Remparts

Mikaël Robidoux sous le choc d'avoir été échangé par les Remparts

Échangé à Shawinigan en retour d'un choix de 4e ronde en 2021, l'ailier de 19 ans Mikaël Robidoux vivait difficilement avec l'idée de partir de Québec. «J'ai toujours pensé que je finirais ma carrière junior avec les Remparts», disait-il, dimanche matin.

Robidoux a appris la nouvelle après la défaite de 2-1 contre Chicoutimi, samedi soir, quand l'entraîneur-chef et directeur général Patrick Roy l'a convié dans son bureau.

«Il m'a juste dit que j'étais échangé à Shawinigan et qu'il me remerciait pour mes services. Il ne m'a pas expliqué pourquoi, mais je le comprends, car j'ai grandi dans la mentalité de Philippe [Boucher]», soulignait le joueur qui en était à sa quatrième saison à Québec.

Robidoux admettait même avoir été en état de choc dans les minutes ayant suivi l'annonce. Il était d'ailleurs encore un peu secoué lorsqu'on lui a parlé, dimanche matin.

«J'ai toujours eu le logo des Remparts tatoué sur le coeur, j'ai failli mourir l'an passé avec le chandail de l'équipe sur le dos. Je l'avoue, j'ai été pris par surprise, car je pensais vraiment être à Québec pour y rester», soulignait l'auteur de 15 buts et 32 points en 149 matchs.

Le passage de Robidoux à Québec a été marqué de plusieurs suspensions, dont une récente de 15 matchs en début de campagne. La saison dernière, il avait raté les deux derniers mois du calendrier en raison de l'ablation de la rate.

Il a pris la peine de remercier l'organisation sur le réseau social Twitter, dimanche. Malgré l'amertume de son départ, il voit son arrivée à Shawinigan d'un bon oeil, d'autant plus qu'il retrouvera l'entraîneur-chef Daniel Renaud, qui l'a bien connu avec les Remparts lorsque celui-ci était l'adjoint de Boucher.

«La beauté de l'affaire, c'est que je vais retrouver Dan. Il a toujours été là pour moi, il m'a aidé à grandir comme joueur. Il m'a appelé, samedi soir, pour me dire que tout le monde était bien content de ma venue chez les Cataractes. J'ai aussi jasé avec [le DG] Martin Mondou, ils ont besoin de vétérans pour bien encadrer les nombreux jeunes de l'équipe. Il s'agit de leur 50e anniversaire, il y a la classique hivernale [contre les Remparts], ils vient le premier tiers du classement, l'an prochain. Je suis sous le choc d'avoir été échangé, mais il s'agit d'un changement d'air qui pourrait être bon pour moi», notait-il en retrouvant le sourire.

Plusieurs transactions 

En cette journée d'ouverture de la période des échanges, les Remparts ont confirmé les transferts de Robidoux et du défenseur Félix Tremblay à Shawinigan contre des choix de 4e ronde en 2019 et 2021; celui du gardien de 19 ans Anthony Morrone à Drummondville contre un choix de 3e ronde en 2019 et l'acquisition du défenseur de 19 ans Alexis Girard, dont les droits appartenaient à Gatineau, en retour de l'attaquant Émile Hégarty-Aubin.

Une formalité administrative empêchait pour l'instant l'annonce de la venue à Québec du gardien de 18 ans de l'Océanic de Rimouski Carmine-Anthony Pagliarula contre un choix de 5e ronde en 2019. Ça devrait se confirmer lundi, au plus tard.

Plus de détails à venir...

Remparts

Les Remparts s'inclinent et échangent Robidoux à Shawinigan

Les Remparts de Québec ont encaissé un revers de 2-1 face aux Saguenéens de Chicoutimi, samedi au Centre Vidéotron, dans le dernier rendez-vous avant la pause des fêtes. Ils y seront de retour le vendredi 28 décembre contre le Phoenix de Sherbrooke.

Ils ne compteront toutefois plus sur les services de quelques joueurs pour l'occasion, comme le gardien Anthony Morrone et l'ailier Mikaël Robidoux, qui seront impliqués dans des transactions mineures dès l'ouverture du marché, dimanche.

Ce résultat faisait aussi en sorte que les Remparts passeraient le congé de Noël en huitième place de l'association de l'Est de la LHJMQ, un point derrière ces mêmes Sags, qui ont profité de quelques punitions des locaux, en première, pour imposer leur rythme.

