Remparts

Roy retourne à Chicoutimi avec de bonnes intentions

À une autre époque, les partisans des Saguenéens l’attendaient de pied ferme à chacune de ses visites au Centre Georges-Vézina. L’entraîneur-chef des Remparts Patrick Roy y effectue son retour, jeudi, dans le calme et non plus comme l’un des points de mire de la rivalité ayant marqué son premier passage à la barre de l’équipe.

Il s’agit du premier affrontement de la saison entre les Remparts et les Saguenéens, bien que les deux clubs se soient affrontés en calendrier préparatoire. «Je m’en vais là-bas avec de bonnes intentions. Le passé, c’est le passé.  Pour moi, c’est un nouveau chapitre qui commence», confiait Roy à la veille de traverser la réserve faunique des Laurentides.

La dernière fois qu’il a dirigé son équipe au Centre Georges-Vézina, le 31 mars 2013, les Remparts l’avaient emporté 4-3 en prolongation pour enlever cette série de la première ronde en six matchs. Les Sags n’étaient plus dirigés par son rival du temps, Richard Martel, mais plutôt par Marc-Étienne Hubert, maintenant à la barre des Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Signe que le temps efface quelque peu les traces du passé, les Saguenéens et les Remparts ont transigé pendant le camp d’entraînement. Le vétéran Jesse Sutton a pris la route de Saguenay en retour d’un choix de deuxième ronde en 2020.

«Je pense qu’on avait déjà effectué un échange entre nous, soit quand j’avais acquis les droits de Mathieu Melanson. Personnellement, je n’aurais pas eu peur de faire d’autres transactions avec Chicoutimi, mais on ne l’a pas fait souvent. Dans le fond, la dernière équipe que les Remparts voulaient aider, c’était Chicoutimi, et à l’inverse, Québec était aussi la dernière équipe que les Saguenéens voulaient aider», rappelait Roy en riant.

Aujourd’hui, c’est tout le contraire. Roy entretient une excellente relation avec son homologue, Yanick Jean. «La transaction faisait l’affaire des deux, et si on peut en refaire une autre, pourquoi pas.»

L’important : la progression

Ce qui retenait plus l’attention de Roy avant de grimper à bord de l’autocar des Remparts, c’était de voir sa troupe poursuivre son bon début de saison. Avec une fiche de 5-4-1 en 10 matchs, les Diables rouges disputent une autre séquence de trois matchs en trois jours contre les Saguenéens, le Titan d’Acadie-­Bathurst et l’Armada de Blainville-Boisbriand, dont deux sur la route jeudi et samedi.

«Je le dis souvent, mais ce qui importe, c’est que notre équipe progresse. Et depuis le début de la saison, j’ai des chums qui l’ont remarqué, c’est ce qu’on fait. Nous avons récolté 11 points sur une possibilité de 20, je suis content où l’on est.»

Selon Roy, les matchs contre les Saguenéens, le Titan et l’Armada ont leur importance au classement, même si la saison est encore jeune. «On affronte trois équipes qui sont près de nous au classement. Chicoutimi est dans notre division, Bathurst est dans notre conférence, il s’agit en quelque sorte de matchs de quatre points», ajoutait celui qui souhaite que le jeu de puissance soit plus productif que lors du dernier match, où les siens n’ont pas marqué en sept occasions.

«Dans un trois en trois, il faut que l’avantage numérique soit plus productif. Contre Baie-Comeau, ça nous a fait mal. On n’avait pas mal fait au début, mais en deuxième période et en fin de match, on n’a pas généré assez d’attaque. On a travaillé là-dessus à l’entraînement, on essaie de trouver la bonne formule», soulignait Roy, dont l’unité spéciale occupe le 13e rang (sur 18) avec une efficacité de 17 %.

