Josué Peley a claqué deux doubles et produit trois points hier soir à Trois-Rivières. La production offensive du troisième-­but s'est avérée insuffisante, les Capitales s'inclinant 10-5 face aux Aigles.

Québec 5/Trois-Rivières 10: sixième manche fatale

Pas facile pour les Capitales d'en gagner deux de suite. Leurs ennuis se sont poursuivis, jeudi, à Trois-Rivières, quand les Aigles ont eu le dessus 10-5 grâce à une sixième manche où les visiteurs de Québec ont encaissé sept points.
«Quand tu utilises quatre lanceurs dans la même manche, tes chances de gagner sont rares», a constaté le gérant des perdants, après la rencontre. «Mais c'est en offensive qu'on a perdu ce match-là. On avait le lanceur [Edilson Alvarez] dans les câbles toute la soirée, mais à cause de quelques mauvaises présences au bâton, quelques présences égoïstes, on a été incapables de l'achever», a fustigé Patrick Scalabrini.
Les Capitales chutent à nouveau sous la barre de respectabilité de ,500, avec 31 victoires et 32 revers à leur dossier. «Le match de ce soir montre très bien pourquoi nous sommes une équipe de ,500», a jeté l'instructeur-chef. Les Aigles sont 24-42.
Dans cette fameuse sixième manche, les lanceurs Kyle Regnault, Kirk Clark et Sheldon McDonald ont accordé cinq coups sûrs et quatre buts sur balles, en plus de commettre quatre mauvais lancers. Scalabrini a dû faire appel à la recrue de Harvard, Danny Moskovits, pour affronter le 12e frappeur de la manche et y mettre fin.
Bras partant des Capitales, Regnault (5 ml, 5 pm, 7 cs, 3 bb, 9 rb) filait presque le parfait bonheur jusque-là. Le gaucher de 25 ans avait ficelé neuf frappeurs sur trois prises au cours des cinq premières manches. Mais le numéro 29 de Québec n'a retiré personne en sixième, cédant sa place à Clark (0,1 ml, 4 pm, 3 cs, 1 bb). Qui a fait encore pire.
L'autre releveur de confiance de Scalabrini avec Clark, McDonald (0,1 ml, 1 cs, 1 bb) n'est pas parvenu à éteindre le feu. Moskovits (2,1 ml, 1 pm, 1 cs, 1bb) a complété la rencontre. Chez les Aigles, Alvarez (6 ml, 4 pm, 7 cs, 5 bb, 2 rb) a remporté sa troisième victoire en huit décisions.
Regnault est un ancien releveur converti en partant il y a un mois, justement pour un match contre Trois-Rivières. Il compilait quand même 22 manches lancées à ses trois dernières sorties, dont son match complet de neuf manches du 13 juillet.
«Kyle a manqué de gaz, clairement. Il a lancé comme un releveur et, en plus, il a abandonné. Il a baissé les bras», s'est désolé le patron.
«Je ne dirais pas que j'ai lancé comme un releveur, je ne crois pas», a répondu un Regnault songeur. «Le fait d'être agressif m'aide, que je sois partant ou releveur. Mais en sixième, je ne prenais jamais l'avance dans le compte et c'est la clé du succès.»
Laforest satisfait
Dans l'autre camp, le gérant Pierre-Luc Laforest se réjouissait d'avoir enfin coincé Regnault. «Il est capable de te faire mal et il le fait depuis plusieurs saisons, avec Québec et avant avec Worcester. À son départ précédent contre nous, il n'avait pas accordé de point [en cinq manches]. Alors ça fait du bien de sortir une grosse performance contre lui.»
Laforest se disait d'autant plus satisfait qu'il s'agit de la plus grosse production offensive de ses hommes au stade Fernand-Bédard cette saison. Douze coups sûrs, dont le circuit solo de Jose Cuevas en troisième manche, un triple et deux doubles.
«On le fait sur la route, mais ça fait du bien de le faire à la maison. On frappe pour ,280 sur la route, mais seulement ,210 à la maison! J'aimerais bien connaître l'explication pour ça...» a-t-il laissé tomber, suggérant des changements de routines avant les rendez-vous locaux.
Le voltigeur cubain Yuniesky Gurriel avait été laissé de côté par le gérant des Capitales, tout comme le joueur d'utilité recrue Aaron Brill. Gageons qu'ils seront dans l'alignement vendredi.
*****
Gurriel n'ira pas au New Jersey
À Québec depuis trois semaines, le Cubain Yuniesky Gurriel n'avait rendez-vous à l'ambassade américaine que jeudi, pour obtenir les papiers nécessaires à son entrée légale aux États-Unis comme baseballeur professionnel n'ayant pas déserté son pays. Il est le premier à le faire. Il ne sera donc pas en mesure d'accompagner ses coéquipiers au New Jersey pour quatre matchs contre les Jackals, de dimanche à mercredi. Le moment historique est reporté au 15 août, pour un voyage de trois jours à Rockland... Dans ce même périple chez les Boulders, les Capitales se passeront de leur voltigeur de centre étoile Sébastien Boucher. Sa conjointe pourrait accoucher à ce moment. Son absence pourrait se prolonger un peu, selon l'empressement ou non du deuxième garçon du couple... Boucher avait retrouvé sa position défensive, jeudi, après deux jours de congé et un troisième comme frappeur de choix. Il souffre d'une légère blessure au pied... Opposé à la recrue Mike Bradstreet (0-1, 2,57) sur le monticule de Trois-­Rivières, ce soir, Karl Gélinas (5-5, 3,87) tentera d'égaler le record pour les victoires en carrière par un lanceur avec les Capitales. Keith Dunn en avait récolté 47 en 87 départs. Gélinas en sera à son 106e départ avec le club de Québec.