Les Saguenéens ont d'ailleurs marqué leur premier but en avantage numérique à la suite d'une mauvaise punition de Benjamin Gagné après un coup de sifflet. Le capitaine a traîné une partie de sa frustration jusqu'en troisième, où il a écopé d'une autre punition mineure, d'une inconduite de 10 minutes et d'une extrême inconduite de match.

«J'ai laissé tomber l'équipe, j'ai fait passer ma personne en premier, et c'est complètement inacceptable. J'ai laissé la frustration prendre le dessus sur moi», admettait le vétéran défenseur, utilisé à l'attaque dans un troisième match d'affilée.

Les Remparts auraient certainement eu besoin de lui, en fin de troisième, lorsqu’ils ont réduit l'écart à 2-1 grâce à Robidoux. Mais les Saguenéens ont tenu le coup, pour l'emporter. Théo Rochette et Justin Ducharme ont marqué pour les vainqueurs contre le gardien Dereck Baribeau.

«On n'a pas eu le départ qu'on avait souhaité, on a pris deux punitions en début de match qui ont donné du momentum aux Saguenéens, surtout la deuxième pénalité à Benjamin [Gagné] après le coup de sifflet et ils ont marqué sur cette punition», rappelait l'entraîneur-chef Patrick Roy.

Il venait d'écouter la retransmission en direct de l'impromptu de presse accordé par Gagné devant la porte du vestiaire, où celui-ci plaidait coupable.

«Je ne peux rien ajouter ce qu'il a dit. Quand tu portes le C sur ton chandail, tu dois montrer l'exemple, être un exemple pour tes coéquipiers et l'équipe devrait toujours passer en premier. Je suis content qu'il l'ait dit, mais en même temps, j'aimerais mieux des gestes que des paroles. Il devra travailler sur lui-même dans ces situations parce qu'au hockey, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Il n'y a jamais rien de terminé avec retard de deux buts», disait Roy.

Rassurer les partisans 

À quelques heures de la période des transactions, l'entraîneur-chef et directeur général des Remparts ne prévoyait pas faire un coup d'éclat. Il se faisait même rassurant à l'endroit des partisans de l'équipe. Pas question d'effectuer une vente de feu, selon le plan établi.

«On veut rester une équipe compétitive et donner le goût à nos partisans de venir nous voir jouer. On veut amener un changement de culture, où l'éthique de travail doit être notre façon de joueur. Si je mettais [Philipp] Kurashev et [Louis-Filip] Côté sur le marché, le téléphone sonnerait, mais ils ne sont pas sur le marché», confirmait-il.

Les Remparts seront quand même un peu actifs, dimanche, puisqu'ils ont procédé à quelques échanges mineurs qui seront officialisés en cours de journée. Déjà, certaines avaient été dévoilées sur les réseaux sociaux. On en connaît quelques-unes:

- L'ailier droit Mikaël Robidoux sera cédé à Shawinigan en retour d'un choix de quatrième ronde en 2021.

- Le gardien Anthony Morrone prendra le chemin de Drummondville contre un choix de troisième ronde en 2019.

- Le défenseur Félix Tremblay s'en ira à Shawinigan contre un choix de quatrième tour en 2019.

- Le défenseur de 19 ans Alexis Girard s'amènera à Québec en provenance du Collège français de Longueuil. Les droits de cet ancien choix de cinquième ronde de l'Océanic de Rimouski en 2015 appartenaient aux Olympiques de Gatineau, qui l'ont cédé contre l'attaquant de 17 ans Émile Hégarty-Aubin, qui jouait au niveau collégial. Girard en sera à quatrième équipe dans la LHJMQ à Québec.

Remparts

Avalanche de tirs pour les Remparts contre Shawinigan

La loi de la moyenne a joué à la faveur des Remparts de Québec, vendredi au Centre Vidéotron. Un but d’Andrew Coxhead avec un peu moins de sept minutes à faire leur a permis de vaincre les Cataractes de Shawinigan 2-1 dans un match où ils auraient pu toucher la cible bien plus souvent.

Les Remparts ont dominé 34-11 dans les lancers au but, dont 16-1 dans une première période où ils étaient partout sur la patinoire.

«Ça fait longtemps que je n’avais pas vu 16-1 en première période, et je me demande si leur lancer a frappé le but. Ç’a été un bon début de match pour nous, on patinait bien, on voulait bien jouer défensivement, et c’est ce qu’on a fait», soulignait Patrick Roy à propos de cette domination aux lancers.

Sans la tenue du gardien des Cataractes Antoine Coulombe, les siens auraient pu prendre une avance bien plus confortable que celle de 1-0 affichée au tableau après 20 minutes grâce à un but Xavier Cormier (2e). Ils ont inscrit un deuxième filet dans cette période, mais celui-ci a été refusé après révision.

