Jean Pascal et Steve Bossé se sont affrontés du regard en prévision de leur combat du 29 juin.

Pascal lance un jab à Stevenson

MONTRÉAL — En moussant son futur combat du 29 juin contre Steve Bossé, Jean Pascal n’a pas pu s’empêcher de lancer un jab à... Adonis Stevenson.

«Je prends Steve Bossé très au sérieux. Je sais que certaines personnes croient qu’il n’a pas beaucoup de chances, mais je dois vous dire que juste le fait qu’il ait l’audace de m’affronter, ça prouve qu’il a des couilles, contrairement à certains boxeurs du Québec», a lancé l’ex-champion du monde des mi-lourds, qui en veut toujours à l’actuel détenteur de la ceinture WBC de ne pas l’avoir affronté.

«En plus de ça, il est passé près de moi et je peux vous dire qu’il sent très bon. Il ne sent pas la poule mouillée, le chicken mouillé», a ajouté Pascal en faisant clairement référence à Stevenson, que ses dénigreurs surnomment «Chickenson».

Mais les compliments envers Bossé ne devraient pas aller plus loin dans le cas du boxeur de 33 ans. Pascal (32-5-1, 19 K.-O.), qui a livré pas moins de neuf combats de championnat du monde, a lancé un avertissement à son adversaire de 36 ans, qui en sera à son deuxième combat en boxe professionnelle.

«Il est là pour prouver qu’il est meilleur que moi, pour me passer le K.-O. [...] Malheureusement pour toi, le penser, c’est une chose; le faire, c’en est une autre.»

Le style parfait pour Bossé

Bossé, victorieux par K.-O. à sa seule sortie chez les pros et détenteur d’une fiche de 12-2, dont 9 K.-O., en arts martiaux mixtes, persiste et signe. «J’ai beaucoup de respect pour Jean Pascal, qui a affronté les grands noms de la boxe. Mais si c’est ce nom-là que j’ai sorti en premier, c’est parce que je sais que je peux lui faire la guerre. Avec ce que Jean a, je sais que je vais atteindre la cible. Ce sera la première fois que Jean sera atteint par un poids lourd, un cogneur avec la puissance que j’ai.

«J’aime le voir combattre, car c’est un gars ouvert, qui aime se battre, qui entre dans les échanges. C’est le style parfait pour que je puisse lui passer le K.-O. Sans dénigrer Jean Pascal, j’ai hâte de montrer à tout le monde ce dont je suis capable de faire. [...] Je crois fermement que je serai le premier à passer le K.-O. à Jean Pascal.»

Pas prémédité

Pascal assure que la retraite qu’il avait annoncée avant son combat face à Ahmed Elbiali, à Miami, en décembre, n’était pas de la frime. Mais c’est la réaction des amateurs québécois qui l’auront fait changer d’avis.

«Avec tous les gens qui me demandaient de faire au moins un dernier combat à Montréal, je me disais que les amateurs et ceux qui m’ont appuyé financièrement toutes ces années méritaient que je termine ça où j’ai commencé.»

Il y a toutefois repris goût. Pascal évoque maintenant un saut vers les lourds légers, voire les lourds, et il parle d’affrontements face à Tony Bellew, David Haye, Bermane Stiverne, Simon Kean ou Oscar Rivas.

Mais ses dernières sorties contre les meilleurs de la division ne se sont pas nécessairement bien déroulées. Il l’admet, tout en affirmant que ce genre de performances ne se produiraient pas en montant de division.

Pour l’instant, ce gala est toujours orphelin de salle. Un contrat a déjà été signé avec le Stade IGA, mais GYM affirme avoir entamé les discussions avec evenko pour présenter cette affiche à la Place Bell de Laval.