Remparts

Dereck Baribeau retiendra la leçon

Même s’il se disait fin prêt à retourner devant le filet malgré une fracture au cinquième métacarpe de la main droite, le gardien de but Dereck Baribeau cédera son poste à son adjoint Anthony Morrone, jeudi contre les Saguenéens de Chicoutimi, pour le premier match d’une séquence de trois en trois jours.

Absent à l’entraînement, mercredi, l’entraîneur-chef Patrick Roy a confirmé en début d’après-midi que Baribeau affronterait le Titan d’Acadie-Bathurst, vendredi à Québec, tandis que Morrone obtiendrait un deuxième départ en trois jours, samedi, à Blainville-Boisbriand, contre l’Armada.

Remparts

Moins grave que prévu pour Dereck Baribeau

Le gardien numéro un des Remparts, Dereck Baribeau, pourrait finalement ne pas trop rater de matchs. Sa blessure à la main est moins grave que prévu et il pourrait être devant le filet dès jeudi s’il peut insérer une orthèse dans sa mitaine.

Baribeau s’est blessé à la main quand il a posé un geste de frustration après avoir été retiré du match contre le Drakkar de Baie-Comeau, vendredi. Tout juste rappelé des Riverains du Collège Charles-Lemoyne (midget AAA), le jeune Kevyn Brassard était d’ailleurs à l’entraînement mardi matin en compagnie du substitut Anthony Morrone. Pendant ce temps, Baribeau subissait des examens médicaux afin de préciser la teneur de sa blessure.

«Fracture du boxeur» 

Finalement, les nouvelles étaient meilleures que ce qu’espérait la direction des Remparts. «Dereck a une blessure au cinquième métacarpe. Ils appellent ça la “fracture du boxeur” et c’est quelque chose qui guérit bien s’il ne fait pas le fou», a expliqué le thérapeute athlétique Steve Bélanger après l’entraînement de l’équipe au Pavillon de la Jeunesse.

L’entraîneur-chef Patrick Roy semblait plutôt soulagé lui aussi. «Ça a pris le bon côté... Il s’agit d’une légère fracture à la main, mais le poignet n’est pas touché, contrairement à ce qu’on craignait. Il pourrait même jouer jeudi [contre les Saguenéens à Chicoutimi] s’il est capable de le faire avec une orthèse dans sa mitaine.»

Malgré tout, Roy dit être satisfait d’avoir pu voir à l’œuvre le jeune Brassard à l’entraînement. «Il s’est bien développé. Charles-Lemoyne fait du bon travail avec lui. On devrait aussi pouvoir donner du millage à Anthony même si on préfère de beaucoup avoir Dereck devant le filet», a-t-il enchaîné.

Morrone pourrait être envoyé dans la mêlée jeudi à Chicoutimi et Roy a assuré qu’il lui confierait le filet samedi, contre l’Armada à Blainville-Boisbriand. Le gardien de 19 ans est originaire de Mirabel, à quelques kilomètres de là. Quant à Brassard, il pourrait vite retourner avec les Riverains si Baribeau reçoit l’autorisation de revêtir l’équipement. 

«Moi, je voyais le pire, alors pour nous, c’est une bonne nouvelle. On verra comment se développera la situation avec Dereck durant la semaine à l’entraînement. On verra demain [mercredi] comment il réagit avec une orthèse.»

Un match à la fois

Roy ne se perd pas en conjectures sur la façon d’aborder ces trois matchs en trois soirs après cinq jours sans match. «Il faut prendre ça un match à la fois. Chicoutimi a eu un bon voyage sur la route et leur patinoire est difficile, c’est une glace olympique, alors il faudra une petite adaptation. Le Titan d’Acadie-Bathurst a une bonne équipe aussi.»

+

Remparts

Baribeau blessé à une main

Le chat est sorti du sac: les Remparts devront faire sans leur gardien numéro un Dereck Baribeau pour une période indéterminée. Le cerbère de 19 ans s’est blessé à une main lors de la visite du Drakkar de Baie-Comeau vendredi.

