Pierre Karl Péladeau ne croit pas que son conflit récent avec Bell au sujet des redevances à verser à TVA Sports nuise au projet de ramener un club de la LNH à Québec.

PKP jure qu’il garde le cap sur le retour des Nordiques

Même si plusieurs amateurs de hockey de la capitale ont perdu espoir plus de huit ans après le début des démarches de Québecor pour ramener la Ligue nationale de hockey (LNH) à Québec, le grand patron du groupe médiatique, Pierre Karl Péladeau, jure qu’il garde le cap dans le dossier du retour des Nordiques.

«J’ai toujours la tête à 100 % dans le projet de ramener les Nordiques. Je discute avec la Ligue et ses partenaires et je vais continuer à le faire», a-t-il déclaré en marge de l’inauguration de la nouvelle bibliothèque du Collège François-de-Laval. «Nous avons tout ce qu’il nous faut : l’amphithéâtre, la Ville, le commanditaire. Nous avons tout ce qui est nécessaire pour réussir et nous continuerons de tenter de convaincre la Ligue nationale qu’on devrait nous donner une équipe», a poursuivi l’homme d’affaires.

Confit avec Bell

Celui-ci ne croit pas que son conflit récent avec Bell au sujet des redevances à verser à TVA Sports nuise à son dossier, et ce même si Bell est aussi copropriétaire des Maple Leafs de Toronto. «J’ai avisé le commissaire de la LNH Gary Bettman de la situation. J’ai des relations très étroites avec le commissaire et l’équipe de direction de la LNH. Ils comprennent très bien la situation, ils savent que c’est comme ça que ça fonctionne aux États-Unis, ils comprennent qu’on veuille obtenir la juste valeur marchande pour TVA Sports. C’est quelque chose qui arrive souvent dans les ligues professionnelles aux États-Unis», a-t-il avancé en faisant référence aux conflits entre télédistributeurs et diffuseurs. «J’ai bon espoir que le bon sens finisse par l’emporter dans cette affaire», a-t-il laissé tomber.

Par ailleurs, Pierre Karl Péladeau assure que son récent achat de Taxelco, compagnie mère de Téo Taxi, ne signifie pas qu’il ait mis de côté son projet de ramener les Nordiques dans la capitale. «Je souhaite toujours ramener une équipe de la Ligue nationale à Québec», a-t-il conclu.