Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Remparts

Les Remparts... gagnent des places! [VIDÉO]

En cette soirée où ils portaient le bleu des défunts Nordiques au Centre Vidéotron, les Remparts de Québec l’ont emporté 7 à 4 vendredi soir sur le Drakkar de Baie-Comeau, grimpant de la 16e à la 14e place du classement général devant 12 725 spectateurs.

Pour reprendre le slogan des Nordiques après l’agrandissement du Colisée de Québec en 1981, on peut donc dire que les Remparts gagnent des places. Pas si mal pour une équipe qui mise aussi sur la «force des jeunes» et pour qui «le meilleur est à venir» comme le disaient aussi les Bleus une décennie plus tard.

Le jeu de puissance des Remparts était à point vendredi, ceux-ci réussissant à marquer trois fois en cinq occasions. Hunter Holmes et Gabriel Montreuil, deux fois, ont déjoué le gardien Daniel Moody en avantage numérique. Montreuil a touché la cible deux fois alors qu’il s’était installé devant le filet du cerbère du Drakkar.

«J’ai adoré l’intensité de l’équipe ce soir, même si c’est malheureux qu’on ait donné autant de buts. En avantage numérique, je suis content pour Gabriel Montreuil, qui a marqué deux buts devant le filet. Souvent, on ne récolte pas comme on le devrait quand on est devant le filet, mais ce soir, ça a bien fonctionné», a commenté l’entraîneur des vainqueurs, Patrick Roy.

«Je suis aussi content pour Cole Cormier, qui a récolté trois passes, et défensivement, on a bien protégé la ligne bleue», a-t-il enchaîné, ajoutant qu’il avait eu une bonne discussion avec les siens à l’entraînement du matin après la défaite de jeudi contre les Cataractes de Shawinigan.

«On n’était pas content de notre match d’hier, les gars étaient déterminés à avoir un bon match. J’ai aimé voir les gars rebondir et démontrer qu’ils étaient capables de faire mieux qu’hier», a poursuivi Roy.

Pierrick Dubé, Nathan Gaucher, et Anthony Gagnon (deux buts, dont un dans un filet désert), ont inscrit les autres filets des locaux alors que la réplique des visiteurs est venue des bâtons de Gabriel Proulx (deux buts), Nathan Légaré et Christopher Merisier-Ortiz.

Sports

Les Remparts foudroyés par les Cataractes

Shawinigan — Les retrouvailles entre les Cataractes et leurs partisans ont été spectaculaires! À leur premier match au Centre Gervais Auto en trois semaines, les équipiers de Daniel Renaud ont foudroyé les Remparts avec une poussée de cinq buts en troisième, ce qui a mené à une victoire de 6-2 enregistrée devant plus de 3200 personnes sur la rue Jacques-Plante.

Cette récolte de deux points était pourtant loin d’être dans le sac après 40 minutes. Même s’ils ont dominé la première période, les Shawiniganais n’avaient réussi qu’à s’emparer d’une avance de 1-0.

Remparts

Remparts: l’épopée des deux Claude

La période bleue des Remparts, alors que l’équipe junior majeure appartenait aux Nordiques de la LNH et arborait un uniforme à leurs couleurs, est indissociable des attaquants Claude Gosselin et Claude Lefebvre. Deux «p’tits gars» de Québec qui portaient le même prénom, évoluaient au sein du même trio et sautaient sur la glace chaque soir avec la fierté d’évoluer pour l’équipe de leur ville. Les deux Claude seront salués vendredi au Centre Vidéotron, en même temps que plusieurs autres anciens Remparts et anciens Nordiques, avant le match qui opposera les Diables rouges au Drakkar de Baie-Comeau.

«Moi et Claude Lefebvre avions joué au hockey ensemble au niveau midget AAA. J’avais ensuite débuté ma carrière junior avec les Draveurs de Trois-Rivières, qui m’avaient échangé aux Remparts à ma deuxième saison», raconte Gosselin, qui est ainsi allé rejoindre son ami Lefebvre à Québec durant la saison 1982-1983. C’était la dernière saison avant l’achat des Remparts par les Nordiques et l’arrivée d’un nouvel entraîneur, Guy Charron, le futur entraîneur des Flames de Calgary et des Mighty Ducks d’Anaheim, qui venait tout juste de terminer sa carrière de hockeyeur.

Inséparables

«Nous avions tous les deux une bonne éthique de travail et Guy Charron a décidé de ne jamais nous séparer, alors nous avons toujours joué au sein du même trio jusqu’à la fin de notre carrière junior», poursuit Gosselin à propos de ces années à porter le «R» rouge des Remparts sur un chandail «bleu Nordiques». 

Pour Claude Lefebvre, porter l’uniforme des Remparts était un rêve. «Quand j’étais jeune, mon oncle m’amenait voir les Remparts tous les vendredis!», rappelle celui qui a aussi plus tard été pendant quelques saisons l’adjoint de Patrick Roy derrière le banc des Diables rouges. L’arrivée des Nordiques dans le décor a encore ajouté à l’expérience stimulante des deux amis qui se retrouvaient ensemble sur la patinoire du Colisée de Québec. «C’était quelque chose de côtoyer les joueurs de la LNH. Parfois, ils nous regardaient pratiquer», se souvient-il.

Son ami Gosselin ajoute que l’achat des Remparts par les Nordiques avait amené un certain professionnalisme dans l’organisation de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Il y avait aussi une fierté de porter les mêmes couleurs que leurs grands frères les hockeyeurs professionnels.

Trop petits

Les deux Claude auraient bien sûr aimé poursuivre leur expérience jusque dans la LNH eux aussi, mais leur gabarit ne s’y prêtait pas vraiment à une époque où les petits joueurs n’étaient pas chose commune dans la grande ligue. 

«Je n’ai pas été repêché, mais j’ai été invité deux ans au camp d’entraînement des Nordiques», indique Gosselin. «Assez pour me rendre compte que la marche était haute entre le hockey junior et la LNH. J’ai eu la chance d’essayer et de voir que c’était un éternel recommencement. Ma sagesse de 19 ans m’a dit d’aller chercher un emploi plus stable!»

Lefebvre, lui, n’a même pas été invité à un camp de la LNH. Si les 5 pieds et 8 pouces de Gosselin faisaient que plusieurs le considéraient comme «trop petit» pour le circuit, imaginez ses 5 pieds et 6 pouces... 

«J’aurais été plus à l’aise avec le jeu de la LNH d’aujourd’hui!», avoue-t-il. «Mon jeu était basé sur la vitesse et l’habileté alors qu’à l’époque, dans la LNH, ça accrochait et ça brassait beaucoup», poursuit-il. Les deux Claude ont donc décidé de poursuivre leur chemin à l’Université de Moncton. Gosselin s’est inscrit en ingénierie alors que Lefebvre étudiait l’administration. Les deux amis étaient co-chambreurs et, sur la patinoire, ils portaient les couleurs de l’équipe universitaire des Aigles Bleus.

L’Europe et l’après-carrière

L’aventure du hockey universitaire a duré une saison pour Lefebvre, qui n’était pas encore prêt à tourner le dos au hockey professionnel. 

«L’Europe m’a ouvert ses portes. Là-bas, il y avait de la place pour les joueurs de mon gabarit. J’ai joué en Autriche, en Italie, au Royaume-Uni et en France. Ça a été une expérience agréable, ça m’a permis pendant huit saisons de gagner ma vie en jouant au hockey», raconte-t-il. Pendant ce temps, son ami Gosselin étudiait et jouait quelques matchs avec l’équipe nationale.

En Europe, Lefebvre a suivi des cours par correspondance pour devenir conseiller financier, un métier qu’il pratique encore aujourd’hui. Pendant ce temps, Gosselin complétait son baccalauréat en ingénierie à Moncton et revenait à Québec pour faire des études de maîtrise en administration. Il est aujourd’hui directeur de production à l’Imprimerie Deschamps.

«En payant nos frais de scolarité, la LHJMQ nous a permis de terminer notre cégep et d’aller à fond dans notre rêve. J’en garde un très bon souvenir et, pourtant, à l’époque, nous n’étions qu’une dizaine de joueurs sur 20 à étudier sérieusement», termine Claude Gosselin. 

+

CONTRE LE MAGNIFIQUE

S’ils ont côtoyé avec les Remparts quelques futurs joueurs de la LNH comme les défenseurs Sylvain Côté et Alain Côté et le gardien de but Mario Brunetta, Claude Gosselin et Claude Lefebvre se souviennent surtout d’un hockeyeur qu’ils ont eu à affronter en 1983-1984 : le numéro 66 des Voisins de Laval, un certain Mario Lemieux qui allait compléter la saison avec 133 buts et 282 points, des records de la LHJMQ qui tiennent encore 36 ans plus tard.

«Notre meilleure saison en duo, Claude Gosselin et moi, est la saison 1983-1984 alors que j’ai marqué 62 buts et ajouté 73 aides et qu’il a marqué 56 buts et inscrit 84 aides», indique Claude Lefebvre. Les deux coéquipiers des Remparts ont terminé respectivement troisième et quatrième marqueurs de 

la ligue, mais, même ensemble, ils n’ont pas réussi à égaler la production de celui qu’on appelait le «Magnifique»...

«Mario dominait tellement la ligue. Il a fait 284 points en 70 matchs, c’est comme s’il jouait contre des pee-wee cette année-là! Vous rendez-vous compte que le deuxième marqueur du circuit était son ailier, Jacques Goyette, avec 170 points? C’était encore 112 points de moins que Mario!», poursuit Lefebvre, qui avoue que les matchs face aux Voisins de Laval constituaient toujours un défi.

«Quand on l’affrontait, on essayait d’oublier un peu ses statistiques, mais à la fin du match, on se rendait compte qu’il avait encore marqué deux buts et obtenu deux aides... Mais il y avait un bon côté quand on jouait à domicile. Normalement, les Remparts attiraient environ 1000 spectateurs par match, car les Nordiques drainaient la majorité des amateurs de hockey de Québec à cette époque. Quand les Voisins et Mario étaient de passage au Colisée, ça grimpait facilement à 3000, 4000, voir même 5000 spectateurs», conclut-il. Ian Bussières 

Remparts

Les Remparts motivés par leur progression

Selon Patrick Roy, ce n’est pas tant l’idée de participer aux séries éliminatoires de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) qui motive ses troupes par les temps qui courent, mais bien la progression de l’équipe depuis le début de la saison.

«Nous affichons enfin de la constance et, ce qui motive tout le monde, c’est vraiment la progression de l’équipe», a déclaré l’entraîneur-chef et directeur général des Remparts lors de l’entraînement matinal de son équipe mercredi au Pavillon de la jeunesse. «Quatre de nos cinq derniers matchs se sont terminés en prolongation ou en fusillade. Moi, je trouve ça positif ce que je vois sur la glace depuis un petit bout de temps. En fin de semaine, la troisième période de notre deuxième match contre les Huskies de Rouyn-Noranda a été notre meilleure période du voyage en Abitibi. Malheureusement, on n’a pas réussi à gagner ce match.»

Remparts

Les Remparts coulés par deux joueurs de la région de Québec à Val-d’Or [VIDÉO]

Les attaquants Maxence Guénette, de L’Ancienne-Lorette, et Jérémy Michel, de Lévis, ont causé la perte des Remparts de Québec, qui se sont inclinés 4 à 3 en prolongation dimanche contre les Foreurs à Val-d’Or.

Michel, un espoir des Blues de Saint-Louis, avait inscrit le but égalisateur à 11:46 de la troisième et il s’est distingué de nouveau en jouant de chance avec seulement 54 secondes à faire à la prolongation.

Après avoir réalisé une montée vers le filet et s’être débarrassé de Nicolas Savoie, Michel est tombé et a laissé la rondelle libre. Le disque s’est toutefois lentement frayé un chemin sous la jambière du gardien Tristan Côté-Cazenave et c’est tout ce dont les Foreurs avaient besoin pour aller chercher un point de plus au classement.

«C’est le genre de but qu’aucun gardien n’aime accorder, mais c’est le genre de chose qui arrive parfois dans le sport. On s’en veut toujours comme gardien sur un jeu comme ça, mais je ne pense pas que ça va affecter beaucoup Tristan. Il a un bon mental», déclaré l’entraîneur-chef des Diables rouges, Patrick Roy, au téléphone après la partie.