Les Cataractes ont été moins généreux dans leur zone en deuxième, et ils ont profité d’une belle montée de Mavrick Bourque pour faire 1-1 avec 49 secondes à écouler à la période, ce qui allait rendre la troisième déterminante.

«On est sorti fort, on a eu une très bonne première période, malheureusement, on n’a pas été capable de marquer. Ça aurait dû être 3 ou 4-0 après une période. Eux, ils ont mieux répondu en deuxième, et en troisième, on a eu plusieurs chances de marquer et on a finalement réussi à en marquer», résumait Roy.

Le 10e but de la saison d’Andrew Coxhead a permis aux Remparts de l’emporter pour une deuxième fois de suite. Il s’agit d’une 15e victoire en 33 matchs pour eux, cette saison.

«J’étais content qu’elle rentre et qu’on remporte ce match. Nous avons eu beaucoup de lancers, mais on aurait pu aller un peu plus au filet. C’est quand même toujours bon d’avoir plusieurs lancers, ne reste qu’à capitaliser sur nos chances», disait l’auteur du but victorieux.

Gagné fait bien à l’avant

Coxhead jouait en compagnie du capitaine Benjamin Gagné, utilisé à l’avant dans un deuxième match de suite. «Il joue bien à l’avant pour un défenseur... Je lui disais un peu où se placer sur les mises au jeu, mais il s’adapte rapidement.»

«J’ai aimé le jeu de Ben à l’aile, il a été très bon en fin de match lorsqu’ils ont retiré leur gardien. Il semble bien s’adapter. Ce trio va devoir jouer un rôle important en l’absence de Philipp Kurashev, tout comme [Louis-Filip] C», précisait Roy en parlant de la ligne complétée par Matthew Grouchy.

Les Remparts reçoivent les Saguenéens de Chicoutimi, samedi (16h), pour le dernier match avant la pause des Fêtes. À la veille de l’ouverture de la période des transactions, reste à voir si certains joueurs des Remparts disputeront un dernier match avec l’équipe.

«Je ne sais pas s’ils sont habitués, peut-être un peu, mais je ne le ressens pas nerveux. Notre façon de jouer depuis le début de la saison me plaît, et je n’ai pas l’habitude de faire beaucoup de changements [aux fêtes], j’essaie de garder le noyau, de leur donner la chance de compétitionner ensemble et espérer avoir de bonnes séries éliminatoires», soulignait Roy.

NOTE : Pendant le match, le collègue Steve Turcotte, du Nouvelliste, a dévoilé que Félix Tremblay passerait aux Cataractes en retour d’un choix de quatrième ronde dès l’ouverture de la période des transactions, dimanche. Le défenseur des Remparts n’a enfilé l’uniforme que cinq fois cette saison.

Remparts

Remparts: la période des transactions n’affecte pas Sam Dunn

L’ouverture imminente de la période des transactions, dimanche, amène son lot de spéculations. À 20 ans, le défenseur Sam Dunn pourrait, comme d’autres, se retrouver dans une autre équipe d’ici le 6 janvier. Mais si on lui donnait le choix, il compléterait sa carrière junior majeur dans l’uniforme des Remparts de Québec.

«J’adore la ville de Québec, j’aimerais vraiment rester ici», admettait l’Ontarien, jeudi, à la veille d’un match contre les Cataractes de Shawinigan au Centre Vidéotron, vendredi.

Les médias qui voulaient s’entretenir avec lui n’étaient au courant d’aucune information à propos de lui, l’a-t-on rassuré. Mais il n’est pas rare qu’un défenseur d’expérience comme lui puisse intéresser certaines formations qui cherchent à s’améliorer.

«Je ne suis pas inquiet, ça ne me dérange pas trop. On va jouer les deux prochains matchs et on verra ensuite ce qui arrivera. Peu importe ce que je pense, c’est le dg qui décide. Nous, les joueurs, notre job est sur la glace et c’est là-dessus qu’on doit se concentrer.»

Cela n’empêche pas les jeunes de 16 à 20 ans de savoir qu’ils peuvent être impliqués dans une transaction, qu’elle soit majeure ou mineure. Dunn n’est pas différent des autres.

«J’essaie de ne pas trop y penser, je veux juste apporter ma contribution à l’équipe. Bien sûr, il y aura quelques mouvements, c’est la réalité de cette ligue et je suis prêt à faire face à la situation si cela se produit. Avec le temps, les jeunes joueurs comprendront que les échanges font partie du jeu.

