Gabrielle-Anne Désy, Nancy Bourassa (photo) et Anne Champagne seront à surveiller lors de la NorthMan Race du mont Sainte-Anne, samedi. 

Place aux bûcheronnes!

Parce que dans la NorthMan Race, il y a aussi des femmes... Gabrielle-Anne Désy, Nancy Bourassa et Anne Champagne compteront parmi les grandes favorites de la course à obstacles présentée au mont Sainte-Anne, samedi à 13h30.
Au menu, huit kilomètres parsemés de 43 défis, dont du sciage de billot et du lancer de la hache! «On retourne dans les années 1800!» dit l'organisation. L'aspect «bûcheron» de la NorthMan Race est nouveau, mais les trois femmes sont des habituées des épreuves courues dans le bois et la bouette.
Désy, sa coéquipière Bourassa et Champagne aiment les surprises, les challenges, la nature. Contrairement à la course sur route, leurs épreuves ne sont jamais redondantes. Samedi, sous les couleurs de l'équipe NorthMan Race, elles s'élanceront sans trop savoir ce qui les attend.
Leur entraînement est aussi varié. Les «NorthWomen» doivent développer leur endurance comme une coureuse de fond, mais aussi leur force physique comme une haltérophile. Le crossfit fait souvent partie de leur routine.
Désy peinait à compléter un 10 km sur route lorsqu'elle s'est lancée dans sa première course à obstacles. Dans les derniers kilomètres, elle s'est fait doubler par plusieurs compétiteurs. «Je me trouvais dont ben pas en forme malgré les sports que je faisais. Un peu par orgueil, j'ai décidé de me dépasser. Alors j'ai continué à courir.»
Et à progresser. L'an dernier, Désy a terminé 13e lors des Championnats du monde de l'Obstacle Course Racing disputés à Blue Mountain, en Ontario. Avec ses succès, qui l'étonnent elle-même, sont venus les commanditaires. Ceux-ci lui ont permis d'abandonner son emploi pour se consacrer davantage à son sport. «C'est une méga partie de ma vie», dit-elle aujourd'hui.
Ça se répercute jusque dans son assiette, où ses habitudes rigides sont «en train de rendre mon chum un peu fou», rigole celle qui est aussi entraîneur de crossfit et cascadeuse.
«Tellement satisfaisant»
Bourassa n'était pas très sportive lorsque sa mère a subi un accident vasculaire cérébral, il y a quelques années. «Je m'étais dit que ça n'allait pas m'arriver. Je me suis mise à bouger à partir de là», dit l'athlète de 38 ans, qui s'entraîne au mont Royal. Elle aurait pu s'en tenir au tennis, mais là voilà parmi les meilleures au Québec dans un sport extrême.
Grande sportive, Champagne pratiquait déjà la course à pied et le triathlon lorsqu'elle a fait le saut dans les courses à obstacles, il y a deux ans à peine. L'an dernier, elle est montée 14 fois sur le podium en 15 courses. Compléter une épreuve du genre, «c'est fou!» dit la Joliettaine de 23 ans. «Le sentiment d'accomplissement [...] dans les courses de longue distance, je trippe vraiment. À la fin, tu veux juste t'écrouler au sol, mais c'est tellement satisfaisant.»
Samedi, hommes et femmes braveront la piste ensemble, franchiront la même distance. Même si certains hommes sont parfois «gênés de se faire dépasser par une fille», selon Bourassa, l'univers des courses à obstacles n'a rien d'un boys club, assurent les trois athlètes interrogées. «Habituellement, il y a beaucoup de courtoisie», dit Désy. «C'est très amical. En étant parmi les meilleures femmes, je vais dépasser des gars. Et ils vont m'encourager. "Vas-y, la deuxième est pas là loin!" Il y a vraiment une belle chimie.»
L'épreuve au mont Sainte-Anne sera la première de trois NorthMan Race au Québec cet été. La deuxième aura lieu au mont Rigaud, le 22 juillet; la dernière dans les Laurentides, le 30 septembre. Pour les détails complets des activités de la journée : https://tickets.justrun.ca.