Océanic

Victoire en tirs de barrage pour l'Océanic contre les Voltigeurs

RIMOUSKI — De retour à domicile après leur séjour en Abitibi où il a mordu la poussière dans trois des quatre matchs, l’Océanic est sauté sur la patinoire du Colisée Financière Sun Life de Rimouski avec le couteau entre les dents, jeudi, alors qu’il recevait la meilleure équipe offensive de la ligue. Il a fallu se rendre en tirs de barrage avant que les locaux n’arrivent à signer une victoire de 4-3 sur les Voltigeurs de Drummondville.

Les Rimouskois ont haussé leur jeu d’un cran, sans doute pour combler l’absence des défenseurs Charle-Édouard D’Astous et Jordan Lepage, qui faisaient l’objet d’une suspension. 

«Ça n’a pas été un match facile, a reconnu l’entraîneur-chef du club vainqueur. Je veux lever mon chapeau à Colten.» Outre son cerbère, Serge Beausoleil avait une mention spéciale à accorder à Anthony D’Amours, à Christopher Innis et à Zachary Massicotte.

Les locaux ont pris les devants après la première période, grâce aux buts de Jimmy Huntington (37e) et de Cédric Paré (14e). À l’engagement médian, Alexis Lafrenière (33e) a triplé l’avance des siens en avantage numérique à 8:21. Mais à 16:59, les visiteurs se sont inscrits à la marque après un but de Brandon Skubel (11e).

Au troisième tiers, les hommes de Serge Beausoleil ont vu l’étau se resserrer lorsque Gregor MacLeod (33e) a touché la cible à 7:17. En fin de période, Colten Ellis en a eu plein les bras. Il aura toutefois fallu un jeu de puissance et le retrait de son vis-à-vis, Olivier Rodrigue, pour qu’il finisse par céder sur un lancer de Maxime Comtois (19e) qui a forcé la période de prolongation. Mais celle-ci n’aura pas suffi à briser l’égalité. Il a fallu les buts de Huntington et de Lafrenière en tirs de barrage pour que l’Océanic soit déclaré gagnant.

Océanic

Les Huskies ne font qu’une bouchée de l’Océanic

RIMOUSKI – Pour son dernier match de cette série de quatre rencontres en Abitibi, son plus long séjour sur la route de la saison, l’Océanic a fait face pour une deuxième fois à des Huskies féroces, dimanche, au Centre Iamgold de Rouyn-Noranda. Même si les Rimouskois ont donné tout ce qu’ils pouvaient, du moins lors des deux premières périodes, ils se sont inclinés face à la meute de Mario Pouliot par la marque de 5-1.

L’entraîneur-chef du Bas-Saint-Laurent a été forcé d’admettre que l’adversaire était de taille. «C’est une équipe qui est allée chercher les deux joueurs les plus convoités dans le circuit, a mentionné Serge Beausoleil. Ils avaient déjà une bonne équipe. Ils patinent bien, ont beaucoup de vitesse et beaucoup d’offensive. C’est une très bonne équipe!

Océanic

L'Océanic n'a pas réussi à freiner la machine des Huskies

RIMOUSKI — Après presque deux heures de retard pour réparer un trou en zone centrale causé par la surfaceuse avant le match, le défi était colossal pour l'Océanic d'affronter l'équipe numéro 1 au Canada à l'Aréna Iamgold de Rouyn-Noranda. Lors du premier match d'un programme double, samedi, les Rimouskois n'ont pas su freiner la séquence victorieuse des Huskies qui ont signé leur 18e gain consécutif par la marque de 5-3.

«C'était un match joué sous le signe de l'émotion», a commenté Serge Beausoleil. On a pris trop de pénalités. Sept et huit de chaque côté, ça a été une guerre de tranchées. C'est un match de 4-3 avec un filet désert à la toute fin. J'ai beaucoup aimé l'émotion des gars et comment ils se sont impliqués dans ce match-là. C'est un match de série! Dans un quatre de sept, il n'y a personne qui sort frais de ce match-là! Ça a été un match extrêmement intense pour les deux équipes. Ça jouait très, très serré sur la patinoire. Ce n'est pas un match que je rentre dans la colonne des défaites. C'est un match que je rentre dans les performances de l'équipe. Tout le monde a travaillé. On a bloqué des tirs, on a patiné, on a marqué des buts.» Outre quelques pénalités dont il se serait bien passé, le pilote des Bleus est très satisfait de ses hommes.

Colten Ellis a été fort occupé tout au long de la partie. Ayant cédé cinq fois sur 36 lancers, il a réalisé des arrêts spectaculaires. «Colten a été Colten», a simplement souligné l'entraîneur-chef de l'Océanic.

