Après cinq ans d’absence, Patrick Roy a vite refait ses classes à la barre des Remparts.

Patrick Roy dresse un bilan positif de la première année de son retour [VIDÉO]

Même s’ils n’ont pas franchi la première ronde éliminatoire depuis quatre ans, Patrick Roy est d’avis que les Remparts de Québec sont en bonne voie de pouvoir rivaliser avec les meilleures formations de la LHJMQ. Voilà le constat qui émanait d’un bilan de saison que l’on espérait tenir un peu plus tard, jeudi, au Centre Vidéotron.

«Je ne dis pas que l’on va gagner dès l’an prochain, mais on sera très compétitif, j’en suis convaincu. On sera capable de faire un bond par en avant et les années qui suivront seront très intéressantes pour nos amateurs», estimait Patrick Roy, qui vient de compléter sa première saison dans son deuxième mandat à titre de directeur général et entraîneur-chef.

Après cinq ans d’absence, Roy a vite refait ses classes à la barre des Remparts. À la période des fêtes, il s’était amusé comme jamais en effectuant de nombreuses transactions. Il aura réussi à faire encore plus de place à ses jeunes éléments et à regarnir la banque de choix au repêchage sans toutefois sacrifier la saison qui a pris fin au septième match d’une série contre les Mooseheads d’Halifax, champions de la puissante conférence de l’Est ayant confiné les Remparts au huitième rang presque tout l’hiver.

«Les gens de Québec ne méritent pas d’avoir une équipe en reconstruction. Je sais qu’ils en veulent une qui fera partie du peloton de tête et qui va aspirer à la Coupe Memorial, c’est aussi notre objectif. J’ai aimé la chimie qu’on avait et ce que j’ai vu en deuxième moitié de saison et dans les séries. J’espère que les partisans apprécient le plan qu’on a en tête», disait celui qui a bien aimé faire progresser l’équipe en compagnie de ses adjoints Martin Laperrière et Benoît Desrosiers.

Selon lui, les Remparts possèdent la base défensive pour s’élever au-dessus de la mêlée. L’an prochain, trois joueurs de 17 ans, dont Nicolas Savoie et Romain Rodzinski, et deux de 18 ans seront les fers de lance de cette brigade.

«On sait tous que les championnats se gagnent avec une bonne défensive, il sera important d’amener un peu d’expérience avec eux. On est aussi allé chercher un gardien [Carmine-Anthony Pagliarulo] avec qui tout le monde est tombé en amour, ce qui nous fera un bon vétéran de 19 ans devant le filet.»

Attaque à revamper

Le départ chez les professionnels de Philipp Kurashev l’obligera cependant à revamper son attaque. Déjà, il a identifié le joueur européen qui devrait s’amener à Québec à la place du Suisse via le repêchage. «Veux-tu que je te donne son nom? Je vais garder ça pour nous», rigolait Roy à propos de ce joueur déjà ciblé par les Remparts.

Le directeur général se réjouissait aussi de pouvoir miser sur plusieurs choix au prochain repêchage, qui aura lieu à Québec, le samedi 8 juin. Il parlera notamment quatre fois dans les deux premières rondes, un fait plutôt inusité pour un club qui a longtemps privilégié les raccourcis.

«La première chose qu’on a réalisée, Jacques [Tanguay] et moi, c’est que l’avenir des Remparts passerait par le repêchage», reconnaissait-il à propos de l’équipe n’ayant jamais eu une telle profondeur, ni dans ses années précédentes ni dans les récentes campagnes.

Mais en cette fin de saison hâtive, une lueur pointe à l’horizon. Roy se fiche éperdument que l’équipe n’ait pas franchi la première ronde depuis quatre ans. «Les Remparts ont une riche histoire, mais l’objectif est de remporter la Coupe Memorial. Et lorsqu’on le fera, plus personne n’en parlera...»

S’il se base sur ce qu’il a vu en série, le président Jacques Tanguay a bon espoir que la disette achève. «Dans les séries, ça faisait longtemps que je n’avais pas été sur le bout de mon siège et excité de voir mon équipe de hockey. On a toujours l’ambition de finir le plus tard possible, on s’organise pour le faire, et on espère que ce sera la dernière année où ça finira de bonne heure.»

+

Roy heureux à Québec

«Tant que je vais avoir du plaisir comme j’en ai eu cette année, il n’y a aucune raison pour moi de regarder ailleurs et de penser à autre chose. Avec le type de carrière que j’ai eue, je peux faire ce que j’aime dans la vie. Pour l’avenir, je n’ai pas de contrôle là-dessus et je ne cherche pas de travail», disait Roy, questionné à propos de son avenir avec les Remparts. Le président Jacques Tanguay se faisait rassurant sur celui qui détient une entente de deux ans, la première année étant déjà écoulée. «Patrick a un contrat à vie, c’est lui qui décidera de son avenir», notait-il en parlant de Roy, qui comme lui, ne cherche qu’à voir l’équipe poursuivre sa progression.

+

Un territoire à changer

Patrick Roy a profité du bilan pour rappeler que le territoire américain réservé à la LHJMQ dans la région de Boston devrait être modifié. «La Ligue canadienne n’aura pas le choix, éventuellement, de donner un meilleur territoire américain à la LHJMQ. J’ai beaucoup de misère à comprendre comment on peut accepter que David Branch soit à la fois commissaire de l’OHL et de la LCH. On ne sera jamais en mesure de changer quelque chose parce qu’il va toujours protéger le territoire de l’Ontario. À un moment donné, notre ami Gilles Courteau devra faire quelque chose. Pourquoi ne ferait-on pas un territoire ouvert ou un repêchage universel avec les joueurs des États-Unis comme on le fait avec les Européens?», questionnait Roy, qui n’a pas eu l’occasion d’échanger sur le sujet avec Branch lors du Gala des Rondelles d’Or à Québec, mercredi. «Il a de la misère à me dire bonjour parce qu’il sait ce que je pense...»

+

Le bilan en bref

Deux jours après l’élimination des Remparts, Philipp Kurashev était déjà parti pour entreprendre sa carrière professionnelle puisque les Blackhawks de Chicago l’ont promu à Rockford, leur club-école de la Ligue américaine... Le Russe Aleksei Sergeev sera de retour, la saison prochaine, malgré une deuxième moitié de campagne plus difficile. Il a raté les séries en raison d’une séparation de l’épaule... Le dg a déjà fait quelques appels pour obtenir un choix au repêchage plus élevé que le 11e, mais personne ne bougera avant la loterie qui déterminera les cinq premiers rangs. «On regarde la possibilité de faire un peu n’importe quoi, dans sens où si on pouvait repêcher plus tôt, on aimerait bien ça», disait-il... Les joueurs auront droit à une rencontre individuelle à tour de rôle avec Roy et ses adjoints, vendredi matin...