À 40 ans, Manny Pacquiao va devoir relever probablement son plus grand défi depuis sa défaite contre Floyd Mayweather en 2015, lui qui se mesurera à Keith Thurman pour la couronne WBA des welters.

Pacquiao défie le temps et Thurman

LAS VEGAS — Vingt-quatre ans après son premier combat professionnel, Manny Pacquiao va tenter de défier les lois du temps samedi à Las Vegas où il affronte l’Américain Keith Thurman pour la couronne WBA des welters.

À 40 ans, la légende philippine de la boxe va devoir relever probablement son plus grand défi depuis sa défaite contre Floyd Mayweather en 2015 lors du «combat du siècle».

«Pac Man», seul boxeur a avoir été sacré champion dans huit catégories de poids différentes, reste sur une victoire aux points contre l’Américain Adrien Broner en janvier dernier. Mais il se retrouve cette fois face à un adversaire d’un autre calibre en la personne de Thurman, 30 ans, qui n’a jamais connu la défaite, avec 29 victoires, dont 22 avant la limite, pour un nul.

«C’est une opportunité qui n’arrive qu’une fois dans une vie de pouvoir détruire une légende», a lancé l’Américain.

«C’est comme si je me battais contre Sugar Ray Robinson ou Roberto Duran», a-t-il ajouté. «C’est Manny Pacquiao. C’est un sentiment incroyable, et ça va être encore mieux quand c’est ma main qui sera soulevée au bout de la nuit.»

«C’est facile de parler»

Pacquiao, qui affiche à son palmarès 61 victoires, dont 39 avant la limite, pour sept défaites et deux nuls, n’a pas semblé perturbé par ces menaces, et a assuré qu’il n’entretenait aucune rancune envers l’Américain.

«Pour moi, il n’y a rien de personnel», a déclaré le Philippin, qui avait mis un terme à sa carrière en 2016 pour être élu sénateur dans son pays, avant de revenir sur les rings sept mois plus tard. «Notre boulot, c’est de combattre. Il doit faire ses preuves et je dois faire mes preuves. C’est facile de parler, mais ce n’est pas aussi facile de le faire sur le ring.»

Pour se préparer au combat, Pacquiao a suivi son programme habituel, en passant du temps aux Philippines avant de se délocaliser à Hollywood pour suivre un entraînement sous les ordres de Freddie Roach, son coach de longue date.

D’après Roach, la vitesse et l’agilité de Pacquiao devraient poser des problèmes à Thurman et son gabarit plus imposant.

«Je pense qu’il va vouloir attaquer d’entrée pour prouver qu’il est plus grand et plus fort», a estimé Roach auprès de l’AFP. «C’est plutôt un bon frappeur, mais le jeu de jambes de Manny devrait lui permettre de ne pas être inquiété.»