Remparts

Les Remparts se butent à D’Orio

Les Sea Dogs ont inscrit trois buts sans réplique en milieu de deuxième période et le gardien Alex D’Orio s’est chargé du reste, samedi soir, à Saint-Jean, privant les Remparts d’un voyage parfait dans les maritimes. Malgré une nette domination aux tirs, les hommes de Philippe Boucher se sont inclinés par la marque de 4-1.

«On a eu suffisamment d’occasions de marquer pour gagner. Alex D’Orio a fait la différence ce soir. C’est aussi simple que ça», a avoué Philippe Boucher après une défaite où les siens ont bombardé le portier adverse de 45 lancers. 

Le match avait bien commencé pour les Diables rouges, qui affrontaient des Sea Dogs en quête d’une première victoire en 2018 après sept défaites consécutives. Comme la veille, face aux Wildcats, les Remparts ont ouvert la marque en toute fin de première période, prenant une avance de 1-0 sur un tir vif de Pascal Laberge en avantage numérique. 

Mais le ciel est tombé sur la tête des visiteurs en deuxième période. Quelques minutes après qu’Anthony Boucher ait ramené les deux équipes à la case départ, le Tchèque Ostap Safin a déjoué à son tour Dereck Baribeau d’un tir sur réception. Puis à peine 45 secondes plus tard, les Sea Dogs en remettaient sur un 3 contre 1 alors que le défenseur Benjamin Gagné se tordait de douleur sur la glace en territoire des Remparts. 

«Gagné s’est blessé sur un contact accidentel et ils en ont profité. On a été malchanceux», a pointé Philippe Boucher. N’empêche, le pilote des Remparts a donné du crédit aux Sea Dogs, qui pointent à l’avant-dernier rang du classement de la LHJMQ. 

«Leurs joueurs sont fiers et ils voulaient rebondir après une dure défaite contre Bathurst, vendredi. De notre côté, on n’a pas été opportuniste. J’ai aimé l’effort, mais on a manqué un peu de jus. On n’a pas réussi à capitaliser quand on a eu la chance.»

Les Remparts ont complètement dominé la troisième période, tirant 20 fois sur D’Orio, mais le cerbère de 18 ans était visiblement en mission pour ramener les siens sur le chemin de la victoire. C’est Robbie Burt qui a complété la marque en désavantage numérique, profitant d’un revirement de Christian Huntley pour s’échapper et déjouer Baribeau. Le gardien des Remparts a fait face à 26 lancers dans le match. 

En vitesse

Blessé à une jambe, Benjamin Gagné est revenu dans le match après un passage au vestiaire... Laissés de côté vendredi soir, les défenseurs Braeden Virtue et Marc-Olivier Alain ont pris la place de Tomas Dajcar et Pierrick Dubé dans la formation des Remparts, samedi, Alain étant exceptionnellement utilisé à l’attaque... Après une séquence de trois matchs en quatre jours dans les Maritimes, les Remparts ne rejouent que dans une semaine, à Sherbrooke. Philippe Boucher donnera congé d’entraînement à ses joueurs dimanche et lundi. 

Remparts

L’air des Maritimes profite à MacLeod

Son retour sur les glaces des Maritimes semble sourire à Gregor MacLeod. Acquis par les Remparts le 31 décembre dans la transaction qui a envoyé Derek Gentile à Charlottetown, l’attaquant néo-écossais a mené la charge, vendredi soir, au Colisée de Moncton, guidant les hommes de Philippe Boucher à une victoire de 5-2 contre les Wildcats.

«J’ai aimé la manière dont on a joué. On a contrôlé pratiquement tout le match et nos joueurs qui devaient se lever l’ont fait», s’est réjoui l’entraîneur-chef après la victoire. Boucher était particulièrement content de la performance du nouveau venu MacLeod, qui complétait un trio avec Olivier Garneau et Pascal Laberge.

«Il a vraiment joué un bon match. C’est un joueur complet et on espérait en allant le chercher qu’il soit capable de contribuer offensivement et en avantage numérique. Il était plus timide au début, mais là il se laisse aller et c’est beau à voir», a expliqué Boucher à propos de celui qui compte 4 buts et 4 passes en 8 matchs dans son nouvel uniforme.

Deux jours après avoir inscrit le but vainqueur en prolongation au Cap-Breton, le centre de 19 ans a repris exactement où il l’avait laissé, vendredi soir, inscrivant les deux premiers buts du match en fin de première et début de deuxième période.  

Les Wildcats ont réduit l’écart lorsque Jeremy McKenna a fait dévier un tir de l’ex du Blizzard du Séminaire Saint-François Jakob Pelletier derrière Antoine Samuel, mais MacLeod n’avait pas dit son dernier mot. En fond de territoire offensif, le natif de Dartmouth a servi une passe parfaite à Tomas Dajcar qui piquait vers l’enclave, le jeune défenseur tchèque inscrivant son 2e de la saison deux jours après avoir été laissé pour le match des Remparts au Cap-Breton.