«Il ne faut pas voir cela d’un mauvais œil. Je connais des joueurs qui ont été échangés et qui en sont sortis gagnants. D’autres, ce fut l’inverse. Je n’ai pas discuté avec Patrick, je me concentre seulement sur mon jeu.»

Le plus régulier

Auteur de 16 points en 33 matchs, Dunn s’impose comme le défenseur le plus régulier des Remparts, d’autant plus que le capitaine Benjamin Gagné évolue dorénavant à l’avant. Il revendique quatre buts en avantage numérique.

«On peut toujours faire mieux, mais je suis satisfait de mon jeu jusqu’à présent. J’espère revenir après les Fêtes et le monter d’un autre cran, faire encore mieux.»

Peu importe s’il termine sa carrière junior avec les Remparts ou pas, le natif de Port Hope (Ontario) n’a jamais regretté sa venue dans la capitale. «Ce fut probablement la meilleure chose qui me soit arrivée. Dans le junior A, le rythme de vie est bien différent qu’ici. Je suis chanceux de m’être joint aux Remparts, et tout ce qu’ils font est bon pour nous. On se développe à la fois comme joueur et comme personne, on travaille fort, on va à l’école.»

Carrière professionnelle

À quelques mois de la fin de son stage junior, Dunn veut poursuivre sa carrière dans le hockey. Quelques universités canadiennes ont déjà manifesté de l’intérêt à son endroit.

«J’aimerais avoir la chance de jouer dans le hockey professionnel. L’important, c’est d’abord avoir une bonne fin de saison.»

Il a participé au camp des Blue Jackets de Columbus, l’automne dernier. «Ils m’avaient dit que je n’étais pas prêt pour jouer pro, cette saison, mais ils avaient aimé mon camp. On m’avait dit de me concentrer sur mon jeu, qu’on me surveillerait.»

En vitesse : L’entraîneur-chef et directeur général des Remparts Patrick Roy n’a pas dirigé la séance d’entraînement, jeudi, puisqu’il se trouvait à La Baie pour assister au Challenge midget AAA... Absent depuis le début du mois d’octobre, le défenseur Breaden Virtue est prêt à revenir au jeu, en fin de semaine... Jakob Pelletier, un joueur de Québec qui s’aligne avec les Wildcats de Moncton, a été choisi pour participer au match des meilleurs espoirs de la LCH, le 23 janvier à Red Deer, tout comme le gardien Colten Ellis (Rimouski) et l’attaquant Nathan Légaré (Baie-Comeau, entre autres. Au total, neuf joueurs de la LHJMQ y seront... Les Cataractes de Shawinigan et les Saguenéens de Chicoutimi sont de passage à Québec, vendredi (19h) et samedi (16h)... Comme les autres formations de la LHJMQ, les Remparts seront en pause des fêtes à compter de dimanche. Leur prochain match aura lieu le vendredi 28 décembre, contre Sherbrooke, au Centre Vidéotron...

Remparts

Gardien à échanger chez les Remparts

La période des échanges s’amorce dimanche dans le hockey junior. «Il va falloir préparer l’avenir des Remparts à la position de gardien de but», révèle Patrick Roy.

Rejetant du revers de la main le principe même de «reconstruction» au sein du club de Québec, celui qui occupe à la fois les chaises du directeur général et de l’entraîneur-chef ne cache pas que la situation devant le filet a toutes les chances de ne plus être la même en janvier.

Dereck Baribeau (8-7, moy. 2,49, taux d’efficacité de ,906) détient le poste de portier numéro un à Québec pour une deuxième saison complète, mais une fracture à une main l’a limité à 15 matchs jusqu’ici cet automne.

Son adjoint, Anthony Morrone (6-10, 3,42 et ,880), a participé à 19 rencontres. Les deux ont 19 ans dans une ligue où chaque équipe n’a droit qu’à trois joueurs âgés de 20 ans.

«C’est sûr que durant cette période des transactions, on devra regarder la situation des gardiens de but. Nos deux gardiens ont 19 ans et les deux ne seront probablement pas de retour avec l’équipe la saison prochaine, à moins qu’on prenne la décision d’y aller avec un 20 ans devant le filet.

«On regarde dans notre organisation pour voir quelles sont les possibilités, mais il est évident qu’on doit avoir une réflexion là-dessus», a admis Roy, mercredi matin, pendant que ses joueurs s’amusaient sur la glace du Pavillon de la jeunesse d’ExpoCité à prendre photos et vidéos de Noël. Le tout suivait une courte, mais intense séance d’entraînement.