On se doutait bien que quelque chose clochait avec Baribeau. Après le dernier match des Remparts, il n’était pas disponible pour entrevue parce qu’il était occupé avec le thérapeute sportif de l’équipe. De plus, l’entraîneur-chef Patrick Roy s’était empressé de dire que Baribeau n’avait absolument rien à se reprocher même s’il l’avait remplacé par Anthony Morrone après que le Drakkar ait marqué deux buts en 66 secondes en troisième. 

Lundi, les Remparts ont annoncé que Baribeau était blessé à une main et qu’il serait absent pour une période indéterminée. Le gardien de but subira d’autres examens mardi afin de connaître la nature exacte de sa blessure et la durée de son absence. C’est le jeune gardien de 16 ans Kevyn Brassard, choix de troisième ronde des Diables rouges lors du dernier repêchage, qui s’amène comme substitut à Morrone durant l’absence de Baribeau.

Brassard avait débuté la saison avec les Riverains du Collège Charles-Lemoyne dans la Ligue de hockey Midget  AAA du Québec, où il montrait une fiche de cinq victoires et deux défaites, une moyenne de buts alloués de 2.67 et un pourcentage d’efficacité de .929 , la quatrième meilleure du circuit. 

Après cinq journées sans match, les Remparts se taperont trois parties en autant de jours à partir de jeudi alors qu’ils rendront visite aux Saguenéens à Chicoutimi pour ensuite revenir à Québec pour recevoir les champions de la Coupe Memorial, le Titan d’Acadie-Bathurst, vendredi et repartir vers Blainville-Boisbriand pour y affronter l’Armada samedi.  

L’attaquant Louis-Filip Côté aura l’occasion de poursuivre sa séquence de matchs consécutifs avec au moins un point, qui s’élève présentement à sept. Il occupe le cinquième rang des marqueurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) avec sept buts et huit aides en dix parties.

Remparts

Cap-Breton: un vrai test pour Québec

Il n’y a pas de match facile, dit-on. Les Remparts de Québec le savent bien. Et les passages au Centre Vidéotron des Screaming Eagles du Cap-Breton et du Drakkar de Baie-Comeau, jeudi et vendredi, en sont deux preuves évidentes.

«Je m’attends à ce qu’ils soient sur la coche, c’est un bon test pour nous», disait d’ailleurs Patrick Roy à propos de la visite du Cap-Breton, jeudi (19h). «Leurs défenseurs sont très actifs en support à l’attaque, ils bougent bien la rondelle en avantage numérique et ils ont une bonne structure défensive. Ils ont perdu à Saint-Jean [mardi], et quand tu échappes le premier match sur la route, tu veux rebondir.»

Roy mise sur une meilleure efficacité en désavantage numérique pour retrouver le chemin de la victoire puisque les Remparts ont encaissé deux revers en Abitibi, la fin de semaine dernière. «On est 17e [sur 18], ce n’est pas fort. Mais j’aime la manière dont on joue. Parfois, ce n’est pas révélateur, car on a affronté de bonnes équipes, et sans rien enlever à personne, Rimouski et Rouyn, ils vont en scorer, des buts en avantage.»

L’entraîneur-chef espère aussi une plus grande contribution offensive de Matthew Grouchy, limité à un but et deux points en huit matchs. Il perçoit cependant de bonnes choses à l’horizon. «Au début, je trouvais que son niveau d’intensité n’était pas là où je le voulais, mais dernièrement, je suis plus content, je m’attends à ce que les résultats suivent.»

Le principal intéressé veut faire sa part, offensivement. Il est à l’aise en compagnie du centre Andrew Coxhead. «Notre ligne se replace, ça va finir par rapporter. La clé est d’envoyer la rondelle au filet. Andrew et moi, on aime travailler en fond de territoire, ce qu’on n’a pas fait assez. Lorsque notre cohésion sera meilleure, on devrait être en mesure de contribuer un peu plus. À 19 ans, j’aimerais produire plus, ça va venir», admettait le joueur acquis de Charlottetown, l’an passé, en retour de Derek Gentile.  