Les deux équipes se sont ensuite échangé deux buts rapides, Philipp Kurashev, pour Québec, et Nicholas Welsh, pour Moncton, trouvant le fond du filet avant la fin de la 2e période.

Matthew Boucher a complété la marque en 3e période, profitant d’une erreur de Mark Grametbauer pour pousser une rondelle dans un filet déserté par le gardien des Wildcats.

Devant le filet des Remparts, Samuel a stoppé 29 des 31 rondelles dirigées vers lui, alors que Grametbauer a réalisé 33 arrêts.

Notes : Mikaël Robidoux ayant subi une ablation de la rate d’urgence, mercredi soir, Pierrick Dubé a pris sa place dans la formation. Robidoux demeure à l’hôpital du Cap-Breton et ne reviendra pas à Québec, samedi, avec ses coéquipiers... Troisième choix au total du dernier repêchage de la LHJMQ, Jakob Pelletier, de Québec, a amassé deux passes dans la défaite des siens... Les Remparts ont quitté pour Saint-Jean tout de suite après le match. C’est Dereck Baribeau qui sera devant le filet contre les Sea Dogs, samedi, à 18h, dans le troisième et dernier match du séjour des Remparts dans les Maritimes.

Remparts

Robidoux opéré d'urgence pour l'ablation de la rate

Mikaël Robidoux a subi une ablation de la rate dans la nuit de mercredi à jeudi, au Cap-Breton. Sa saison pourrait être terminée.

Mikaël Robidoux a subi une ablation de la rate dans la nuit de mercredi à jeudi, au Cap-Breton. Sa saison pourrait être terminée.

L’attaquant des Remparts a été victime de deux mises en échec en apparence anodines dès sa première présence sur la glace, mercredi soir, pendant le match entre les Diables rouges et les Screaming Eagles.

En revenant au banc des joueurs, Robidoux a tout de suite retraité au vestiaire pour être pris en charge par le thérapeute des Remparts, Steve Bélanger, et par le médecin de l’équipe locale. Ceux-ci ont rapidement jugé qu’il était mieux pour le blessé de se rendre à l’hôpital. Laissé de côté pour ce match, le défenseur Braeden Virtue l’a accompagné. Les médecins sur place ont ensuite convenu de l’opérer pendant la nuit.

Visite appréciée

Comme le montre cette photo, les coéquipiers de Robidoux sont passés le voir en matinée, jeudi. «Il avait l’air de quand même bien aller», a commenté l’entraîneur-chef des Remparts, Philippe Boucher. «C’est sûr que ce n’est pas facile pour lui. C’est quand même une opération majeure. Il était encore un peu endormi, mais il était content de voir les gars.»

Vivre sans la rate — et vivre longtemps — est tout à fait possible. Les personnes forcées de le faire sont toutefois plus à risque de subir une infection. Ils doivent donc être plus vigilants, entre autres en se gardant à jour dans leur vaccination.

Robidoux passera encore quelques jours à l’hôpital, en Nouvelle-Écosse. Son père devait le rejoindre par avion, jeudi.

Il est encore trop tôt pour évaluer les pronostics à plus long terme. Boucher n’a toutefois pas caché la possibilité de revoir Robidoux en rouge et noir la saison prochaine seulement. «Pour l’instant, on veut que tout se passe bien côté chirurgical et on verra après. Mais ça ressemble à une saison terminée pour lui», a indiqué l’entraîneur.

Reconnu pour son dynamisme, Robidoux a récolté 16 points, dont sept buts, en 40 matchs depuis le début de la saison, sa troisième chez les Remparts. L’ailier droit de 18 ans, natif de La Prairie, montre aussi un différentiel de + 14.

Pour l’instant, Boucher détient les effectifs nécessaires afin de le remplacer sans avoir à rappeler un joueur d’un niveau inférieur. Le choix de première ronde des Remparts au dernier repêchage, Pierrick Dubé, avait d’ailleurs été laissé de côté pour le match contre les Screaming Eagles.

Les Remparts poursuivent leur périple dans les provinces maritimes vendredi et samedi, en affrontant respectivement les Wildcats de Moncton et les Sea Dogs de Saint-Jean.

Remparts

Un voyage qui part bien pour les Remparts

Les Remparts de Québec ont comblé un déficit de 2-0 dans les 10 dernières minutes de la troisième période, mercredi à Sydney, pour finalement l’emporter 3-2 en prolongation contre les Screaming Eagles du Cap-Breton à l’occasion du premier match d’une tournée de trois dans les Maritimes.

