La finissante Jade Fortin a joué son dernier match en carrière dans l’uniforme du Rouge et Or, et la défaite contre les Carabins a été difficile à avaler.

Pas de revanche pour le Rouge et Or volleyball

Le Rouge et Or n’a pas été en mesure de faire oublier sa défaite en finale québécoise, dimanche midi, en s’inclinant en trois manches (30-28, 25-19 et 25-7) face aux Carabins de Montréal. La formation hôte a ainsi bouclé le Championnat national de volleyball universitaire féminin en sixième position.

Le Rouge et Or tombait ainsi une deuxième fois de suite à la maison devant les Carabins. La semaine dernière, les joueurs en bleu et blanc avaient remporté la bannière du RSEQ sur ce même terrain de l’Amphithéâtre Desjardins — Université Laval du PEPS.

Pour quatre joueuses de l’UL, il s’agissait d’un dernier match en carrière. Les larmes en témoignaient. «Je me rappelle de tous les bons moments qu’on a passés ensemble, c’est plus ça qui va me manquer que la défaite», a admis Jade Fortin, l’une des finissantes, les autres étant Alice Cloutier, Alex Béraud et Alyssa Fields.

Si leur route se sépare, un lien en rouge et or les unira pour toujours, croyait la future enseignante au primaire. «On joue ensemble depuis qu’on à 17 ans à Garneau, on va garder contact, on va rester de bonnes amies. Je vais les inviter chez nous à mon chalet au Lac-Saint-Jean», disait-elle en souriant malgré les yeux humides.

Le Rouge et Or venait de se battre pendant deux sets avant de tomber au troisième. Comme si l’équipe avait perdu ses moyens. «On s’est bien battu, au début, on a travaillé comme notre slogan le disait, solide ensemble. Mais au troisième, on a fait beaucoup d’erreurs, et à la fin, on était des joueuses séparées, ce n’était plus une équipe. On avait de la hargne, de la rage, on voulait les battre, mais je pense que le mental a lâché un peu, au troisième», analysait-elle.

L’entraîneur-chef Olivier Caron avait peine à expliquer ce qui venait de se passer. «Il y avait beaucoup d’intensité et d’émotion dans le premier set, on voyait que les filles voulaient marquer des deux côtés. Dans le deuxième set, on a eu une mauvaise séquence de quatre points, avance qu’elles [les adversaires] ont maintenue, mais on s’est battu jusqu’à la fin. Au troisième, je ne sais pas… On n’a pas mis plus de pression qu’il le fallait entre les deux manches, on continuait à observer le plan de match, mais ça n’a pas réagi. Lorsqu’elles ont senti la pression, les genoux ont plié un peu. À 4-0, c’est comme si c’était rendu à 25 au lieu de vivre le moment. Je trouve ça juste plate pour les filles», a confié Caron la mine aussi triste que ses joueuses, à qui il n’avait pas encore parlé.

«C’est mieux de ne rien dire, ça ne servait à rien d’aller plus loin. De toute façon, je ne pouvais pas les disputer, c’était le dernier match, il n’y a rien à reconstruire. Avec celles qui reviennent, on aura l’été au complet pour se préparer pour la prochaine saison pour celles qui reviennent. On va apprécier notre saison quand même, on en a eu une bonne», ajoutait celui qui avait un bon mot pour ses quatre finissantes.

«Alyssa a joué dans un ACL [ligament croisé antérieur] depuis janvier, Alex va compléter son prochain bacc, Alice termine l’école, et avec son sourire, je suis sûr que Jade sera une très bonne professeure», a précisé Caron, qui a travaillé en parallèle sur le recrutement de 2018 et 2019, «le nerf de la guerre…»

Triomphe de Ryerson

Ce sont les Rams de l’Université Ryerson qui ont remporté le titre national à la suite d’une victoire en quatre sets (25-20, 29-31, 25-19, 25-21) contre l’Alberta, en début de soirée. La veille, Ryerson avait surpris les premières favorites de Calgary en demi-finale. La troisième position est allée à l’Université de la Colombie-Britannique, les Thunderbirds battant Calgary 3-1 en fin d’après-midi dans le match pour la médaille de bronze.