Guénette

Quant à Guénette, repêché par les Sénateurs d’Ottawa, il a obtenu une aide sur chacun des buts des siens, méritant la deuxième étoile du match. Les deux premiers buts des Foreurs, inscrits par Peyton Hoyt et Rudolfs Polcs, sont d’ailleurs le résultat de tirs de Guénette déviés.

James Malatesta avait ouvert le pointage pour les Remparts en première alors que Thomas Caron et Xavier Fillion, qui s’était emparé de son propre retour après avoir lancé dans le masque du gardien Jonathan Lemieux, ont inscrit les autres filets des visiteurs.

Même s’il était satisfait que les siens aient récolté trois points sur une possibilité de six dans une série de trois matchs en trois jours en Abitibi, Roy estimait toutefois que ses protégés auraient pu en ramener un peu plus à Québec. «Sincèrement, je pense qu’on aurait mérité un peu plus sur cette sortie-là. On aurait pu ramener quatre ou cinq points, mais on se fait mal à nous-mêmes. Encore aujourd’hui, on a écopé quatre pénalités en zone offensive», a-t-il noté.

Dubé et Truchon de retour

L’attaquant Pierrick Dubé, qui avait été laissé dans les gradins samedi à Rouyn-Noranda parce que Roy n’appréciait pas son attitude, était de retour dans l’alignement dimanche, tout comme le jeune défenseur Charle Truchon.

«J’ai parlé à Pierrick hier [samedi] et je lui ai expliqué pourquoi il ne jouait pas. Ça n’avait rien à voir avec ses performances sur la patinoire, c’est son langage corporel durant les matchs qui me dérangeait. On a un club jeune, alors on veut que les joueurs soient positifs.»

Pour ce qui est de Truchon, Roy a indiqué que sa blessure était maintenant complètement guérie.

«On ne voulait pas lui faire jouer deux matchs en deux jours, mais maintenant c’est réglé. On a pris notre temps avec lui, il n’a que 16 ans. Il a joué un très bon match aujourd’hui», a conclu Roy.

Remparts

Huskies 4/Remparts 2: dominant dans la défaite

La chance a moins souri aux Remparts dans un deuxième match en deux soirs face aux Huskies de Rouyn-Noranda, alors qu’ils se sont inclinés par la marque 4-2.

Loin d’être une menace offensive cette saison, l’ailier gauche Alex Labbé a donné le ton au match en inscrivant deux buts en première période, ce qui équivaut au nombre de filets qu’il avait cumulé avant la rencontre de samedi soir.

L’espoir semblait renaitre lorsque les Remparts ont trouvé le moyen de réduire l’écart en fin de période quand Thomas Caron (9e) a complété le jeu de Théo Rochette et Hunter Holmes. En troisième période, Québec est parvenu à créer l’égalité lorsque le capitaine Anthony Gagnon a inscrit son 17e de la campagne grâce à un tir frappé sur réception.

Mais Thomas Belzile est venu casser les reins des Remparts en déjouant Emerik Despatie quelques instants plus tard. Vincent Marleau a enfoncé le dernier clou en marquant dans un filet désert.

Si la tenue du jeune cerbère des Remparts a été pointée du doigt à l’occasion de cette saison, on ne peut pas le blâmer Despatie pour cette défaite. Le portier de 16 ans s’est dressé plus d’une fois face aux attaques répétitives de Rouyn-Noranda, repoussant  29 des 32 tirs dirigés vers lui.

Toutefois, la palme devant le filet revient à son vis-à-vis Samuel Richard, qui n’a donné aucune chance aux Remparts en bloquant 41 tirs.

Avant la rencontre Patrick Roy a fait deux changements importants à la formation, en laissant de côté Pierrick Dubé, lui qui avait été cloué au banc par son entraineur lors de la fin du match de la veille.

Également, l’entraineur-chef des Remparts a inséré le défenseur Colton O’Brien à la place de la recrue Charle Truchon.

Les Remparts complèteront leur séquence de trois matchs consécutifs dans l’Ouest canadien dimanche, alors qu’ils affronteront les Foreurs à Val-d’Or.

Remparts

Les Remparts gagnent en tirs de barrage

Après avoir marqué le but égalisateur sur une échappée en fin de troisième période, Théo Rochette a procuré aux Remparts de Québec une victoire 5 à 4 sur les Huskies à Rouyn-Noranda en marquant l’unique but des tirs de barrage pendant que le gardien Tristan Côté-Cazenave arrêtait tout.

Un but marqué par Alexis Brisson à 14:51 de la troisième avait donné la priorité 4 à 3 aux locaux et fait sortir de ses gonds l’entraîneur des Remparts, Patrick Roy. 

«Il y a avait clairement interférence sur mon gardien. Ce qui m’agace, c’est que contre Val-d’Or, on a eu la même situation et le but a été refusé et là, il a été accepté... Il y a plusieurs livres de règlements et à un moment donné, il faudra m’expliquer comment on fonctionne parce que ça ne peut pas être toujours différent», a déclaré Roy après la partie, faisant remarquer que les deux arbitres avaient appelé le jeu différemment.

Rochette a cependant pris les choses en mains et ramené son entraîneur de meilleure humeur 1:18 avant la fin du temps réglementaire quand il a profité d’un revirement en zone neutre pour foncer vers Zacharie Émond, et marquer le but égalisateur.

Acquis des Saguenéens de Chicoutimi durant les Fêtes, Rochette a eu une autre belle chance de marquer en prolongation, mais Émond a fait l’arrêt. Le cerbère des Huskies a aussi réalisé un arrêt miraculeux de la mitaine contre Aleksei Sergeev qui s’était aussi échappé seul devant lui.

En tirs de barrage, Rochette a été patient et a battu Émond entre les jambières pendant que Côté-Cazenave arrêtait les tirs d’Alex Beaucage, Vincent Marleau et du jeune Slovaque Oleksii Myklukha, qui a obtenu deux aides à son premier match dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

«Pour Théo, c’est drôle, car on en jasait hier. Je sentais qu’il faisait de plus en plus de belles choses sur la glace et que c’était une question de temps avant que ça rapporte. Heureusement pour nous, c’est arrivé ce soir et il nous a donné la victoire. Je suis très content pour lui», a poursuivi Roy.

«Quand on joue de la façon dont on joue dernièrement, on va gagner des matchs. On fait encore quelques petites erreurs qu’on pourrait améliorer. Par exemple, on n’a pas bien joué les surnombres et ça a coûté deux buts. Mais c’est quelque chose qu’on va pouvoir améliorer en le travaillant à l’entraînement», a ajouté le Diable rouge en chef.

James Malatesta, en première période, Dylan Schives et Thomas Caron en deuxième ont inscrit les autres buts des Remparts alors que Marleau (deux buts) et le Beauceron Charles-Édouard Drouin ont été les autres compteurs des Huskies.

Les Remparts affronteront de nouveau les Huskies samedi à l’Aréna Iamgold de Rouyn-Noranda. Le jeune Émerik Despatie sera devant le filet pour l’occasion. «Nous espérons qu’il sera aussi bon qu’il l’a été dans les deux dernières périodes du match contre l’Armada de Blainville-Boisbriand», a déclaré Roy.

L’entraîneur-chef des Remparts aura aussi quelques décisions à prendre en vue de ce second match en autant de jours. Il se pourrait que l’attaquant Pierrick Dubé passe le match dans les gradins, Roy lui ayant fait réchauffer le banc en fin de match parce qu’il n’aimait pas son attitude. Il devra aussi choisir quel défenseur il garde en uniforme entre la recrue Charle Truchon et Colton O’Brien, qui avait été laissé de côté vendredi pour éviter qu’il aggrave une blessure à l’aine.

Remparts

Des Remparts bleu Nordiques

Les Remparts de Québec souligneront le 40e anniversaire du premier match des Nordiques de Québec dans la Ligue nationale de hockey en portant des uniformes «bleu Nordiques» lors de leur prochain match local, le 24 janvier, alors qu’ils recevront le Drakkar de Baie-Comeau au Centre Vidéotron.

Les protégés de Patrick Roy arboreront une livrée thématique qui rappellera l’uniforme des Remparts lors des saisons 1983-1984 et 1984-1985 alors que les Nordiques étaient propriétaires des Remparts. Le bleu de l’uniforme sera identique à celui des Nordiques de la Ligue nationale et un logo des Nordiques sera également placé sur les épaules du chandail.

Une vingtaine d’anciens Nordiques et d’anciens Remparts seront également sur place pour une présentation d’avant-match, notamment Pierre Aubry, Serge Bernier, Daniel Bouchard, Alain Chainey, Réal Cloutier, Alain Côté, Lucien DeBlois, Michel Dubois, Guy Dufour, Luc Dufour, André Dupont, Steven Finn, Jean-Claude Garneau, Michel Goulet, François Lacombe, Michel Parizeau, Dave Pichette, Daniel Poudrier, Louis Sleigher et Wally Weir qui représenteront les Nordiques et André Couture, Claude Gosselin et Claude Lefebvre qui représenteront les Remparts de 1983 à 1985. Le défenseur Alain Côté, natif de Montmagny, représentera pour sa part les deux équipes.

L’organisation des Remparts invite aussi les partisans à se vêtir de bleu pour l’occasion en plus de pousser l’aspect nostalgie jusqu’à ramener l’ancien annonceur maison Claude Lavoie et l’organiste Marcel Lajeunesse, qui ont fait les belles années des Nordiques, de même que l’ex-grand chef Max Gros-Louis qui sera sur place pour animer la foule avec son tam-tam comme il le faisait dans les murs du Colisée de Québec. Même les partenaires et commanditaires des Remparts ont accepté d’utiliser le logo qui les identifiait à l’époque sur les bandes de la patinoire pour ajouter au cachet de cette soirée.

Remparts

Les Remparts répandent le bonheur auprès des enfants malades du CHUL [VIDÉO]

Le gardien des Remparts de Québec, Tristan Côté-Cazenave, venait de se faire déjouer par Malik Ricard et, pourtant, il avait encore un sourire au visage et pas une once de frustration d’avoir accordé un but.

Il faut dire que Malik ne sera admissible à jouer dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) que dans une dizaine d’années! Âgé de 5 ans, il est l’un des jeunes enfants malades à qui les Diables rouges ont rendu visite mardi après-midi au Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL).

«C’est agréable de voir un sourire sur le visage de ces jeunes. C’est plaisant pour les jeunes et c’est plaisant pour les joueurs aussi. C’est l’fun de voir qu’on peut répandre autant de bonheur aussi facilement!» a déclaré Côté-Cazenave après son match de mini-hockey improvisé avec Malik et quelques coéquipiers.

«Ces visites nous permettent de voir la chance qu’on a d’être en santé et de jouer dans la LHJMQ dans une ville de hockey comme Québec», poursuit le gardien de but.

Remparts

Les Remparts rendent la vie difficile au Phœnix, mais... [VIDÉO]

SHERBROOKE — Après des victoires contre les Huskies et les Foreurs, le Phœnix a servi la même médecine aux Remparts de Québec, dimanche, avec une victoire de 3 à 2 en prolongation pour ainsi compléter son balayage du week-end grâce à trois gains en autant de matchs.

Ces six points amassés sont d’autant plus importants que les plus proches rivaux au classement général de la LHJMQ ont également gagné leurs trois matchs de la fin de semaine sur la route, dans les Maritimes. Les Saguenéens de Chicoutimi demeurent ainsi à quatre points des Sherbrookois.

«J’ai bien aimé nos trois parties, même s’il y a encore des choses à améliorer, confie l’entraîneur du Phœnix, Stéphane Julien. Quand les autres clubs se présentent au Palais, ils veulent battre la meilleure équipe du circuit. J’ai aimé la réaction des gars. Tout le monde a contribué en fin de semaine : les nouveaux joueurs tout comme nos gardiens.»

Les hommes de Stéphane Julien ont connu un départ difficile au Palais des sports, dimanche, en accordant les deux premiers buts de la partie.

James Malatesta a d’abord déjoué Thomas Sigouin d’un solide tir du poignet en première période. Pierrick Dubé a ensuite profité d’un avantage numérique des Remparts pour sauter sur un retour de lancer et porter la marque à 2-0.

«On n’était pas vraiment satisfaits de notre première période, admet Julien. Les Remparts sont arrivés à Sherbrooke avec l’intention de rivaliser. Ils ont bien joué dans leur territoire. Ils étaient toujours dans nos culottes.»