L’avenir s’appelle Kevyn Brassard, premier choix des Remparts et sélection de troisième ronde au dernier repêchage. Mais Brassard n’a que 16 ans, il s’aligne cette saison dans le midget AAA avec le Collège Charles-Lemoyne. Les Remparts ont donc besoin d’un homme masqué âgé de 18 ans qui fera le pont l’an prochain.

De l’intérêt pour Baribeau?

Aucun doute, la valeur de Baribeau sur le marché s’avère la plus élevée des deux. Il pourrait intéresser une équipe comme le Drakkar de Baie-Comeau, dont l’un des gardiens a justement demandé à déménager.

«Me semble que ça fait quatre ans que j’entends ça!» s’exclame le grand numéro 30 des Remparts, lorsque questionné sur la possibilité d’être échangé.

Repêché par Val-d’Or en 2015, le natif de L’Ancienne-Lorette a ensuite été transigé des Foreurs aux Remparts il y a presque deux ans, à la date limite de la période des échanges de 2016-2017.

«On n’a pas de contrôle là-­dessus. Pat va faire son travail et on va faire le nôtre sur la glace. S’il y a lieu d’être échangé, ça fait partie du hockey junior et de la vie du hockey en général. Faut faire avec», constate l’espoir de l’organisation du Wild du Minnesota.

«Tous les gars dans le vestiaire ici te diraient la même affaire. On aimerait tous rester à Québec, c’est une méchante belle organisation, mais ce n’est pas nous qui décidons. Et les gars veulent savoir où ils s’en vont. On a aussi des chums dans la chambre qu’on ne veut pas perdre. Mais on n’en parle pas, c’est pas mal ça, le mot d’ordre. Je ne veux même pas en entendre parler. Si ça arrive, ça arrive», résume Baribeau.

À la recherche d’un wow!

Roy dit par ailleurs ne pas s’attendre à beaucoup de mouvements chez les Remparts. «Un : je n’ai pas eu tant d’appels que ça. Et deux : j’aime l’équipe qu’on a en ce moment. OK, on n’a peut-être pas la meilleure équipe de la Ligue. Mais on a beaucoup de jeunes joueurs, on travaille fort et le noyau fait du bon boulot. Alors moi, je ne suis pas pressé!» assure le Diable rouge en chef.

Celui qui a lui-même été impliqué dans l’une des transactions les plus célèbres de l’histoire du hockey rappelle néanmoins que son téléphone reste toujours ouvert. «Gretzky a été échangé, Roy a été échangé. C’est sûr que si je reçois une offre incroyable, je vais écouter. Mais il va falloir que ça fasse wow!»

La période des transactions dans la LHJMQ s’étend du 16 décembre au 6 janvier, à midi.

Les Remparts accueillent vendredi les Cataractes de Shawinigan et, samedi, les Saguenéens de Chicoutimi, avant de profiter de deux semaines de congé pendant les Fêtes.

Remparts

Enfin, le «gros but» pour les Remparts

Depuis plusieurs jours, Patrick Roy déplorait que ses Remparts avaient de la difficulté à marquer le «gros but». Ses protégés ont compris le message hier quand ils ont battu les Screaming Eagles du Cap-Breton par la marque de 3 à 1.

Alors que la marque était égale 1 à 1 avec moins d’une seconde à faire à la deuxième période, Matthew Grouchy s’est retrouvé seul avec Philipp Kurashev devant le gardien Kevin Mandolese.

Au lieu de passer la rondelle au meilleur marqueur de l’équipe, Grouchy a tenté sa chance et touché la cible pour son deuxième filet du match.

«Matthew a vraiment joué un gros match et son second but est vraiment un gros moment du match. Ça et le hors jeu à la ligne bleue en troisième période», a commenté Patrick Roy en conférence téléphonique après la partie.

But refusé

Les Diables rouges ont en effet eu chaud avec un peu plus de trois minutes à faire au match quand Mitchell Balmas a déjoué Dereck Baribeau suite à une superbe passe du revers de Brooklyn Kalmikov.

Le but aurait créé l’égalité, mais après révision, les officiels ont déterminé qu’il y avait eu hors-jeu à la ligne bleue et, donc, qu’il n’y avait pas but. 

«L’arbitre allait réviser le jeu de toute façon, mais nous, on l’avait vu hors-jeu», expliquait Roy.

