Le défenseur des Sénateurs d'Ottawa, Dion Phaneuf, a célébré son but victorieux en prolongation contre les Bruins avec Mark Stone, qui a obtenu une passe sur le jeu.

Phaneuf a le dernier mot

Les Sénateurs d'Ottawa ont tiré les marrons du feu grâce à une remontée spectaculaire, samedi au Centre Canadian Tire.
Dans un match émotif au possible marqué par le premier but de Clarke MacArthur en près de deux ans, ils ont comblé un déficit de deux buts en troisième période avant de l'emporter 4-3 en prolongation contre les Bruins de Boston grâce au but de Dion Phaneuf à 1:59 qui leur permettait d'égaler cette série quatre de sept 1-1 alors qu'elle se transportera maintenant à Boston lundi pour les matches trois et quatre.
Son tir frappé de la pointe a déjoué le gardien Tuukka Rask alors qu'il était voilé par Alexandre Burrows et que le vétéran Zdeno Chara sortait à peine du banc des punitions, ayant été envoyé au cachot en fin de temps réglementaire pour avoir envoyé la rondelle dans les gradins.
Des buts de Chris Wideman, aussi sur un tir voilé, et de Derick Brassard, sur une savante passe d'un Erik Karlsson qui l'avait précédemment engueulé comme du poisson pourri, avaient permis aux Sénateurs de combler un déficit de 1-3 après 40 minutes de jeu.
«C'est le plus gros but de ma carrière, a lancé Phaneuf après coup, lui qui a aussi obtenu deux passes. C'est une bonne sensation de faire ça pour notre groupe de joueurs. Tout le monde a trouvé le moyen de lever son jeu d'un cran alors qu'on s'est retrouvé avec cinq défenseurs tôt dans le match... Ça a pris tout le monde pour gagner ce match.»
Après un premier tiers sans but, MacArthur avait jeté l'euphorie dans la foule en marquant son premier but en près de deux ans lors d'un avantage numérique, à peine 70 secondes après que Drew Stafford ait ouvert le pointage. L'attaquant qui est revenu récemment d'une quatrième commotion cérébrale en 18 mois a complété un bel échange amorcé par Derick Brassard et poursuivi par Bobby Ryan, qui l'a repéré dans l'enclave. C'était pour lui un premier but depuis le 15 avril 2015, lors du troisième match d'une série contre les Canadiens de Montréal.
«Ça faisait longtemps. C'était bien de savoir que je peux encore le faire... C'était un gros but vu que ça fait tant de temps. Je ne tiendrai pas mon dernier but pour acquis, c'est certain. La réaction de la foule a été incroyable, c'était toute une sensation. J'ai senti que toute la ville voulait que je compte après avoir entendu parler de mes tentatives de retour depuis deux ans. C'est probablement le meilleur moment que j'ai eu au hockey», a raconté MacArthur.
Longue révision
Le but de Stafford a été accordé après une longue révision vidéo commandée par l'entraîneur des Sénateurs Guy Boucher, qui estimait qu'il y avait eu hors-jeu sur la séquence menant au but.
Sur une échauffourée qui a suivi la mise au jeu après le but de MacArthur, les Sénateurs ont obtenu un jeu de puissance qui aurait pu leur donner un bel élan sauf que le gardien Craig Anderson a effectué une mauvaise sortie qui a permis à Tim Schaller de relancer les visiteurs en avant. Après ce jeu, les caméras de télévision ont capté des images de Karlsson qui ne s'est pas gêné pour dire sa façon de penser à Brassard, ce dernier ne s'étant pas replié devant le but pour aider là-dessus.
Bergeron s'illustre
Patrice Bergeron a ensuite profité d'une attaque à cinq des Bruins en faisant dévier habilement un tir de David Pastrnak.
«C'était mieux que ça arrive [un but qui dégonfle comme celui de Schaller] à ce moment-là plutôt qu'en troisième période comme lors du premier match. Après ça, on est rembarqué sur le cheval et on s'est remis à galoper», a souligné l'entraîneur-chef Guy Boucher.
«On a donné le premier match et on a failli le faire à nouveau, mais on s'est dit que si on perdait ce match, ce ne serait pas parce qu'on faisait du mauvais travail. On a donné tout ce qu'on avait pour aller marquer deux beaux buts, a commenté Karlsson. Je ne visais pas nécessairement (Brassard), il fallait que tout le monde se réveille, on avait donné un but après avoir compté en avantage numérique et c'était inacceptable. On a bien répondu, "Brass" est revenu marquer le plus gros but de cette série.»
«Quand il va voir la reprise, peut-être qu'Erik ne me crierait pas après. Il y avait beaucoup d'émotions pendant le match. C'est correct, c'est un gars avec du caractère qui veut faire la différence. Je m'attendais à ce qu'il fasse la passe sur son jeu où j'avais le filet désert», a indiqué Brassard.
Les deux clubs ont terminé le match avec cinq défenseurs alors que Mark Borowiecki a été blessé à une jambe au premier tiers quand il est entré dans la bande pieds devant [Boucher a dit qu'il était «au jour le jour»], tandis qu'Adam McQuaid a dû déclarer forfait du côté de Boston.
Le vétéran défenseur Marc Méthot a effectué un retour au jeu pour les Sénateurs après une absence de 10 parties en raison d'un petit doigt lacéré, passant plus de 18 minutes sur la glace.