Réplique

Une minute après avoir vu la troupe de Patrick Roy marquer, Jaxon Bellamy y est allé d’une magnifique pièce de jeu en effectuant une montée pour ensuite tirer vers Tristan Côté-Cazenave et récupérer le retour de Gregory Kreutzer alors que le gardien des Remparts semblait battu.

«Les Remparts étaient prêts à nous affronter chez nous et on a dû se regrouper pour traverser cette tempête, observe Bellamy, qui a également bien fait lorsqu’il s’est retrouvé fin seul en défensive face à quatre adversaires. On ressentait la fatigue des deux dernières parties, mais c’est le genre de rencontre qui nous permettra d’arriver prêts pour les séries.»

Le Phœnix a aussitôt créé l’égalité grâce au filet de Benjamin Tardif, qui assure brillamment la relève depuis une dizaine de matchs parce que Patrick Guay, Xavier Parent et Félix Robert se trouvent encore sur la touche.

«L’objectif était d’aller chercher trois victoires en fin de semaine. Face aux Remparts, on ne pouvait pas l’échapper, constate Tardif. Les leaders prennent les choses en main. C’est serré au classement et on tient à terminer au premier rang.»

Dès les premières minutes de jeu, Israël Mianscum a perdu patience face à Édouard Cournoyer. La recrue du Phœnix a livré sa première bagarre dans la LHJMQ, face à une autre recrue âgée de 17 ans. Peu de coups ont été portés. Le joueur du Phœnix a renversé son adversaire pour mettre fin au combat.

Bolduc joue les héros

Après une troisième période sans but, Benjamin Tardif, Samuel Poulin et Samuel Bolduc ont uni leurs forces pour marquer le but décisif. L’honneur de mettre fin au débat est revenu à Samuel Bolduc, qui a tout simplement poussé la rondelle dans une cage presque vide, faisant ainsi bondir les 3423 spectateurs de leur siège.

«Samuel est un défenseur qui apporte beaucoup d’offensive, note Tardif. Il possède tout un lancer en plus. On l’a vu à quelques occasions. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’il marque encore plus de buts.»

Le gardien des Remparts a terminé la rencontre avec 37 arrêts et a semblé se blesser en toute fin de partie, sur le dernier but de la rencontre. Thomas Sigouin a pour sa part bloqué 22 lancers.

«Quelques erreurs de notre part ont été fatales, soutient finalement la recrue des Remparts, James Malatesta. On a commencé la partie en force, mais on n’a pas joué notre meilleur match, même si c’était quand même bien en général. Notre gardien a tenu notre club dans la partie en réalisant les gros arrêts cet après-midi. On forme une jeune équipe et on tient à rendre la vie difficile aux bonnes formations comme le Phœnix, et ce, jusqu’à la fin de la saison.»

Remparts

Saint-Laurent, un habitué des échanges

À 19 ans, il en est déjà à sa quatrième équipe dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Maintenant avec les Foreurs de Val-d’Or, l’ex-Remparts Édouard Saint-Laurent est un habitué des transactions.

«Je ne m’y attendais pas, mais en même temps je m’y attendais un peu», a déclaré Saint-Laurent samedi, avant le match contre les Remparts. «J’ai quand même été échangé trois fois, alors je sais que ça peut arriver.»

Repêché en première ronde par le Drakkar de Baie-Comeau en 2016, l’ailier natif de Lévis est passé au Phœnix de Sherbrooke à l’été 2018 avant d’être échangé aux Remparts à la mi-saison pour ensuite passer aux Foreurs lors de la dernière période des Fêtes.

«Moi, je me concentre sur le moment présent, je ne le prends pas du tout personnel», poursuit-il. Non seulement il n’en veut pas à l’organisation des Remparts, mais il n’a que de bons mots pour son ancien entraîneur et directeur général Patrick Roy.

«Je remercie toute l’organisation des Remparts et Patrick Roy qui m’a permis de jouer un an dans ma ville natale et d’habiter chez moi. Peu de joueurs ont cette chance durant leur carrière junior», fait-il remarquer.

Après avoir affronté ses anciens coéquipiers du Phoenix vendredi, il se préparait à jouer contre ceux des Remparts quelques jours après avoir changé d’uniforme. «Hier à Sherbrooke c’était un peu spécial, car c’est encore presque la même équipe que quand j’étais là. Mais je suis habitué, je me prépare pour ces matchs de la même façon que d’habitude.»

Arrivé à Val-d’Or, Saint-Laurent y rejoint une équipe un peu plus avancée que les Remparts dans son processus de reconstruction. «Je crois qu’on peut faire un bout en séries. J’aimerais ça me rendre plus loin parce que je n’ai jamais dépassé la première ronde», indique-t-il.

En 2017 et 2018, le Drakkar avait été en effet éliminé en première ronde respectivement par les Islanders de Charlottetown et les Mooseheads d’Halifax. Ces mêmes Mooseheads avaient également réussi à éliminer les Remparts en sept matchs la saison dernière.

Pour le reste, Saint-Laurent se concentre sur ses études en administration, qu’il poursuivra au Cégep de Val-d’Or avec comme objectif de commencer l’université l’an prochain. «J’aimerais bien continuer dans la LHJMQ comme joueur de 20 ans l’an prochain, mais, éventuellement, le hockey universitaire m’intéresse aussi.»

Remparts

Les Remparts victorieux en tirs de barrage contre les Foreurs

Il aura fallu une prolongation et huit tirs de barrage samedi pour faire un maître entre les Remparts de Québec et les Foreurs de Val-d’Or au Centre Vidéotron. Les Diables rouges l’ont finalement emporté 5 à 4 en tirs de barrage grâce à un but de Pierrick Dubé.

Dubé était le huitième joueur des Remparts à s’élancer devant Jonathan Lemieux. James Malatesta et Hunter Holmes avaient aussi déjoué le cerbère des Foreurs avec de belles feintes alors qu’Édouard Saint-Laurent et Rudolf Polcs avaient marqué pour les visiteurs. Le gardien des Remparts, Tristan Côté-Cazenave, a également été chanceux puisque trois joueurs des Foreurs ont touché le poteau en fusillade.

«Ce sont les meilleurs amis du gardien! S’il y en a un qui le sait, c’est bien moi!», a d’ailleurs lancé après la rencontre l’entraîneur-chef des Remparts, Patrick Roy, qui entretenait une relation particulière avec ses poteaux à l’époque où il gardait les buts dans la Ligue nationale.

Malgré quelques moments d’indiscipline, Roy était satisfait de la sortie des siens, qui ont limité les Foreurs à 12 tirs lors des deux premiers engagements et comblé un écart de deux buts en troisième.

«On appelle ça du caractère. J’aurais aimé qu’on se complique moins la vie cependant, car on leur a donné le momentum avec de mauvaises punitions», a-t-il ajouté. 

Les Remparts avaient en effet écoulé un désavantage numérique de deux hommes en première, mais ils ont un peu poussé leur chance en troisième.

Les Foreurs avaient profité du fait que James Malatesta et Darien Kielb étaient au cachot pour briser l’égalité de 2 à 2 et se donner une priorité de deux buts quand 

Maxence Guénette et Thomas Pelletier ont touché la cible.

Ce sont deux buts marqués en 29 secondes par James Malatesta et Xavier Fillion en fin de troisième qui ont permis aux Remparts de rattraper ce déficit.

Mathieu expulsé

Les Remparts n’ont cependant pas réussi à marquer en sept avantages numériques, dont une pénalité de cinq minutes à Olivier Mathieu pour avoir dardé en troisième. 

L’ancien des Remparts avait ensuite été expulsé du match quand il a tenté de s’en prendre à Pierrick Dubé.

«Je ne veux pas être méchant, mais ça ne m’a pas surpris de la part (de Mathieu). Je l’avais déjà vu faire des gestes comme ça et c’est pour ça que je ne le voulais plus... 

C’est le problème de Val-d’Or, ce n’est pas le mien!», a commenté Patrick Roy au sujet de l’incident et de la possibilité que Mathieu écope une suspension.

L’entraîneur des Foreurs, Pascal Rhéaume, n’était pas très satisfait non plus de la conduite de son petit ailier. «Il faudra que j’aie un «talk» avec Olivier. Je sais qu’il voulait venger (Justin) Robidas, mais je pense que ça fait plus mal deux points qu’un coup de bâton dans le ventre. Il faudra qu’il apprenne...»

Rhéaume a reconnu la bonne performance des Remparts lors des deux premiers engagements, mais il estime que l’indiscipline a beaucoup nui aux siens. «Quand on menait 4 à 2, le mot d’ordre était de rester disciplinés et de garder ça simple. On ne l’a pas fait et ça nous a coûté le match.»

Cormier brille

Auteur des deux premiers buts des Remparts, Cole Cormier a mérité la troisième étoile alors que Malatesta a mérité la première et Robidas, qui avait inscrit les deux premiers buts des Foreurs, la deuxième.

«J’ai joué un bon match, mais je pense que c’est un bon match pour toute l’équipe. On veut «scorer», mais on veut aussi empêcher l’autre équipe de marquer des buts et ça a bien fonctionné en début de partie», a déclaré Cormier, qui se plaît de plus en plus avec ses compagnons de trio Malatesta et Nathan Gaucher.

Pour Gaucher, le match revêtait aussi un caractère particulier étant donné qu’il affrontait son frère Jacob pour la première fois. «C’est spécial, car nous sommes tous les deux joueurs de centre, alors on a eu quelques mises au jeu l’un contre l’autre. On n’avait pas parié sur le match, mais je pense que quand on va se revoir, on va s’en glisser un mot», a déclaré la recrue des Remparts, sourire en coin.

Notes: Blessé à une hanche lors du match de jeudi contre Rimouski, le défenseur Charle Truchon n’était pas en uniforme samedi et ratera aussi le match de dimanche contre le Phoenix de Sherbrooke. Son état sera ensuite évalué au jour le jour. Édouard Cournoyer a pris sa place contre les Foreurs.. Le DJ des Remparts, Daniel Sylvain, a trouvé une belle façon de saluer le décès du batteur du célèbre trio canadien Rush, Neil Peart, en faisant jouer la pièce «Tom Sawyer» juste avant la première mise en jeu du match...

Remparts

La rencontre de deux Gaucher

Les Remparts de Québec et les Foreurs de Val-d’Or se sont déjà affrontés en octobre et novembre, mais Nathan Gaucher était absent, car il participait au Défi mondial des moins de 17 ans. Mais samedi, ce sera pour vrai : Nathan affrontera enfin son grand frère Jacob dans un match de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

«On en a parlé pas mal durant les Fêtes!», avoue Jacob au bout du fil à propos de cette première rencontre fraternelle qui aura lieu sur la glace du Centre Vidéotron. «Malheureusement, on n’avait pas eu la chance de s’affronter dans les deux premiers matchs entre nos deux équipes. Non seulement on s’affronte demain [samedi], mais de nouveau le 19 janvier à Val-d’Or», poursuit-il en ajoutant que plusieurs membres de leur famille seront dans les gradins pour les deux affrontements.

«Vous devinez que nos proches nous en ont aussi beaucoup parlé. On a hâte. Moi et Nathan, on se parle et on se texte tous les jours. On se tient au courant de nos performances. On se texte toujours après le match du vendredi soir pour se dire comment ça s’est passé», indique celui qui n’est pas surpris du tout du succès que remporte son frérot dans l’uniforme des Remparts. «Au début de la saison, il a eu un peu d’adaptation à faire, mais c’est un gars travaillant qui écoute son entraîneur, alors il en récolte les fruits.»

Grande première

Comme Jacob a 18 ans et Nathan, 16 ans, les deux frangins n’ont jamais eu l’occasion de jouer ensemble ou de s’affronter depuis le hockey mineur. «On aurait pu jouer ensemble au niveau midget AAA, car Nathan a commencé dans ce niveau à l’âge de 14 ans alors que moi, la même année, j’ai été rétrogradé au midget AAA par les Foreurs. Cependant, quand j’ai été envoyé au niveau midget, Nathan avait déjà été retranché...»

Le destin a finalement voulu que la première rencontre des Gaucher sur la glace se fasse dans des uniformes différents. «Ça va faire bizarre de jouer contre mon frère!», avoue Jacob. Il dit aussi ne s’être jamais prêté au jeu des comparaisons avec Nathan. «C’est mon petit frère, il a 16 ans, alors on ne s’est jamais comparés», indique celui qui a été le 26e choix du repêchage de la LHJMQ alors que Nathan a été sélectionné au huitième rang.

