Thomas Chabot a hâte d’affronter le Canadien. Mais il ne se laissera pas distraire par l’idée d’affronter l’équipe qu’il suivait pendant sa jeunesse.

Pleins feux sur Chabot encore

La première confrontation contre son « maître » Erik Karlsson étant maintenant chose du passé, et ayant tourné en sa faveur, Thomas Chabot va se retrouver à nouveau sous les feux des projecteurs cette semaine, cette fois dans sa province natale.

Le défenseur des Sénateurs d’Ottawa, qui a repris le premier rang des marqueurs chez les arrières de la LNH en ajoutant deux passes à sa fiche dans le gain de 6-2 contre les Sharks de San Jose samedi, aura l’occasion de montrer à quel point il a progressé lors du programme double contre le Canadien de Montréal qui s’amorce mardi soir au centre Bell et se déplacera ensuite au Centre Canadian Tire jeudi.

L’auteur de 31 points, dont 7 buts, réalise pleinement l’importance de ce programme double de « matches de quatre points », comme le veut le vieux cliché.

« Ça va être important, ces deux matches contre eux. N’importe quel match contre des équipes de ta division, c’est important de gagner. Gagner ces deux matches contre Montréal, ça serait bon pour le classement, mais on se concentre juste sur le match de (mardi) soir. Les choses vont bien dernièrement, on veut juste continuer avec le momentum qu’on a », a-t-il confié lundi après l’entraînement des siens au CCT, avant une balade en train vers la métropole québécoise.

Le numéro 72 avait traité le face à face contre le numéro 65 des Sharks comme « juste un autre match », et il a la même approche contre le Tricolore, même si ça demeure spécial pour lui d’aller jouer au domicile de l’équipe qu’il suivait pendant sa jeunesse à Sainte-Marie de Beauce.

« C’est toujours le fun de jouer à Montréal, mais à la fin de la journée, ce n’est pas plus spécial que n’importe quelle autre équipe. C’est un match comme tous les autres », affirme celui qui a une passe en trois matches à sa fiche contre la Flanelle.

L’arrière-garde de 21 ans a joué plus de 25 minutes lors de neuf des 10 derniers matches des Sénateurs, une indication de la confiance que ses entraîneurs ont en lui.

L’entraîneur-chef Guy Boucher parlait de l’amélioration défensive de son équipe au cours des quatre derniers matches, remontant au match de lundi dernier à New York, et il l’attribue à une meilleure prise de conscience de l’ensemble de l’équipe, de même qu’au retour au jeu du défenseur Ben Harpur et aux performances de Chabot qui a fait « un saut majeur vers l’avant défensivement au cours du dernier mois, ce qui est énorme ».

« Son rôle est plus grand parce qu’il est capable de le gérer. Il s’améliore de semaine en semaine, comme il l’a fait l’an dernier. Il est si bon que ça, et il est si engagé que ça. Il sait quand se porter en attaque et quand rester en mode défensif, c’est là qu’il s’est amélioré de façon drastique, à mon avis », a souligné Boucher.

« L’amélioration de son jeu d’ensemble est ce qui est le plus impressionnant, à un si jeune âge. Ce ne sont pas ses chiffres », a ajouté Boucher, notant que Chabot a un différentiel positif après avoir affiché un moins-12 à sa saison recrue.

Le gardien Craig Anderson, qui obtiendra évidemment le départ contre le Tricolore pour le programme double de cette semaine, apprécie de voir le développement de son jeune coéquipier. « Chaby, c’est Chaby. On le voyait jouer comme ça par moment lors de ses premiers séjours ici. Quand on l’a renvoyé il y a deux ans, il avait été le meilleur junior au monde », a-t-il noté.

+

Maxime Lajoie

LAJOIE RESTE UN CAS DOUTEUX

Après avoir raté un premier match cette saison samedi contre les Sharks, en raison d’une blessure au haut du corps, le défenseur franco-albertain Maxime Lajoie était de retour à l’entraînement avec ses coéquipiers lundi, mais il n’est pas certain de pouvoir reprendre sa place, prise par le nouveau venu Justin Falk, dès mardi soir à Montréal.

« Il va mieux, mais je dirais qu’il n’est pas tout à fait prêt. Il pourrait être disponible, mais on a attendu longtemps pour lui donner une pause, et avec Falk ici, ça nous donne la chance de lui donner un break », a indiqué Guy Boucher lundi.

Le principal intéressé a laissé entendre qu’il « ne sait pas encore » s’il pourra jouer. « C’est certain que c’est frustrant de ne pas pouvoir jouer, mais il faut que je prenne soin de mon corps. On va voir (mardi) comment je me sens. Ça fait partie de la game, c’est plate, mais ça arrive à tout le monde. Il faut prendre le temps pour revenir à 100 % », a confié au Droit l’arrière recrue qui a 6 buts et 12 points à sa fiche.