Le garde vedette des Warriors de Golden State Stephen Curry

Pour les Warriors, le début d'une dynastie

CLEVELAND — Il ne restait que quelques secondes à écouler quand les joueurs des Warriors de Golden State ont quitté le banc pour célébrer, ne pouvant plus se contenir.

Ils avaient atteint un important statut, celui de dynastie.

Stephen Curry, du haut de ses 37 points, et Kevin Durant, qui a été nommé le joueur le plus utile de la finale pour une deuxième année de suite, ont aidé les Warriors à signer un troisième titre en quatre ans grâce à un balayage contre LeBron James et les Cavaliers de Cleveland.

Qu’on les aime ou non, on peut discréditer les Warriors.

«C’est à ce moment que tu sais que nous formons une très bonne équipe, quand tout le monde est contre nous, a affirmé Durant. Que ce soit par les adversaires, les entraîneurs, les partisans ou les médias qui nous détestent, ça fait du bien d’être l’équipe que tout le monde veut battre. Ça nous rend meilleurs.»

Et depuis deux ans, aucune équipe n’est meilleure.

La NBA devra peut-être s’habituer à voir les Warriors en finale, au grand désespoir des autres équipes de l’Association Ouest.

Curry est encore sous contrat pendant quelques saisons, Durant a dit qu’il ne voulait pas jouer ailleurs, Steve Kerr prouve encore qu’il est un des meilleurs entraîneurs de la NBA et les joueurs autonomes sont prêts à accepter moins d’argent pour avoir une occasion de remporter les grands honneurs avec les Warriors.

À l’autre bout du spectre, les Cavaliers sont peut-être sur le point de se démanteler.

Les Warriors semblent bâtis pour connaître des succès pendant plusieurs années et peu importe où James décide d’aller jouer, la formation californienne apparaît encore comme la favorite pour triompher en finale l’an prochain.

«Tu ne veux pas gâcher le moment, a indiqué Curry, qui voulait se tenir loin des discussions concernant la dynastie crée par son équipe. Nous aurons amplement le temps cet été de discuter de ce qui se produira l’an prochain et ce qui sera nécessaire pour retourner en finale.»

Il faut souligner que les Rockets de Houston en ont donné pour leur rhume aux Warriors cette saison. Si Chris Paul ne se blesse pas, qui sait si les Warriors remportent le septième match de la série, à l’étranger, pour signer un quatrième titre de l’Ouest consécutif. Dans l’Association Est, les Raptors de Toronto, les 76ers de Philadelphie ou les Celtics de Boston ont de bonnes chances d’accéder à la finale, sans parler de l’équipe avec qui James décidera d’amener ses talents.

Cependant, il faut noter une chose: les Warriors n’ont pas l’intention de laisser aller leur trône.

«Je dois continuer à m’améliorer, a mentionné Durant. Il me reste encore beaucoup de choses à accomplir. Je veux me prouver que je peux continuer à avoir du succès à long terme.»

Durant, qui peut à peine être surveillé en ce moment, veut continuer à s’améliorer. Si on demandait aux 29 autres formations de la NBA comment elles se sentent à la suite de cette déclaration, elles demanderaient probablement de l’aide.

«Ils bougent à un très bon rythme. De plus, les cinq joueurs sur le terrain peuvent dribler avec le ballon, passer et tirer, a fait valoir l’entraîneur-chef des Cavaliers, Tyronn Lue. Ils peuvent créer des jeux. Si tu fais une erreur, ils vont te faire payer. C’est la beauté de leur équipe.»

Même le commissaire de la NBA, Adam Silver, s’émerveille devant les succès des Warriors. Ils ont bien repêché et ils dépensent leur argent intelligemment.

Ils sont bâtis pour le long terme.

Cet été, toutes les équipes du circuit tenteront de trouver une façon de vaincre les Warriors. Quelques-unes vont tenter leur chance en 2019, d’autres attendront le moment opportun.

Peu importe, Curry fera aussi ce qu’il fait de mieux. Il retournera en gymnase dans quelques semaines, prêt à repartir la machine. Le match d’ouverture n’est que dans quatre mois après tout.

«J’ai un énorme sourire au visage en ce moment, a-t-il exprimé. Je vais essayer de le garder le plus longtemps possible.»

Ça pourrait vouloir dire pour encore bon nombre d’années.