Le Suisse Marc Gisin a perdu le contrôle avant un saut à mi-parcours. Après s’être envolé, il est atterri sur le dos et le côté, au milieu d’une des portions parmi les plus difficiles de la piste.

Pas de blessure grave à la tête ou à la colonne pour Gisin

VAL GARDENA — L’équipe suisse de ski alpin a indiqué dimanche que des examens ont permis de déterminer que Marc Gisin ne souffre d’aucune blessure grave à la tête et à la colonne vertébrale à la suite de sa violente sortie de piste subie samedi, dans la descente de Val Gardena, en Italie.

L’Helvète souffre toutefois de nombreuses blessures et fractures.

Selon un communiqué officiel émis dimanche, Gisin souffre de fractures à plusieurs côtes du côté droit, au bassin ainsi que de nombreuses fractures mineures à la colonne vertébrale. Son poumon droit a également été touché.

«Les investigations menées [samedi] soir et ce matin à l’hôpital cantonal de Lucerne ont montré que l’état général de Marc Gisin continuait à se stabiliser. Il communique directement avec les médecins et ses proches parents, mais il est encore intubé», écrit la fédération dans le communiqué.

Il demeurera hospitalisé à l’unité des soins intensifs de l’hôtpialt du Canton de Lucerne, en Suisse.

L’athlète de 30 ans a perdu le contrôle avant un saut à mi-parcours. Après s’être envolé, il est atterri sur le dos et le côté, juste au milieu des «bosses du chameau», une des portions parmi les plus difficiles de la piste Saslong. De nouveau propulsé dans les airs, sa tête a violemment heurté la neige en retombant.

Gisin a terminé sa course, inerte, sur le parcours, avant que les médecins et les thérapeutes viennent lui porter secours.

Un hélicoptère de secours a atterri dans la neige pour récupérer Gisin, qui a reçu des traitements en piste pendant plus d’une demi-heure avant de décoller rapidement vers un hôpital de Bolzano. Il a ensuite été héliporté vers Lucerne en soirée.

Gisin avait déjà subi une commotion en raison d’une chute subie à Kitzbühel, en Autriche, en 2015.

Il est le frère de Dominique Gisin, médaillée d’or en descente aux JO de Sotchi, en 2014, et de Michelle Gisin, qui a gagné le combiné des Jeux de Pyeongchang, en février.