La soirée du 4 mai sera quelque peu spéciale pour Marc-André Barriault qui, en plus de défendre son titre des mi-moyens, aura la chance de voir en action sa copine, Jade Masson-Wong, qui disputera son premier combat professionnel.

Québec bien représentée lors du gala du 4 mai

Un an et demi après sa renaissance, l’organisation d’arts martiaux mixtes TKO débarque au Centre Vidéotron dans l’espoir d’y tenir le plus gros gala de son histoire, le 4 mai. Pourquoi Québec? Parce que derrière le champion Marc-André Barriault, la capitale nationale possède une véritable pépinière de jeunes combattants prometteurs.

Le président de TKO MMA, Stéphane Patry, ne passe pas par quatre chemins. «Je ne sais pas ce qui s’est passé à Québec dans les 10 dernières années, mais il y a tellement de beaux talents. C’est probablement la plus grosse pépinière pour les arts martiaux mixtes dans la province en ce moment», a-t-il lancé, mardi, après la conférence de presse présentant les neuf combattants de la région de Québec figurant sur la carte du 4 mai.

Pour Patry, originaire de la région de la Capitale-Nationale, il était naturel que son organisation tienne un gala au Centre Vidéotron tôt ou tard. Ayant d’abord existé entre 2000 et 2008, TKO MMA a le vent dans les voiles depuis sa renaissance, en 2016. Après cinq galas à guichets fermés à la TOHU, à Montréal, l’organisation s’est tournée vers le Centre Bell et a réussi à y attirer 5000 personnes, en décembre. 

«C’était important de venir à Québec, mais il y a aussi que les astres s’alignent. On a Marc-André Barriault comme champion [185 livres] et Jonathan Meunier qui vient d’être relâché par le UFC. Tous deux sont de Québec.»

À cela s’ajoute cette fameuse relève prometteuse à laquelle fait référence le promoteur. Du nombre, Jade Masson-Wong, Joé Patry et Samuel Giguère, tous des combattants de la région, effectueront leurs débuts professionnels après de brillantes carrières chez les amateurs. 

Avec déjà 1400 billets vendus avant de lancer la machine de promotion, TKO MMA vise entre 5000 et 6000 spectateurs. 

Soirée en amoureux dans l’octogone

Pour la première défense de son titre des mi-moyens, le champion Marc-André Barriault (9-1-0, 6 K.-O.) vivra une soirée spéciale. Celui qui s’était donné comme objectif de carrière d’amener TKO à Québec sera opposé au Britano-Colombien Brendan Kornberger (9-3-0, 6 K.-O.) dans un combat de cinq rounds. Mais au-delà de la saveur locale, «Powerbar» Barriault vivra une autre première alors que sa copine depuis plusieurs années, Jade Masson-Wong, se battra quelques heures avant lui. 

«Je vais être dans son coin durant son combat. Je vais aller chercher son énergie et aller continuer ma préparation ensuite», prévoit le dur cogneur, qui décrit son couple comme «une parfaite symbiose». 

«Jade me comprend et je la comprends. On s’entraîne ensemble et on vit nos hauts et nos bas ensembles.»

Sa douce moitié aura un imposant défi devant elle en l’Ontarienne Maggie Poulin, qui l’a défaite chez les amateurs, mais elle se promet tout de même d’en profiter. «Ça va être un évènement marquant dans notre vie. Je ne sais pas si ça va réarriver plus tard. Ça montre tous les efforts que l’on a faits pour se retrouver à la même place», pointe Masson-Wong.

+

UN ADVERSAIRE CORIACE AU GOÛT DE MEUNIER

Fraîchement libéré par l’UFC pour des raisons médicales, Jonathan Meunier (8-1-0, 5 K.-O.) n’aura pas droit à une balade dans l’octogone pour son premier combat avec TKO, assure Stéphane Patry. Celui qui est également le gérant de Meunier estime que le Brésilien Pedro Gostinski Jr (11-1-0, 7 K.-O.) sera l’un de ses plus coriaces adversaires en carrière. Le combattant de Québec ne demande rien de moins. Meilleurs sont ses prochains adversaires, meilleures sont ses chances de gravir les échelons d’organisations internationales d’arts martiaux mixtes, telles Rizin et Bellator. «Ce qui est négocié avec TKO, en ce qui me concerne, c’est que je ne peux qu’affronter des combattants qui sont sur la liste de prospects du UFC. C’est notre but pour créer de nouvelles opportunités pour ma carrière.»

«District» Meunier n’a vu Gostinski Jr que sur vidéo, mais il sait qu’il s’agit d’un combattant puissant affectionnant le combat debout. «C’est aussi ma force, tout ce qui est boxe thaïlandaise, donc ça devrait être un combat explosif», prédit-il à propos de son combat de championnat chez les 170 livres. Un troisième combat de championnat est également prévu chez les 135 livres, le 4 mai au soir, entre l’Albertain Jesse Arnett et l’Américain Nate Maness.