«On va sûrement se parler et se taquiner un peu durant l’échauffement. Si on va faire un pari sur le match? Ce n’est pas une mauvaise idée! Je suis prêt à mettre de l’argent, moi!», poursuit Jacob, qui se promettait de discuter d’un éventuel pari amical par message texte avec son frère.

En plus d’être tous les deux des joueurs de centre, les deux Gaucher ont aussi en commun le fait d’évoluer dans des équipes jeunes. «Notre reconstruction est un peu plus avancée que celle des Remparts je crois, mais je sais ce que c’est. Quand un club se rebâtit, ça arrive que le vibe soit lourd un peu et je parle de ça avec Nathan aussi. De plus, nous avons accueilli un ancien Rempart il y a quelques jours en Édouard Saint-Laurent. Je crois que ce sera un bon ajout pour nous», termine-t-il.

Remparts

Les Remparts perdent un duel serré contre l’Océanic

Les Remparts de Québec se sont inclinés 2 à 1 jeudi soir dans un duel très serré contre l’Océanic de Rimouski au Centre Vidéotron, une défaite pour laquelle l’entraîneur-chef Patrick Roy ne pouvait toutefois pas vraiment en vouloir à ses joueurs.

«On a vraiment fourni un bel effort, j’ai adoré la performance de l’équipe», a d’abord déclaré Roy dans son allocution d’après la partie avant de tempérer un peu. «Je suis un peu amer, car on a joué un bon match et qu’on n’a pas trouvé une façon de gagner, mais, en même temps, c’est le type de hockey qu’on doit jouer», a-t-il poursuivi.

«Malheureusement, ce sont deux jeux où la rondelle ne roulait pas de notre bord qui ont donné les buts de l’Océanic. Sur le premier, la rondelle a dévié sur un patin et sur le second, c’est une rondelle échappée et ça aurait pu aller d’un côté comme de l’autre», enchaîne-t-il.

Roy a bien apprécié la façon dont les siens ont su limiter les chances de marquer de l’adversaire en protégeant le gardien Tristan Côté-Cazenave, qui a repoussé 34 tirs et reçu la deuxième étoile malgré le revers.

«On a donné beaucoup de tirs, mais ils étaient beaucoup moins dangereux que d’habitude. L’équipe a joué un bon match contre une équipe qui venait d’aller chercher de gros joueurs, alors on a prouvé qu’on pouvait être compétitifs contre n’importe qui», a d’ailleurs déclaré le gardien des Remparts, saluant lui aussi l’effort de ses confrères.

C’est une erreur d’Aleksei Sergeev, également auteur de l’unique but des Remparts, qui a coûté le match aux Diables rouges en début de troisième. Le Russe a échappé la rondelle en zone neutre et Zachary Bolduc s’en est emparé pour filer devant le but de Côté-Cazenave, qu’il a battu du côté de la mitaine.

Le gardien de l’Océanic et espoir des Blues de Saint-Louis Colten Ellis a pour sa part repoussé 29 rondelles. Les visiteurs avaient brisé la glace à 4:44 de la première période quand Nicolas Guay, laissé seul à la droite de Côté-Cazenave, s’était emparé d’une passe d’Andrew Coxhead qui avait drôlement rebondi sur un patin pour marquer sans difficulté.

«Il n’y avait pas beaucoup d’espace sur la glace, les deux équipes ont bien fait ça. C’était un match de patience», a pour sa part commenté l’entraîneur des vainqueurs, Serge Beausoleil, qui avait de bons mots sa recrue Bolduc, dont le but était le 19e de la saison, et pour Ellis, qui revenait au jeu après plus de deux mois d’absence. 

«Quand ton gardien numéro un revient et qu’il a l’air en pleine forme comme s’il n’avait jamais laissé, tu ne peux pas vraiment demander mieux», a repris Beausoleil, dont les protégés n’avaient remporté que deux de leurs 10 derniers matchs avant jeudi soir.

NOTES : Le surdoué Alexis Lafrenière rejoindra l’Océanic vendredi après avoir remporté la médaille d’or et le titre de joueur par excellence avec l’équipe canadienne aux championnats mondiaux junior. L’entraîneur Serge Beausoleil avoue que ce retour sera le bienvenu, mais il perdra de nouveau Lafrenière la semaine prochaine puisque l’attaquant s’envolera vers Hamilton pour prendre part au Match des Meilleurs Espoirs dont il sera l’un des deux capitaines avec Quinton Byfield des Wolves de Sudbury... Quant au russe Dimtry Zavgorodiy, il a recommencé à s’entraîner avec l’Océanic et devrait revenir au jeu dans un horizon de 7 à 14 jours selon Beausoleil... L’ex-capitaine des Remparts Étienne Verrette est venu saluer ses anciens coéquipiers jeudi soir. Il s’aligne maintenant avec les Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières où il a retrouvé un autre ancien Rempart, Olivier Garneau, et plusieurs anciens adversaires de la LHJMQ.

Remparts

L’éclosion de Nathan Gaucher

Depuis quelques jours, Patrick Roy ne tarit pas d’éloges à l’endroit de la recrue Nathan Gaucher. Non seulement a-t-il échangé le vétéran Édouard St-Laurent pour lui offrir une meilleure utilisation, mais l’entraîneur-chef des Remparts de Québec voit en lui le digne successeur d’Andrew Coxhead, qui revient en ville, jeudi (19h), dans l’uniforme de l’Océanic de Rimouski.

Après un début de saison où il devait prendre le temps de découvrir un nouveau niveau, le joueur de 16 ans a commencé à s’épanouir. Il vient de marquer deux buts à ses deux derniers matchs et cinq à ses huit derniers, il est utilisé en avantage numérique, et à l’entraînement mercredi matin, il se retrouvait au centre de James Malatesta et Aleksei Sergeev.

«On le voit comme un joueur pouvant jouer sur 200 pieds et qui peut être efficace autant à l’offensive qu’en défensive. En le repêchant, on souhaite avoir un remplaçant pour Coxhead, un gars capable de jouer contre les meilleurs trios adverses et être fiable de deux côtés de la patinoire tout en ayant un physique imposant. Je dois admettre qu’il a semblé prendre beaucoup de confiance offensivement depuis qu’on l’a mis sur le jeu puissance. Il a marqué deux buts à ses deux derniers matchs parce qu’il rentre dans le trafic et qu’il va dans les situations plus corsées», expliquait Roy après l’entraînement de mercredi.

La comparaison avec Coxhead tombait à point, puisque l’ancien joueur des Remparts avait justement pris Gaucher sous son aile, cette saison.

«Lorsqu’il a quitté, il s’est excusé d’avoir été un peu dur à mon endroit. Il m’a vraiment aidé, surtout en zone défensive, il me disait un peu quoi faire», précisait Gaucher, qui n’avait pas pris les conseils en question comme des reproches.

À 6 pieds 3 pouces et tout près de 190 livres, le choix de première ronde (8e au total) en 2019 prend de la place sur une glace. Il explique ses récents succès par une plus grande confiance.

«Je l’avoue, je n’ai pas connu un bon début de saison. J’étais peut-être nerveux, mais je ne me trouverai pas d’excuse, je n’ai juste pas eu le début que j’attendais. Honnêtement, c’est une bonne coche [du midget au junior majeur], on le voit au niveau de la rapidité et de l’exécution. Ça va bien, présentement, je fais juste m’adapter un peu plus à la Ligue, je commence à être plus confiant», disait le principal intéressé.

L’auteur de sept buts et sept passes à ses 34 premiers matchs dans la LHJMQ est l’un des membres du noyau de jeunes qui mèneront les Remparts vers des jours meilleurs dans les prochaines années.

«On commence à avoir du fun et une bonne complicité entre nous, on a aussi des vétérans pour nous appuyer, ça ne peut que nous aider.»

Contre son frère

Après s’être mesuré à Coxhead, jeudi au Centre Vidéotron, c’est un duel de Gaucher qui aura lieu, samedi, à l’occasion de la visite des Foreurs de Val-d’Or puisque Nathan affrontera son frère Jacob pour la première fois. La fratrie avait dû remettre ce rendez-vous à plus tard parce que Nathan avait raté les deux premiers matchs entre les deux équipes en raison de sa participation au Défi mondial des moins de 17 ans.

«Ça va être spécial de jouer contre lui. On a une bonne relation, mais sur la glace… On se parle tous les jours, on regarde nos matchs, on se fait des petits commentaires. Mon frère est aussi ce type de joueur et l’un des meilleurs centres de la Ligue qui joue aussi sur 200 pieds, alors ça m’aide aussi», précisait celui qui a également une sœur plus jeune.

Remparts

Encore un peu de patience chez les Remparts

Pas de coup d’éclat à annoncer, mais la conviction d’avoir un avenir prometteur sous la main. «Il est facile de penser qu’on peut faire partie des bonnes équipes d’ici deux ans», estimait l’entraîneur-chef et directeur général des Remparts de Québec Patrick Roy, lundi après-midi.

Les Remparts avaient convié les médias de la capitale pour un point de presse quelques minutes après la conclusion de la période des transactions de la LHJMQ. L’opération avait aussi pour but de rassurer les partisans, qui font preuve d’une grande patience depuis la dernière participation de leurs favoris au tournoi de la Coupe Memorial, en 2015.

Depuis, c’est la disette. L’équipe n’a pas franchi la première ronde lors des quatre dernières saisons et ne devrait pas encore le faire, ce printemps. Mais il y a de l’espoir.

«Je peux comprendre qu’il y ait une certaine déception au fait qu’on ne gagne pas en première ronde, mais on a donné quelque chose à se mettre sous la dent à nos partisans. J’aime beaucoup où l’on est rendu. Je suis convaincu que les gens vont triper avec l’équipe qu’on met sur pied et qu’il y aura beaucoup de monde dans l’aréna tantôt», a dit le Diable rouge en chef.

Remparts

Gatineau 2/Québec 3: Anthony Gagnon réplique deux fois plutôt qu’une [VIDÉO]

Piqué dans son orgueil par les propos de Patrick Roy à l’endroit des vétérans, samedi, le capitaine Anthony Gagnon a répliqué deux fois plutôt qu’une par la lame de son bâton, dimanche après-midi, à l’occasion d’un gain de 3-2 des Remparts de Québec aux dépens des Olympiques de Gatineau.

Et les amateurs présents au Centre Vidéotron ont eu droit à deux victoires pour le prix d’une, puisqu’on a présenté sur l’écran géant les dernières minutes de la conquête de la médaille d’or de l’équipe canadienne junior.

Gagnon a brisé une égalité de 1-1 en troisième période en touchant la cible coup sur coup pour paver la voie à cette victoire qui mettait fin à une séquence de trois défaites de suite. Elle permettait aussi aux Remparts de respirer plus à l’aise au classement, puisqu’ils repoussaient les Olympiques à six points d’écart.

«Je suis un gars avec de la fierté dans la vie, c’était vraiment important de jouer un gros match, de jouer avec constance, et d’amener ça dans tous les matchs, pas juste aujourd’hui [dimanche]. On s’est parlé, je ne pense pas que Patrick [Roy] voulait être méchant là-dedans. On ne joue pas comme on devrait le faire, on est tous au courant de ça. Parfois, ça fait juste du bien, un petit peu», confiait Gagnon après le match.

Il était surtout ravi de ce succès contre son ancienne formation.

«On l’avait échappé, hier [samedi], il était important d’aller chercher la victoire. Ils étaient en feu, ils nous rattrapaient au classement. Si on veut faire les séries, il faut gagner de genre de match», ajoutait le numéro 92.

L’entraîneur-chef, lui, a obtenu le rendement qu’il recherchait de la part de ses joueurs d’expérience. La veille, il avait fait la constatation que certains vétérans ne pouvaient pas donner ce qu’ils n’étaient pas en mesure de faire. Dimanche, il soulignait la contribution de Gagnon, du gardien Tristan Côté-Cazenave et du défenseur Darien Kielb.

«Les 20 ans sont des joueurs-clés dans notre équipe et les trois ont connu un bon match. Côté-Cazenave a fait les arrêts importants, Antho a marqué les deuxième et troisième buts, Kielb a bien fait en défensive. Je suis extrêmement content de la façon qu’on a rebondi de nos deux derniers matchs», admettait Roy, tout en soulignant la volonté de jouer de Thomas Caron malgré une blessure au visage de la veille qui le forçait à porter un grillage.

