Les Knights ont eu raison des Eagles Jr. de Boston par la marque de 4 à 2, vendredi.

Pee-wee: copier-coller pour les Tchèques contre les Eagles Jr.

Il s’agissait d’une reprise de la finale AAA de l’an passé. Et pour le résultat, on peut faire un «copier-coller». Les Knights de la République tchèque ont eu à nouveau raison des Eagles Jr. de Boston, l’équipe qui pouvait tout balayer sur son passage avant le début du Tournoi pee-wee.

Les Knights l’ont emporté 4-2 sur la formation américaine, dont l’entraîneur adjoint était l’ancienne vedette de la LNH, Jarome Iginla. Le 18 février 2018, les jeunes Tchèques l’avaient emporté 2-0 pour mettre la main sur la bannière Hockey Québec de la classe AAA.

«Gagner, c’est un bonus. Ce qui compte, c’est de jouer de bons matchs et de bien représenter notre pays», soulignait Petr Jonak, l’entraîneur-chef de cette sélection qui s’amène à Québec depuis cinq ans.

Et ses jeunes protégés ont joué une bonne partie contre le club de Boston. Ils ont même comblé deux déficits de 1-0 et 2-1 pour se sauver avec la victoire grâce à une récolte de trois buts sans réplique en troisième période. Ils disputeront leur match de quart de finale samedi après-midi contre les Rangers de New York, tombeurs des 99ers de Brantford par 2-0, vendredi matin.

Bien sûr, son organisation aimerait bien l’emporter à nouveau, mais le respect de l’adversaire passe avant l’appât du gain.

«Toutes les équipes sont bonnes, ici, sauf que l’on parle d’enfants de 11, 12 et 13 ans. On ne peut jamais savoir s’ils vont bien dormir la veille d’un match ni comment ils se réveilleront au matin», disait-il à propos des joueurs de cet âge.

De Prague et Slovaquie

La majorité des joueurs proviennent de Prague et des environs. Certains sont originaires de la Slovaquie. Les joueurs sont identifiés par le programme, s’entraînent un peu à l’été et disputent deux ou trois tournois au cours de la saison. Ils jouent aussi chacun pour différentes équipes.

«Nous en faisons quelques-uns, mais Québec, c’est le meilleur tournoi au monde. De pouvoir venir ici, c’est comme une fête nationale. Je dois remercier les gens qui l’organisent, les bénévoles qui le font rouler, le directeur général, Patrick Dom, les familles qui nous reçoivent, car sans elles, on ne pourrait pas être ici», ajoutait-il, son adjoint Kamil Kubanek, qui s’exprime en français, traduisant ses réponses.

Aucun joueur de l’édition 2019 ne faisait partie de l’équipe championne de 2018, mais le groupe s’entraîne ensemble depuis déjà trois ans. «On aimerait bien venir à Québec tous les ans. Il s’agit de la plus importante compétition que l’on fait», dira l’entraîneur-chef avant d’aller voir la fin du match entre New York et Brantford afin d’analyser un peu le jeu de l’équipe qu’il croisera sur sa route, samedi matin.

Populaire Jarome Iginla

Sur le banc des Eagles Jr, de Boston, on trouvait Jarome Iginla, dont le fils s’aligne pour cette formation. Les patineurs de la République tchèque étaient contents de pouvoir jouer contre lui. Iginla, un ancien des Flames, de l’Avalanche et des Bruins (et brièvement des Penguins et des Kings), est la plus récente gloire de la LNH à avoir vécu l’actuel Tournoi pee-wee.

«Ils le connaissent tous. Les Bruins de Boston sont très appréciés chez nous. On en avait parlé, et les gars espéraient tous qu’on joue à nouveau contre les Eagles.»

Leur souhait a été réalisé!

Horaire des matchs de samedi