Egor Sokolov avait ouvert le pointage en première pour les locaux avec un tir des poignets et Grouchy avait dévié un tir de la ligne bleue de Félix-

Olivier Chouinard pour créer l’égalité en début de deuxième. Kurashev a complété la marque dans un filet désert.

«Nos joueurs ont livré une autre excellente performance. Ils ont bien joué défensivement en limitant les Screaming Eagles à 23 tirs et notre gardien a fait les arrêts clés en début de match. On rentre de ce voyage avec neuf points sur 12. C’est impressionnant car ces matchs n’étaient pas des matchs faciles», a résumé Roy.

«Je suis vraiment fier de nos joueurs. Ils ont été résilients, ils n’abandonnent jamais», a-t-il poursuivi. L’équipe reprend la route vers Québec dans la nuit de samedi à dimanche.

«Ce sera congé pour eux demain (dimanche) et lundi. Mardi, on retourne pour trois grosses journées d’entraînement en vue des derniers matchs avant le congé des Fêtes», a repris Roy.

Notes: Le capitaine Benjamin Gagné a été utilisé à l’aile gauche samedi et Patrick Roy a été satisfait de l’expérience... Roy est déterminé à être patient avec Louis-Filip Côté, qui vient de revenir au jeu. «Ce n’est jamais facile, une blessure à la cheville. Je le sais, j’en ai déjà eu une. Il prendra le temps qu’il faudra, je ne suis pas inquiet pour lui», a-t-il déclaré....

Remparts

Les Remparts frustrés par les Sea Dogs

Les Remparts de Québec ont dominé 47-23 au chapitre des tirs au but mercredi soir contre les Sea Dogs à Saint-Jean, mais ils se sont quand même inclinés 4-3 en prolongation contre la pire équipe de la LHJMQ.

Moins de 14 secondes avant la fin de la prolongation de cinq minutes, Brady Burns a fait une passe parfaite du revers pour Robbie Burt, qui avait Anthony Morrone à sa merci. Burt n’a pas raté sa chance avec un tir précis à la droite du cerbère des Remparts qui procurait un quatrième gain cette saison aux Sea Dogs.

Les Remparts avaient pourtant dominé la partie de bout en bout. «Encore une fois ce soir, on a vu beaucoup de belles choses, mais on n’a pas été opportunistes. C’est arrivé souvent cette année : on a joué assez bien pour gagner, mais on n’a pas été capables d’aller chercher le gros but», a analysé l’entraîneur-chef Patrick Roy en conférence téléphonique.

Les Diables rouges avaient l’avance jusqu’à 18:40 de la troisième période, alors que Josh Dixon avait retiré son gardien Mikhail Denisov à la faveur d’un sixième patineur. C’est là que Josh Lawrence est venu tromper la vigilance de Morrone pour égaler le pointage 3-3, un but qui n’a pas plu du tout à Roy.

«Je ne savais pas si la rondelle avait frappé le patin d’un de nos joueurs ou celui d’un de leurs joueurs», a-t-il expliqué au sujet du but qui a finalement été confirmé par les officiels.

Quelques secondes avant le but égalisateur, Matthew Grouchy se précipitait en zone adverse avec une cage déserte devant lui, mais Michael Campoli l’a fait trébucher, l’empêchant de lancer. Le geste n’a cependant pas été puni. «On aurait eu une chance de marquer dans un filet désert et j’aurais aimé qu’on le fasse...», a déclaré Roy sans en ajouter davantage.

Pas d’excuses

«Oui, leur gardien a été très, très, très bon, mais je pense qu’il ne faut pas chercher de midi à 14h. À la fin de la soirée, on n’a pas mis la rondelle dedans...»

Mikaël Robidoux avait ouvert la marque pour les Remparts en première, puis Charlie Desroches avait répliqué en déviant un lancer de Lawrence. Maxim Cajkovic, en échappée, a poussé les Sea Dogs en avant une première fois en début de deuxième avant que Philipp Kurashev ne nivelle la marque après avoir saisi une belle passe de Brandon Frattaroli.

C’est Grouchy, en avantage numérique, qui avait redonné les devants aux Remparts en début de troisième avec un tir qui a touché le poteau avant de dévier derrière la ligne rouge.

Sergeev blessé

Par ailleurs, Roy a dû composer sans un de ses meilleurs éléments, le Russe Aleksei Sergeev, durant une partie du match. «Aleksei s’est blessé à un genou, son patin est resté pris dans la glace. Demain [jeudi], son cas est à 50-50 contre les Islanders de l’Île-du-Prince-Édouard. Cependant, nous avons aussi Louis-Filip Côté qui reviendra au jeu lors de ce match», a expliqué l’entraîneur.