Outre Gagnon, Nathan Gaucher a marqué l’autre but des Remparts. Sa touche dès la 26e seconde de la deuxième période permettait aux Remparts de créer l’égalité 1-1.

«C’est le fun qu’un joueur te force la main… Je veux enlever de la pression sur l’équipe, tout le monde sait où l’on est, les partisans sont derrière nous, je veux que les gars se sentent bien. Ce que je souhaiterais voir, c’est de la constance. Et jeudi, contre Rimouski, il va falloir jouer ce type de hockey, même encore mieux, si on veut avoir une chance de gagner», ajoutait Roy.

Le match avait de l’importance au classement, car s’ils avaient perdu, les Remparts n’auraient eu que deux points d’avance sur les Olympiques.

«J’ai abordé le fait que les deux matchs contre Gatineau étaient importants, mais les gars sont quand même au fait du classement. Aucune équipe n’a pu se distancer ou se rapprocher de l’autre, notre but est de continuer à progresser comme équipe», ajoutait Roy.

NOTES: Blessé à une épaule depuis le début du mois de novembre, l’ailier Jacob Melanson a effectué un retour au jeu, dimanche, après avoir raté les 18 derniers matchs des Remparts… L’attaquant Hugo Audette a été rappelé pour le match de dimanche… Gabriel Montreuil (blessé) et Romain Rodzinski (retranché) n’ont pas disputé ce troisième match en trois jours. Même chose pour Yu Sato, parti représenté le Japon au Mondial junior du groupe 2… 

Remparts

Défaite de 5-2: les Remparts rattrapés par la réalité, constate Roy

Au-delà du résultat décevant d’un rendez-vous qu’il qualifiait de «match des séries», l’entraîneur-chef Patrick Roy a réalisé qu’il n’alignait probablement pas un groupe de vétérans en mesure de traîner l’équipe en cette phase de reconstruction.

Le revers de 5-2 encaissé aux dépens des Olympiques de Gatineau, samedi après-midi au Centre Vidéotron, l’a déçu. Et il n’a pas caché les raisons derrière cette déception dans ce qui était considéré comme un match de quatre points contre un club qui cherche à rejoindre le sien au classement général de la LHJMQ.

«Je suis déçu de la façon qu’on a joué. Je commence à me poser des questions dans le sens où peut-être que mes vétérans ne sont pas capables de plus. Ils ne sont pas en mesure d’afficher de la constance, de faire la différence, c’est peut-être pour ça qu’on y est allé avec des plus jeunes», analysait-il dans son point de presse.

Ile venait à nouveau de voir son équipe forcée de jouer du hockey de rattrapage, les visiteurs ayant pris rapidement les devants en début de match et s’offrir une avance de 3-0 en deuxième période.

«Je dois faire attention, parce que je ne peux pas demander à ces gars-là ce qu’ils ne sont pas capables de me donner. La majorité n’a jamais joué ce rôle-là, et aujourd’hui, je leur demande d’être les sauveurs des Remparts. Ce n’est pas dans leur ADN. J’aimerais en avoir plus de certains vétérans, mais je pense qu’ils ne sont peut-être juste pas capables de traîner l’équipe, ce n’est pas plus compliqué que ça. Il faut accepter où l’on est et faire jouer nos jeunes», ajoutait le Diable rouge en chef.

À 48h de la date limite des transactions, Roy ne songeait pas plus à se départir de ses joueurs d’expérience pour autant.

«Quand même que je voudrais, il faut être deux pour danser. Tu sais, des fois, on se pense meilleur qu’on est, et aujourd’hui, la réalité nous rattrape, la commande est peut-être trop lourde pour eux. Quand tu rentres dans le vestiaire et que tu as l’impression que ça prend le gros «speech», ça peut arriver une fois ou deux dans une année, mais quand t’es obligé de le faire aux deux matchs, tu sais que tu es dans la marde… C’est pour ça qu’on est où l’on est.»

Roy, qui aimerait que les jeunes grandissent dans un environnement victorieux, n’a cependant rien à redire sur l’attitude des vétérans en question. Il ne se privera pas pour donner le plus de glace possible aux espoirs de demain, histoire de leur permettre de se développer plus rapidement.

«Nos partisans sont fantastiques parce qu’ils voient qu’on a des Rochette, Malatesta, Gaucher, Truchon, Cormier, Savoie, Melanson [qui est blessé]. On a beaucoup de bons jeunes de 16 et 17 ans, mais on ne peut leur demander de traîner l’équipe et j’en arrive à la même conclusion avec des gars qui ne l’ont jamais fait. Quand tu fais deux ou trois clubs, c’est que tu ne remplis pas le rôle qu’on t’a demandé. Les gars ont tous une bonne attitude, ce sont de «criff» de bons «Jack», mais je ne peux pas demander à Sergeev de se replier, il ne n’a jamais fait ; je ne peux pas demander à Gagnon de transporter l’équipe, il ne l’a pas fait à Gatineau et Rimouski ; je ne peux pas demander à Kielb de le faire aussi, il ne l’a pas fait à Gatineau et on l’avait échangé pour une raison», ajoutait Roy.

Pour ce qui est du match, les Remparts tiraient de l’arrière 3-0 lorsqu’ils ont amorcé un retour, se rapprochant à 3-2 en fin de deuxiéme. Mais des but tardifs des Olympiques en avantage numérique et dans un filet désert en troisième ont plutôt creusé l’écart.

«C’est encore le début de match, autant de ma part que de tout le monde, on s’est compliqué la vie sur des jeux qu’on devrait faire. À la fin, je ne dirai que les arbitres ont coûté le match, parce que c’est nous qui nous sommes fait scorer et fait les erreurs, mais les punitions en fin de troisième n’ont pas aidé», indiquait pour sa part le gardien Tristan Côté-Cazenave à propos de cette deuxième défaite de suite.

Nathan Gaucher (6e) et Aleksei Sergeev (3e) ont marqué dans la cause perdue. La réplique des Olympiques, qui signaient un cinquième succès de suite, fut celle de Carson MacKinnon, Breaden Virtue, Kieran Craig, Charles-Antoine Roy et Mathieu Bizier.

Les deux équipes ont de nouveau rendez-vous, dimanche (15h). Si les Olympiques l’emportaient, ils se rapprocheraient à deux points des Remparts au classement général.

«Demain [dimanche], on a une chance, mais le grand portrait va toujours rester le même», admettait l’entraîneur-chef.

Montreuil blessé à l’aine

L’ailier Gabriel Montreuil est tenu à l’écart du jeu pour une période de sept à 10 jours en raison d’une blessure à l’aine survenue en première période du match à Baie-Comeau, le 31 décembre. Il ratait une deuxième rencontre de suite pour cette raison. Retranché, vendredi à Blainville, le défenseur Dylan Schives a repris sa place dans l’alignement au profit d’Édouard Cournoyer.

Programme double

Le programme double du présent week-end est le second du genre, cette saison, au Centre Vidéotron. En début de calendrier, les Huskies de Rouyn-Noranda avaient aussi disputé deux matchs en deux jours à Québec. «C’est la deuxième fois qu’on fait cela, on avait aussi disputé deux matchs à Rimouski, cette année. Ça nous permet de passer moins de temps dans l’autobus. La journée qu’on récupère, on peut s’en servir pour s’entraîner ou se reposer», expliquait Éric Landry, des OIympiques.

À LIRE AUSSI: Despatie va rester à Québec

Remparts

Les Remparts s’inclinent une deuxième fois en une semaine contre l’Armada

Un mauvais début de match a coûté cher aux Remparts de Québec, vendredi au Centre d’excellence Sports Rousseau, où ils ont encaissé un revers de 5-2 face à l’Armada de Blainville-Boisbriand.

Motivés par le souvenir d’avoir remporté leurs deux matchs précédents, les Remparts ont été frappés de plein fouet par un départ canon de l’Armada, qui a marqué quatre buts en l’espace de sept minutes et 33 secondes en première moitié de première période.

Sans crier gare, c’était déjà 4-0 pour les locaux et les deux gardiens des Remparts avaient vu de l’action. Retiré à la faveur de Tristan Côté-Cazenave après avoir cédé un troisième but en cinq lancers, le gardien recrue Émerik Despatie a repris sa place devant le filet après le quatrième but de l’adversaire et a été sans reproche par la suite.

«On a donné trop de surnombres en début de match et ils ont capitalisé. On ne peut pas en donner autant et espérer s’en tirer. Par contre, on a bien fait ça dans les 10 dernières minutes de la première et on l’a mieux joué en deuxième. J’ai été content de voir qu’on a été résiliant», analysait l’entraîneur-chef Patrick Roy après le match.

Au lieu de s’écraser, les Remparts ont plutôt retrouvé leurs moyens pour réduire l’écart à 4-2 avant même la fin de ce premier engagement à saveur offensive. Malgré 16 lancers, en deuxième, ils n’ont pas pu se rapprocher davantage de l’adversaire.

«On a eu nos chances, on ne peut pas se plaindre et leur gardien a été bon. C’est un peu ce que j’ai dit aux gars après la première : dans notre cas, à chaque fois qu’on saute sur la glace, il faut marquer le prochain but. Et il ne faut surtout pas changer notre approche même si l’autre équipe en compte un», résumait-il à propos de la tentative de retour des siens.

Bref changement de gardien

Roy a effectué un bref changement de gardien à 3-0, le temps que la tempête se calme. «Le but était de le retourner rapidement devant le filet, on voyait qu’il était nerveux, c’était pour le calmer. Il n’avait rien à se reprocher sur deux des trois buts, et je suis content de la façon dont il a rebondi. Il a été très bon en deuxième et troisième», disait-il à propos de Despatie.

James Malatesta (18e) a marqué dans un huitième match d’affilée, ce qui représente la plus longue séquence du genre dans la LHJMQ cette saison. Pierrick Dubé (10e) a aussi touché la cible pour les Remparts, qui ont eu le dessus 37-34 aux lancers. L’Armada a ajouté un cinquième but dans une cage déserte avec 2:24 à faire en troisième.

Simon Pinard a été l’auteur d’un tour du chapeau pour l’Armada, Yann-Félix Lapointe et Gabriel Jackson marquant aussi pour les vainqueurs, qui signaient une quatrième victoire de suite et une deuxième en l’espace d’une semaine contre les Remparts, qui reçoivent les Olympiques de Gatineau, samedi (16h) et dimanche (15h), une équipe qui bataille avec eux pour une place dans les séries.

«On rentre dans une séquence super importante parce que Gatineau nous talonne. Il s’agit de deux matchs des séries», admettait Roy.

NOTES : Blessés, les attaquants Gabriel Montreuil et Jacob Melanson n’ont pas joué pour les Remparts, tout comme Yu Sato (parti au Championnat mondial junior division 2 groupe A) et Dylan Schives (retranché)… Aleksei Sergeev a été blanchi pour la première fois en cinq matchs depuis son retour au jeu…

Remparts

Un souhait de progression pour les Remparts en 2020 [VIDÉO]

Après avoir terminé l’année 2019 sur le bon pied avec deux victoires contre Chicoutimi et Baie-Comeau, les Remparts de Québec tenteront d’amorcer 2020 en force, en fin de semaine, à l’occasion d’une séquence de trois matchs en trois jours contre Blainville-Boisbriand et Gatineau.

Après un bref congé du Nouvel An, mercredi, les Remparts étaient de retour au boulot, jeudi, avant de partir pour Blainville, où ils affrontent l’Armada vendredi. Ils recevront ensuite les Olympiques à deux reprises, samedi et dimanche.

Alors qu’on s’échangeait les vœux de bonne année, la question se posait : que peut-on souhaiter aux Remparts?

«Une belle progression», répondait l’entraîneur-chef Patrick Roy.

Déjà, celui qui porte aussi le chapeau de directeur général a posé des gestes pour assurer un plus bel avenir à l’équipe en procédant à l’acquisition de Théo Rochette et Cole Cormier, deux attaquants qui s’ajoutent à un noyau de jeunes qui comprend aussi les James Malatesta, Nathan Gaucher, Nicolas Savoie et Charle Truchon.

«Je trouve notre plan de match intéressant et j’aime où l’on est, aujourd’hui. On a amené des joueurs intéressants, comme Rochette, Cormier et [Gabriel] Belley-Pelletier. Ce sont des jeunes qui nous aideront beaucoup, aujourd’hui et dans les années à venir», disait Roy.

