Shane Lowry a réalisé deux oiselets consécutifs aux 9e et 10e trous, pour briser une égalité à quatre en tête.

Omnium britannique: une avance de quatre coups pour l’Irlandais Shane Lowry

PORTRUSH, Royaume-Uni — Les cris d’encouragement sont devenus plus forts et Shane Lowry n’a jamais cessé de mieux jouer samedi à l’Omnium de golf britannique.

Il a réalisé deux oiselets consécutifs aux 9e et 10e trous, pour briser une égalité à quatre en tête. L’Irlandais a ajouté trois oiselets d’affilée vers la fin de la troisième ronde, chaque coup étant meilleur que le précédent.

Il a quitté le parcours Dunluce du club Royal Portrush avec une carte de 63, huit sous la normale, et une avance de quatre coups sur le Britannique Tommy Fleetwood.

Sa fiche cumulative de 197, 16 sous la normale, lui a permis d’effacer par un coup le record de l’Américain Tom Lehman pour le meilleur dossier après trois rondes à l’Omnium britannique, réalisé en 1996 à Royal Lytham & St. Annes.

Par ailleurs, sa carte de 63 l’a laissé à un coup du record pour la meilleure ronde à un tournoi du Grand Chelem, qui appartient à Branden Grace lors de l’Omnium britannique de 2017 à Royal Birkdale.

Surtout, le soutien du public a été plus grand que ce qu’il aurait pu imaginer.

«Chaque fois que je me préparais pour un roulé, je voulais le réussir pour entendre ces cris», a admis Lowry.

Le premier Omnium britannique en Irlande du Nord depuis 1951 a perdu Rory McIlroy, son enfant chéri. Lowry, un coéquipier de McIlroy lorsqu’ils ont remporté le Championnat amateur d’Europe en 2007, a comblé le vide avec panache.

Il ne s’est pas laissé déranger par toute l’attention accordée aux Nord-Irlandais McIlroy, Graeme McDowell et Darren Clarke au début de la semaine alors que l’Irlande du Nord célébrait le retour dans ses terres du plus vieux tournoi de golf.

«Ils viennent d’ici, j’ai grandi à quatre heures d’ici, a déclaré Lowry. J’avais l’impression que je pouvais passer inaperçu. Je ne passe plus vraiment inaperçu. Je n’avais pas l’impression d’être l’Irlandais oublié. Mais j’espère que je serai celui dont on parlera demain.»

Une journée qui s’est terminée par un temps relativement calme, peut-être avant la tempête, a aidé les golfeurs à inscrire de bas scores. Mais les prévisions météorologiques pour dimanche sont si mauvaises que les organisateurs ont avancé les départs d’une heure, dans l’espoir d’éviter le pire de fortes averses et de rafales qui pourraient s’élever à 56 km/h.

Il existe aussi la chance qu’une tempête interne vienne déranger Lowry.

C’est la deuxième fois qu’il détient une avance de quatre coups après les trois premières journées d’un tournoi du Grand Chelem. En 2016, lors de l’Omnium des États-Unis à Oakmont, Lowry a signé une carte finale de 76, ouvrant la porte à un ralliement de Dustin Johnson et au seul triomphe de l’Américain à un tournoi majeur.

La pression devrait être encore plus grande ce week-end alors qu’il tentera de soulever la Cruche d’argent sur l’île d’Émeraude.

De son côté, Fleetwood a fait son travail en signant une carte de 66, sans le moindre boguey. Pourtant, il a perdu du terrain. Toutefois, il jouera au sein du dernier groupe alors qu’il tentera de remporter son premier tournoi majeur en carrière.

«Il faut regarder les choses avec réalisme, a déclaré Fleetwood. J’ai connu une excellente journée aujourd’hui. J’ai joué l’une des meilleures rondes de la journée et je n’ai commis aucun boguey. Shane a été remarquable et j’ai quatre coups de retard. Mais c’est ainsi. Je suis juste satisfait de la façon dont j’ai joué.»

L’Américain J.B. Holmes, qui a amorcé la troisième ronde à égalité avec Lowry au sommet du classement, a tenté de maintenir la cadence jusqu’à ce qu’il perde deux coups consécutifs au milieu de son neuf de retour. Un oiselet au 18e lui a permis de conclure avec un score de 69, à six coups du meneur.

Toujours au bord de la lutte se trouvait un visage devenu familier dans les tournois du Grand Chelem: celui de Brooks Koepka. Pour une troisième journée de suite, l’Américain a raté trop de roulés ce qui ne l’a pas empêché de jouer 67, ce qui le laisse à sept coups de la tête.

«J’ai frappé la balle aussi bien que j’aurais pu l’imaginer. De tous les joueurs, j’ai été le plus mauvais sur les verts», a analysé Koepka, qui partage le quatrième rang avec le Britannique Justin Rose (68).

Seul canadien en lice, Adam Hadwin a joué 72 et sa fiche cumulative de 215, deux coups au-dessus de la normale, lui confère le 54e échelon.