Les Remparts perdront aussi temporairement Kurashev, sélectionné au sein de l’équipe nationale de Suisse pour les Mondiaux de hockey junior, qui auront lieu du 26 décembre au 6 janvier à Vancouver et Victoria; de même que Thomas Caron, qui représentera Équipe Canada Est du 9 au 16 décembre au Défi mondial junior A.

Remparts

Côté et Savoie de retour avec les Remparts

«On est revenu à Québec pendant deux jours pour donner un petit congé à notre chauffeur», disait à la blague l’entraîneur-chef Patrick Roy, lundi, à la veille d’un autre long voyage des Remparts.

Après trois matchs — et autant de victoires — à Victoriaville, Chicoutimi et Baie-Comeau, les Remparts ont pris la route des Maritimes mardi matin, où les attendent des matchs à Saint-Jean (mercredi), Charlottetown (jeudi) et au Cap-Breton (samedi).

Deux blessés de longue date ont grimpé à bord de l’autocar pour l’occasion, l’attaquant Louis-Filip Côté et le défenseur Nicolas Savoie, puisqu’ils effectueront un retour au jeu pendant ce séjour dans l’Est du pays. Savoie le fera dès mercredi, tandis que ça ira au lendemain pour Côté.

«Nous sommes positifs à l’effet que je puisse recommencer à jouer dans ce voyage. Si les gars avaient pratiqué, dernièrement, j’aurais pu le faire sans le chandail vert du blessé», expliquait Côté, qui s’avérait l’un des éléments les plus offensifs avant de se blesser à la cheville lors d’un match à Chicoutimi, à la mi-octobre.

À ce moment, le joueur de 19 ans menait l’équipe avec 15 points en 11 matchs et connaissait sa meilleure séquence dans la LHJMQ. Il pense être en mesure de reprendre là où il avait laissé.

«Tout ce que je veux, c’est d’aider l’équipe à gagner, ce n’est pas une question de buts ou de points. J’ai très hâte de jouer. J’étais mal tombé dans la bande et ça aurait pu être bien pire que cela. Je suis content d’avoir pu éviter une opération, mais ce fut quand même un long processus parce que pendant plusieurs semaines, je ne pouvais absolument rien faire, ni sur la glace ou à l’extérieur. J’avais hâte de recommencer à bouger, ça me manquait», disait-il, lundi soir, après une journée chargée à l’école.

Sa période de rééducation n’aura pas été plus courte ou plus longue que prévu. On parlait d’une absence de six à huit semaines dans son cas, il s’en est passé sept depuis sa malchance.

«Ça allait bien avant que je me blesse et j’ai bon espoir que ça continue à bien aller. L’expérience y a été pour beaucoup dans mon début de saison, mais il n’y a pas eu de déclic particulier dans mon jeu, c’était juste une question de travailler fort, de penser un peu moins, de m’amuser et j’ai l’intention d’avoir la même approche. Ça explique aussi nos succès en équipe, on met de l’effort à chaque match. On ne connaît pas toujours de bons débuts de match, mais on ne lâche jamais et c’est ce qui fait qu’on a surpris et qu’on continue à le faire.»

Savoie portera une grille

L’arrière de 16 ans Nicolas Savoie était dans le même esprit avant le départ de l’équipe pour Saint-Jean. Victime d’une fracture de la joue, le 9 novembre, il portera toutefois une grille pendant quelque temps.

«C’était rendu plate d’attendre, j’ai juste hâte de jouer, ça fait quelques jours que je suis prêt. La blessure ne changera rien je vais jouer de la même façon. Je pense que ç’a super bien été pour moi en début de saison, peut-être même mieux que je pensais. Ça m’a aidé de jouer avec de bons vétérans, comme [Sam] Dunn et, maintenant, avec [Étienne] Verrette», notait le choix de quatrième ronde en juin dernier, lorsqu’on l’a croisé après une session en gymnase, lundi matin.

+

Remparts

Face au Drakkar, les Remparts poursuivent sur leur lancée à l'étranger

BAIE-COMEAU – Les Remparts de Québec étaient venus à Baie-Comeau pour jouer au hockey. Ils ont signé un troisième gain consécutif à l’étranger, l’emportant 5-3 aux dépens du Drakkar, qui pour sa part a déjà mieux paru.

Devant la meilleure foule de la saison au Centre Henry-Leonard (2792 spectateurs), le Drakkar a laissé les visiteurs se forger une priorité de trois buts après 35 minutes de jeu. Il a bien tenté de revenir par la suite, mais il s’est buté à un Anthony Morrone en grande forme et une formation qui n’a pas paniqué quand Baie-Comeau a réduit l’écart à un but.