Obtenu le 2 janvier en retour de Derek Gentile, l’attaquant Gregor MacLeod a marqué dès la 50e seconde de la prolongation pour offrir à sa nouvelle équipe sa huitième victoire en temps supplémentaire depuis le début de la saison de la LHJMQ.

«Après la deuxième période, on a dit aux joueurs de ne pas lâcher parce que dans la vie, on a ce qu’on mérite. Même si on tirait de l’arrière 2-0, on jouait très bien et on a trouvé une manière de l’emporter», se réjouissait l’entraîneur-chef Philippe Boucher, rejoint au téléphone après le match.

Après 40 minutes, les Remparts étaient en déficit de deux buts, mais ils affichaient le double de lancers (22-11) que leurs adversaires, vainqueurs 6-1 à Québec, voilà sept jours.

«En troisième, nos lancers ont cependant été plus menaçants que ceux des deux premières périodes. Les gars ont été plus engagés, plus impliqués, plus physiques, ils ont joué comme on voulait qu’ils le fassent, comme ils l’avaient fait à Victoriaville [vendredi]. Comme club, on est fier, et ce qui s’est passé à Québec, en fin de semaine dernière, on n’accepte pas ça et ça ne doit plus se reproduire», ajoutait-il.

Plus d’engagement

À l’arrivée de l’équipe à Sydney, mardi, Boucher a réuni les éléments de son jeu de puissance pour leur faire réaliser l’importance de produire en avantage numérique. L’attaque massive, qui était plutôt silencieuse, ces derniers temps, a produit le but égalisateur par l’entremise de Pascal Laberge avec cinq minutes à faire en troisième.

«J’ai demandé à ce que les joueurs soient plus engagés. Philipp Kurashev a peut-être disputé son match le plus ‘‘physique’’ depuis qu’il est avec nous», notait Boucher.

Matthew Boucher (22e), Laberge (10e) et MacLeod (10e) ont eu raison du gardien Kyle Jessiman, qui a reçu 37 lancers. Mis à l’épreuve 21 fois, Antoine Samuel a cédé devant Brooklyn Kalmikov et Tyler Hylland.

Les Remparts poursuivent leur périple dans l’est du pays avec un arrêt à Moncton, vendredi, et à Saint-Jean, samedi.

«Ça commence bien un long voyage. C’est beaucoup plus le fun d’aller chercher les deux points au lieu de dire qu’on les aurait mérités. Ce qui est important, pour nous, c’est comment on joue. Après deux périodes, on savait qu’on méritait mieux et on n’a pas lâché.»

NOTES : Tôt dans le match, les Remparts ont perdu les services de l’ailier Mikaël Robidoux et du défenseur Marc-Olivier Alain, coupable d’avoir donné la bande. L’état de santé de Robidoux sera réévalué, jeudi… Le centre Jérémy Laframboise a repris sa place dans l’alignement, la recrue Pierrick Dubé lui cédant la sienne… En plus de marquer un but en cinq jeux de puissance, les Remparts en ont aussi accordé un avec un homme en plus… 

Remparts

Un arrêt à Moncton pour se dégourdir

De toutes les équipes qui auraient l’avantage de la glace en première ronde si les séries commençaient maintenant, une seule afficherait une note négative dans le comparatif des buts marqués et accordés : les Remparts de Québec. Ça explique pourquoi l’entraîneur-chef Philippe Boucher prévoyait tenir une réunion avec ses éléments offensifs dès l’arrivée de l’autocar à Sydney, au Cap-Breton, mardi.

Les Remparts ont entrepris, lundi, leur plus long voyage de la saison. Après leur duel face aux Screaming Eagles, mercredi, ils joueront à Moncton, vendredi, et à Saint-Jean, samedi.

Mais comme ils n’avaient pas pratiqué depuis mercredi dernier, les Remparts ont fait une escale à Moncton, où ils ont pu tenir une séance d’entraînement, mardi, avant de poursuivre leur balade jusqu’au Cap-Breton.

«On avait besoin de pratiquer. Ça n’aurait pas eu de sens de n’avoir qu’un exercice la journée du match, mercredi», confirmait Boucher, rejoint à bord du véhicule de l’équipe, mardi après-midi.

Avec 140 buts marqués contre 142, les Remparts forment la seule équipe avec un déficit du genre parmi celles occupent les positions de 1 à 10 au classement. Limité à trois buts en 50 occasions, leur jeu de puissance est plutôt tiède.

Plus de détermination

«Il faut avoir plus de détermination en attaque. J’aimerais que nos joueurs aient plus de soif de marquer, qu’ils soient plus menaçants», notait l’entraîneur-chef, qui en veut plus de certains, notamment en avantage numérique. Il parlait notamment de Matthew Boucher, Philipp Kurashev et Christian Huntley.

