrontait son ancienne équipe, a connu un fort match avec une récolte de trois passes. Il évoluait au centre d’Adam Raska et Zachary Bolduc. «C’est l’un de mes bons matchs en carrière, j’aurais pu en faire plus aussi, mais l’équipe a joué une bonne partie, c’est ça l’important. Nous avions une bonne chimie et de l’énergie, on a eu pas mal de chances de marquer. Bolduc, ce n’est pas compliqué, il est capable de tout faire sur la glace, Raska amène beaucoup d’énergie sur l’échec-avant et ça aide à récupérer les rondelles. Je pense qu’on va surprendre beaucoup de monde d’ici la fin de la saison, on ne sera pas à prendre à la légère et si une équipe le fait, ça va faire comme aujourd’hui [dimanche] et on va l’emporter.»