Record de candidatures au Gala de l'athlète

Dix-huit athlètes ont soumis leur candidature dans la catégorie Sport individuel International du Gala de l’athlète 2018. Un record, signe que le sport à Québec se porte assez bien merci!

«On est super contents d’en avoir eu autant. Je n’avais jamais vu ça. D’habitude, on en avait trois, quatre, et c’était toujours les mêmes», affirme Denis Fortin, président du comité de sélection responsable de choisir les plus méritants de nos athlètes dans la dernière année. 

Finalement, Alex Beaulieu-Marchand (ski acrobatique), Laurie Blouin (surf des neiges), Laurent Dubreuil (patinage de vitesse), Alex Harvey (ski de fond) et Olivier Rochon (ski acrobatique) sont en lice dans la plus prestigieuse catégorie. Le 49e Gala de l’athlète aura lieu le 31 mai, au Complexe Capitale Hélicoptère. 

Les catégories Sport individuel national et Athlète-Étudiant ont aussi battu des records d’inscriptions, souligne M. Fortin. «Ça fait des années que je répète que la santé [du sport] est super. Dans la relève, on a tous les sports. Je pense qu’on en avait 14 différents chez les 16 ans et moins», explique celui qui est impliqué dans le Gala depuis 27 ans.

Présidente d’honneur idéale

Et qui de mieux placée que Guylaine Dumont pour agir comme présidente d’honneur? L’ex-volleyeuse a remporté le titre de coéquipière nationale en 1989 alors qu’elle jouait pour le Rouge et Or, puis celui de coéquipière internationale en 2004 après avoir terminée cinquième de la compétition olympique de volleyball de plage, à Athènes, avec Annie Martin.

De plus, son amoureux Gregor Jelonek est en nomination cette année dans la catégorie Entraîneur international et sa fille Gabrielle l’a été il y a deux ans pour le titre de Découverte féminine.

Même si elle a des liens étroits avec le Gala, Dumont a admis mardi avoir hésité à devenir présidente d’honneur. Comme une sorte de doute sur sa valeur.

«C’est comme si je me disais : “Moi, je n’ai pas gagné de médaille aux olympiques”», a candidement affirmé la sympathique Dumont, 50 ans. «En réfléchissant à ça, je me suis dis : “Mon Dieu, Guylaine”. Dans mes conférences, je fais la promotion du dépassement de soi. Et une cinquième position peut valoir autant, sinon plus qu’une première.» Bref, pas besoin d’être médaillée pour servir de modèle.

Ancienne skieuse à l’honneur

En plus de remettre des prix dans 12 catégories, le Gala de l’athlète honorera l’ancienne skieuse Ginette Séguin, première femme de la région à participer aux Jeux olympiques, en 1956. À Cortina d’Ampezzo, en Italie, elle a décroché une 18e place au slalom, le meilleur résultat olympique individuel de la région jusqu’aux performances de Gaétan Boucher 20 ans plus tard, à Innsbruck. Mme Séguin, 84 ans, recevra le prix Jacques-Amyot de la Société d’histoire du sport de la capitale nationale.

À partir de jeudi, plusieurs articles liés au sport seront mis à l’encan sur le Web (galadelathlete.encanweb.ca) afin d’aider au financement du Gala.