«On a mis nos joueurs au défi, c’est à eux de faire la différence. Ça commence par bien sortir de notre territoire, mais aussi d’avoir plus de mordant, de lancer plus souvent, de récupérer les rondelles, de faire de la circulation devant le filet. J’aimerais qu’à chaque fois qu’on lance, de la pointe ou d’ailleurs, ça se transforme en chance de marquer», expliquait l’entraîneur-chef.

Ces principes ne s’appliquent pas qu’à l’unité spéciale. À cinq contre cinq, les Remparts doivent aussi être plus affamés.

«On a regardé le match du Canadien, lundi : il y avait toujours trois gars pour aller chercher les retours quand Jeff Petry tirait sur réception ou que les Islanders lançaient de la pointe. Quand [Alex] Galchenyuk lance, c’est pour faire mal. Depuis quelque temps, nous sommes trop prévisibles», admettait celui qui trouvait nécessaire de tenir une réunion pour parler du jeu de puissance, comme il l’avait fait, récemment, pour discuter du désavantage numérique.

Les Remparts n’affichent que trois victoires à leurs 10 derniers matchs.

«On manque de régularité, j’aimerais qu’on soit plus constant dans notre engagement, notre implication. En raison de la parité, il n’y aura pas de longue séquence victorieuse, mais à l’inverse, il n’y aura aucun match facile.»

Jeudi dernier, l’entraîneur-chef des Screaming Eagles Marc-André Dumont disait qu’ils s’attendaient à ce que les Remparts soient meilleurs lors de leur visite au Cap-Breton.

«Ça ne sera pas dur de faire mieux… On a eu à peu près le même nombre de lancers, de chances de marquer, de jeux puissance, mais on avait perdu 6-1. Il [Kyle Jessiman] avait été bon, mais il faudra rendre la vie un peu plus difficile à leur gardien. J’aimerais voir le genre de match qu’on a disputé à Victoriaville [victoire de 2-1], vendredi», indiquait celui qui confiera le filet à Antoine Samuel tandis que Dereck Baribeau jouera vendredi, à Moncton.

Remparts

Le jeu de puissance des Remparts impuissant

Dotés d’un jeu de puissance tout ce qu’il y a de plus impuissant, les Remparts se sont inclinés 4-1 face à un Titan d’Acadie-Bathurst renforcé, dimanche, à Québec. Philippe Boucher en a profité pour écorcher ses joueurs, nommément trois de ses éléments-clés.

Le moment est bien choisi pour aller se regrouper sur la route. Les Remparts (23-16-5) quittent le Centre Vidéotron lundi matin pour un voyage dans les Maritimes qui les mènera sur les patinoires du Cap-Breton (20-19-4), mercredi, de Moncton (17-19-8), vendredi, et de Saint-Jean (11-24-8), samedi.

«Ça va faire du bien d’être sur la route, de passer du temps ensemble. Une quarantaine d’heures d’autobus ensemble, ça va être le fun», a débité l’entraîneur Philippe Boucher, après la défaite. Le même ton, sans rire.

«Quand tu as ton club sur la route, tu contrôles l’heure qu’ils se couchent, l’heure qu’ils se lèvent, ce qu’ils font dans la journée, s’ils bougent et ce qu’ils mangent», a-t-il énuméré, pour préciser sa pensée.

L’entraînement de samedi annulé en raison de la météo, «je suis à peu près sûr que certains de nos joueurs sont rentrés dans leur pension après la game de vendredi soir et qu’ils n’en sont ressortis qu’aujourd’hui pour s’en venir ici. J’ai de la misère à m’expliquer qu’il y en a qui sont arrivés en retard en plus! On n’a aucune excuse pour sortir à plat devant une aussi bonne foule et contre l’une des meilleures équipes de la ligue», a pesté Boucher.

Sa troupe a pourtant pris les devants après seulement 1 min 46 sur une belle manœuvre de Pascal Laberge en fond de zone du Titan. Mais ensuite plus rien. Malgré cinq avantages numériques. Dont deux au deuxième vingt, période où les locaux n’ont lancé que deux fois.

«À un moment donné, les gars devront se regarder dans le miroir», tranche Boucher, à propos d’une attaque à cinq qui a été 0 en 13 dans ses trois matchs depuis jeudi.

«Peu importe les schémas qu’on leur donne, les jeux qu’on veut faire, il faut que Philipp Kurashev joue comme un gars qui est allé au Championnat du monde, il faut que Matthew Boucher joue comme un bon 20 ans et Christian Huntley est le quart-arrière depuis trois ans, alors il doit jouer en conséquence.»

Hommage au Titan

«Un avantage numérique, ce n’est pas si compliqué, mais personne ne prend le leadership, a poursuivi le coach. C’est quand tu n’as plus de chances de marquer que tu dois t’inquièter. Et notre jeu de puissance, aujourd’hui, il n’en a pas eu.»

