Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Environ 12 800 jeunes ont vu leur saison hypothéquée en raison de la pandémie.
Environ 12 800 jeunes ont vu leur saison hypothéquée en raison de la pandémie.

Pas de matchs de ligue dans le hockey mineur d’ici la fin de la saison

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Peu importe que l’on annonce un assouplissement des mesures sanitaires au cours des prochaines semaines ou non, il n’y aura pas de matchs de ligue dans le hockey mineur d’ici la fin de la saison dans la région de Québec et de Chaudière-Appalaches. Les différentes associations concentreront plutôt leurs activités à l’échelle locale, si un déconfinement permettait la reprise du hockey.

«Considérant qu’il n’y a pas de possibilité de pratiquer le hockey sous forme de compétition avec les mesures actuellement en vigueur, qu’il n’y a pas de perspective d’un retour à la normale prochaine et la disponibilité inégale des arénas, nous en sommes venus, bien malgré nous, à la conclusion de mettre fin aux activités des ligues dans la région Québec-Chaudière-Appalaches pour le reste de la saison 2020-2021», laissait savoir le président de Hockey Québec-Chaudière-Appalaches Justin Lemay par voie de communiqué, lundi.

Les associations locales continueront de recevoir le soutien de l’organisme pour celles qui pourront offrir un encadrement sécuritaire aux joueurs selon les activités qu’elles seront en mesure d’offrir. Environ 12 800 jeunes ont vu leur saison hypothéquée en raison de la pandémie.

«Ce n’est pas le hockey qui arrête, ce sont les matchs de ligue. Ce n’est pas plaisant d’en arriver à cette décision, mais on voulait offrir un portrait réaliste aux parents. Même si les mesures nous permettaient de le faire après la semaine de relâche, on ne serait juste pas capable d’offrir une saison avec la disponibilité réduite des heures de glace. On n’avait pas assez de jeu», explique Éric Turcotte, directeur des opérations à HQCA.

Au cours des dernières semaines, la problématique de la disponibilité des arénas si une saison devait se prolonger est apparue sur le radar. Face à l’incertitude, certaines patinoires doivent fermer leur porte après la semaine de relâche. Des demandes de remboursement d’inscription étaient aussi acheminées aux différentes associations.

«Nous n’avions pas de date limite pour déterminer s’il y aurait une saison ou non. Au début, on ne savait pas dans quoi on s’embarquait. Lorsqu’on a vu que la semaine de relâche représentait une problématique, on s’est dit que nos chances d’avoir une saison étaient minces et on ne voulait pas faire rêver les jeunes pour rien», ajoutait Turcotte.

Dans une saison normale, les saisons prennent fin au début du mois d’avril. Certaines équipes jouent jusqu’aux Championnats provinciaux et régionaux, à la fin du mois d’avril.

Selon lui, la reprise du hockey dans une phase 4 permettrait des tenir des matchs hors-concours à l’intérieur d’une association ou une autre voisine avec des effectifs réduits. Une phase 3 limiterait le tout à des entraînements.

«On comprend bien la déception des jeunes, ils sont pas mal découragés. J’ignore ce que le gouvernement permettra, mais juste des pratiques, ça leur permettrait au moins de bouger un peu. Pour le reste, on n’a pas le choix de respecter les mesures sanitaires en place et on espère que les jeunes auront encore le goût de jouer au hockey l’an prochain.»

Puisqu’elles forment déjà des classes-bulles à l’intérieur de leur programme sport-études, les équipes de la Ligue de Hockey d’Excellence du Québec (hockey scolaire AAA) pourraient avoir la chance d’avoir un calendrier de quelques semaines si le feu vert était donné. La décision de HQCA touche le hockey de participation simple lettre et celui de compétition double lettre dans les catégories allant du pré-novice au junior.

Manifestation sportive

Par ailleurs, l’étudiant du Séminaire Saint-François Isaac Pépin, qui a rencontré la ministre Isabelle Charest pour une deuxième fois, récemment, a lancé une invitation à tous les étudiants-athlètes pour manifester leur désir d’une reprise des sports d’ici la fin de l’année scolaire. Celle-ci doit avoir lieu le dimanche 7 mars, à 13h, face à l’Assemblée nationale du Québec. Différents groupes sportifs se joindront aussi à la marche.