Andy Murray affrontera Milos Raonic à la finale de Wimbledon.

Raonic, un rival inhabituel pour Murray

Délesté de ses rivaux Roger Federer et Novak Djokovic, Andy Murray se présente dans la peau du grand favori contre le Canadien Milos Raonic en finale de Wimbledon, pour soulever une deuxième fois le trophée.
Milos Raonic a crié sa joie après être venu à bout de Roger Federer en cinq sets.
Ce sera la onzième finale en grand chelem de l'Écossais, la première où il n'affrontera pas l'un de ses deux encombrants rivaux.
Jusqu'ici, il n'en a gagné que deux (face à Djokovic) : l'Omnium des États-Unis en 2012 et Wimbledon en 2013, mettant alors fin à 77ans de disette britannique à Londres.
Depuis, plus rien, car Djokovic est repassé par là. Le Serbe, éliminé dès le troisième tour à Wimbledon, l'a battu en finale à Roland-Garros début juin, en Australie en début d'année et l'an passé. Au total, Murray a perdu quatre finales à Melbourne contre le Serbe.
Contre Federer, battu en demi-finale par Raonic, il en a perdu trois, dont un échec douloureux à Wimbledon il y a quatre ans où il n'avait pu retenir ses larmes.
Plus de chances de réussite
En ajoutant la convalescence de Rafael Nadal, blessés au poignet gauche, qui l'a toujours battu à Londres (3-0), ses chances de réussite se sont démultipliées. Le Londonien d'adoption aura, qui plus est, l'avantage de jouer à domicile et moins de pression qu'il y a trois ans, lorsque tout un peuple le poussait pour succéder à Fred Perry, alors dernier lauréat britannique en 1936.
«Cela représenterait beaucoup de gagner encore une fois, souligne Murray. Je joue pour [remporter] ces tournois et c'est pour cela que je m'entraîne dur. C'est ma source de motivation.»
La finale s'annonce comme une opposition de styles. Raonic est l'un des meilleurs serveurs, récoltant en moyenne près de 23 as par match. Un de ses coups de canon a été enregistré à 231,7km/h, le service le plus rapide de cette édition. Murray est, quant à lui, l'un des deux meilleurs retourneurs du monde avec Djokovic.