Le Biélorusse Maxim Gustik, le Chinois Jia Zongyang et le Québécois Lewis Irving sont montés sur le podium en Chine, samedi.

Premier podium pour Lewis Irving

Premier podium de Coupe du monde pour Lewis Irving, samedi, en Chine, à l’endroit même où se tiendront les Jeux olympiques de 2022. Mais avec cette troisième position, le sauteur en ski acrobatique de Charlesbourg se rapproche surtout des Jeux olympiques de 2018.

«C’est tout un soulagement, ça fait du bien! C’est mon premier podium et j’espère que ce ne sera pas le dernier! Les mots me manquent en ce moment», a commenté Irving, tout juste après la cérémonie des médailles, dans une entrevue à chaud relayée par Freestyle Canada.

Mais c’est dans le froid et le vent que les sauteurs ont amorcé leur saison à Secret Garden, station logée à quelque 250 km au nord-ouest de Pékin. Cette médaille de bronze fait doublement de bien à l’athlète de 22 ans, lui qui n’avait pas pris part à une compétition officielle depuis plus de 10 mois. En février, une sévère chute l’avait laissé blessé à une hanche et avait coupé court à sa saison 2016-2017.

Voilà qu’à deux mois des Jeux olympiques de PyeongChang, en Corée du Sud, un aussi bon résultat ne pouvait tomber plus à point. Un grand pas vers une qualification olympique doublée d’une bonne dose de confiance, comment espérer mieux comme retour.

«Notre processus de qualification olympique est très long, mais ce résultat aide certainement et m’enlève un poids pour le reste de la saison», reconnaît Irving, qui préfère ne pas tenir les comptes en vue du grand rendez-vous de février.

Progresser en douceur

«Pour mon retour de blessure, le plan reste de progresser en douceur et de me concentrer sur chaque saut, un à la fois», indique celui qui travaille aussi sur l’ajout d’un saut au coefficient plus élevé dans son arsenal, soit un triple périlleux avec quadruple vrille.

Son triple périlleux avec triple vrille lui a valu 103,68 points de la part des cinq juges samedi, en finale, tandis que le favori local, le Chinois Jia Zongyang, l’a emporté avec 127,88 points, devant le Biélorusse Maxim Gustik, à 117,26. 

Seul autre Canadien en ronde finale, Olivier Rochon, de Gatineau, a terminé 12e avec 65,04 points, tandis que Félix Cormier-Boucher a pris le 32e et dernier rang. La recrue de Saint-Mathias-sur-Richelieu participait à sa toute première épreuve de Coupe du monde.

«Je n’ai pas vraiment regardé la qualification olympique, je ne me concentre pas sur ça», a assuré Irving à l’agence Sportcom. «Si je commence à calculer tous les petits points que ça me prend, c’est un stress que je ne veux pas nécessairement. Mon but est d’être constant chaque jour et d’améliorer ce que je fais. Je n’ai aucune idée où je suis classé par rapport aux autres. On verra si je me fais appeler en janvier pour me dire que j’ai la place ou non!»

En 10 départs sur le circuit de la Coupe du monde, Irving affiche déjà cinq résultats parmi les 10 premières positions. Il avait été nommé recrue par excellence pour la saison 2015-2016.

La Biélorusse Hanna Huskova a gagné le volet féminin, suivie de la Chinoise Xu Mengtao et de l’Américaine Ashley Caldwell. La Montréalaise Catrine Lavallée a fini 17e sur 27. L’équipe canadienne est entièrement composée de sauteurs québécois.