Remparts

Étienne Verrette s’en tire bien avec un œil coloré

Les traces d’un coup de bâton à l’œil s’estompant avec le temps, le défenseur Étienne Verrette a repris l’entraînement avec les Remparts, mardi, une semaine après avoir vécu la frousse de sa vie. Il doit réintégrer l’alignement, jeudi, après une absence de deux matchs.

«J’ai vraiment eu peur», confirmait l’arrière de 20 ans au terme de la séance de travail, mardi, au Pavillon de la jeunesse. Mercredi dernier, Verrette a reçu un coup de bâton à l’œil droit, qui lui a valu un point de suture et une couple de visites chez le spécialiste.

«Sur le coup, ce n’était pas une sensation très le fun à vivre. J’ai eu peur, je suis vraiment content d’avoir été chanceux dans ma malchance et que ça n’ait pas été plus grave que ça», expliquait le numéro 6 des Remparts.

Verrette était sous le choc au moment de l’incident survenu derrière le filet des siens, en deuxième période de la victoire de 6-2 contre Halifax, mercredi dernier. Il ne pouvait dire que la palette du bâton avait touché son œil. Ce fut bien le cas, mais pas au point de lui en faire perdre l’usage.

«Ça m’a pris 48 heures pour pouvoir rouvrir mon œil à moitié. Le rétablissement s’est bien passé, j’avais des médicaments à mettre dans mon œil et je suis content que ça aille mieux. Ma vision est revenue, il y a juste un peu de couleurs. Quand j’ai appelé mes parents pour leur dire ce qui s’était passé, on aurait dit que je revivais les émotions. Ce n’était pas le fun», répétait celui qui s’est entraîné avec sa demi-visière, comme à l’habitude, mardi.

«On reste humble»

Le vétéran a surveillé les deux matchs de la fin de semaine à distance. Et même si ses coéquipiers n’ont pas gagné à Val-d’Or (défaite de 3-2 en prolongation) ni à Rouyn-Noranda (revers de 6-4), il a bien aimé le boulot accompli par ses jeunes compagnons à la ligne bleue. Il se dit agréablement surpris par le début de saison des siens.

«Un peu, mais en même temps, on savait qu’on pouvait rivaliser avec les bonnes équipes. Je pense qu’on l’a prouvé, mais on n’a rien accompli encore, il en reste beaucoup à jouer, on le sait. On joue bien, mais on reste humble. On a prouvé des choses jusqu’à présent, mais pas assez pour s’asseoir là-dessus. Il nous reste des choses à améliorer, il faut continuer à progresser», ajoutait-il avec la sagesse de son expérience.

L’entraîneur-chef Patrick Roy se disait aussi quelque peu étonné par la fiche positive de sa troupe, notamment en raison d’un horaire chargé et de matchs disputés contre des puissances de la LHJMQ.

«Oui, c’est un peu surprenant, surtout qu’on a un calendrier difficile. On aura joué huit matchs en 16 jours après ceux de cette semaine, en plus d’un voyage en Abitibi», notait Roy, dont la troupe reçoit Cap-Breton (jeudi) et Baie-Comeau (vendredi).

Sous-évalués?

Les analystes auraient-ils sous-estimé sa formation?

«Difficile à dire, car je ne connais pas beaucoup la Ligue. Et, en tout respect, ça ne me dérange pas trop. De ce que je vois, les gens trouvent peut-être qu’on manque un peu de profondeur à l’attaque pour marquer, soir après soir, sauf que le trio de Kurashev fait un bon travail», notait-il en soulignant aussi la contribution positive d’Andrew Coxhead et Olivier Mathieu. «Est-ce que Grouchy pourrait m’en donner un peu plus? Oui, mais il est sur la bonne voie.»

Parmi les aspects à améliorer, Roy pointe en direction des buts accordés en désavantage numérique. Depuis le début de la saison, les 35 jeux de puissance adverses ont touché la cible 11 fois, ce qui place les Remparts à l’avant-­dernier rang à ce niveau.

