Des partisans des Reds de Cincinnati observent le receveur Tucker Barnhart durant un exercice au bâton le 12 juin dernier à Westfield.
Des partisans des Reds de Cincinnati observent le receveur Tucker Barnhart durant un exercice au bâton le 12 juin dernier à Westfield.

«Réglons» : le président des Yankees souhaite que les négociations reprennent

NEW YORK — Le président des Yankees de New York, Randy Levine, a enjoint les joueurs de reprendre les négociations avec le Baseball majeur afin que la saison puisse être lancée.

Levine a indiqué que l’écart monétaire entre les deux parties n’est pas l’obstacle principal, mais plutôt des dossiers comme les protocoles de santé et sécurité ainsi que la façon de gérer une éventuelle deuxième vague de la pandémie de COVID-19.

«Ce que je crois qu’il doit arriver, c’est que les deux parties se réunissent le plus tôt possible afin de régler ces dossiers pour qu’on puisse avoir une saison, a-t-il déclaré mardi. Les 30 clubs veulent jouer. Le commissaire veut jouer. Les joueurs veulent jouer. Alors, réglons ces dossiers afin qu’on joue. L’accord survenu en mars stipule que les joueurs vont négocier ces dossiers. Le commissaire m’assure qu’il est prêt à le faire. Les joueurs devraient donc retourner à la table de négociations qu’on puisse aller de l’avant.»

La MLB a fait trois propositions aux joueurs, la plus récente pour une saison de 72 matchs commençant le 14 juillet qui garantirait environ 1,23 milliard $ US en salaires aux joueurs. Ces derniers devaient toucher près de 4 milliards $ en 2020. Le total de la compensation grimperait à 1,45 milliard $ si les séries éliminatoires sont jouées en entier.

Les joueurs insistent pour recevoir leur plein salaire en proportion des rencontres disputées, tel que négocié avec la MLB le 26 mars dernier. Cette entente prévoit que la saison n’a pas à être lancée tant que les restrictions de déplacements entre le Canada et les États-Unis ne sont pas levées, et que les matchs puissent être présentés devant spectateurs dans les 30 stades des Majeures.

Le syndicat a offert deux options, la dernière pour 89 rencontres à compter du 10 juillet et une compensation salariale de 2,25 milliards $.

«Tout le monde veut jouer»

Les deux partis ont échangé leurs offres électroniquement, en plus de tenir quelques vidéoconférences. Elles ne se sont pas rencontrées en personne depuis les 13 et 14 mars, en Arizona.

«Tout le monde ici veut régler cela et jouer des matchs le plus tôt possible. Selon ce que j’ai entendu, le problème ne se situe pas au niveau de l’argent ou du nombre de rencontres à ce moment-ci, a ajouté Levine. Selon l’entente de mars dernier, le commissaire peut décider de mettre des matchs à l’horaire pour autant que les joueurs reçoivent 100 % de leur salaire proportionnel. Selon ce que je comprends, ce sont les autres points du 26 mars dernier qu’il faut résoudre.

«Cela comprend les arrangements finaux au sujet des protocoles de santé et sécurité, de décider ce qui arrivera si la saison est interrompue par une deuxième vague de coronavirus, quels joueurs peuvent décider de ne pas jouer et dans quelles circonstances, ce genre de choses.»

Le président de l’Association des joueurs, Tony Clark, a déclaré samedi que de tenir des discussions additionnelles serait inutile. Lundi, le commissaire, Rob Manfred, a déclaré que la saison était en péril.

Depuis vendredi, le commissaire adjoint, Dan Halem, et le négociateur en chef du syndicat, Bruce Meyer, ont échangé des lettres qui semblent préparer à un possible litige.

«Je parle avec le commissaire tous les jours. Il a toujours voulu et souhaite toujours jouer une saison 2020, a dit Levine, négociateur en chef de la MLB de 1995 à 1997. Nous reconnaissons tous que les joueurs constituent le coeur et l’âme de notre sport. Je les ai qualifiés de patriotes par le passé et je le crois toujours aujourd’hui.»