Une photo de Rafael Nadal quittant un court de terre battue la mine déconfite après une défaite est une rareté. Le responsable de cet état de fait est l'Autrichien Dominic Thiem, qui a vaincu l'Espagnol en deux manches à l'Omnium de Madrid, vendredi.

Rare accroc pour Nadal sur terre battue, Shapovalov avance

MADRID — Coup de tonnerre à Madrid! Le roi Rafael Nadal a essuyé sa première défaite depuis près d’un an sur terre battue, rossé en deux manches par le valeureux Dominic Thiem, auteur d’une grande prestation vendredi.

«Il fallait vraiment faire un match extraordinaire pour le battre. C’est ce que j’ai fait», a apprécié l’Autrichien de 24 ans après son succès (7-5, 6-3) devant des spectateurs espagnols médusés et sous les yeux ravis de sa compagne, la joueuse française Kristina Mladenovic, qualifiée pour la finale du double dames.

Cette défaite n’est pas sans conséquence pour Nadal. Il va perdre lundi sa place de no 1 mondial au profit de Roger Federer, au repos depuis la fin mars. Il aura toutefois l’opportunité de la récupérer à condition de remporter, la semaine prochaine, le tournoi de Rome où il s’était incliné en quarts de finale l’an dernier... face à Thiem.

Le protégé de Günter Bresnik, ancien coach de Boris Becker, est le seul à avoir fait mordre la poussière à Nadal sur terre battue depuis son retour au premier plan l’an passé. Avant son échec à Madrid, le décuple champion de Roland-Garros restait sur une série de 21 victoires d’affilée sur sa surface fétiche et ce, sans concéder la moindre manche.

«Ce n’est pas un drame d’avoir perdu ce match. J’ai gagné 50 sets d’affilée sur terre battue. Aujourd’hui j’ai perdu. Ce n’était pas mon jour», a relativisé le Majorquin, qui avait battu la veille le record de la plus longue série de sets remportés sur une même surface établie par John McEnroe en 1984, sur le dur.

«Aujourd’hui, j’ai perdu. Ce n’était pas mon jour et ça fait partie du sport. Par contre, je ne vais pas retourner dans ma chambre d’hôtel en me disant que je dois changer plein de choses en prévision des prochains tournois. Ce ne serait pas très intelligent», a souligné l’Espagnol, mitraillé de coups gagnants (29 dont 22 en coup droit) et auteur d’un nombre inhabituel de fautes directes (29 contre 28).

«Le plus important, c’était de rentrer sur le court avec la volonté de le battre et d’y croire», a insisté Thiem qui a maintenant une belle occasion d’aller au bout. Son prochain adversaire sera le Sud-Africain Kevin Anderson (8e) qui n’avait encore jamais atteint ce niveau en Masters 1000 et dont la terre battue reste la moins bonne surface.

Rendez-vous avec Zverev

Si le «vieux» roi a chuté, le jeune Denis Shapovalov s’est qualifié pour les demi-finales en ayant le dessus 7-5, 6-7 (6) et 6-4 sur le Britannique Kyle Edmund. Il s’agissait du cinquième duel en Coupe Davis ou en match de l’ATP entre les deux étoiles montantes du tennis masculin et le Canadien de 19 ans a maintenant l’avantage 3-2.

«C’est particulier et je crois que nous avons des styles qui se ressemblent beaucoup», a mentionné Shapovalov. «Nous avons un service puissant et nous aimons dicter le jeu avec notre coup droit. Ce n’est pas facile de jouer contre Kyle. Quand il voit bien la balle, il va cogner des coups gagnants de tous les côtés.»

Sur sa route vers la finale se dresse maintenant Alexander Zverev, deuxième tête de série. L’Allemand a eu le meilleur 6-4 et 7-5 face à John Isner. Shapovalov qui avait défait son compatriote Milos Raonic la veille pour atteindre les quarts. Il est en quête d’un premier sacre sur le circuit de l’ATP.