+

LHJMQ

Les Remparts terminent 2019 sur une note intense à Baie-Comeau; l'Océanic s'enlise

BAIE-COMEAU – Le Drakkar de Baie-Comeau a su se relever d’un début de match boiteux, mais un filet de la recrue Nathan Gaucher avec moins de cinq minutes à jouer en troisième a procuré aux Remparts de Québec un gain de 6-4 devant la meilleure foule de la saison au Centre Henry-Leonard.

Baie-Comeau tirait de l’arrière par trois buts en début de deuxième. Toutefois, les hommes de Jon Goyens n’ont pas baissé les bras et ont créé l’égalité. Le premier choix des Diables rouges en 2019 a cependant mis fin au débat en déviant habilement le long tir de Nicolas Savoie. Anthony Gagnon, avec son second du match, a conclu dans un filet désert.

 «On a joué un bon match du début à la fin. Malheureusement, on a pris des punitions en zone offensive et ils ont marqué deux buts à quatre contre trois. Je n’ai pas grand-chose à reprocher à mon club. J’ai aimé notre intensité», a déclaré l’entraîneur-chef Patrick Roy, qui voyait les siens arracher un premier gain en trois rencontres contre le Drakkar cette saison. «On a joué un bon match de route et notre gardien de but d’expérience (Tristan Côté-Cazenave) a su fermer la porte.»

 Son vis-à-vis ne pouvait que constater que le début de rencontre a fait mal aux siens. «Mais en terme d’identité et de caractère, on n’a jamais lâché. On a fait la même chose à Sherbrooke dimanche. On a joué jusqu’au bout et je ne crois pas que personne dans l’aréna n’est parti avant la fin», a soutenu Goyens.

 Ce dernier a bien sûr souligné les deux buts de son club avec l’avantage d’un homme. «En début de saison, notre jeu de puissance avait de la difficulté, mais on a pris le temps de développer les concepts et depuis un bout, on a beaucoup de mouvement de rondelle», a fait remarquer le pilote du Drakkar. «On peut même changer un joueur et ça continue à marcher.»

 Le premier départ de Daniel Moody à Baie-Comeau dans l’uniforme du Drakkar ne s’est vraiment pas bien déroulé, le cerbère étant chassé après avoir cédé trois fois sur sept tirs. Gagnon (13e) a lancé les hostilités en convertissant la belle passe d’Aleksei Sergeev, auteur de trois mentions d’aide en ce mardi après-midi.

 Pierrick Dubé (9e) a ensuite surpris Moody d’un tir dans la partie supérieure d’un angle restreint à 9:21 et deux minutes plus tard, James Malatesta (17e) a expédié le gardien sur le banc d’un tir que Moody aurait dû stopper. Goyens en avait assez vu et a envoyé Lucas Fitzpatrick dans la mêlée. Finalement, à quatre contre trois, Nathan Légaré (18e) a réduit l’écart à deux buts à 15:53.

 «Après le match, c’est facile de dire qu’on aurait dû commencer avec Fitz, mais il nous a encore montré qu’il est toujours prêt même s’il commence sur le banc. Lucas montre aux autres qu’il faut toujours être prêt, en toutes circonstances», d’ajouter Goyens.

 Les Remparts ont repris leur priorité de trois buts en début de deuxième avec le 7e de la campagne d’Édouard St-Laurent, qui n’avait pas touché la cible depuis le 23 octobre, contre le Drakkar incidemment.

 Ce but a finalement sonné le réveil des locaux, qui ont répliqué avec trois buts pour créer l’égalité. Charles-Antoine Giguère (8e) a d’abord battu Côté-Cazenave avant de voir Gabriel Fortier toucher la cible à deux reprises (16e et 17e). Le capitaine du Drakkar, que la rumeur envoie à Moncton contre des choix de repêchage et un jeune de 16 ans, a servi tout un tir à Côté-Cazenave pour son premier et ce dernier a été un peu faible sur le second.

NOTES : Avant la rencontre, le Drakkar a présenté une de ses anciennes vedettes, Robin Leblanc, de passage dans la ville où il a passé sa jeunesse pour la période des Fêtes. Leblanc, qui demeure en Suisse, vient de prendre sa retraite après une belle carrière dans le pays où il est né, du temps où son père Fernand sillonnait les patinoires helvètes.

TROISIÈME REVERS DE SUITE POUR L'OCÉANIC

Pour sa part, l’Océanic conclut 2019 de mauvaise façon. Victime de deux revers consécutifs pour ce retour du congé de Noël, Rimouski en a subi un troisième, s’inclinant 3-0 devant les Tigres à Victoriaville. Les vainqueurs ont profité de leur jeu en supériorité numérique (deux filets en quatre tentatives) pour signer cette victoire.

Brooklyn Kalmikov, en deuxième, et Mikhail Abramov, à 16 :29 du dernier vingt, ont touché la cible pour les Tigres avec un homme en plus. Édouard Ouellet a complété dans un filet désert. Fabio Iacobo a stoppé 29 rondelles pour le blanchissage.

Remparts

Saguenéens 3/Remparts 4: Gagnon saisit sa chance en prolongation

Après avoir frappé le poteau à quelques secondes de la fin de la troisième période, Anthony Gagnon n’a pas raté sa chance en prolongation. Son but a permis aux Remparts de Québec de l’emporter 4 à 3 sur les Saguenéens de Chicoutimi devant la meilleure foule de la saison au Centre Vidéotron, dimanche après-midi.

«Ça faisait longtemps que je n’avais pas compté, je voulais vraiment scorer...» a déclaré après la partie le nouveau capitaine des Diables rouges, qui avait été déçu d’entendre la rondelle résonner sur le poteau avant la fin du temps réglementaire.

En prolongation, il s’est retrouvé fin seul devant la cage de son ancien coéquipier Anthony Pagliarulo.

«Je suis resté calme, j’ai attendu qu’il ouvre les jambières et j’ai lancé», a poursuivi le capitaine, qui a avoué que la foule de 12 204 spectateurs avait donné beaucoup d’énergie à ses coéquipiers et lui.

Chute de pression

On sentait que ce qui était seulement la sixième victoire des Remparts à domicile avait fait retomber beaucoup de pression des épaules des joueurs et de l’entraîneur-chef Patrick Roy.

«Ça fait du bien. C’est le genre de match qu’on espérait avoir depuis un petit bout de temps. J’ai adoré ce que j’ai vu. On a bougé la rondelle rapidement et on n’a pas donné autant de revirements qu’hier», a poursuivi Roy, qui avait fustigé ses arrières la veille après le revers de 7 à 2 contre l’Armada de Blainville-Boisbriand.

«On a adopté une approche différente dans notre réunion d’avant-match. Je leur ai dit ce qu’on voulait et je leur ai montré des séquences plus positives de notre match de samedi et ça a fonctionné. Même si les Saguenéens ont égalisé en fin de match, on n’a jamais abandonné», a déclaré Roy. Le pilote des Remparts a insisté sur l’importance de continuer à jouer du bon hockey dans le but de participer aux séries de fin de saison.

«Les Olympiques de Gatineau ont gagné leurs deux derniers matchs, alors il faut continuer de bien jouer. Si on participe aux séries, on a démontré qu’on pouvait donner du fil à retordre à bien des équipes.»

Indiscipline

L’entraîneur des Saguenéens, Yanick Jean, a pour sa part pointé l’indiscipline des siens dans un match où les trois premiers buts des locaux ont été marqués en avantage numérique.

«À cinq contre cinq, on a été OK, mais il y a quelques pénalités que j’aurais aimé qu’on évite, quelques erreurs mentales, des gestes de frustration», a-t-il commenté. «Quand tu n’as pas le temps de pratiquer, tu joues et tu espères de bons résultats», a ajouté celui dont les protégés venaient aussi de disputer un second match en moins de 24 heures.

«On s’attendait à ce que les Remparts sortent fort, car après une défaite de 7 à 2 à domicile, tu veux toujours rebondir», a ajouté Jean, qui a aussi fait remarquer que plusieurs de ses joueurs étaient à l’écart du jeu pour cause de blessures.

Auteur de deux buts qui ont sonné le réveil des Sags en deuxième et en troisième, le capitaine Rafaël Harvey-Pinard était déçu lui aussi. «Les deux premières périodes, ils ont mieux joué que nous, ils ont travaillé plus fort. Quand tu joues 20 minutes, c’est ça qui arrive. Je n’ai pas d’explication pour vous dire pourquoi on est sorti flat de même», a-t-il déclaré.

Hunter Holmes, James Malatesta et Cole Cormier ont été les premiers marqueurs des Remparts, alors que Vladislav Kostkov, avec 3:12 à faire au temps réglementaire, a été le seul autre joueur des Saguenéens à déjouer le gardien Tristan Côté-Cazenave, qui a mérité la première étoile du match.

Malatesta a marqué trois secondes après une pénalité à Tristan Pelletier, propulsant au fond du filet une passe de Théo Rochette, qui jouait lui aussi son premier match contre ses anciens coéquipiers.

«J’étais un peu surpris, car je crois que c’était la première mise en jeu que je gagnais dans ce match-là! Mais c’était un beau jeu, un beau shoot. James et moi, on a appris à se connaître et je crois qu’on sait de plus en plus à quoi s’attendre l’un de l’autre», a résumé Rochette.

Remparts

Défaite de 7 à 2 contre l’Armada: Roy admoneste ses défenseurs

L’entraîneur Patrick Roy n’était pas de très bonne humeur envers sa brigade défensive samedi après avoir vu les Remparts s’incliner 7 à 2 face à l’Armada de Blainville-Boisbriand. «Les défenseurs ont été affreux aujourd’hui», a-t-il commenté après la partie.

«C’est sûr que je ne suis pas content aujourd’hui... Je viens de parler à nos défenseurs. Ils ont donné 35 revirements, 29 chances de marquer... Je suis extrêmement insatisfait du rendement de nos défenseurs depuis un bon bout de temps, mais je ne parlais pas, j’essayais de rester positif, mais là, wô, wô!», a-t-il déclaré, ayant de la difficulté à accepter une telle défaite à domicile.

«On ne peut pas faire des revirements comme ça et gagner la partie. On dit souvent que nos défenseurs sont jeunes, mais «time out»! Il n’y a pas d’âge pour le talent!», a ajouté l’ancien gardien vedette de la LNH, refusant également de lancer la pierre à son gardien de but Tristan Côté-Cazenave même s’il l’a remplacé par Émerik Despatie après qu’il ait donné cinq buts en deux périodes.

«Le gardien a été laissé à lui-même. J’ai dit aux défenseurs que si c’était moi qui avais été devant le but, ils se seraient fait parler dans la face», a poursuivi Roy.

L’arrière Édouard Cournoyer, qui a regardé la partie des gradins, risque donc d’avoir une autre chance de se faire valoir dimanche face aux Saguenéens de Chicoutimi. «Il va sensiblement rentrer dans l’alignement. Ça commence en arrière et il faudra prendre de meilleures décisions avec la rondelle.»

Quant à Yu Sato, il restera vraisemblablement dans les estrades dimanche. «Il y a de bonnes chances pour qu’il ne soit pas de l’alignement. Je ne suis aucunement satisfait de son jeu. Je sais que c’est une bonne personne, je sais qu’il veut, mais pour le moment, c’est notre treizième ou notre quatorzième attaquant.»

L’Armada, qui menait 1 à 0 après une période, a littéralement explosé avec quatre buts en deuxième. Yaroslav Likhachev, avec un tour du chapeau, Zachary Roy, avec deux buts dont un dans un filet désert, Simon Pinard et Benjamin Corbeil ont été les marqueurs pour Blainville-Boisbriand alors que la réplique des Remparts est venue de James Malatesta et Thomas Caron.

Travailler 60 minutes

Le nouveau capitaine des Remparts, Anthony Gagnon, n’avait pas vraiment le goût de jaser après la partie. «Ils ont travaillé plus fort que nous durant 60 minutes. Après deux périodes, c’était assez. On a essayé de faire ce qu’on faisait de mieux en troisième, mais ce n’était pas assez. Demain, il faudra arriver et travailler 60 minutes», a-t-il déclaré.

Nouvellement arrivé à Québec, l’attaquant Théo Rochette a connu quelques bons moments aux côtés de Malatesta et Pierrick Dubé. «C’est la première fois que je jouais avec lui, je crois qu’il y aura un peu d’adaptation à faire, mais c’est bon pour le futur», a déclaré Rochette, qui affrontera dimanche ses anciens coéquipiers des Saguenéens.

