Océanic

L’Océanic échappe un point

SAGUENAY — Grâce au brio du gardien Zachary Bouthillier, les Saguenéens ont retrouvé le chemin de la victoire après cinq défaites consécutives en l’emportant 3-2 face à l’Océanic de Rimouski, mercredi au Saguenay.

En prolongation, Artemi Knyazev a récupéré le retour de Théo Rochette, qui a tout fait sur la séquence, pour donner une victoire de 3-2 aux Chicoutimiens, au grand plaisir des 2806 spectateurs au centre Georges-Vézina. Il s’agissait d’une première victoire pour les Sags en six présences en temps supplémentaire.

Serge Beausoleil estimait que sa troupe avait laissé filer un point face aux Sags. «On ne peut pas dans un match serré comme ça donner un but gratuit comme on l’a fait en fin de deuxième période. T’es sur la route, tu viens de marquer un filet très important, il reste une minute à la période et tu donnes un but sur une mauvaise exécution, une passe un peu molle, je vais dire ça comme ça», a-t-il laissé tomber, en référence à la passe de Jordan Lepage interceptée par Justin Ducharme, qui a ensuite fait bouger les cordages. 

«J’aurais aimé qu’on réussisse à achever notre adversaire, mais on n’a pas réussi à le faire. Ils ont marqué le but gagnant sur une erreur assez grotesque, comme c’est souvent le cas en prolongation», a repris l’entraîneur-chef de l’Océanic, acquiesçant que la séquence n’était pas une pièce d’anthologie pour les trois joueurs de l’Océanic sur la patinoire. 

Beaucoup de talent

Sur une note plus positive, Beausoleil s’est montré ravi de l’exécution de la première unité d’attaque massive, qui a produit les deux buts des Rimouskois (Alexis Lafrenière et Olivier Garneau). L’Océanic est installé bien loin devant tout le monde avec un pourcentage de succès de 38,3 % avec l’avantage d’un homme. 

«Il y a beaucoup de talent sur cette ligne, mais les gars communiquent bien et se trouvent bien. Ce n’est pas de l’opportunisme. Ils font vraiment très bien ça. C’est certain que j’aimerais qu’on marque un peu plus souvent à cinq contre cinq. C’était un match très serré.»

Tout au long de la soirée, Bouthillier a multiplié les arrêts spectaculaires, notamment devant Lafrenière en échappée et un peu plus tard devant Carson MacKinnon dans les mêmes circonstances. «C’était le temps que ça arrive», a lancé l’auteur de 32 arrêts, visiblement soulagé par cette performance. «C’était une question de temps. La confiance était revenue dans les entraînements et techniquement j’étais sur la coche. C’était juste une question de temps et maintenant, je ne regarde plus en arrière. »

«J’avais vraiment tourné la page en début de semaine. On recommence à zéro et je l’ai prouvé ce soir. Je veux continuer pour le reste de la saison», a indiqué la première étoile de la rencontre. «C’est sûr qu’elle fait du bien, mais je pense que j’ai travaillé pour. Ça n’arrive pas par surprise, mais je suis content que ça se produise ce soir.» 

Samuel Houde a été l’autre marqueur des Sags avec un lancer digne d’un choix de cinquième ronde dans la LNH. L’espoir du Canadien a certainement laissé tomber un peu de pression au passage avec son premier but en 13 rencontres. 

Océanic

L'Océanic conclut un fructueux séjour à la maison par un jeu blanc

RIMOUSKI — Guidé par une une récolte de huit points du trio composé de Jimmy Huntington, Alexis Lafrenière et Olivier Garneau, l’Océanic a complété son séjour de cinq parties à domicile sur une bonne note, vendredi.

Rimouski a blanchi le Titan d’Acadie-Bathurst au compte de 3-0. Colten Ellis a ainsi signé son deuxième jeu blanc de la saison.

Le plus long séjour de la saison des Rimouskois aura été fructueux avec quatre gains en cinq matchs. «Je suis content comment les gars ont réagi», a commenté l’entraîneur-chef Serge Beausoleil. «On savait qu’avec l’arrivée de Mario Durocher derrière le banc [du Titan], les gars essaieraient de l’impressionner. Ils ont joué de façon solide et intelligente. Il y avait peu d’espace sur la patinoire, mais nos gars ne se sont pas laissés déranger par ça et sont restés focalisés sur le but.»

Bien qu’ils aient assez bien travaillé en zone défensive et surtout en se battant jusqu’à la fin, les hommes du nouvel entraîneur de Bathurst ont eu peu de chance de marquer. «Colten a été solide et on n’a pas donné grand-chose», a reconnu le pilote des Bleus.

Huntington (13e) a profité d’une erreur de Noah Dobson, qui lui a remis la rondelle, pour ouvrir la marque à 14 secondes de la fin de la première période. Il n’aura fallu que 48 secondes à Huntington pour récidiver au début de la deuxième, ce qui lui a permis de prendre la tête des francs-tireurs de son équipe avec 14 buts.

Tout juste arrivé de la Série Canada/Russie, Lafrenière n’avait pas moins d’énergie. Après deux passes sur les buts précédents, il a creusé l’écart en avantage numérique avec son 13e but de la campagne.