Même si les Bas-Laurentiens ont dominé au chapitre des tirs au but (12-8) dans les vingt premières minutes de jeu, bien que la plupart n'était pas dangereux, les locaux ont retraité au vestiaire avec deux buts d'avance. Ceux-ci ont été marqués en avantage numérique par Alex Beaucage (33e et 34e), dont le dernier qui a été inscrit tout juste après la mise au jeu à la gauche d'Ellis.

En deuxième période, les visiteurs ont effectué une belle remontée en nivelant la marque par deux buts marqués par Parker Bowman (3e) et par Anthony Gagnon (15e) en supériorité numérique. Mais à 13:25, alors que Jordan Lepage était allongé par terre avec la rondelle, Rafaël Harvey-Pinard l'a frappé à coups de bâton dans les côtes afin de dégager le disque. Patrik Hrenocak (21e ) a alors fini par déjouer le gardien de l'Océanic. «C'était un très beau jeu de Lepage qui a bloqué le tir, a indiqué Beausoleil, en ajoutant qu'il ne désirait pas trop commenter. Je n'ai pas aimé comment ça s'est passé par la suite, mais il n'en demeure pas moins qu'il faut vivre avec ça.» Puis à 17:07, Louis-Filip Côté (15e) en a ajouté un autre. Par conséquent, après 40 minutes de jeu, Rimouski s'est encore une fois retrouvé avec un déficit de deux buts.

À 14:19 du troisième tiers, Jimmy Huntington (36e) a réduit l'écart sur un jeu de puissance, aidé d'Alexis Lafrenière qui a atteint sa 60emention d'assistance. Puis à 19:12, Harvey-Pinard (30e) a facilement scellé l'issue du match en plaçant la rondelle dans un filet désert.

Rimouski affrontera le même club dimanche après-midi au même endroit. «J'ai confiance que les gars vont encore bien sortir et qu'on va être capables de compétitionner, estime Beausoleil. Il faut jouer le même genre de match, mais il faut éliminer certaines pénalités. Il faut jouer avec intensité, avec l'aspect physique.»

Océanic

L'Océanic et Jimmy Huntington explosent contre les Foreurs

RIMOUSKI – Les hommes de Serge Beausoleil ont compris le message: ne jamais sous-estimer l'adversaire. Par conséquent, l'Océanic a offert une performance beaucoup plus convaincante, vendredi, que lors du match de l'avant-veille contre la même équipe au Centre Air Creebec de Val-d'Or. Explosifs offensivement, les meilleurs joueurs de Rimouski ont conduit leur troupe vers une victoire de 7-4 contre les Foreurs.

«Les gars savaient qu'ils pouvaient mieux faire, même si on avait doublé l'adversaire sur les chances de marquer, a reconnu l'entraîneur-chef bas-laurentien. On a mieux joué, on a beaucoup plus utilisé notre vitesse. D'habitude, quand on marque cinq buts et plus, on a de grosses chances de remporter le match!»

Les premières vingt minutes ont été tout à fait enlevantes. C'est Nicolas Ouellet (18e) qui a ouvert la marque en avantage numérique à 1:21 sur une erreur d'un joueur adverse. Puis à 3:48, Dmitry Zavgorodniy (24e) a égalisé la marque. Jimmy Huntington (33e) en a ensuite ajouté un autre sur une généreuse passe d'Alexis Lafrenière à 5:14. Mais à 11:54, Alexandre Couture (12e) a répliqué en supériorité numérique. À 13:32, Zavgorodniy (25e) a enfilé son deuxième du match, facilité par une superbe manœuvre de Jordan Lepage.

En deuxième période, Mathieu Marquis a eu droit à un bombardement en règle. Avec 18 tirs au but contre seulement 7 et grâce à l'indiscipline des Foreurs, les visiteurs ont ajouté deux buts. Jimmy Huntington (34e) et Olivier Garneau (32e) ont marqué chacun un but avec un homme en plus. Mais en fin d'engagement, Anthony Allepot a raté son tir qui a tout doucement glissé vers Marshall Lessard (5e) qui a réduit l'écart d'un tir du poignet.

À 50 secondes du dernier tiers, Huntington (35e) s'est faufilé entre les hommes de Pascal Rhéaume pour compléter son tour du chapeau en avantage numérique. À 4:30, Tristan Bérubé, la vue obstruée, n'a jamais vu partir le tir de David Noël (9e) en supériorité numérique. En fin de rencontre, D'Artagnan Joly (17e) a placé la rondelle dans le fond d'un filet désert.