«Avec la défaite, c’est assez calme dans le vestiaire, alors je n’ai pas encore eu l’occasion de discuter avec mes coéquipiers des stratégies à adopter contre Chicoutimi. 

C’est sûr que ce sera un peu spécial, car j’ai de bons amis de l’autre côté, mais je vais me concentrer sur ma «game».»

Quant à Côté-Cazenave, il n’a pas mal pris le fait d’être remplacé après deux périodes. «Il y a du positif et du négatif. Je sais que je suis capable de faire encore mieux que ça, mais je n’ai jamais abandonné. Je veux être là pour les gars», a déclaré l’ancien des Tigres de Victoriaville avant d’ajouter qu’il aimerait bien avoir de meilleurs résultats sur la glace cette année.

Richardson enchanté

L’atmosphère était évidemment meilleure dans le vestiaire de l’Armada, où l’entraîneur Bruce Richardson a dit à ses protégés qu’ils avaient disputé leurs meilleures 60 minutes de la saison.

«Je serais menteur de te dire que je m’attendais à une telle performance, mais on avait du «jump», de l’énergie. Les gars sont sortis avec intensité, ils ont pris le contrôle du match en exécutant le plan de match à la lettre», a déclaré l’entraîneur des vainqueurs.

Remparts

Le «C» à Anthony Gagnon

Sans capitaine depuis l’échange qui a envoyé Félix Bibeau aux Saguenéens de Chicoutimi, les Remparts auront un nouveau porteur du «C» lors du match de samedi contre l’Armada de Blainville-Boisbriand. C’est le vétéran Anthony Gagnon qui se verra attribuer cette responsabilité pour la première fois.

«C’est un gars qui a du bagage dans la ligue, il en est déjà à sa troisième organisation et il sait ce à quoi je m’attends de lui», a déclaré le directeur général et entraîneur-chef Patrick Roy après l’entraînement qui avait lieu vendredi après-midi au Centre Vidéotron. 

Acquis en août de l’Océanic de Rimouski en échange d’un choix de troisième ronde, Gagnon avait débuté sa carrière avec les Olympiques de Gatineau, qui l’avaient échangé à Rimouski contre Tyler Higgins en janvier 2018. En 33 matchs à Québec cette année, il montre une fiche de 11 buts et 19 aides, la meilleure chez les Remparts. 

«J’ai beaucoup fait l’éloge du travail d’Étienne Verrette comme capitaine l’an passé. Je trouve que c’est un joueur qui a porté le «C» de belle façon et c’est un comparable que je voulais lui donner», poursuit Roy, qui a une grande confiance dans les qualités de leader de son numéro 92. «Le rôle de capitaine est d’autant plus important dans une équipe jeune comme la nôtre et je crois aussi qu’Anthony est rendu là dans sa carrière junior.»

Fierté

De son côté, le principal intéressé a accepté le rôle avec fierté. «C’est une énorme marque de confiance que vient de me faire mon entraîneur et je suis vraiment content de ça. Les Remparts de Québec, ce n’est pas n’importe quelle organisation et je suis fier d’être le capitaine», a-t-il résumé après avoir quitté la patinoire.

Le joueur de 20 ans en a vu passer, des capitaines, en cinq saisons disputées dans trois organisations de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). «Je sais que le rôle du capitaine n’est pas aussi important quand tu évolues dans une équipe qui compte beaucoup de joueurs plus expérimentés, mais dans une équipe jeune comme celle que nous avons, le rôle que j’aurai à jouer sera plus gros», poursuit-il.

Exemples

Gagnon se souvient encore des joueurs qui portaient le «C» au tout début de son stage junior avec les Olympiques. «J’ai eu beaucoup de bons capitaines dans toutes les équipes où j’ai évolué, mais je peux te dire qu’Alexandre Carrier (qui évolue dans les filiales des Predators de Nashville) et Marc-Olivier Crevier-Morin (qui porte les couleurs des Mariners du Maine dans la Ligue de la côte Est) étaient des gars qui montraient bien le chemin.»

Il n’avait également que de bons mots pour son prédécesseur Félix Bibeau. «Félix était lui aussi un très bon capitaine. Je n’ai pas nécessairement été surpris qu’il soit échangé, je savais qu’il serait heureux d’aboutir dans une équipe où il aurait une chance d’aller loin cette année.»

L’attaquant originaire de Montréal a très hâte de revoir de l’action après un congé des Fêtes qui a modifié un peu le visage de l’équipe. «À la première pratique après les Fêtes, on est toujours un peu rouillés, mais on est allés chercher de bons jeunes joueurs en Théo Rochette et Cole Cormier. Les derniers matchs n’ont pas été faciles pour nous, mais je crois qu’on peut «resetter» ça et faire comme au début de la saison», termine-t-il en mentionnant les huit victoires en dix matchs des surprenant Remparts en septembre et octobre.

Remparts

Théo Rochette: «L’équipe de ma jeunesse!»

Même s’il avoue qu’être échangé constitue un «gros changement», c’est avec le sourire que le centre Théo Rochette s’amène chez les Remparts. Il avait tellement hâte d’enfiler l’uniforme des Diables rouges qu’il s’est prêté à une séance de photos tout juste avant de prendre l’avion pour s’envoler vers la Suisse, où il passera une dizaine de jours avec sa famille.

«J’en avais parlé avec mon agent et on avait conclu que je ne serais probablement pas échangé. Cependant, Yanick [Jean, entraîneur et directeur général des Saguenéens de Chicoutimi] m’a dit qu’il avait eu une bonne offre pour moi. J’ai décidé d’accepter la transaction», a déclaré Rochette en entrevue téléphonique avec Le Soleil à partir de l’Aéroport Jean-Lesage.

Rochette avoue que le fait de pouvoir enfiler l’uniforme des Remparts l’a amené à voir l’échange d’une façon positive. «Les Remparts, c’est l’équipe de ma jeunesse!» poursuit celui qui est né en Suisse de parents canadiens et qui a vécu au Québec de l’âge de 6 ans à l’âge de 10 ans. «Mes grands-parents habitent toujours à Donnacona et j’ai joué avec les mini-Remparts quand j’étais petit. J’ai toujours rêvé de jouer pour les “vrais” Remparts», confie-t-il. 

Rochette a déjà discuté avec le dg et entraîneur Patrick Roy et apprécie la confiance qu’il lui accorde. «Il m’a dit que j’aurais un rôle important et qu’il voulait construire avec moi pour les deux ans et demi qui restent à mon stage junior. Il veut miser sur moi et [James] Malatesta et aller chercher d’autres jeunes joueurs.»

Océanic

Rimouski 5/Québec 3: l'Océanic signe une quatrième victoire contre les Remparts

RIMOUSKI – Après avoir encaissé la défaite au cours de ses trois derniers matchs, l'Océanic a retrouvé le sentier de la victoire lors du duel qui l'opposait aux Remparts de Québec, samedi, au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. Mais, les Diables rouges ont donné du fil à retordre à leurs hôtes jusqu'en fin de deuxième période, alors que les deux rivaux s'échangeaient les buts en alternance. Mais en troisième, les locaux ont obtenu une avance de deux buts sans riposte pour l'emporter par la marque de 5 à 3.

L'Océanic signait ainsi une quatrième victoire consécutive contre leurs rivaux légendaires. «J'éprouve un gros sentiment de fierté parce que c'est très difficile, pour les gars, après le calendrier éreintant de l'Abitibi et des examens, de rester focaliser et de jouer du hockey de qualité, a fait valoir l'entraîneur-chef local, Serge Beausoleil, en affichant un large sourire. Ils ont puisé au fond d'eux-mêmes pour aller chercher de grosses énergies et pour aller nous chercher deux gros points. De jouer avec cette passion-là, j'ai aimé ça!»

«On n'a pas bien amorcé le match, a analysé pour sa part son vis-à-vis pour les Remparts, Patrick Roy, cherchant à expliquer la défaite des siens. Par contre, le gardien a fait les bons arrêts; il nous a gardés dans le match. On a fait des revirements qui ont été coûteux sur le 1er et le 2e buts. Sur notre 4e but, notre défenseur est parti en échec avant alors qu'il n'avait pas d'affaire là! On aurait pu faire mieux dans ce match-là. Mais quand même, on a fait de belles choses. On a joué avec plus d'urgence et le côté de la compétition était beaucoup mieux. On a joué à dix attaquants, ce qui fait que les gars ont été disciplinés à garder leur présence courte. J'ai aimé ce côté-là. Le trio de [Aleksei] Sergeev avec [Anthony] Gagnon et [Thomas] Caron a très, très bien fait. D'ailleurs, Aleksei a deux buts. C'est le «fun» de le voir revenir au jeu et de contribuer à l'équipe.» Patrick Roy a aussi vanté l'apport d'un ancien de l'Océanic, Anthony Gagnon. «Antho fait du bon travail, a-t-il souligné. Il est bon avec les jeunes. Sincèrement, je suis très content de lui.»

Les hommes de Serge Beausoleil ont tôt fait de secouer les cordages dans la première minute de jeu sur un premier tir au but dirigé vers le nouveau gardien des Remparts, Tristan Côté-Cazenave, fraîchement échangé des Tigres de Victoriaville. «Le premier match n'est jamais facile pour un gardien, a convenu Roy. Je l'ai vécu au Colorado et ça n'avait pas été facile. Mais en même temps, il amène une énergie qui va faire du bien à l'équipe et il amène aussi de l'expérience. Je suis convaincu que ce sera bénéfique à l'équipe.» Ce premier but de Côté-Cazenave dans l'uniforme de Québec était aussi le premier but en saison de D'Artagnan Joly. Il a fallu attendre en fin de première période avant que la troupe de Patrick Roy créé l'égalité sur un lancer d'Aleksei Sergeev (1er).

Au début de l'engagement médian, Isaac Belliveau (7e) y est allé d'un puissant tir dans la partie supérieure du filet. Mais, l'avance de Rimouski n'a duré qu'un peu plus de 2 minutes avant que James Malatesta (11e) ne ramène l'égalité. Intense et rapide tout au long du match, Frédéryck Janvier (2e) a inscrit un but à 12:45 et en toute fin de période, les Remparts ont refroidi les ardeurs des hommes de Serge Beausoleil après le deuxième but de la rencontre de Sergeev (2e) sur une rondelle bondissante.

Le troisième vingt a appartenu aux Bas-Laurentiens, motivés par une foule bruyante de 3 480 spectateurs. «Il restait une période et c'était important d'aller au fond de nous-mêmes», a indiqué le pilote des Bleus.

Après une habile passe de Zachary Bolduc réalisée par derrière, Cédric Paré a marqué sur réception. Il s'agissait du 31e but du grand numéro 19 depuis le début de la saison et de son 50e dans l'uniforme de l'Océanic. Il fallait voir la manœuvre! Dans les dernières secondes de la partie, Bolduc en a ajouté un autre dans un filet désert. Pour la recrue, c'était son 15e but en 16 matchs.

Beausoleil ne tarissait pas d'éloges pour certains de ses vétérans tels que Paré, Zachary Massicotte et Christopher Innis, mais aussi pour certaines recrues. «Il y a des jeunes qui commencent à nous montrer des belles affaires, a-t-il mentionné. On a encore vu [Luka] Verreault, Janvier et [Brandon] Caisey à la défense. C'est beau de voir ça!»

Selon Serge Beausoleil, la période des transactions avant le congé des Fêtes entraîne beaucoup de nervosité chez ses troupiers. «C'est palpable, confirme-t-il. À Rimouski, à travers les années, on compte sur le bout de nos doigts les gars qui étaient enclins à vouloir quitter. Les gars veulent rester ici. On a un groupe soudé. Ici, ce que je vois en ce moment, ce sont des gars qui seraient prêts à faire n'importe quoi pour rester. C'est un bout de ma job que j'aime pas mal moins...» Le directeur général a fait savoir que des annonces seraient faites dès dimanche.

À ce chapitre, l'Océanic aurait fait l'acquisition de l'attaquant de 20 ans Nicolas Guay des Sea Dogs de Saint-Jean dans une transaction qui serait confirmée dans les prochaines heures.

Avec l'arrivée de Côté-Cazenave comme gardien numéro un des Remparts, le sort du gardien Anthony-Carmine Pagliarulo demeure incertain. «J'ai aucune idée pour le moment, s'est contenté de répondre Patrick Roy. On a des décisions à prendre d'ici l'ouverture des transactions.»