Pour contrebalancer l’apathie des siens, Boucher a rendu hommage aux défenseurs dominants du Titan, Noah Dobson et Olivier Galipeau, qui ont nourri cette inactivité des Remparts toute la rencontre. Le jeune Dobson, 17 ans, a un but, l’ailier russe German Rutsov, deux, l’autre pour Bathurst allant à Jeffrey Truchon-Viel.

Remparts

Les Remparts devront être prêts face au Titan

Pendant que l’autocar du Titan d’Acadie-Bathurst se butait à une route fermée à la hauteur de Forestville pendant quelques heures, samedi, à leur départ de la Côte-Nord, les Remparts ont joué de prudence en annulant la rencontre d’équipe qui devait avoir lieu à la veille du match contre l’une des puissances de la LHJMQ.

«Ce n’était pas une bonne idée d’envoyer des jeunes de 16 et 17 ans, ainsi que nos chauffeurs, sur la route, ça ne valait pas la peine de prendre de risque pour un meeting. De toute manière, ceux qui ne joueront pas, dimanche, auront de la glace, dimanche matin», expliquait l’entraîneur-chef Philippe Boucher, en avant-midi.

Autant les Remparts que le Titan disputeront leur troisième match en quatre jours, dimanche au Centre Vidéotron (15h), et chaque équipe a divisé les deux premiers. L’unique différence étant que les Remparts ont rebondi, vendredi, après un mauvais match, tandis que le Titan cherchera à le faire au lendemain d’une défaite de 3-0 à Baie-Comeau.

«Je ne pense pas que Bathurst a bien aimé le résultat de vendredi, et je m’attends à voir une équipe qui aura soif de se reprendre, un peu comme nous l’avons fait vendredi par rapport à notre défaite de jeudi», estimait Boucher.

Le match a quand même son importance au classement puisque les Remparts cherchent à obtenir l’avantage de la glace pour le début des séries. Une victoire leur permettrait de devancer le Titan au classement général.

«Je ne suis pas le seul à penser que le Titan est l’une des puissances de la Ligue. Après leur défaite à Baie-Comeau, ils seront doublement prêts, alors ce sera à nous de l’être tout autant. J’ai aimé notre capacité de rebondir, à Victoriaville, et c’est tout à l’honneur de notre chambre. On avait mis nos joueurs au défi après le match contre Cap-Breton, il faut leur donner du crédit. On était capable de faire mieux, et on l’a montré contre Victoriaville.»

L’importance du travail

Toutes les équipes effectuant des changements importants à leur alignement pour la deuxième moitié de saison vivent une période d’adaptation. Les Remparts n’en sont pas exempts.

«Quand tu vois des équipes comme Bathurst, Victoriaville, et même Blainville-Boisbriand vivre la même chose, ça montre qu’il y a un processus à traverser, et que ce qui compte, c’est le résultat final», soutenait Boucher.

Pour l’atteindre, ça prend de l’engagement, comme le dit le slogan dans le vestiaire des Remparts.

«Lorsque nous le sommes, les résultats peuvent être là. Il n’y a qu’une manière de faire en sorte que la période d’adaptation se passe bien, c’est via l’effort. Quand les gars sont engagés et acharnés, on peut vivre avec des erreurs d’apprentissage.»

Boucher cite en exemple des clubs qui ont misé sur le travail pour se démarquer.

«Tout le monde aligne des joueurs talentueux, mais c’est le travail qui finit par faire la différence. Blainville-Boisbriand a du talent, mais tout part du travail. Quand Baie-Comeau a eu du succès avec Éric Veilleux, c’était aussi basé là-dessus. Voilà pourquoi le Cap-Breton a eu le dessus contre nous, jeudi. Notre club est complet, on peut maintenant développer notre identité. Jeudi, rien ne pouvait excuser notre défaite, et vendredi, on a su se relever rapidement en étant engagé, appliqué et avec du caractère.»

***

EN VITESSE

Le gardien Antoine Samuel disputera un troisième match en quatre jours devant le filet des Remparts… Après avoir connu «l’un de leurs pires matchs, jeudi», les défenseurs des Remparts ont droit à des éloges de leur entraîneur à la suite de la victoire de vendredi… Le jumelage de Matthew Grouchy à Andrew Coxhead et Mikaël Robidoux a donné de bons résultats, le nouveau venu ayant marqué son premier but avec les Remparts, vendredi. «Il n’avait pas patiné depuis trois semaines avant d’arriver ici, j’aime son énergie, son dynamisme sur le banc et son calme avec la rondelle», disait Boucher… Après une disette d’aucun but en 28 avantages numériques, les Remparts en ont marqué trois en 18 occasions à leurs quatre derniers matchs. «Il s’agit d’une facette où l’on doit s’améliorer. J’ai revu le match contre Victo [0 en 5], on a fait de bonnes choses. On a vécu la même situation en début de saison, et après, ç’a débloqué. Si on continue à appliquer les principes de base, ça va aller», notait l’entraîneur-chef, qui a confié la pointe à Philipp Kurashev en raison de la puissance de son lancer…

Remparts

Les Remparts rebondissent et l'emportent 2-1

VICTORIAVILLE — Ils n’ont pas mis de temps à apprendre leur leçon! Au lendemain d’une défaite décevante devant leurs partisans, les Remparts de Québec ont rebondi de belle façon, vendredi à l’Amphithéâtre Gilbert Perreault, en l’emportant 2-1 contre les Tigres de Victoriaville.

