Le quart-arrière Antonio Pipkin a inscrit deux touchés au sol dans la victoire.

Rare gain des Alouettes, 25-22 contre Toronto

MONTRÉAL — Les Alouettes de Montréal se sont un peu compliqué la vie, mais ils ont tout de même réussi à stopper à neuf leur série de défaites à domicile avec un gain de 25-22 aux dépens des Argonauts de Toronto, vendredi.

C’est le placement de 27 verges de Boris Bede, son quatrième du match, avec 1:10 à faire qui a permis de confirmer cette victoire des Alouettes (2-8) et de mettre fin à une série de six revers cette saison. Les Argos (3-6) avaient d’ailleurs été la dernière victime des Alouettes (2-8) au Stade Percival-Molson, où 16 480 spectateurs ont assisté à cette victoire.

Bede avait précédemment réussi des placements de 43, 32 et 29 verges, mais il avait raté la transformation sur le deuxième touché du match d’Antonio Pipkin plus tôt au quatrième quart, qui aurait donné un mince avantage de 23-22 aux Alouettes.

Pipkin, très efficace à son deuxième départ, a marqué des touchés sur des courses de deux et une verges. 

Forts d’une avance de 15-10 à la mi-temps, les locaux ont permis aux Argos de marquer 12 points contre un seul au troisième quart pour prendre le contrôle 22-16. Un retour d’interception de 45 verges d’Alden Darby sur une passe échappée par Ernest Jackson avait permis aux Argos de reprendre les devants 19-15.

Après un simple de Bede, les Argos ont aussi inscrit un placement, le troisième du match de Zack Medeiros, pour faire 22-16 et on ne donnait plus cher de la peau des Alouettes.

C’était sans compter sur le brio de Pipkin, William Stanback et B.J. Cunningham, qui ont replacé les Alouettes dans le match en dernière période et leur ont permis d’inscrire cette victoire qui a grandement réjoui les spectateurs sur place.

Mais il a fallu attendre à la toute dernière seconde, jusqu’à ce que Medeiros rate sa tentative de placement de 54 verges, pour que le Stade Percival-Molson vibre comme on ne l’a que trop rarement senti vibrer depuis quatre ans.