+

Remparts

Les Remparts essaient tout dans une défaite de 6-4 à Rouyn-Noranda

Forcés à jouer du hockey de rattrapage en troisième période, les Remparts de Québec n’ont pas été en mesure de revenir de l’arrière, samedi à l’aréna Iamgold, où ils ont encaissé une défaite de 6-4 aux dépens des Huskies de Rouyn-Noranda en conclusion d’une tournée de deux matchs en Abitibi.

Mais ce n’est pas à défaut de ne pas avoir tout essayé! En retard par trois buts, en troisième, ils ont joué le tout pour le tout en retirant souvent leur gardien à la faveur d’un sixième joueur, sans toutefois parvenir à finaliser la remontée.

«Je trouve que les gars n’ont jamais abandonné, même lorsqu’on tirait de l’arrière en troisième. Et c’est la raison pour laquelle je leur en ai donné, et quand c’est devenu 5-2, j’ai peut-être retiré mon gardien 22 fois... Il y a des endroits où l’on doit être meilleur, mais dans l’ensemble, ç’a été un sapré bon match», notait l’entraîneur-chef Patrick Roy, rejoint après le revers des siens.

À 5-2, en troisième, Roy a décidé de tout faire pour revenir dans le match. Au total, le gardien Anthony Morrone a été devant le filet pendant 52 minutes et 51 secondes, passant les 7:09 autres au banc pendant qu’on se lançait à l’attaque.

«Les gars travaillaient, ils n’avaient pas la tête entre les jambes. Vous me connaissez, je n’aime pas perdre, mais il y a des matchs où ça me dérange un peu moins, comme celui-ci. Pour moi, c’est positif», admettait le Diable rouge en chef.

Les Remparts ont amassé un point sur les quatre à l’enjeu à Val-d’Or et Rouyn-Noranda. Il s’agissait pour eux d’un troisième match en quatre jours, le premier ayant eu lieu à Québec, mercredi, lors d’une victoire de 6-2 contre Halifax. Après huit matchs, la formation québécoise montre un dossier de 4-3-1. Les Huskies, eux, l’emportaient une sixième fois de suite et montrent un dossier 7-1.

«Si on m’avait dit qu’on obtiendrait cinq points sur huit à nos quatre derniers matchs contre Drummondville, Halifax, Val-d’Or et Rouyn-Noranda, je les aurais pris en courant. J’aurais aimé qu’on revienne avec deux points, peut-être trois, mais je suis content de l’effort et de la performance des gars. Il faudra cependant améliorer certaines prises de position», notait-il.

Il pointait notamment en direction de l’unité en désavantage numérique, qui a concédé trois des six buts des Huskies. De leur côté, les Remparts ont marqué deux fois en avantage, en plus de toucher la cible une fois à court d’un homme.

Louis-Filip Côté (6e), Andrew Coxhead (2e), Christian Huntley (1er) et Philipp Kurashev (4e) ont marqué pour les Remparts, qui ont lancé 20 fois en direction du filet adverse en première période et 41 fois au total. Le gardien Anthony Morrone a accordé cinq des six buts, l’autre étant inscrit dans un filet désert pour faire 6-2 à la 53e minute. Il aimerait sûrement revoir le quatrième but, en tout début de dernier tiers.

«Leur but en avantage numérique en fin de deuxième et le début de la troisième ont été des moments-clés. À 3-2, [Matthew] Grouchy a raté une belle chance et ensuite, ils ont marqué. Au lieu d’être 3-3, c’est devenu 4-2 pour eux», résumait l’entraîneur-chef.

William Dufour, un ancien du Blizzard du Séminaire Saint-François (midget AAA), a inscrit son premier but dans la LHJMQ pour les Huskies. Ses coéquipiers Patrik Hrehorcak (2), Jakob Lauro, Alex Beaucage et Rafaël Harvey-Picard ont aussi marqué.

