Pierre-Luc Poulin, ici en 2015

Poulin remporte le K1-1000 m des sélections canadiennes

Pierre-Luc Poulin a remporté l’épreuve K1-1000 m des sélections canadiennes de kayak de vitesse, cette fin de semaine. L’athlète de Lac-Beauport décroche ainsi sa place aux deux étapes de Coupe du monde.

Traditionnel lancement de la saison, les essais pour l’équipe nationale se tenaient sur le lac Lanier à Gainesville, dans l’État de la Géorgie, site des épreuves olympiques en 1996. Trois journées de féroce compétition pour composer l’alignement qui représentera le Canada en Coupe du monde à Szeged, en Hongrie, du 18 au 20 mai, puis à Duisbourg, en Allemagne, du 25 au 27 mai.

Dans le volet masculin, les meilleures chances canadiennes de médaille sur la scène internationale, et donc en vue des Jeux olympiques de 2020, sont en kayak à quatre (K4) sur 500 mètres. C’est donc là-dessus que l’entraîneur responsable du volet sprint masculin Frédéric Jobin a mis l’accent.

Poulin a loupé sa première chance vendredi quand il a perdu une chaude lutte avec le Torontois Nicholas Matveev au K1-500 m. Les deux ont franchi la distance en un rapide 1 min 39, plus 307 millièmes pour Matveev et 761 pour Poulin, laissant les autres loin derrière à plus de 1:41.

C’est donc samedi que le Québécois de 22 ans s’est mis en évidence, au K1-1000 m. En 3:30,466, plus de 1,2 seconde devant son plus proche poursuivant et retranchant pas moins de huit secondes à sa marque personnelle!

«Le 1000 mètres était ma bête noire dans les dernières années, je finissais toujours six, sept ou huitième. Mais là, j’ai vraiment fait une course de niveau international, stable et en exécutant mon plan de course à la perfection. J’avais de la misère à le croire moi-même!» a-t-il expliqué, dimanche, quand Le Soleil l’a joint à Gainesville.

Il venait de pagayer le K1-200 m jusqu’en sixième position. Il n’était quand même qu’à 51 millièmes du deuxième! Seul le double champion du monde et médaillé olympique sur la distance Mark De Jonge, 34 ans, de Halifax, s’est détaché à l’avant par six dixièmes.

Poulin et Matveev ont maintenant leur place assurée à bord du K4-500 m pour les Coupes du monde. En plus, les deux ont moins de 23 ans et participeront donc au Championnat du monde des moins de 23 ans en juillet, espérant aussi se frayer un chemin jusqu’au Championnat du monde senior, fin août.


« Le 1000 mètres était ma bête noire dans les dernières années, je finissais toujours six, sept ou huitième »
Pierre-Luc Poulin

Jobin souligne que Poulin a changé son schéma d’entraînement en septembre dernier pour obtenir davantage de succès sur une plus longue distance et que déjà, il commence à en encaisser les dividendes.

Du côté féminin, la canoéiste de Trois-Rivières Laurence Vincent-Lapointe a inscrit un nouveau record du monde du C1-200 m en 45,350 secondes. Grande spécialiste de cette distance qui n’était pas au programme olympique auparavant, elle verra les choses changer avec l’entrée de sa discipline sous les anneaux à Tokyo 2020.