Remparts

Secoués, les Remparts l’échappent 4 à 3

SHAWINIGAN — Secoués après l’échange de leur capitaine Félix Bibeau, les Remparts de Québec ont perdu 4 à 3 vendredi soir face aux Cataractes de Shawinigan sur un but marqué en toute fin de match.

Xavier Bourgault, sur un tir de loin, a inscrit son deuxième but du match avec 1:28 à faire à la troisième période pour briser une égalité de 3 à 3. «Je ne pense pas qu’Émerik [Despatie] ait bien vu le lancer. Je crois que le tir était voilé sur ce jeu», a déclaré l’entraîneur-chef des Remparts, Patrick Roy, à la fin du match.

«Par contre, certains de nos défenseurs ne jouent pas à la hauteur de ce qu’on attend d’eux», a-t-il ajouté sans identifier personne en particulier. «Ils ont les pieds dans le ciment par moments. Il y a du sable dans l’engrenage sur les entrées de zone et il faudra aussi améliorer notre jeu devant le filet», a-t-il résumé.

Roy a cependant avoué que ses protégés semblaient secoués par la récente transaction qui a envoyé le capitaine Félix Bibeau aux Saguenéens de Chicoutimi en retour de deux choix au repêchage.

«C’est sûr que les gars sont shakés d’avoir vu Bibeau partir et à savoir ce qui s’en vient... Avec les réseaux sociaux, les nouvelles voyagent très vite», a déclaré Roy, laissant entendre que d’autres joueurs changeraient d’adresse dimanche lors de l’ouverture de la période des transactions.

«C’est sûr que je suis déçu ce soir, car j’ai aimé mieux notre troisième période alors que je n’avais pas aimé du tout nos quarante premières minutes», a-t-il poursuivi, soulignant que les Cataractes avaient généré beaucoup d’offensive avec leur jeu en avantage numérique.

Dominés

Les Cataractes avaient dominé le premier engagement 14 à 5 au chapitre des lancers, mais c’est James Malatesta qui avait ouvert le pointage avec un drôle de but où le gardien Antoine Coulombe avait reculé trop profondément dans son filet, laissant le disque franchir la ligne rouge.

Shawinigan a toutefois égalé le pointage 1:30 plus tard quand Kirill Nizhnikov a battu Despatie alors que Dylan Schives était au banc des pénalités pour coup de bâton.

La domination des Cataractes s’est poursuivie en début de deuxième période alors que les Remparts ont passé 10 minutes sans lancer au filet. Pendant ce temps, les locaux marquaient deux fois en 51 secondes. Olivier Nadeau et Bourgault, en s’emparant d’un retour, ont déjoué Despatie pour pousser leur équipe en avant.

Deux buts de Gaucher

Malgré tout, les Remparts ont réussi à terminer l’engagement avec l’égalité grâce à deux buts de Nathan Gaucher à 15:31 et 19:51. Les Diables rouges ont même failli ajouter un autre but avec moins d’une seconde à faire à la période.

Malgré la défaite, Roy était heureux de voir Gaucher, un joueur sur lequel il mise beaucoup, se démarquer. «Gaucher joue du très bon hockey et pour nous, c’est «l’fun» à voir», a-t-il commenté à propos de son choix de première ronde au dernier repêchage.

NOTES : Pour une deuxième saison consécutive, les Cataractes de Shawinigan sont officiellement l’équipe la plus jeune de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ)... Le pilote des Cataractes, Daniel Renaud, est très heureux que son équipe ait misé sur l’ancien gardien des Chevaliers de Lévis Antoine Coulombe, quatrième du circuit pour la moyenne de buts alloués. «Il avait été sélectionné en deuxième ronde il y a deux ans, mais avait été le premier gardien repêché. L’an dernier, il était le gardien de 16 ans à avoir obtenu le plus de départs dans la Ligue canadienne», souligne Renaud... Pas moins de 3541 spectateurs prenaient place dans les gradins du Centre Gervais Auto pour la visite des Remparts...

Remparts

Bibeau a marqué les recrues

Leur ancien coéquipier brillera désormais par son absence, mais il était l’un des sujets de conversation, jeudi, au retour sur la patinoire des Remparts de Québec au Pavillon de la jeunesse. Sans prétendre à la surprise générale, la transaction envoyant Félix Bibeau chez les Saguenéens de Chicoutimi a ébranlé la jeune forteresse québécoise.

Mercredi, les Remparts ont annoncé que leur capitaine était échangé en retour de deux choix de première ronde en 2020 et 2021. Quelques heures plus tard, on se faisait dire que l’attaquant de 17 ans Théo Rochette prendrait la route de la capitale, dimanche, à l’ouverture de la période des transactions.

«Félix était notre capitaine, c’est un excellent leader. Il s’agit d’une grosse perte pour nous, mais comme nous sommes en reconstruction, on s’y attendait un peu», admettait le vétéran Anthony Gagnon, un joueur de 20 ans comme l’était Bibeau.

Gagnon, qui sera appelé à jouer un rôle encore plus grand en compagnie du défenseur Darien Kielb avec le départ de Bibeau, connaît bien le fonctionnement du hockey junior majeur québécois. Il pouvait bien expliquer la situation aux recrues n’ayant jamais vécu une telle situation.

«On est un peu sous le choc, Félix était apprécié dans la chambre, mais ça fait partie de la game. Je parlais avec James [Malatesta], qui était un peu stressé avec les changements. C’est la première fois que ça arrive aux jeunes de perdre un joueur comme ça. Il était assis à ses côtés dans le vestiaire, c’est sûr pour eux, c’est un gros morceau qu’on perd», précisait Gagnon.

Depuis ses débuts avec l’équipe, Malatesta admettait avoir beaucoup appris de Bibeau.

«Je ne suis pas en état de choc, mais il m’en a montré beaucoup. Les 16 ans, comme moi, on ne connaissait pas trop de choses à notre arrivée. Félix, c’est un très bon gars, un excellent joueur et leader, il va nous manquer», soulignait le numéro 11, qui disait ne pas connaître personnellement son futur coéquipier Rochette, mais reconnaissait qu’il était un très bon joueur.

En fin de semaine, Malatesta devrait former un trio avec Gagnon et Aleksei Sergeev. «On veut jouer de la même façon qu’on le faisait avec Félix. On est content pour lui qu’il se retrouve dans un très bon club, mais nous, on va essayer de ne pas trop y penser et jouer notre match», indiquait-il.

Message texte

Au rancart en raison d’une commotion cérébrale depuis samedi, le gardien Anthony Pagliarulo assistait à la séance d’entraînement dans les gradins du PJ. Il a échangé un message texte avec Bibeau après l’annonce de la transaction.

«J’étais à l’école, il nous a écrit un message pour dire qu’il partait à Chicoutimi. On n’a pas eu le temps de le voir, de leur dire bye, ça s’est fait vraiment vite. On perd un gros morceau, il donnait l’exemple sur la glace. Ce sera aux gars qui restent de montrer aux jeunes ce que ça prend», notait Pagliarulo.

L’entraîneur-chef et directeur général Patrick Roy n’était pas en ville, jeudi. Il assistait à des matchs du Challenge midget AAA, à La Baie, pour surveiller les espoirs du prochain repêchage et discuter avec ses homologues de la LHJMQ qui s’y trouvent tous.

«Avec l’annonce de la transaction de Bibeau, les gars savent que les échanges sont commencés. Qu’on le veuille ou non, ça doit les déranger un peu, c’est notre job de se concentrer sur les pratiques, l’exécution, de les préparer pour le prochain match et de bloquer le bruit extérieur», confiait l’entraîneur-associé Martin Laperrière.

Question à savoir si les Remparts avaient l’intention de pourvoir rapidement le poste de 20 ans laissé vacant par le départ de Bibeau, il n’allait pas s’avancer. «Je vais laisser ce dossier-là à Patrick», répondait Laperrière.

Remparts

Les Remparts échangent Félix Bibeau aux Sags contre deux choix de 1re ronde

Les Remparts n’ont pas attendu le début de la période des transactions de la LHJMQ, dimanche, pour passer à l’action. Ils ont cédé leur capitaine Félix Bibeau aux Saguenéens de Chicoutimi, mercredi après-midi, en retour de deux choix de première ronde en 2020 et 2021. Et selon ce qu’on a appris, en soirée, l’espoir de 17 ans des Sags Théo Rochette pourrait fort bien s’amener à Québec dès l’ouverture de ce marché des échanges.

Bibeau n’aura disputé que 31 matchs dans l’uniforme des Remparts, cette saison. Il était le meilleur marqueur de l’équipe avec 17 buts et 35 points.

La position au classement des Remparts expliquait la décision du directeur général Patrick Roy de se départir des services du joueur de 20 ans qu’il avait acquis des Huskies de Rouyn-Noranda, l’été dernier. Les Remparts occupent le 15e au classement général et le neuvième de la conférence de l’Est. À l’inverse, les Saguenéens trônent au sommet de la même conférence et pointent au second échelon de la Ligue.

«Les deux équipes s’en vont vers des directions opposées, il faut parfois poser des gestes pour l’avenir, et aujourd’hui, c’était la meilleure décision pour les Remparts», confiait Roy, qui se trouvait au Challenge midget AAA à La Baie, au moment de l’annonce de la transaction, l’une des rares du genre dans l’histoire du club.

Avec l’acquisition de deux choix de première ronde de 2020 et 2021, Roy se retrouve désormais avec plusieurs cartes dans son jeu pour manœuvrer à sa guise.

«Nous avons deux choix de première ronde lors des deux prochaines années, mais on n’espère pas repêcher trois fois en première ronde. Nous avons plusieurs options devant nous, on va regarder ce qu’il y a sur la table, mais on veut rentrer des joueurs de talent de 17 ou 18 ans», précisait Roy, sans aller plus loin.

Rochette à Québec?

Après l’annonce de la transaction, toutefois, le bruit est venu à nos oreilles en soirée que Théo Rochette, attaquant de 17 ans natif de Donnacona, mais ayant grandi en Suisse, serait l’un de ces espoirs qui s’amèneraient chez les Remparts. Il fut impossible d’obtenir une confirmation de cette information qui n’avait rien d’une rumeur. Reste à savoir si l’un des deux choix obtenus pour Bibeau retournera au Saguenay? Rochette a raté le mois d’octobre en raison d’une mononucléose et a récolté 16 points en 19 matchs, cette saison.

Si son message est clair à l’effet que les Remparts soient tournés vers l’avenir, Roy n’a toutefois pas lancé la serviette sur la présente saison.

«On veut faire les séries. Nous avons pris des décisions à long terme, mais à court terme, on regarde pour combler le poste de 20 ans. Félix a rendu de bons services à l’équipe, on est content de ce qu’on a obtenu en retour, et on pense que les Gagnon, Coxhead et Kielb sont en mesure d’amener le leadership, je ne suis pas inquiet.»

Remparts

Le bleu à l’honneur pour souligner les 40 ans du 1er match des Nordiques dans la LNH [VIDÉO]

Afin de souligner le 40e anniversaire du premier match des Nordiques de Québec dans la Ligue nationale de hockey, les Remparts disputeront un match en bleu, le vendredi 24 janvier, lors de la visite du Drakkar de Baie-Comeau au Centre Vidéotron.

Pour l’occasion, les Remparts enfileront un chandail thématique qui rappellera celui qu’ils portaient lors des saisons 1983-1984 et 1984-1985 à l’époque où les Nordiques étaient les propriétaires du club junior.

En plus d’inviter les amateurs à porter du bleu pour ce match commémoratif, l’organisation actuelle des Remparts a eu l’idée de faire revivre l’ambiance du passé. Ainsi, Claude Lavoie sera l’annonceur maison, l’organiste Marcel Lajeunesse sera de la partie, tout comme le trompettiste Claude Scott et Max Gros-Louis, avec son célèbre tam-tam.

«Habillez-vous en bleu, sortez vos couleurs des Nordiques, venez faire du bruit et recréer l’ambiance de l’époque», dit l’ancien joueur des Nordiques Alain Côté dans une vidéo promotionnelle diffusée lors de l’annonce de l’événement, mercredi.

En plus de Côté, plusieurs anciens joueurs des Nordiques participeront à une présentation d’avant-match et prendront part à une séance d’autographes lors du premier entracte.