EN VITESSE

- L’ailier Pierrick Dubé n’a finalement pas été en mesure de revenir au jeu. «Il n’a pas de force de son épaule», indiquait Patrick Roy à propos de celui qui s’était blessé à Québec, mercredi.

- Laissé de côté depuis le début de la saison, le défenseur Félix Tremblay a disputé son premier match dans la LHJMQ avec les Remparts. Il a même obtenu son premier point (une passe).

- Le but de Louis-Filip Côté lui permettait d’obtenir au moins un peu dans un cinquième match d’affilée. Il mène l’équipe avec une fiche de six buts et cinq passes.

- Les Remparts roulaient toute la nuit pour rentrer à la maison. Ils disputent leur prochain match, jeudi, au Centre Vidéotron, contre les Screaming Eagles du Cap-Breton.

Remparts

Les Foreurs ne font pas de cadeau de fête à Roy

Même s’ils ont permis aux Foreurs de Val-d’Or de savourer leur première victoire de la saison, vendredi au Centre Air Creebec, les Remparts de Québec n’ont pas tout perdu puisqu’ils ont ajouté un point de classement à la suite de leur défaite de 3-2 en prolongation.

Les Remparts étaient à la recherche d’une troisième victoire de suite. Après avoir battu deux des meilleures formations de la LHJMQ (Drummondville et Halifax), ils étaient confrontés à celle qui occupait le dernier rang du classement. Et en ce jour d’anniversaire de Patrick Roy, les Foreurs n’avaient pas l’intention de lui offrir un cadeau, comme le laissait entendre le compte Twitter de l’équipe de l’Abitibi.

«Je ne dirais pas qu’on n’a pas travaillé, mais j’ai trouvé qu’on l’avait fait un peu moins bien que lors de nos victoires contre Drummondville et Halifax. Nous sommes sortis de notre structure, et lorsqu’on le fait, ça devient un peu plus difficile. Il faut savoir garder notre intensité à chaque match, c’est comme ça qu’on va avoir du succès, mais on va prendre tous les points qu’on ramasse», a résumé l’entraîneur-chef après la rencontre.

Olivier Mathieu (2e) avait donné les devants 1-0 aux Remparts à la faveur d’un jeu de puissance, leur unique réussite du genre en six occasions. Les Foreurs ont créé l’égalité et pris les devants 2-1, en deuxième, grâce à des buts de Yan Dion et Julien Tessier, les deux en avantage numérique. Philipp Kurashev avait ramené tout le monde à la case départ à l’aide d’un puissant lancer, en tout début de troisième période.

Le jeu de puissance manque sa chance

Les Remparts ont eu une belle chance de briser l’égalité de 2-2 en fin de match, mais l’attaque massive n’a pas été en mesure de capitaliser. «Le jeu de puissance a eu l’occasion de gagner le match, en troisième. On est quoi, 1 en 6? C’était une soirée où l’avantage numérique aurait pu faire la différence», a estimé Roy.

«À l’inverse, on a donné deux buts en désavantage. Mais on a eu nos chances, notamment deux fois en prolongation, et après, leur joueur a débordé dans notre territoire pour marquer le but vainqueur», a expliqué le Diable rouge en chef à propos du filet décisif de Nicolas Ouellet aux dépens de Dereck Baribeau à 2:22 de la prolongation.

Roy ne s’attendait pas à un match facile malgré la fiche de 0-5-1 des Foreurs, dont l’entraîneur-chef est désormais Pascal Rhéaume. Ils savaient que ceux-ci seraient affamés tandis que son équipe était privée de quelques joueurs.

«Les pertes de Verrette, Dubé et Robidoux font mal, ça vient jouer dans notre profondeur. Le focus n’est pas aussi présent que dans nos derniers matchs, et je ne cherche pas d’excuse, mais on a un horaire chargé et c’est un long voyage. On a des joueurs, pas des machines.»

