La Ligue canadienne de football a annulé sa saison 2020 dans la foulée de la pandémie de la COVID-19.
La Ligue canadienne de football a annulé sa saison 2020 dans la foulée de la pandémie de la COVID-19.

Pas de saison 2020 pour la LCF

La Presse Canadienne
La Ligue canadienne de football a annulé sa saison 2020 dans la foulée de la pandémie de la COVID-19.

Ce sera la première fois que la Coupe Grey n’est pas décernée depuis 1919.

La ligue à neuf équipes met ainsi un point final aux espoirs de présenter une saison écourtée dans la bulle de Winnipeg, comme elle en avait manifesté le souhait en juillet.

«Les gouverneurs ont décidé que c’était dans l’intérêt supérieur de la LCF de se concentrer sur son avenir», a révélé le commissaire Randy Ambrosie dans un communiqué.

«Nous sommes entièrement investis dans l’avenir de notre ligue et dans notre vision d’une ligue plus forte, plus solide et plus internationale.»

Cette décision survient alors que la ligue n’a pas pu résoudre un certain nombre de défis dans le but d’essayer de sauver sa saison.

Financement

La ligue n’a pas été en mesure d’obtenir du financement du gouvernement fédéral après avoir présenté à Ottawa une demande de prêt sans intérêt de 30 millions $, le 3 août, pour tenir une campagne 2020 écourtée. La nouvelle de l’échec d’une entente à ce sujet avait été ébruitée, dimanche soir.

La ligue soutenait qu’elle avait besoin d’un financement du gouvernement pour organiser une saison écourtée, même si la situation financière des équipes est beaucoup plus stable que les années précédentes.

Ambrosie a toutefois révélé que la ligue avait perdu plus de 20 millions $ la saison dernière.

«Même avec l’appui financier du gouvernement et une nouvelle entente avec les joueurs, nos propriétaires et les dirigeants des équipes communautaires auraient eu à composer avec des pertes substantielles en 2020, a expliqué Ambrosie.

«Sans cette aide, les pertes deviennent trop lourdes et elles réduisent de manière importante notre capacité à reprendre nos activités non seulement l’an prochain, mais à long terme.»

Un élan interrompu

Ambrosie semblait avoir résolu l’un des plus gros problèmes de la ligue au début de cette année lorsque les hommes d’affaires torontois Sid Spiegel et Gary Stern sont devenus les propriétaires des Alouettes de Montréal, dirigées par la ligue et financées par les autres équipes la saison dernière après le départ du propriétaire Robert Wetenhall.

Après leur première présence en éliminatoires depuis 2014 sous la direction du nouvel entraîneur Khari Jones la saison dernière et avec de nouveaux propriétaires et l’arrivée de Danny Maciocia au poste de directeur général, les Alouettes n’ont cependant jamais eu l’occasion de poursuivre sur cet élan.

«Nous sommes déçus, car nous avions espoir de renouer avec nos partisans et ce, même si c’était à distance. Nous aurions aimé poursuivre sur notre lancée et continuer de bâtir sur les bases solides que nous avons établies la saison dernière», a déclaré le président des Alouettes, Mario Cecchini dans un communiqué de presse.

«Je peux vous assurer que cette décision n’a pas été facile à prendre. Nous croyons toutefois que c’est la décision qui s’imposait pour l’avenir de notre circuit et ses équipes. Notre ligue et notre équipe reviendront encore plus fortes en 2021.»

Déception

La LCF a précisé que le gouvernement fédéral lui avait suggéré de solliciter un prêt commercial, qui serait partiellement soutenu par Ottawa.

«Ce genre de structure de financement nuirait plus à notre capacité de nous remettre de cette crise que de nous aider à passer au travers. À deux reprises, en juin et à nouveau au début août, le gouvernement nous a contactés avec de nouvelles indications qu’il souhaitait trouver une solution et nous aider de manière significative. À la fin, l’aide dont nous avions besoin cette année ne s’est jamais matérialisée, a déclaré le commissaire.

«Ce résultat, après des mois de discussions avec divers représentants du gouvernement, est décevant. Désormais, nous nous concentrerons sur notre avenir et nous continuerons de travailler avec le gouvernement fédéral et les provinces dans ce contexte.»

Le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, a précisé que le gouvernement a tenté de travailler avec la LCF.

«Notre gouvernement a aidé la LCF à naviguer à travers les programmes d’urgence existants de la COVID-19, qui aident des dizaines de milliers d’entreprises à travers le Canada à faire face à des problèmes de revenus et de liquidités pendant cette période, a-t-il écrit dans un communiqué.

«Bien que la Ligue ait pu bénéficier de certains de ces programmes, les membres de son conseil d’administration ont finalement pris la décision de ne pas disputer la saison à venir.»

Statut précaire

L’approbation de l’Agence de la santé publique du Canada était également nécessaire.

Le DHoward Njoo, l’administrateur en chef adjoint de la santé publique du Canada, a révélé vendredi dernier qu’il était encouragé par le plan de la LCF, mais qu’il ne pouvait pas fournir de calendrier pour rendre une décision, ce dont la ligue avait rapidement besoin pour essayer d’organiser une saison.

Avec cette annulation, la LCF devient l’une des rares grandes ligues sportives professionnelles nord-américaines à annuler sa saison en 2020. Le Baseball majeur est allé de l’avant avec une saison raccourcie, tandis que la LNH, la NBA et la MLS ont repris leurs activités. La NFL prévoit commencer sa saison à temps le mois prochain.

Contrairement à d’autres ligues majeures d’Amérique du Nord, la LCF n’a toutefois pas le luxe d’un contrat de télévision d’un milliard $. Bien que son entente avec TSN soit devenue plus lucrative au fil des ans, la LCF demeure une ligue tributaire des revenus aux guichets - ce qui est un problème majeur lorsque les spectateurs ne sont pas autorisés dans les gradins.