Beaucoup plus affamés que jeudi, contre le Cap-Breton, ils ont bataillé du début à la fin dans un match important au classement. Déjà en avance par trois points sur leurs rivaux, les Remparts ont allongé leur marge de manœuvre à cinq à la faveur de cette troisième victoire en quatre matchs contre Victoriaville, cette saison.

«II s’agissait d’un match de quatre points. Rimouski va très bien, mais tout le monde voit Victo comme l’équipe de notre division, alors venir chercher deux points ici après la période des transactions et contre [Étienne] Montpetit, qui a été égal à lui-même, c’est très bon pour nous», convenait l’entraîneur-chef Philippe Boucher.

Les Remparts avaient tenu une réunion, vendredi matin, afin que tous les joueurs soient sur la même page au niveau de l’effort et de l’implication. Ils ont mis tout cela en application, en soirée.

«J’avais hâte [au match], j’espérais que les gars aient mal dormi et s’en voulaient un peu. Ça peut arriver une fois de temps à autre de perdre 6-1, mais tout est dans la façon. Ce soir [vendredi], on a joué comme on veut le faire, tandis que jeudi, c’était inacceptable et je pense que les gars l’ont réalisé.»

Un but de Jesse Sutton avec huit minutes à faire au match a permis aux Remparts de l’emporter.

«Il s’agit d’une victoire importante, pour nous, et c’était bien de rebondir comme on l’a fait. Ça nous montre qu’en y mettant de l’effort, on peut battre n’importe qui. On s’était dit qu’il fallait tous s’impliquer dans le système», notait le numéro 82, qui préférait parler de la victoire de l’équipe au lieu de son 12e but de la saison.

Au tour de Grouchy

Les Remparts ont lancé 35 fois sur Montpetit, brillant dans la défaite des siens. À l’autre bout, Antoine Samuel a été plus occupé en troisième période, se reprenant pour sa sortie ordinaire de la veille. Il a reçu 24 lancers au total.

Les Tigres, qui étaient privés de Vitalii Abramov, blessé au bas du corps, ont ouvert la marque à mi-chemin par l’entremise de James Harwell. Leur avance n’a pas tenu longtemps, car les visiteurs de Québec ont créé l’égalité tout juste avant de retraiter au vestiaire. À l’instar de son coéquipier Gregor MacLeod, jeudi, Matthew Grouchy a marqué son premier but dans l’uniforme des Remparts.

Le jeu de puissance des Remparts n’a pas produit en quatre occasions, mais leur désavantage a encore brillé.

«On va le travailler, on a de la misère à trouver un bon tireur. Mais en début de saison, on gagnant nos matchs à cinq contre cinq. Au retour de Noël, on a eu un bon meeting en désavantage, et ça va bien depuis. Louis-Filip Côté a accepté son rôle en désavantage, et il est un joueur-clé pour nous», résumait l’entraîneur-chef à propos du froid et chaud de ses unités spéciales.

Le week-end chargé des Remparts se poursuit, dimanche (15h), au Centre Vidéotron, avec la visite du Titan d’Acadie-Bathurst, l’une des formations ayant bougé le plus à travers la Ligue pour aller jusqu’au bout.

***

En vitesse

Laissé de côté lors des trois plus récents matchs des Remparts, Pierrick Dubé était de l’alignement, vendredi… Cas douteux, Andrew Coxhead a été en mesure de participer à la rencontre… Avant le match, les Tigres ont souligné les participations au Championnat mondial junior de leurs trois joueurs : Maxime Comtois (Canada), Vitalii Abramov (Russie) et Marco Cavalleri (Suisse), sans oublier celle de Philipp Kurashev, des Remparts, pour la Suisse… Jérémy Laframboise, Marc-Olivier Alain et Braeden Virtue n’ont pas joué pour les Remparts… Originaire de Lac-Beauport et récemment acquis de Rimouski, Justin Paré disputait un deuxième match avec les Tigres… Un agent de sécurité des Tigres a reçu les premiers soins au banc des Remparts pendant la période d’échauffement après avoir reçu une rondelle sur la tête... Après avoir affronté le Titan, dimanche, les Remparts quitteront vers les Maritimes dès lundi midi en prévision d’une séquence de trois matchs en quatre jours qui les mènera au Cap-Breton (mercredi), à Moncton (vendredi) et à Saint-Jean (samedi)…

+

UNE AUTRE CONQUÊTE DANS LA MIRE DE COMTOIS

VICTORIAVILLE — Après une saison où il a vécu quelques déceptions, l’ailier Maxime Comtois (photo) s’est bien repris depuis. Gonflé à bloc par la conquête de la médaille d’or au récent Championnat mondial junior, il revient chez les Tigres avec l’intention de vivre un autre succès d’équipe.