Les Remparts bouclent leur tournée en Abitibi en affrontant les Huskies de Rouyn-Noranda, samedi soir. Maintenant dirigés par Mario Pouliot, les Huskies ont porté leur fiche à 6-1, vendredi, avec un gain à domicile contre Victoriaville.

+

NOTES 

- Les défenseurs recrues Félix-Olivier Chouinard et David Schives ont pris la place des blessés Étienne Verrette et Braeden Virtue.

- L’attaquant Pierrick Dubé a accompagné l’équipe, mais il n’a pas joué, vendredi… Samuel Dickner, un ancien du Blizzard (midget AAA) qui évolue à Terrebonne (junior AAA), a disputé un premier match avec les Remparts.

- Les Foreurs étaient privés de leur capitaine David Noël, un produit du SSF lui aussi, qui a reçu un bâton dans l’œil, récemment.

Remparts

Les résilients Remparts surprennent

Avec leur fiche de 4-2 depuis le début de la saison, les Remparts de Québec représentent l’une des surprises de la LHJMQ. Ils ont pris la route de l’Abitibi, jeudi, avec l’espoir de prolonger leurs récents succès.

Les Remparts viennent de battre coup sur coup deux des meilleures formations du circuit, soit les Voltigeurs de Drummondville et les Mooseheads d’Halifax. Ils ont rendez-vous avec les Foreurs de Val-d’Or, vendredi, et les Huskies de Rouyn-Noranda, samedi. Ces clubs sont maintenant dirigés par Pascal Rhéaume et Mario Pouliot.

«On était dans l’autobus après le match à Sherbrooke [défaite de 4-1], puis on regardait le calendrier. On se disait qu’on s’en irait peut-être à Val-d’Or avec une fiche de 2-4, mais c’est complètement l’inverse. Présentement, les choses vont bien pour nous, il faut continuer à être résilient», disait l’entraîneur-chef Patrick Roy, mercredi, après la victoire de 6-2 contre les hôtes du prochain tournoi de la Coupe Memorial.

Retour à la source

Pour le gardien Dereck Baribeau, il s’agit d’un retour en Abitibi, lui qui fut le premier choix (5e) des Foreurs, en 2015. Il en est à sa troisième saison avec les Remparts et connaît un très bon départ avec une moyenne de buts alloués de 2,57 et trois des quatre victoires de siens. Mercredi, il a bien encore bien fait contre Halifax.

«Dereck a une attitude exemplaire, j’aime où il est, présentement. Il travaille fort dans les séances d’entraînement, il a eu un bon camp avec le Wild, tout va bien pour lui. Il y aura des moments où ce sera plus difficile, mais on va être avec et derrière lui. On veut que nos joueurs sentent qu’on les apprécie. Et même s’ils ont un mauvais match ou font des erreurs, on va continuer à leur donner la chance de bien performer et de se reprendre», soulignait Roy.

Le principal intéressé y voit pour sa part un effort de groupe. «On vient de battre Drummondville et Halifax. On n’a pas l’équipe la plus talentueuse, mais si on travaille, qu’on fait de l’échec avant et qu’on se repli défensivement, ça peut nous aider à connaître du succès. Il faut garder les choses simples, comme on l’a fait contre Halifax», soulignait Baribeau, qui a désormais disputé plus de matchs dans l’uniforme des Remparts que dans celui des Foreurs.

Dubé fait le voyage

Les Remparts ont laissé deux joueurs à Québec, jeudi, soit le défenseur Étienne Verrette et le défenseur Braeden Virtue. Le premier, qui a reçu un bâton sur l’œil, mercredi, a passé des examens, jeudi, mais pourrait fort bien revenir au jeu dès la semaine prochaine. Le second a subi une séparation de l’épaule et on parle d’une absence de six à huit semaines.

