Josué Peley voit Édouard Julien (photo) jouer au plus haut niveau. «Lorsqu’il s’élance, il a de la vitesse et les mains d’un gars des majeures. Ça ne s’enseigne pas vraiment, c’est un don, et il l’a», mentionne-t-il.

Peley heureux pour Julien et Masson

Outre son retour au jeu, Josué Peley avait d’autres raisons de se réjouir, car récemment, deux de ses protégés ont signé des contrats avec des organisations de ligues majeures, soit Édouard Julien, avec les Twins du Minnesota, et Jean-Christophe Masson, avec les Blue Jays.

Il était leur entraîneur au sport-études des Canonniers de Québec en plus d’agir avec eux comme instructeur privé. Il le fera encore, cet hiver, sous le dôme du Stade Canac.

«Je leur ai enseigné au sport-études, ça fait trois ans que je passe beaucoup de temps avec Édouard. On s’est parlé régulièrement lorsqu’il était à Auburn et qu’il négociait avec les Twins, je suis vraiment fier de lui», disait-il à propos du joueur de Québec ayant obtenu un bonus de signature de 493 000 $ même s’il a été un choix de 18e ronde.

«Ça démontre que les Twins vont le traiter comme s’il avait été un choix de troisième ronde, parce qu’ils vont prendre soin de leur investissement. J’ai dit aux deux que j’allais être là pour eux, que j’allais travailler avec eux tout l’hiver», dit celui qui habite à Québec.

Selon lui, Julien a les atouts pour atteindre les ligues majeures. Masson, lui, est un projet à plus long terme.

«Il ne faut pas s’attendre à ce que Jean-Christophe brûle les étapes rapidement, ça pourrait lui prendre au moins quatre ou cinq ans. À part Ken Griffey Jr et Bryce Harper, il n’y a pas beaucoup de joueurs de 19 ans qui jouent en haut. Même Vlad Jr [Guerrero] ne l’a fait qu’à 20 ans, même si on lui avait donné 3 millions… Il ne faut pas oublier que Masson n’a que 16 ans, mais il a beaucoup de maturité pour son âge, il est bien développé physiquement», expliquait celui qui a bien connu le fils de Vladimir Guerrero ainsi que tous les membres de la famille Gurriel, dont le plus jeune (Lourdes Jr) évolue à Toronto.

Pour ce qui est de Julien, qui participera aux Jeux Pan-Am avec l’équipe canadienne dans les prochains jours, il le voit jouer au plus haut niveau.

L’élan d’un gars des majeures

«Lorsqu’il s’élance, il a de la vitesse et les mains d’un gars des majeures. Ça ne s’enseigne pas vraiment, c’est un don, et il l’a. Les lancers ne seront pas trop rapides pour lui, il va trouver une façon de frapper, il ne se fera pas battre à l’intérieur. Par contre, il a des choses à travailler. Son coup de bâton va lui permettre de jouer dans les majeures, mais sa défensive va le laisser un bout dans les mineures, le temps qu’il se développe à une position. Personnellement, je le verrais très bien comme voltigeur de gauche, mais les Twins décideront bien où il jouera», disait-il à propos de celui qui aurait évolué au troisième s’il avait disputé une troisième saison à l’Université Auburn.

Josué Peley a joué pendant cinq saisons dans les filiales des Pirates de Pittsburgh et des Red Sox de Boston. Il a atteint le niveau AA en 2010, à Portland (club-école des Red Sox). Il a conservé une moyenne de ,226 dans le baseball affilié et de ,284 avec les Capitales dans la Ligue Can-Am.

Il avait un choix de 25e ronde des Nationals de Washington, en 2005, mais n’avait pas paraphé de contrat avec les anciens Expos. Il l’a fait un an plus tard après avoir été sélection en 36e ronde par les Pirates. Le natif de Valencia, au Venezuela, maîtrise parfaitement les langues française, anglaise et espagnole, ce qui lui valu d’être le traducteur des Blue Jays pendant trois saisons.