Si Alex Ovechkin maintient le rythme, il pourrait devenir le cinquième joueur de 32 ans ou plus à inscrire 50 buts en une saison.

Ovechkin a retrouvé ses repères

ARLINGTON — Si vous regardez attentivement Alex Ovechkin cette saison, vous verrez peut-être ce qu’observe Barry Trotz. «Visuellement, il ne fait que patiner. Quand il patine, il est efficace. Je crois simplement qu’il patine mieux», a expliqué l’entraîneur-chef des Capitals de Washington.

Ovechkin n’a pas commencé à patiner de cette manière à l’âge de 32 ans, mais son enjambée est beaucoup plus explosive, comme si chaque coup de patin était son dernier. Le Russe domine présentement la LNH avec 26 buts à la mi-saison, et il est en voie de connaître sa huitième saison de 50 buts en 13 saisons. S’il y parvient, il rejoindrait alors les membres du Temple de la renommée du hockey Johnny Bucyk, Bobby Hull et Phil Esposito, de même que l’éternel Jaromir Jagr dans le groupe exclusif des joueurs qui ont inscrit 50 buts à l’âge de 32 ans ou plus.

«Je ne suis plus un joueur de 20 ou 25 ans qui tente d’atteindre cet objectif, mais si j’y parviens, alors ce serait assez spectaculaire», a noté Ovi.

Ce plateau est accessible pour le joueur étoile, qui a déjà inscrit plus de buts à forces égales cette saison qu’au total de la dernière campagne. Dans le circuit Bettman, plusieurs observateurs croient qu’Ovechkin a tout simplement retrouvé ses repères.

Comme les Capitals ont moins de profondeur à l’attaque, les 26 filets d’Ovechkin représentent 22,6 % du total de l’équipe, alors que ses 33 buts l’an dernier n’avaient compté que pour 12,6 % de la production des Caps. «Il joue évidemment avec autant de passion qu’auparavant, mais cette saison il semble patiner avec plus d’intensité», croit le défenseur John Carlson. «Il a d’ailleurs marqué des buts similaires à ceux de ses premières saisons.»

Grâce aux bâtons?

Le secret des succès du numéro 8 des Capitals réside peut-être... dans ses bâtons. Après avoir utilisé la marque Bauer lors des six dernières saisons, Ovechkin a décidé de revenir aux CCM, ce qui lui a permis d’amorcer la campagne en lion avec neuf buts lors des cinq premiers matchs. D’ailleurs, le fabricant et l’attaquant communiquent chaque jour, afin de s’assurer que les «outils de travail» de l’attaquant vedette sont au point. «Pour moi, les bâtons font foi de tout. Je me sens bien avec ceux que j’ai actuellement», avoue Ovechkin.

Ovechkin domine la ligue au chapitre des tirs au but, comme ce fut le cas dans 10 de ses 12 premières saisons. Et son taux de réussite de 14,4 % est le troisième meilleur de sa carrière. Mais une bonne partie de son actuel succès s’explique par son jeu avant même qu’il ait touché au caoutchouc. Bien qu’il n’ait jamais eu à être efficace en défensive, il se replie beaucoup plus rapidement dans son territoire que par le passé pour aider ses coéquipiers.

Ovechkin croit que ses succès offensifs sont attribuables à la «chance» et il a souligné qu’il préférait tirer plutôt que de passer le disque. Son retour sur le premier trio avec le joueur de centre Nicklas Backstrom, vers l’Action de grâce américaine, a procuré l’étincelle nécessaire pour relancer l’attaque des Caps.

«Ce n’est pas l’affaire d’un seul homme. C’est un jeu d’ensemble, et il faut particulièrement une bonne cohésion entre les trois attaquants, afin qu’ils fassent circuler la rondelle», a expliqué Ovechkin. «C’est très amusant en ce moment.»