Michael Phelps s'est réconcilié avec lui-même et avec sa fabuleuse carrière. Il ne touche plus une goutte d'alcool, est fiancé à une ancienne Miss Californie qui lui donnera un fils en mai et s'entraîne avec assiduité en vue des JO de Rio en août.

Phelps en quête de son billet pour Rio

La star de la natation mondiale Michael Phelps participe à partir de dimanche à Omaha (Nebraska) à l'un des rendez-vous les plus importants de sa carrière, les sélections olympiques américaines où il doit décrocher son visa pour Rio.
Quatre ans après les JO de Londres où il avait porté son incroyable collection olympique à 18 titres, Phelps doit, comme n'importe quel autre nageur américain, décrocher sa qualification lors des très relevés trials.
À bientôt 31 ans, le sportif le plus titré de l'histoire olympique ne bénéficie d'aucun traitement de faveur s'il veut participer pour la cinquième fois aux JO après Sydney (2000, aucune médaille), Athènes (2004, 6 or, 2 bronze), Pékin (2008, 8 or) et Londres (2012, 4 or, 2 argent).
«Il y a plus de pression lors des trials que lors des JO, il y a 2000 nageurs en lice pour 52 places, c'est vraiment une compétition difficile», a-t-il prévenu lors d'une conférence de presse samedi. «C'est fou de se dire que c'est ma dernière compétition sur le territoire américain, que j'ai passé la moitié de ma vie dans une piscine [...], mais je suis super impatient et motivé», a assuré Phelps.
«Peut-être que cela se passera bien, peut-être que cela se passera moins bien, il faudra accepter les résultats», a-t-il souri.
Phelps est inscrit lors de la semaine d'Omaha à cinq épreuves individuelles, les 100 m et 200 m libre, les 100 m et 200 m papillon, ainsi que le 200 m quatre nages, mais fidèle à son habitude, il a refusé de révéler son programme pour Rio.
«Tous les signaux sont au vert, il ne s'est peut-être jamais aussi bien entraîné que ces derniers mois», a insisté son entraîneur de toujours Bob Bowman.
Mais cette dernière aventure olympique est avant tout un défi personnel que Phelps s'est lancé à lui-même. Il avait initialement mis un terme à sa carrière après les JO 2012 de Londres, complétement écoeuré par l'entraînement et le sport de haut-niveau.
Mais celui qui est considéré comme le plus grand nageur de l'histoire a replongé en 2014.
Son retour a été compromis par son arrestation pour conduite en état d'ivresse fin 2014, période durant laquelle il a sombré moralement très bas après la décision de sa Fédération de le priver des Mondiau -2015 de Kazan (Russie).
«J'avais perdu tout estime de moi, je pensais que tout le monde serait mieux sans moi, j'ai pensé à en finir», a-t-il rappelé cette semaine dans le magazine ESPN. Depuis, il est resté plusieurs semaines dans une clinique spécialisée dans le traitement des addictions, s'est rapproché de son père, absent durant son adolescence, et s'est fiancé avec Nicole, une ancienne Miss Californie, qui lui a donné un fils, Boomer, début mai.
«J'ai vraiment hâte qu'il me voit nager, il ne s'en souviendra pas, mais moi oui», a plaisanté Phelps qui fera venir sa famille à Rio malgré le virus Zika.
Ledecky sans rivale
L'autre attraction des trials sera Katie Ledecky qui, à 19 ans, écrase le demi-fond.
Sacrée championne olympique du 800 m à Londres à la surprise générale, elle est depuis sans rivale sur 400 m, 800 m et 1500 m où elle collectionne les titres mondiaux et les records du monde.
Lors des Mondiaux 2015, elle a ajouté le 200 m à son registre et à son palmarès. «Le 400 m et le 800 m sont mes courses préférées, mais j'ai aussi envie de bien faire sur 100 et 200 m libre», a-t-elle prévenu.