Comme Tomas Tatar (à gauche) l'an dernier, plusieurs autres joueurs de la LNH - incluant quelques noms prestigieux - pourraient changer d'adresse lundi alors que l'on s'approchera de l'échéancier final, prévu pour 15h, heure de l'Est lundi.

Plusieurs joueurs de qualité pourraient être échangés d'ici l'heure limite

Tomas Tatar avait le pressentiment qu'il allait être échangé. La question était de savoir à quel endroit.

Porte-couleurs des Red Wings de Detroit lors des sept campagnes précédentes, Tatar était assis chez lui et regardait la télé le jour de la date limite des transactions dans la Ligue nationale de hockey en février dernier, lorsqu'il a reçu le coup de fil l'informant qu'il avait été cédé aux Golden Knights de Vegas.

«Je me disais : “Ça peut arriver”», a raconté l'attaquant de 28 ans en ressassant les pensées qui l'envahissaient dans les moments qui avaient précédé l'échange.

«Toutefois, vous ne le réalisez pas tant et aussi longtemps que ce n'est pas arrivé. Après une longue période de temps à Detroit, cet échange s'est avéré une nouvelle expérience.»

Plusieurs autres joueurs de la LNH - incluant quelques noms prestigieux - vivront le même phénomène lundi alors que l'on s'approchera de l'échéancier final, prévu pour 15h, heure de l'Est lundi.

Parmi les ailiers qui pourraient devenir des joueurs autonomes sans compensation cet été, Mark Stone des Sénateurs d'Ottawa et Wayne Simmonds des Flyers de Philadelphie sont les plus susceptibles de changer d'adresse avant l'heure limite. Il en est de même pour Micheal Ferland des Hurricanes de la Caroline, Kevin Hayes des Rangers de New York, Gustav Nyquist, des Red Wings et Marcus Johansson, des Devils du New Jersey.

Des équipes à la recherche de défenseurs pourraient être intéressées par Adam McQuaid, des Rangers, ou Dougie Hamilton, des Hurricanes, à qui il reste deux années à son contrat.

Impliqués dans une chaude lutte dans la section Métropolitaine, les Blue Jackets de Columbus ont déjà fait quelques coups d'éclat, mettant la main sur Matt Duchene, des Sénateurs vendredi, puis Ryan Dzingel, également des Sénateurs, 24 heures plus tard.

Les acquisitions des deux joueurs susceptibles de réclamer l'autonomie en juillet ont coûté aux Blue Jackets deux espoirs, un choix de première ronde, deux sélections de deuxième tour et l'attaquant Anthony Duclair. Les Sénateurs recevront un autre choix de première ronde si Duchene demeure à Columbus.

Les Stars de Dallas ont également bougé samedi en allant chercher l'ailier Mats Zuccarello, des Rangers, et le défenseur Ben Lovejoy, des Devils.

Parmi les équipes canadiennes, il faut s'attendre à ce que les Flames de Calgary et les Jets de Winnipeg soient actifs lundi alors qu'ils tentent de solidifier leur formation respective en vue des séries éliminatoires, tandis que les Maple Leafs de Toronto pourraient essayer d'ajouter un défenseur droitier ou un ailier reconnu pour sa combativité.

Toutefois, des situations comme celle impliquant Tatar peuvent servir d'avertissement aux formations prêtes à céder des actifs pour bonifier leur équipe.

Les Golden Knights ont donné des choix de première, deuxième et troisième ronde, en février dernier, pour acquérir l'attaquant tchèque alors que l'étonnante équipe de l'expansion faisait sa route vers une éventuelle participation à la finale de la Coupe Stanley.

«Nous allions rater les séries éliminatoires pour une deuxième année de suite après 25 qualifications d'affilée... et les gens n'étaient pas habitués, a raconté Tatar en parlant des Red Wings. L'équipe était en mode reconstruction.»

Toutefois, l'échange n'a pas été rentable pour les Golden Knights.

Tatar n'a récolté que quatre buts et deux aides en 20 parties avec les Golden Knights et a été laissé de côté lors de 12 des 20 matchs éliminatoires. Lors des séries, il n'a obtenu que deux points.

Il a été échangé au Canadien dans la transaction qui a permis aux Golden Knights de mettre la main sur Max Pacioretty et depuis, Tatar a amassé 21 buts et 25 aides en 61 matchs en 2018-2019.

«Avec du recul, ce fut une belle expérience, a affirmé Tatar en parlant de son séjour avec Vegas. Nous sommes venus près d'aller jusqu'au bout.»

«D'être échangé pour la première fois, c'était quelque chose de nouveau. Je ne dirais pas que je ne me suis pas intégré, mais les joueurs ont retrouvé la santé et ils jouaient de l'excellent hockey. Ils étaient sur une lancée. Je respectais la décision de l'entraîneur.»

C'est le genre de risques auxquels plusieurs directeurs généraux feront face lundi.