«Je suis parti à peu près un mois, ça fait du bien d’être de retour. Avec toutes les acquisitions qu’on a faites, je suis excité. Ça fait quatre jours que je suis ici, et ça va bien à date», disait-il avant le match de vendredi.

Étiqueté comme étant l’un des beaux espoirs du dernier repêchage de la LNH, il a dû patienter jusqu’au 50e rang (deuxième ronde) pour voir les Ducks d’Anaheim le réclamer. Il ne s’est pas laissé abattre pour autant, bien au contraire.

«Je voulais vraiment rebondir, cette saison. J’ai fait les ajustements pour le faire, cet été, afin de mieux performer, et jusqu’à présent, ça marche. Il y a toujours des personnes qui vont me remettre en doute, mais je connais une bonne saison, et ç’a bien été au Championnat mondial.»

Après avoir célébré la victoire du Canada, une autre mission l’attend à Victoriaville. «J’ai suivi les transactions par les réseaux sociaux, je parlais à mes coéquipiers, je regardais les matchs [des Tigres] quand je le pouvais. Avec l’équipe qu’on a, tout le monde sait qu’on vise la Coupe.»

Il estime que l’aventure vécue à Buffalo l’aidera à court terme. «Je pense avoir vraiment trouvé mon style au Championnat mondial et j’essaie de le mettre en pratique, ici. Je veux faire la même chose. Ça aide aussi d’avoir disputer des matchs aussi importants en milieu de saison, c’est de l’expérience en banque», notait celui qui a bouclé le Mondial avec une récolte de trois buts et six points en sept matchs.

Remparts

Les Remparts écrasés par des Screaming Eagles acharnés

Dans la catégorie des mauvais matchs, celui de jeudi occupera une place de choix dans leur présente saison. Face à une équipe plus acharnée, les Remparts ont encaissé un revers de 6-1 contre les Screaming Eagles du Cap-Breton.

Ils ont donc bien mal entrepris un week-end qui ne s’annonçait déjà pas de tout repos, puisqu’ils seront à Victoriaville, vendredi, et recevront Bathurst, dimanche, deux équipes encore plus redoutables que les visiteurs du jour au Centre Vidéotron.

«Tu ne peux pas jouer à 75 % et espérer l’emporter. Ils ont travaillé plus que nous, c’est le résultat que ça donne», admettait l’entraîneur-chef Philippe Boucher.

Les siens ont pris les devants 1-0, tôt en première période, mais peu à peu, les visiteurs ont imposé leur rythme. Toujours à la poursuite de la rondelle, le Cap-Breton a enchaîné avec six buts sans réplique pour remporter le premier rendez-vous de la saison entre ces deux équipes.

«On l’a dit à nos joueurs après la première et la deuxième, dans une ligue où il y a de la parité, tu ne peux pas jouer comme ça. J’espère qu’ils vont s’en souvenir et qu’elle [cette rencontre] va laisser un mauvais goût. Il faut tourner la page, mais ne pas oublier ce qui vient de se passer», ajoutait Boucher.

Samuel prend le blâme

Avec une égalité de 1-1 en début de deuxième, le gardien Antoine Samuel a accordé un mauvais but et l’adversaire n’a jamais ralenti la cadence par la suite. En bout de ligne, il a cédé six fois sur 32 lancers. À deux reprises, une révision vidéo a validé des buts des vainqueurs.

«Six buts sur 30 lancers, ce n’est pas la performance désirée de ma part. À 1-1, j’ai donné un but ordinaire qui a fait mal. Mon rôle, c’est de garder l’équipe dans le match, je prends le blâme pour cette défaite. Ils exercent une bonne pression, ils ont travaillé leurs chances. Il y a peut-être eu quelques bonds chanceux de leur côté, mais à six buts sur 30 lancers, il faut l’arrêter à un moment donné», soulignait Samuel à la porte du vestiaire.

Le gardien a été battu par Phélix Martineau (2), Ryan Francis, Gabriel Proulx, Jordan Ty Fournier et Egor Sokolov. Le nouveau venu Gregor MacLeod (9e) a inscrit son premier but dans l’uniforme des Remparts.

De l’autre côté, l’entraîneur-chef Marc-André Dumont était ravi de la sortie des siens, mais ne pavoisait pas. «On les revoit dans une semaine, je suis persuadé qu’ils seront meilleurs. Nous ne sommes qu’à la mi-janvier, une équipe qui a fait quelques changements a toujours besoin d’un peu temps, alors que nous, on n’en a pas fait. Mais ce genre de match nous permet de bâtir notre confiance.»

