e joueur de ligne offensive Samuel Lefebvre refuse de prendre à la légère le prochain adversaire du Rouge et Or même si les Stingers n’ont toujours pas remporté de match cette année .

Prêts à déchiffrer la «méthode Philion»

Parmi les nombreux nouveaux membres de l’équipe d’entraîneurs des Stingers de Concordia, que le Rouge et Or affronte samedi, on compte un nom connu des amateurs de football canadien. L’ancien plaqueur défensif des Alouettes de Montréal et entraîneur de la ligne défensive de trois équipes de la Ligue canadienne de football depuis 2013, Ed Philion, est le nouveau coordonnateur de la défensive de Concordia et les joueurs de ligne offensive du Rouge et Or sont prêts à déchiffrer sa façon de faire.

«Nous avons un gros travail mental à faire», avoue le joueur de ligne offensive du Rouge et Or Samuel Lefebvre. «Philion a mis ça à son goût», commente le vétéran de quatrième année, qui a travaillé beaucoup avec l’entraîneur de la ligne offensive Carl Brennan afin de se préparer pour ce match. «Il y a beaucoup de choses qui sortent de l’ordinaire dans leur défensive, plusieurs schémas de blocs qui ne sont pas intuitifs. Carl a travaillé beaucoup avec nous pour décrypter leur façon de faire. On a fait du vidéo tous les jours», poursuit-il.

Pas à la légère

Par ailleurs, Lefebvre refuse de prendre à la légère le prochain adversaire même si les Stingers n’ont toujours pas remporté de match cette année. «Ils ont joué un match serré contre les Carabins, et même contre McGill, ils avaient la possibilité de faire des jeux, mais ce n’était pas leur journée», analyse-t-il.

Dans ses séances de vidéo, Lefebvre a remarqué le nouveau venu Jahmensky Lubin, un joueur de ligne défensive de 6 pieds 1 pouce et 313 livres qui arrive directement de la Ligue de football junior du Canada. «C’est un gars qui joue du très bon football et il a été très bon chez les juniors.»

Comme lors du match d’ouverture du Rouge et Or contre Sherbrooke, Lefebvre s’attend aussi à voir les siens miser beaucoup sur le jeu au sol. «Il faudra encore exploiter le jeu au sol. Chaque match, on prend ce que l’adversaire nous donne et Sherbrooke nous a donné beaucoup d’occasions pour nous permettre de courir le ballon nord-sud. Jo [Joanik Masse] et Phil [Philippe Lessard-Vézina] ont fait le travail», poursuit-il à propos des deux porteurs de ballon qui ont accumulé ensemble 160 verges au sol.

D’amis à ennemis

Lefebvre avoue également qu’il sera aussi un peu particulier de retrouver de l’autre côté du terrain des visages qu’il a connus dans l’équipe d’entraîneurs du Rouge et Or comme Alex Surprenant (coordonnateur de l’offensive), Guillaume G. Bourassa (coordonnateur des unités spéciales et entraîneur des porteurs de ballon), Karl Monjoie (entraîneur de la ligne offensive) et Seydou Junior Haidara (entraîneur des receveurs de passes). Ces anciens de Laval sont maintenant aux côtés de l’entraîneur-chef des Stingers, Brad Collinson, lui aussi un ancien adjoint de Glen Constantin avec le Rouge et Or.

«Je les ai côtoyés pendant des années et je crois qu’ils vont amener une belle culture à Concordia. Mais quand le ballon est live, il n’y a plus d’amis, plus de pitié. On veut gagner chaque bataille, peu importe qui se retrouve devant nous», indique-t-il.

«Contre les Stingers, si tout le monde prend son homme et si on court nord-sud, ça devrait bien aller. La majorité de leurs blitz sont des surnombres. On ne peut pas se retrouver en deuxième et long, et sûrement que ce sera leur plan de match d’essayer de nous avoir de cette façon», conclut Lefebvre.

+

LE ALEC POIRIER NOUVEAU

À son premier match de la saison contre le Vert & Or de Sherbrooke, le secondeur du Rouge et Or de l’Université Laval Alec Poirier se sentait bien. Après une entrée au football universitaire qui avait été marquée par les blessures l’an dernier, l’ancien des Cougars du Collège Champlain Lennoxville apprécie grandement ce retour à la forme.

«J’ai été opéré à l’épaule en mars 2018 et ça a pris cinq mois avant que je revienne. Ensuite, au camp d’entraînement, à force de frapper, ça s’est mis en enfler. J’ai dû manquer deux matchs», se souvient-il. Il a ensuite entamé une saison qui, selon ses dires, a été marquée de hauts et de bas quant à la condition de son épaule. Il a terminé l’année avec quelques apparitions sur le terrain et un plaqué.

«Mais la dernière game du calendrier régulier contre Sherbrooke, je me suis blessé à nouveau et j’ai raté les séries», affirme-t-il avec un visage qui en dit long sur sa déception de ne pas avoir touché le terrain lors de la grande marche du Rouge et Or vers sa dixième Coupe Vanier.

Affamé

«À cause de tout cela, je suis affamé cette année», poursuit-il. La «faim» du jeune secondeur de 20 ans était palpable lors du premier match de la saison, où il a vu beaucoup d’action, fait trois plaqués, dont deux en solo, et réalisé une superbe interception sur une passe du quart-arrière du Vert & Or Anthony Robichaud à la ligne de 21 de Sherbrooke.

«Ce premier match, je le voyais un peu comme un test, mais je demeurais confiant. J’ai bien joué et ça a confirmé ce que je croyais être capable de faire», poursuit l’athlète, qui a aussi travaillé très fort durant la saison morte afin d’abaisser son poids à 245 livres. «J’ai perdu 15 livres et maintenant, tout est plus facile. Je suis capable de courir plus vite et c’est très bon sur les couvertures.»

À l’aube d’affronter les Stingers de Concordia, Poirier a hâte de s’attaquer à ce nouveau défi. «Ils ont une équipe qui fait beaucoup de passes en raison de leurs bons receveurs. C’est plutôt rare que le receveur se retrouve dans la boîte et, souvent, il faudra impliquer les demis défensifs qui auront un rôle important sur la course.» 

Poirier a l’intention de garder l’œil sur le porteur de ballon recrue et spécialiste des retours de bottés Kevin Foster Verdier. «Il est vite, il ne faudra pas lui laisser de place. Les Stingers ont beaucoup d’athlètes capables de faire des jeux explosifs. Si tu es capable de couper ces jeux, si tu es capable de garder le jeu au sol en dedans de la boîte, c’est ça la clé», résume-t-il. Ian Bussières