Après deux rondes, Gary Woodland présente un cumulatif de - 10, un nouveau record du Championnat de la PGA. L'Américain est seulement le cinquième joueur de l'histoire à afficher ce pointage à mi-chemin d'un tournoi du Grand Chelem.

Record pour Woodland au Championnat de la PGA

ST. LOUIS — Gary Woodland était toujours en tête du Championnat de la PGA grâce à un score record, vendredi, quand des orages ont forcé l’interruption des activités jusqu’à samedi au club de Bellerive.

Woodland a inscrit son nom dans le livre des records grâce à une ronde de 66 (- 4) qui lui a permis de compléter les deux premières rondes du Championnat de la PGA en 130 coups (- 10), battant d’un coup la marque établie par Jimmy Walker et Robert Streb en 2016, à Baltusrol. 

Du même coup, l’Américain de 35 ans a aussi égalé le record après 36 trous dans les tournois du Grand Chelem. Son nom s’inscrit désormais au côté de ceux de Jordan Spieth (Tournoi des Maîtres, 2015), de Martin Kaymer (Omnium des États-Unis, 2014), de Brandt Snedeker (Omnium britannique, 2012) et de Nick Faldo (Omnium britannique, 1992).

Malgré son pointage record, Woodland ne détient qu’un coup d’avance sur Kevin Kisner. Ce dernier aurait pu réussir la meilleure ronde de l’histoire du tournoi (63), mais il a commis un boguey à son dernier trou et s’est contenté d’un score de 64. 

«La clé est de garder la balle dans les allées et d’attaquer à partir de là», a souligné Woodland, toujours à la recherche de son premier titre en carrière en Grand Chelem.

Bas pointages

À la poursuite de Woodland et Kisner, on retrouve notamment le double champion de l’Omnium des États-Unis, Brooks Koepka. Il a raté un roulé pour un oiselet à son dernier trou et s’est contenté de devenir le 15e joueur dans l’histoire du Championnat de la PGA à remettre une carte de 63. Cela lui a tout de même permis de s’installer au troisième rang, à - 8.

Charl Schwartzel a aussi ajouté son nom à la liste des golfeurs ayant joué 63 quelques minutes plus tard. Le golfeur no 1 au monde Dustin Johnson a joué une ronde de 66 pour rejoindre Schwartzel et Thomas Pieters (66) à - 7. Fowler était aussi à - 7 après 10 trous.

«Je ne m’inquiète pas trop de ce que les autres joueurs font sur le terrain», a dit Woodland. Le parcours est jouable, je crois. Si vous gardez la balle en jeu, les verts roulaient mieux aujourd’hui. Je crois que les roulés vont trouver la coupe.»

Kisner et lui jouaient dans le même groupe et ils ont prouvé que le parcours de Bellerive pouvait convenir à tous les styles de jeu. Woodland est l’un des plus puissants cogneurs du circuit. Ce n’est pas le cas de Kisner, qui brille plutôt avec ses fers et autour des verts.

Le parcours est ramolli — non pas par la pluie de mardi matin, mais plutôt par la chaleur extrême qui force l’équipe d’entretien à arroser fréquemment l’herbe — et les joueurs peuvent attaquer le fanion s’ils sont restés dans les allées.

«Les verts amortissent bien la balle, ce qui signifie qu’un coup de fer 4 s’immobilise aussi rapidement qu’un coup de fer 7», a expliqué Kisner. Si les verts étaient plus fermes, je ne crois pas que j’aurais des chances en raison du positionnement des verts et des trous. Heureusement pour moi, les verts amortissent les coups.»

Aucun des golfeurs jouant en après-midi n’a pu compléter sa ronde, ce qui signifie que Rickie Fowler (- 7), Tiger Woods (- 3), Rory McIlroy (normale) et Justin Thomas (- 2), entre autres, devront revenir sur le parcours dès 7h, samedi matin, pour reprendre le jeu.

«Ceux qui jouaient ce matin ont certainement profité des conditions, a dit Fowler pendant le délai de pluie. Nous sommes quelques-uns à essayer de les imiter et d’en profiter aussi cet après-midi.»

Adam Hadwin (Abbotsford, C.-B.), le seul Canadien en lice, se retrouvait à + 4 après neuf trous et il aura fort à faire pour se qualifier pour les deux dernières rondes.