Si Olivier Garneau est content de porter les couleurs de l’Océanic de Rimouski, la perspective de jouer avec Alexis Lafrenière l’excite beaucoup.

Olivier Garneau: nouvel uniforme, même appétit

RIMOUSKI — Après quatre saisons avec les Remparts, Olivier Garneau n’a jamais joué ailleurs que dans son alma mater. Pour sa dernière saison au sein de la LHJMQ, le vétéran de 20 ans est débarqué vendredi à Rimouski pour participer au camp d’entraînement de sa nouvelle équipe : l’Océanic. Que son uniforme soit rouge ou bleu, la soif de vaincre est la même pour le jeune homme de Charlesbourg.

La rivalité est connue entre l’Océanic et Les Remparts. À l’instar de ses anciens coéquipiers, Garneau avait appris à détester les Bleus. Il reconnaît que lorsqu’il a appris qu’il était échangé du côté de l’ennemi, il a eu un peu de vague à l’âme. «J’ai eu un pincement au cœur, raconte l’ex-numéro 33. J’ai réalisé que j’allais partir de ma ville, de ma maison. J’ai quand même été quatre ans avec mes coéquipiers. J’avais de bons liens avec eux.» 

Le hockeyeur a tout de même eu l’été pour se faire à l’idée. «Je pensais seulement à l’Océanic, dit-il. Ce qui compte, c’est d’être à Rimouski et d’aider l’équipe à gagner. Je me concentre là-dessus et je pense que ça va bien aller.» Quand il est entré dans la chambre des joueurs du Colisée Financière Sun Life, «les gars ont été sympathiques et accueillants»!

Un aspect qui l’excite beaucoup dans ce nouveau défi, c’est de jouer aux côtés d’Alexis Lafrenière. «Tu n’as pas toujours la chance de jouer avec des joueurs de ce talent-là, croit-il. Je suis content de jouer avec lui et non contre lui parce que c’est une tâche très ardue de l’empêcher de marquer.»

Olivier Garneau n’a pas pris part au match hors concours de dimanche à Rimouski contre son ancien club. Il a regardé la partie des gradins. «Ça faisait un peu spécial de voir les deux équipes», admet-il.

Anciens coéquipiers

Il n’appréhende pas l’idée d’affronter ses anciens troupiers. «J’ai hâte de jouer contre mes anciens amis et de gagner avec l’Océanic, indique celui qui a cumulé 53 buts et 106 points en 243 rencontres dans l’uniforme rouge. Je ne suis pas nerveux à l’idée. J’ai vraiment hâte d’aller jouer à la game d’ouverture au Centre Vidéotron, où ce sera le party!»

Pour son nouvel entraîneur, il est le meilleur de tous les joueurs de 20 ans que Patrick Roy a mis sur le marché à Québec. «C’est un joueur qui joue sur 200 pieds, qui était sur la première unité d’avantage numérique et sur la première unité de désavantage numérique, décrit Serge Beausoleil. C’est un gars qui est habité par des valeurs humaines extrêmement intéressantes. Par exemple, il est venu à la séance de sélection à Shawinigan. Il a mis le polo de notre équipe et c’est lui qui accueillait les joueurs de l’Océanic!»

Le pilote croit aussi que les partisans de Rimouski vont l’aimer rapidement. «On ne les aime pas quand ils portent du rouge, mais on les aime quand ils portent du bleu», lance Beausoleil en boutade.