«En début de match, j’avais de la misère avec mes jambes, j’étais un peu fatigué», a raconté le joueur de 17 ans. «Mais, plus le match avançait, plus ça allait bien.»

C’est devant 3180 spectateurs que la rencontre a été présentée après la mise au jeu symbolique de Steven Butler, qui sera la tête d’affiche du gala de boxe du 24 novembre au Colisée Financière Sun Life.

Océanic

L'Océanic rebondit face aux Olympiques

Après avoir perdu en toute fin de match, la veille, l’Océanic de Rimouski a comblé un déficit de 2-0 pour vaincre les Olympiques de Gatineau par 3-2, samedi, au Colisée Financière Sun Life.

Les deux équipes divisaient ainsi les honneurs de ce programme double disputé dans le Bas-Saint-Laurent.

L’Océanic s’est fait surprendre par deux buts en l’espace de 29 secondes, en milieu de première période. Mais au lieu de tomber dans le découragement, la formation dirigée par Serge Beausoleil a orchestré un beau retour mené par Jimmy Huntington (11e et 12e) tandis que Dmitry Zavgorodniy (12e) a inscrit le but de la victoire avec deux minutes à faire en deuxième période.

«On a été ébranlé quelques secondes, mais j’ai beaucoup apprécié la façon dont les gars ont réagi et rebondi», disait l’entraîneur-chef Serge Beausoleil, rejoint après le match.

Comme la veille, l’Océanic a eu le dessus dans les lancers, dominant 34-12 à ce niveau. Aucune équipe n’a réussi à marquer sur ses occasions en avantage numérique.

«Vendredi, on avait dominé aux lancers, mais ça prend plus que ça. Il fallait aussi mieux se défendre, et aujourd’hui [samedi], on a limité l’adversaire à 12 lancers», soulignait celui dont la troupe s’est vue refuser deux buts, dont le premier, tout juste avant le doublé des Olympiques en première période.

Connor LePage et Charles-Antoine Roy ont marqué pour Gatineau, qui a encore eu droit à une bonne performance de son gardien Tristan Bérubé, bombardé de 77 lancers dans les deux matchs.

L’Océanic a porté sa fiche à 11-9-1 en 21 matchs et sera l’hôte du Titan d’Acadie-Bathurst, vendredi. Alexis Lafrenière sera leur représentant à la Série Canada-Russie CIBC, dont les matchs ont lieu mardi à Sherbrooke et jeudi à Drummondville.

Senez suspendu 

Par ailleurs, la LHJMQ a imposé une suspension d’un match à Vincent Senez, des Cataractes de Shawinigan, à la suite d’un geste posé à l’endroit de Nicolas Savoie, vendredi. Le défenseur des Remparts, qui a passé la nuit à l’hôpital de Shawinigan, a subi une commotion cérébrale sur le jeu considéré comme un assaut selon l’appel du préfet de discipline. Les Remparts avaient confirmé, vendredi, qu’ils déposeraient une plainte contre l’attaquant des Cataractes.

Océanic

L’Océanic domine... sauf au tableau indicateur

RIMOUSKI — L’Océanic a tout fait, sauf gagner lors du premier match de son programme double contre les Olympiques de Gatineau, vendredi à Rimouski.

Inspirés par Tristan Bérubé, auteur de 45 arrêts, les visiteurs l’ont emporté 4-3. Jouant devant parents et amis, le portier originaire de La Pocatière a été la véritable vedette de la soirée.

«Tristan, depuis le début de la saison, nous fait des bonnes parties comme ça», a salué l’entraîneur-­chef des Olympiques, Éric Landry. «Il nous a donné la chance de gagner!»

De l’autre côté, son homologue convenait que ses hommes avaient dominé le match, mais qu’en troisième période, ils avaient «réagi d’une bizarre de façon. C’est un match qu’on a laissé filer», a analysé Serge Beausoleil. «En troisième, on a fait des erreurs majeures! Nos meilleurs à l’arrière n’ont pas fait le boulot. On a besoin d’arrêts-clés, on a besoin de gars qui défendent le devant du filet; on ne l’a pas eu et ça a coûté des gros buts!»

Le seul but marqué lors des 40 premières minutes de jeu a été celui d’Anthony Gagnon (5e) — un ancien des Olympiques — à 5:34 de la première période. Il a fallu attendre à 6:50 du troisième tiers pour assister à toute une manœuvre d’Iaroslav Likhachev, qui a enfilé son troisième but de la saison pour égaliser la marque.

«C’était la dixième fois qu’il manquait ce move-là et finalement, il l’a eu», a raconté le pilote de Gatineau. «Ça a donné de l’énergie aux joueurs et du momentum.»

À 8:37, Bérubé a fait trois arrêts consécutifs avant que la rondelle ne trouve le fond de la cage sur un lancer de Mathieu Bizier (4e). Mais, moins d’une minute plus tard, un tir dévié à courte distance de Shawn Boudrias a échappé à la vigilance de Colten Ellis.

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, Gatineau a pris les devants lorsque Maxim Trépanier est venu déjouer son ancien cerbère dans la partie supérieure du filet à 12:04. Mais l’égalité créée à 17:01 par Cédric Paré (5e) n’aura duré que 30 secondes avant que Jeffrey Durocher ne donne la victoire aux visiteurs.