Les Screaming Eagles avaient fait 12 heures de route, mercredi, pour se pointer en ville à 21h. Les Remparts en feront autant, mardi, pour leur match à Sydney, mercredi prochain.

«Les clubs qui viennent ici une fois sont préparés et acharnés. Ce matin [jeudi], j’ai lu que c’était un club qui avait lancé la serviette, ils n’avaient pas besoin de chercher de la motivation, il l’avait trouvée en lisant le journal… Je suis convaincu qu’ils pensent pouvoir causer des surprises, comme nous, mais on ne le fera pas en jouant comme on l’a fait», ajoutait Boucher, qui prévoyait faire à nouveau appel à Samuel pour affronter les Tigres, vendredi, à Victoriaville.

Remparts

Gros week-end en vue pour les Remparts

Sans servir de baromètre pour le reste de la saison, les trois prochains matchs permettront aux Remparts de Québec d’avoir une bonne idée du niveau de jeu à atteindre pour s’imposer dans le groupe des équipes susceptibles de connaître du succès en seconde moitié et dans les séries éliminatoires.

«Il s’agit d’un gros week-end pour nous», admettait l’entraîneur-chef Philippe Boucher à propos des matchs prévus contre les Screaming Eagles de Cap-Breton (jeudi), les Tigres, à Victoriaville (vendredi) et le Titan d’Acadie-Bathurst (dimanche).

Les Tigres et le Titan ont affiché leurs couleurs au cours des dernières semaines en procédant à l’acquisition de joueurs d’impact dans l’espoir de se rendre jusqu’au bout de la longue route menant à la finale de la LHJMQ. Pour ce qui est des Screaming Eagles, de passage au Centre Vidéotron, jeudi, leur profondeur leur a encore permis de sacrifier l’un des meilleurs joueurs de la Ligue pour faire le plein de jeunesse et d’un choix de première ronde.

«Est-ce un baromètre? Oui et non, mais il faudra surtout être prêt. La poussière est retombée pour tout le monde. Les joueurs n’ont plus à se demander s’il y aura des échanges ou non, les nouveaux commencent à comprendre le système après avoir eu droit à un cours accéléré après qu’ils soient arrivés à deux jours d’un trois en trois. J’ai hâte de voir comment on va réagir, cette semaine», soulignait Boucher, mercredi, après la séance d’entraînement des siens.

Pour l’une des rares fois de la saison, il ne manquait personne sur la glace. Les 13 attaquants, huit défenseurs et deux gardiens étaient présents, en préparation pour le calendrier chargé qui s’en vient. Après ces trois matchs en quatre jours, un autre horaire du genre les attend, la semaine prochaine, à Cap-Breton, Moncton et Saint-Jean.

Boucher aimerait que les siens s’imposent comme ils l’ont fait, la semaine dernière, où ils ont amassé cinq points sur une possibilité de six répartis en trois jours de suite.

«J’aimerais que l’on continue dans la même veine que le week-end dernier, pas nécessairement en terme de points, mais dans la façon de faire les choses. Le seul petit goût amer de la semaine dernière, c’est le point qu’on a laissé aller à Chicoutimi, mais ç’a été contre une équipe qui a très bien joué contre nous.»

Style différent

Boucher ne s’attend pas à une partie de plaisir, jeudi, contre les Screaming Eagles, qui s’amènent en ville sans le médaillé d’or Drake Batherson, échangé à l’Armada de Blainville-Boisbriand pendant le Championnat mondial junior. L’an dernier, à la même période, ils avaient cédé Pierre-Luc Dubois à la même équipe. Il s’agira de l’unique visite à Québec de la formation dirigée par Marc-André Dumont.

«Même s’ils ont laissé partir leur meilleur joueur, c’est une équipe qui patine, qui joue d’une façon différente des autres. Si vous allez au match [jeudi], vous allez le remarquer. En avantage numérique, comme en désavantage, c’est go, go, go. Leurs défenseurs sont très impliqués. À court d’un homme, ils sont très agressifs, comme d’autres équipes, mais autant que ça, c’est rare.»

Histoire d’avoir un bon plan de match, il prévoyait demander aux joueurs ayant joué dans les Maritimes, récemment, ce qu’ils ont vu dans les matchs contre eux. «Le Cap-Breton est un club qui repêche souvent et bien, ils affrontent de bons clubs dans les Maritimes et peuvent battre n’importe qui.»

NOTES : Le gardien Antoine Samuel sera devant le filet des Remparts pour la troisième fois en quatre matchs depuis son arrivée de Baie-Comeau... Le défenseur Thomas Dajcar sera de retour dans la formation après un congé, à Saguenay.