Milos Raonic a été battu en deuxième ronde par l'Américain Ryan Harrison, en quatre manches de 6-7 (4), 7-5, 7-5 et 6-1, mercredi, à New York.

Raonic premier prétendant à tomber à New York

Milos Raonic est devenu mercredi le premier prétendant au titre éliminé prématurément des Internationaux des États-Unis. Le finaliste à Wimbledon s'est fait surprendre 6-7 (4/7), 7-5, 7-5 et 6-1 par l'Américain Ryan Harrison, 120e mondial.
Raonic (6e mondial) a perdu pied physiquement au fur et à mesure de la rencontre disputée sous une chaleur accablante. Il a fait appel à deux reprises à l'encadrement médical du tournoi pour soigner une cuisse, puis un poignet. Diminué physiquement - «Plusieurs choses : mon bras gauche, mon avant-bras droit vers la fin du troisième set, mes quadriceps, ma hanche gauche» -, l'Ontarien paraissait fort épuisé vers la fin du match, qui a duré trois heures et 37 minutes. Les Internationaux des États-Unis ne réussissent guère à Raonic qui, à 25 ans, affiche pour meilleur résultat une huitième de finale en 2012, 2013 et 2014.
De son côté, Harrison, dont la meilleure saison remonte à 2012 où il avait culminé à la 43e place mondiale, a signé sa deuxième victoire en 28 matchs contre un joueur du top 10 mondial. Sa fiche était de 0-6 au deuxième tour d'un tournoi majeur. Sans surprise, Raonic a dominé pour les as (18 contre 7). Mais il a aussi commis 15 doubles fautes, ce qui a joué un rôle dans les sept bris obtenus par l'Américain. «Je n'ai pas bien servi pour commencer ce tournoi et habituellement, cet aspect-là me sourit et m'évite des ennuis», a dit Raonic. «Je pense que ça m'a ajouté plus de stress que normalement. Ça m'a rattrapé tout au long du match.» C'est également au chapitre des fautes directes que le match s'est joué : Raonic a fait 62 erreurs de ce genre, contre 33 pour Harrison. Il n'a pris le service de son rival que trois fois.
Vasek Pospisil sert contre Kevin Anderson, lors de son match de deuxième tour, mercredi.
Pospisil éliminé
Auparavant, le Canadien  Vasek Pospisil (123e) s'est incliné 7-6 (3), 6-4 et 6-4 face au Sud-Africain Kevin Anderson (35e). Le match a duré 2 h 39 minutes.
Le Canadien de 26 ans n'a pas livré une mauvaise performance, mais n'a jamais réussi à s'imposer au service de son rival.
Pospisil a inscrit plus d'as que de doubles fautes (13 contre 9) et plus de coups gagnants que d'erreurs directes (32 contre 28), mais n'a obtenu que quatre balles de bris dont deux qu'il a su exploiter.
Mais Anderson a été encore meilleur à tous ces chapitres et il a aussi créé 15 balles de bris. Il en a converti quatre.
Avec l'AFP