Le Japonais Yuki Kawauchi et l'Américaine Desiree Linden ont remporté les volets masculin et féminin du marathon de Boston, disputé lundi dans des conditions météorologiques peu favorables.

Rare victoire d'une Américaine au marathon de Boston

BOSTON — Le Japonais Yuki Kawauchi a dominé le dernier mille pour s’imposer devant Geoffrey Kirui au marathon de Boston, tandis que Desiree Linden a offert à l’Amérique sa première victoire depuis 1985, lundi.

Cinq ans après après la double attaque terroriste ayant frappé l’épreuve (3 morts, 264 blessés), le 122e marathon de Boston s’est déroulé sous une pluie continue, des bourrasques de vent et des températures au plus bas depuis trois décennies, avec 3 °C au départ. Dans ces conditions, Kawauchi a distancé par 2 minutes et 25 secondes le tenant du titre avec un chrono de 2h15:58. L’Américain Shadrack Biwott a pris la troisième place.

Le champion du monde Kirui n’a donc pas réussi à imiter son compatriote Robert Kipkoech en remportant deux fois d’affilée le marathon de Boston. Quant à Kawauchi, il est devenu le premier Japonais à triompher à Boston depuis 1987, quand Seko Toshihiko a réussi l’exploit.

L’athlète de 31 ans remportait une première course de prestige, bien qu’il ait gagné plus de 30 marathons, dont cinq en 2017. «C’est le plus beau jour de ma vie», a exulté, en larmes, Kawauchi. «C’est Boston. C’est la plus grande course du monde», a ajouté celui qui remportait sa cinquième victoire consécutive après le marathon de Hofu (Japon), celui du Nouvel An à Marshfield (Massachusetts), le Kitakyushu (Japon) et le marathon taïwanais de Wanjinshi. Lors des épreuves majeures, il a notamment obtenu une troisième place à Tokyo, en 2011.

Reid Coolsaet, de Hamilton, a été le meilleur Canadien avec un temps de 2h25:02 et une neuvième place.

Une maman canadienne sur le podium

Chez les dames, Linden l’a emporté en 2h39:54, donnant aux États-Unis leur première victoire depuis celle de Lisa Larden Weidenbach en 1985. Seule lors des huit derniers kilomètres, elle a facilement devancé une compatriote Sarah Sellers (2h44:04).

L’Ontarienne Krista DuChene (2h44:20), âgée de 41 ans et mère de trois enfants s’est classée troisième. Sept Américaines ont figuré au top 10.

Linden est née en Californie, mais habite maintenant au Michigan. Elle avait fini deuxième en 2011. Lundi, son temps a été le plus lent d’une gagnante de la course depuis 1978. 

Les chronos étaient plus modestes qu’à l’habitude vu la pluie persistante, glaciale, et aussi les forts vents, de face. Le mercure se tenait autour du point de congélation, tandis que le vent a dépassé les 50 kilomètres à l’heure. «C’est justement ça l’intention, que ça soit difficile», a dit Linden, qui a pris part aux Jeux olympiques de 2012 et de 2016.

«J’adore cette ville, cette course», a ajouté Linden, qui avait manqué la victoire de deux petites secondes en 2011, puis avait fini quatrième en 2015 et en 2017. «C’est une course qui compte pour toute la ville. Même un jour comme celui-ci avec une météo terrible, les gens sortent et suivent la course.»

Environ 30 000 personnes ont participé au 122e marathon de Boston.