Mile Jedinak (15) a inscrit le but de l'Australie sur un penalty attribué à la suite d'une reprise vidéo.

Pas de maître entre le Danemark et l'Australie

SAMARA — Le Danemark peut en témoigner : l’Australie ne lâche rien et s’est offert contre les Scandinaves un nul (1-1) qui lui permet de survivre dans ce groupe C.

Dans ce groupe, la France s’est qualifiée pour les huitièmes de finale en battant un peu plus tard (1-0) le Pérou, éliminé. Le Danemark (4 points) et l’Australie (1 point) se disputeront le deuxième billet du groupe mardi prochain, à distance, respectivement contre les Bleus — qui veulent garder la première place — et les Incas, déjà hors course.

Les «Socceroos» bondissants auraient pu revenir encore plus près dans la course à la qualification s’ils avaient concrétisé leur domination.

Côté danois, la vedette Christian Eriksen s’est encore contenté d’un seul éclair, un joli but inscrit à la 7e minute après sa passe décisive contre le Pérou, mais cette fois cela n’a pas suffi. 

«Je pense qu’il y avait penalty», admet le sélectionneur norvégien des Danois, Age Hareide : «C’est contre nous pour la deuxième fois, dans ce cas-là la décision est justifiée, mais ça tue un peu le charme du foot».

«Si les critiques disent que nous ne jouons pas bien, ils peuvent dire ce qu’ils veulent, je parlerai à mes joueurs, pas aux critiques», a commenté plus généralement le coach danois.

L’éclair d’Eriksen était pourtant délicieux : sur une remise belle de Nicolai Jørgensen, il a fouetté son extérieur du gauche en demi-volée.

Mais l’Australie a joué, comme le veut son entraîneur, Bert van Marwijk, de l’école néerlandaise, et la grosse pression a fini par faire craquer le Danemark, qui avait déjà concédé beaucoup d’occasions contre le Pérou.

«Nous méritions de gagner. Je suis déçu», Bert van Marwijk, sélectionneur néerlandais de l’Australie.

Poulsen, roi de la vidéo!

Quant à Yussuf Poulsen, le roi malheureux de la reprise vidéo, il a provoqué un second penalty en deux matchs, en touchant le ballon de la main, bras écarté, sur une tête de Mathew Leckie. D’abord réticent, l’Espagnol Antonio Mateu Lahoz a consulté l’arbitrage vidéo et sifflé la sanction.

Malheureusement pour Poulsen, si le Péruvien Christian Cueva avait envoyé le sien dans les nuages, le barbu Mile Jedinak est un redoutable spécialiste. À la 38e minute, il a transformé son troisième penalty en Coupe du monde, après ceux de 2014 contre les Pays-Bas (défaite 3-2) et du premier match contre la France.

Cette fois la reprise vidéo a souri aux «Socceroos», qui l’avaient maudite après la défaite contre les Bleus (2-1) et le penalty pour Antoine Griezmann.

Et Poulsen, qui avait eu peur de finir «méchant du film» contre le Pérou avant de devenir le sauveur, est cette fois bel et bien passé du côté obscur. Après son carton jaune reçu pour ce penalty, il sera suspendu contre la France, car il avait déjà été averti à la toute fin du premier match.