Samuel Piette (à gauche) a bien fait, samedi, à son premier match avec l'Impact de Montréal.

Piette s'attire déjà des éloges après sa première sortie

Ce n'était qu'un premier test, mais Samuel Piette a dû lui-même reconnaître qu'il avait bien fait, samedi, à son premier match avec l'Impact de Montréal. Le milieu de terrain de 22 ans a brillé à son baptême en MLS, aidant l'Impact à vaincre l'Union de Philadelphie 3-0.
«C'est sûr qu'il faut toujours être critique avec soi-même, mais j'ai fait un bon match, a-t-il humblement déclaré lors du retour à l'entraînement de l'équipe, lundi. J'ai plus ou moins lu les critiques. J'essaie de me tenir loin de ça, autant des positives que des négatives. Ce qui m'importe, ce sont les remarques des entraîneurs et de mes coéquipiers. Je veux gagner leur respect et c'est ce que je crois avoir accompli avec ce premier match.»
Piette a notamment réussi six tacles et bloqué deux tirs. Son rôle autant au niveau défensif que dans la relance du jeu lui a mérité les éloges de tous après la rencontre. «Il a été capable de reproduire ce qu'on avait vu de lui à la Gold Cup, a noté l'entraîneur-chef Mauro Biello. Il a bien fait dans la récupération du ballon et il avait un bon synchronisme pour réussir des tacles importants. Il a surtout aidé les quatre défenseurs, mais il a aussi très bien fait avec le ballon.
«Des fois, ça peut avoir l'air simple, mais c'est difficile d'être efficace comme ça dans la relance. Il a été capable de casser le jeu et réengager 'Dzema' (Blerim Dzemaili) et Patrice (Bernier) et les autres gars devant lui. C'est comme ça qu'on devient difficile à arrêter. Il a eu un bon match et il nous a aidés à gagner.»
Dzemaili en est un autre chez l'Impact qui a rapidement brillé depuis son arrivée avec l'équipe en mai. L'international suisse a d'ailleurs affirmé qu'il croyait qu'un joueur arrivant de l'Europe, comme c'est le cas de Piette, était peut-être mieux équipé pour avoir du succès dès son arrivée en MLS.
«Je crois que tactiquement, un joueur qui arrive d'Europe est un peu en avant d'ici», a affirmé Dzemaili, qui a inscrit six buts et cinq aides en 12 matchs en MLS cette saison.
Piette a toutefois calmé le jeu, ne cherchant pas à discréditer le travail accompli dans les réseaux nord-américains de développement. «Je pense que chaque joueur a un bagage différent, a-t-il rappelé. Moi, j'ai joué dans trois pays différents [France, Allemagne et Espagne] et j'ai connu trois types de soccer différents. Ç'a fait de moi un joueur complet.»
Biello plutôt content
De son côté, Biello a plutôt vanté encore une fois les qualités de Piette. «Je pense que ça l'a aidé d'aller en Europe à un jeune âge. Pour ce qui est de l'aspect tactique, il faut donner crédit au jeune. Tout va dépendre de comment il va absorber les informations, a expliqué Biello. Piette est un joueur intelligent qui a reconnu très vite ses qualités et comment être efficace avec ces qualités-là. Quand tu comprends ça, l'aspect tactique vient facilement.»
Piette croit aussi que sa participation à la Gold Cup en juillet, quand il a aidé le Canada à atteindre les quarts de finale, l'a aidé à se préparer pour la MLS. «C'est du jeu semblable, a-t-il noté. La MLS est une ligue intense et très physique. Le jeu est très 'nord-sud' et il faut courir beaucoup. Ça rend mon rôle devant la défensive encore plus important. Mes qualités vont bien avec ce style et j'ai toujours joué à cette position-là en Europe. En bout de ligne, le soccer reste le soccer. Il n'y a pas 100 façons de le réinventer.»