À la faveur d’un vote populaire excessivement serré, Réal «Buddy» Cloutier aura droit à un monument à son honneur dans l’allée commémorative du hockey de la Place Jean-Béliveau afin d’y représenter le passage des Nordiques de Québec dans l’Association mondiale de hockey. On le voit ici en 1977 avec la coupe Avco.

Place Jean-Béliveau: Réal Cloutier et Guy Lafleur auront leur statue

À la faveur d’un vote populaire excessivement serré, Réal «Buddy» Cloutier aura droit à un monument à son honneur dans l’allée commémorative du hockey de la Place Jean-Béliveau afin d’y représenter le passage des Nordiques de Québec dans l’Association mondiale de hockey. Sans surprise, Guy Lafleur verra aussi une statue érigée à son image en qualité de joueur ayant le plus marqué l’histoire des Remparts.

«C’est tout un cadeau de Noël, je suis heureux comme un roi. Je suis un vrai ti-gars de Québec, je ne pouvais pas obtenir un plus bel honneur dans ma ville, ça montre que les gens ont apprécié ce que j’ai fait», disait le natif de Saint-Émile, quelques minutes à peine après le dévoilement du dernier vote tenu conjointement par la Ville de Québec et la Commission de la capitale nationale.

Avec 36 % des votes, Réal Cloutier a devancé de justesse Marc Tardif (35 %) et Jean-Claude Tremblay (20 %) afin de déterminer quel joueur des Nordiques de l’AMH aurait une œuvre d’art à son image tout près de celles de Jean Béliveau, des frères (Anton, Marian et Peter) Stastny et Joe Malone, dont le concept rappelant son surnom de fantôme a été récemment dévoilé.

«Le vote a été tellement serré, ils pourraient faire deux statues… Marc le méritait aussi, on faisait un «maudit» bon duo. On a fini notre carrière pratiquement à égalité au niveau des statistiques», précisait-il en parlant de l’ancien capitaine des Nordiques.

Celui qui portait le numéro 9 a disputé cinq saisons dans l’uniforme fleurdelisé dans l’AMH. Il est le deuxième meilleur pointeur de leur histoire dans ce circuit avec 566 points, tout juste derrière Tardif, son compagnon de trio. Si l’on compte sa production au tournoi pee-wee, avec les Remparts, les Nordiques de l’AMH et les Nordiques de la LNH, il est peut-être celui qui a secoué les cordages le plus souvent dans toute l’histoire du Colisée de Québec.

Bon hockey

«J’ai grandi à Saint-Émile, j’ai joué pour les Remparts, les Nordiques de l’AMH et de la LNH. Je viens de recevoir une très grande marque d’amour et de reconnaissance de la part des gens de chez nous. Ma carrière n’a pas fini comme je l’espérais, mais ça vient boucher plusieurs trous», ajoutait celui qui aurait aimé remporter la Coupe Stanley à Québec, mais aussi, boucler la boucle selon ses propres termes.

Cloutier a été l’un des joueurs les plus spectaculaires de l’histoire des Nordiques. Il avait le compas dans l’œil, comme ses 283 buts dans l’AMH en témoignent.

«Ce furent de très belles années, on offrait du bon hockey dans l’AMH, on y retrouvait d’excellents joueurs, parmi les plus grands du hockey. On peut dire qu’on a fait notre part pour amener les Nordiques dans la Ligue nationale», ajoutait-il, sans cacher l’émotion qui l’envahissait à la suite du résultat du vote dans lequel on retrouvait aussi Serge Bernier (4 %) et le gardien Richard Brodeur (3 %).

Après une saison de 93 buts à l’âge de 17 ans avec les Remparts, Cloutier a fait ses débuts avec les Nordiques de l’AMH à 18 ans en 1974. Il a été le quatrième meilleur de l’histoire du circuit maudit, derrière André Lacroix, Tardif et Bobby Hull. Il a été champion compteur de l’AMH à deux reprises, en 1976-1977 (141 points) et à la dernière saison d’existence de la Ligue en 1978-1979 (129 points). Il a été intronisé au Temple de la renommée de la LHJMQ en 2016 en plus d’avoir vu son chandail retiré par les Remparts en 2017.

«Je n’ai jamais reçu un plus bel honneur que cela. Cette nomination est la cerise sur le sundae», notait l’ancien ailier droit de 63 ans en traçant le bilan de sa carrière.