Pour ce qui est de Pierrick Dubé, il a finalement accompagné l’équipe malgré une blessure à l’épaule. Il pourrait rater le match de vendredi et revenir au jeu, le lendemain. Les Remparts ont rappelé l’attaquant Samuel Dickner, un ancien du Blizzard du Séminaire Saint-François.

Remparts

Le premier trio mène Québec à un gain de 6-2

Menés par les 12 points de leur premier trio, les Remparts ont surpris la seule équipe invaincue de la LHJMQ, mercredi, au Centre Vidéotron.

Le seul passage des Mooseheads d’Halifax à Québec, cette saison, s’est traduit par une défaite de 6-2 contre les jeunes Remparts, qui l’emportaient une deuxième fois de suite contre l’un des meilleurs clubs de la LHJMQ. Louis-Filip Côté a disputé son meilleur match en carrière avec une récolte de deux buts et trois passes, tandis que ses partenaires Aleksei Sergeev (2-2) et Philipp Kurashev (1-2) amassaient aussi leur part de points.

Les Remparts montrent une fiche de 4-2 en ce début de saison, beaucoup plus productif que les experts ne l’avaient prédit.

«On a été vraiment solide, je suis très content de la performance de l’équipe. Le trio Côté-Kurashev-Sergeev a connu un fort match, ils étaient sur la rondelle. Et à la suite des blessures à [Étienne] Verrette et [Braeden] Virtue, nos quatre défenseurs ont fait un excellent travail», notait l’entraîneur-chef Patrick Roy.

Dès le départ, les siens ont su s’imposer en prenant les devants 2-0. Ils menaient 4-2, en troisième, avant de porter le score hors d’atteinte et de briser la séquence de quatre victoires de suite des visiteurs.

«Le moment-clé est survenu lorsqu’on menait 4-2. Dereck [Baribeau] a effectué deux arrêts importants, et après, on a marqué notre cinquième but. J’adore l’intensité qu’on dégage et notre intensité, soir après soir, c’est le fun à voir», admettait Roy.

Côté reste humble

Il a eu la main heureuse en début de saison en jumelant Côté aux deux patineurs européens. Visiblement, la cohésion opère entre les trois. «Au début, on ne marquait pas autant qu’on le souhaitait, mais j’ai dit aux gars que je ne ferais pas de changement, qu’il y aurait de la stabilité et on dirait que cela a amené une certaine confiance», soulignait Roy.

«J’imagine que la confiance joue là-dedans», notait Côté. «Je ne sais pas ce que je fais de différent, mais ça marche pour l’instant. La stabilité nous aide, ça va super bien présentement. Ils ont tellement de talent, de rapidité et de vision, c’est simple de jouer avec eux.

«On vient de remporter deux grosses victoires contre de bonnes équipes, ça envoie un message à la Ligue. On est jeune, on travaille, c’est la clé de notre succès», ajoutait-il, en y allant d’un humble «je suis content» lorsqu’on a appelé à commenter son meilleur match en carrière.

Car l’humilité est l’un des mots-clés de la présente édition. «Les choses vont bien, mais il faut rester humble. On n’est pas parfait, on n’a pas besoin de l’être, mais on doit l’être dans l’effort, et les gars le font bien.»

Trois blessés

En plus du gros trio, Olivier Mathieu a aussi marqué pour les Remparts aux dépens d’Alexis Gravel. Dereck Baribeau a cédé deux fois devant Samuel Asselin et Antoine Morand.

Les Remparts ont perdu les services de trois joueurs pendant le match. Verrette a reçu un bâton sur l’œil, Virtue a subi une séparation de l’épaule et Pierrick Dubé s’est blessé à une épaule.

«Étienne va passer des tests, mais à ce qu’on me dit, ça va bien aller. Virtue sera absent pour un mois et pour Dubé, je ne connais pas la gravité, mais je doute qu’il soit du voyage en Abitibi», indiquait Roy, dont le club fera appel à l’attaquant Samuel Dickner (junior AAA).

+

ÉRIC VEILLEUX SE REFAIT LA MAIN