«Je suis impressionné par la performance de notre équipe», a lancé l’entraîneur-chef Patrick Roy. «On a roulé à quatre trios et on avait de l’énergie. 

On affrontait une grosse équipe, mais dans toutes les facettes du jeu, on a bien fait ça. On a aussi marqué un but important à cinq contre trois en deuxième, qui nous a permis de reprendre les devants.

«En troisième, il n’y avait pas lieu de paniquer. Leur troisième but était un but chanceux. (Le Drakkar) a eu des chances de marquer, mais Anthony a fait de gros arrêts», a ajouté Roy, soulignant au passage la belle prestation de son quatrième trio, auteur du but victorieux.

«Ils ont aussi marqué le but égalisateur à Chicoutimi (vendredi). Leur présence enlève peut-être un peu de temps de glace aux autres trios, mais ça permet à tout le monde de jouer avec intensité du début à la fin du match», a-t-il fait valoir.

Son vis-à-vis Martin Bernard relevait avec justesse que les siens n’ont jamais été en mesure d’établir leur rythme dans cette rencontre. «On a moins utilisé notre vitesse, on s’est entêtés à vouloir rentrer par le centre au lieu d’aller large et profond en zone adverse pour établir notre jeu. Une de nos forces, c’est de jouer avec vitesse mais on n’a pas été en mesure de l’utiliser ce soir (samedi), soit que la rondelle n’avançait pas assez vite ou soit qu’on devait freiner en raison d’une mauvaise exécution.»

Le pilote du Drakkar a aussi bien vu que ses défenseurs étaient régulièrement en retard. «Les Remparts ont mis beaucoup de pression sur notre brigade défensive et on voit que la perte d’un gars comme Xavier Bouchard (suspendu pour sept matchs), qui joue de 20 à 25 minutes par match, ça paraît. La rondelle arrivait moins vite aux attaquants.»

Les Diables rouges ont joué un peu de chance pour ouvrir la marque à 1:57 de la première. Ni Hugo Savinsky ni Kyle Jessiman ne sont parvenus à maîtriser une rondelle bondissante dirigée faiblement par Olivier Mathieu.

À son premier déploiement en supériorité numérique, le Drakkar a menacé autour de Morrone, mais ce dernier a réussi un vol aux dépens d’Ivan Chekhovich. Sur la même séquence, Jordan Martel était sûr d’avoir un but facile devant une cage vide, mais il a un peu hésité, permettant ainsi au défenseur Dylan Schives de bloquer son tir.

Morrone a cependant mal paru sur le but de Yaroslav Alexeyev (15e), le faible tir du revers du Russe se faufilant sous lui à 12:52.

Les hommes de Patrick Roy ont frappé en force en deuxième, touchant la cible à trois reprises. Philipp Kurashev, d’un puissant tir frappé durant une double supériorité numérique, Pierrick Dubé, sur un retour alors que Jessiman était sorti loin de sa cage, et Jérémy Laframboise ont marqué.

En fin d’engagement, ce fut au tour du Drakkar d’évoluer à cinq contre trois. Martel (10e) n’a pas raté cette occasion de réduire l’écart à deux buts. 

En troisième, Yan Aucoin a porté le pointage 4-3 lorsque son tir a dévié sur le bâton de Brandon Frattaroli. Morrone et ses coéquipiers ont ensuite refusé de céder. Matthew Grouchy a complété dans un filet désert.

NOTES : Le Drakkar n’a pas le temps de trop de ruminer cette défaite car il doit se rendre à Chicoutimi pour y affronter les Saguenéens à 16 h dimanche…Quant aux Remparts, ils sont rentrés à la maison afin de se préparer pour un long périple dans les Maritimes. Ils seront à Saint.John mercredi, Charlottetown jeudi et Cap Breton samedi.

Remparts

Remparts : une autre victoire «rattrapée»

SAGUENAY — Pour un deuxième match de suite, les Remparts de Québec sont sortis victorieux après avoir dû jouer du hockey de rattrapage en troisième période pour bien amorcer une séquence de trois matchs en trois soirs, vendredi à Saguenay.

Dès la 33e seconde de la prolongation, Philipp Kurashev a redirigé un superbe passe de Benjamin Gagné pour donner une victoire de 3-2 aux Diables rouges. Du même coup, il permettait à la troupe de Patrick Roy de rejoindre les Saguenéens en dixième place du classement général.