Red Bull Crashed Ice: nouveau parcours, même succès

Les relents de l'hiver, qui refuse de laisser le printemps s'installer, n'ont pas refroidi les dizaines de milliers de spectateurs venus assister au Red Bull Crashed Ice, samedi soir, alors que la neuvième présentation dans la capitale de la compétition de patinage extrême a été remportée par le favori, l'Autrichien Marco Dallago.
Un nouveau parcours qui a renoué avec la colline parlementaire après sept ans d'absence. Un circuit de 480 m s'élançait d'une tour élevée à côté de la Fontaine de Tourny, passant par-dessus les fortifications, à travers le Parc de l'Esplanade, sous la porte de Kent, pour enfin aboutir, 40m plus bas, à la place D'Youville. Un spectacle sons et lumières mettant en vedette les quatuors de patineurs dévalant la piste en plus ou moins 45 secondes.
En déménageant le Championnat du monde de descente sur glace de la côte de la Montagne, les promoteurs espéraient permettre à davantage de spectateurs de se masser le long de la piste. D'après les chiffres annoncés par le comité organisateur au milieu de la soirée, environ 90 000 personnes seraient venues assister au spectacle. C'est sensiblement le même nombre que lors des années précédentes. Un succès de foule.
Malgré la neige tombée en après-midi, ils ont donc été nombreux à se réunir pour voir la Ville de Québec maquillée - pour l'une des dernières fois de l'hiver (!?) - dans ses plus beaux habits blancs.
Les vastes «zones festives» aménagées au départ, à la mi-parcours et à l'arrivée ont permis aux spectateurs de profiter de la fête sans se sentir trop à l'étroit. À l'extérieur de ces zones, il était cependant plus ardu de bien apercevoir la piste. Les spectateurs s'en sont rapidement rendu compte et se sont massés dans ces trois endroits les plus populaires.
«Un 10 sur 10», a lancé Patrice Drouin, président de Gestev, groupe chargé de l'organisation de la compétition. «Comparativement aux dernières années où les gens ne voulaient pas bouger pour ne pas perdre leur place, aujourd'hui [samedi] on a vu tout le monde se déplacer pour profiter du parcours.»
Une course olympique
Tout juste avant les finales féminine et masculine, les frères François et Charles Hamelin ont troqué leurs habits de patineurs de vitesse courte piste pour ceux de hockeyeurs, le temps d'une descente «olympique».
«On n'a jamais patiné devant autant de monde», a confié le triple champion olympique Charles Hamelin avant la course fraternelle. «On a fait des Coupes du monde, des Championnats du monde et deux Olympiques, mais on n'a jamais patiné devant plus de 15 000 ou 20 000 spectateurs.» Après plusieurs chutes, c'est finalement l'aîné, Charles, qui a remporté cette compétition amicale.
Celui qui a mené outrageusement le classement mondial avant la compétition finale de Québec, Marco Dellago, ne s'est pas contenté de remporter le classement cumulatif de la saison, il est monté sur la plus haute marche du podium samedi, pour ainsi remporter sa troisième étape de la saison, qui en compte quatre au total. Il a été salué par des milliers de spectateurs à la remise des prix à la place D'Youville.
L'Autrichien a été accompagné sur le podium par le Canadien Scott Croxall et par son frère, Luca Dallago. Le meilleur Québécois, Dean Moriarity, de Montréal, s'est arrêté en demi-finale alors qu'il a notamment fait face à Derek Wedge, champion du monde de la saison dernière, et à Marco Dellago. La Finlandaise Salla Kyhälä s'est imposée chez les femmes.
Au total, 16 femmes provenant de 5 pays et 64 hommes représentant quant à eux 16 pays ont pris part à la compétition.
La clé: s'entraîner sur le bois l'été!
En rencontre de presse tout juste après avoir reçu ses trophées de champion du monde et de gagnant de la course de Québec, Marco Dallago a soutenu que selon lui, le calibre de la descente en patin sur glace ne fera qu'augmenter dans les prochaines années.
«Chaque année à Québec, le parcours devient de plus en plus difficile, mais les gars s'améliorent aussi constamment», a insisté l'Autrichien qui vient de conclure sa deuxième saison complète sur le circuit.
Lui et son frère, Luca, troisième samedi, ont cependant trouvé un moyen efficace pour devancer leurs adversaires, alors qu'ils se sont entraînés durant la saison estivale sur une piste de bois d'une longueur d'environ 200m. «Ce n'est pas tout à fait pareil comme sur la glace, mais avec les patins à roues alignées, on peut pratiquer notre équilibre. C'est certain que ça nous aide parce qu'on n'a pas souvent la chance de se pratiquer sur la glace», a indiqué le patineur originaire de la ville de Graz.
La descente plus difficile
Questionné quant au nouveau parcours de Québec, le gagnant de la saison a souligné que selon lui, la piste de la capitale «représente le plus grand défi de la saison. La descente la plus difficile de l'année! Encore plus rapide que celle de l'année dernière.»
Scott Croxall a quant à lui indiqué que, selon lui, «on ne peut pas comparer les parcours [de la côte de la Montagne et celui de cette année]. Les deux sont incroyables, très techniques et funs», a dit le Canadien.