+

RÉAL CLOUTIER EN CHIFFRES

  • 5 saisons dans l’AMH
  • 75 buts en 1978-1979
  • 141 points en 1976-1977
  • 283 buts dans l’AMH
  • 566 points dans l’AMH
  • 1277 points dans le junior et le hockey professionnel

+

Après trois saisons passées dans l’uniforme des As Jr de Québec, Guy Lafleur a mené les Remparts à la conquête de la Coupe Memorial en 1970-1971 au terme d’une saison de 209 points, dont 130 buts. Ici, il accompagne le premier ministre de l'époque, Robert Bourassa.

Guy Lafleur, l'incontournable Diable rouge

Guy Lafleur a obtenu sans surprise la faveur populaire pour déterminer celui qui représentera l’histoire des Remparts de Québec dans l’allée commémorative de la Place Jean-Béliveau.

Le Démon blond, qui avait été élu le meilleur joueur de l’histoire de la LHJMQ, l’été dernier, à l’occasion des festivités du 50e anniversaire de la Ligue, a reçu 75% des votes. Les autres joueurs des Remparts en nomination étaient Simon Gagné (7%), Alexander Radulov (6%), Marc-Édouard Vlasic (6%), André Savard (4 %) et Guy Chouinard (2%).

Après trois saisons passées dans l’uniforme des As Jr de Québec, l’incontournable Diable rouge a mené les Remparts à la conquête de la Coupe Memorial en 1970-1971 au terme d’une saison de 209 points, dont 130 buts. L’année précédente, il avait touché la cible 103 fois…

«Si j’avais voté, il aurait été mon choix. Qu’il y ait une statue en l’honneur de Guy Lafleur à la Place Jean-Béliveau, c’est tout à fait normal, il mérite cela haut la main», admettait André Savard, rejoint au New Jersey puisqu’il est dépisteur professionnel pour le compte des Devils.

Membre du Temple de la renommée du hockey, le légendaire ailier droit qui a fait ensuite carrière avec le Canadien, les Rangers et les Nordiques a récemment été opéré pour un quadruple pontage et se remet de l’ablation d’une partie d’un poumon en raison d’un cancer.

Savard, qui était l’un des joueurs mis en candidature, a non seulement été le coéquipier de Lafleur avec les Remparts, mais aussi son compagnon de trio. Il détient d’ailleurs toujours le record de la LHJMQ pour le plus de points dans un match avec 12 (3 buts et 9 passes). Lafleur en avait obtenu 11 (7-4) et Michel Brière 10 (3-7).

«Si les Remparts sont devenus aussi populaires, c’est à cause de Guy, qui était la grande vedette. À cause de lui, les assistances sont passées de 3000 à 13 000 spectateurs au Colisée. Plus important encore, Guy était un très bon joueur d’équipe, il était travaillant, il n’était pas égoïste. J’ai été chanceux de jouer avec lui. Quand il marquait un but, il en voulait un deuxième. Quand il en avait deux, il en voulait trois, quatre ou cinq», rappelait celui qui n’oubliera jamais la soirée de six buts de Lafleur, à Québec, en 1970, ce qui lui avait permis d’atteindre le plateau des 100 buts devant ses partisans à l’avant-dernier match de la saison.

Un honneur

«Guy Lafleur et Réal Cloutier ont laissé des souvenirs impérissables dans la mémoire d’innombrables citoyens, on marque une étape importante entourant la commémoration des cinq périodes de l’histoire du hockey à Québec. L’initiative de la Commission de la capitale nationale du Québec et de la Ville de Québec permet à l’ensemble de la population de souligner cet apport de nos athlètes et encourage le talent de nos artistes québécois par la mise en place d’espaces publics dans la capitale nationale», indiquait par voie de communiqué la présidente et directrice générale de la Commission de la capitale nationale du Québec, Marie Claire Ouellet.

Les statues en l’honneur de Lafleur et Cloutier seront aménagées à l’automne 2021 et des maquettes seront dévoilées dans les prochains mois.

«Ce sera un honneur d’immortaliser Guy Lafleur et Réal Cloutier à Québec, aux côtés de Jean Béliveau, des frères Stastny et de Joe Malone», ajoutait le maire Régis Labeaume. Carl Tardif