Serge Beausoleil

Voyage payant pour l'Océanic

C'est avec quatre points en poche que l'Océanic est revenu à Rimouski après avoir disputé deux matchs deux soirs sur la route. Moins de 24 heures après avoir battu les Cataractes de Shawinigan au pointage de 4 à 0, les hommes de Serge Beausoleil ont défait les Voltigeurs de Drummondville par la marque de 2 à 1 en fusillade. Anthony DeLucas a été le héros des siens avec le but qui a fait la différence.
«Une grosse victoire d'équipe», a confié l'entraîneur-chef Serge Beausoleil lors d'une entrevue téléphonique. «Ce n'est jamais facile pour personne de gagner à Drummondville et de plus, nous avions joué la veille à Shawinigan. Les gars ont bien composé avec leur énergie. Et nous avons offert une très belle prestation», a ajouté le pilote qui, dans les circonstances, aurait été satisfait, advenant que ses hommes n'aient pas eu le dessus sur leurs rivaux lors de la fusillade, de quitter le Centre du Québec avec un point en poche.
Analysant la rencontre, Beausoleil a parlé de match typique des séries. Non seulement les deux équipes ont dû se battre pour gagner chaque pouce de patinoire, mais de plus les chances de compter ont été rares de part et d'autre. Et quand il y en a eu, les gardiens Philippe Desrosiers (Océanic) et Louis-Philip Guindon (Voltigeurs) se sont chargés de fermer la porte. Le premier a repoussé 33 tirs et le second 25.
Desrosiers étincelant
«Deux prestations incroyables de la part des gardiens. De notre côté, Desrosiers a été étincelant. Il a relevé le défi de belle façon», a d'abord lancé Beausoleil, dont les gardiens avaient blanchi l'adversaire pendant 98 minutes et 27 secondes avant de voir les Voltigeurs marquer leur but. «On a une brigade qui apprend à jouer ensemble parce qu'on lui a joint Loïc Leduc aux Fêtes. Elle est cependant imposante, physique et talentueuse. Il s'agit maintenant pour nous de mettre tout ça ensemble et d'en tirer profit.
«Une chose est sûre, nous sommes heureux des joueurs que nous avons sous la main et tout le monde travaille dans le même sens. C'est donc très intéressant.»
Après une première période sans but, les Voltigeurs ont été les premiers à s'inscrire à la marque. Privés de la présence de deux hommes pendant une 1 min 55 s, les Rimouskois semblait en bonne voie de s'en tirer, mais William Carrier a inscrit son 13e de la campagne alors qu'il ne restait que trois secondes à écouler à la seconde pénalité de l'Océanic. Quelques instants auparavant, Frédéric Gauthier avait bénéficié d'un tir de pénalité, mais il avait été incapable de donner les devants aux visiteurs.
C'est Loïc Leduc qui a renvoyé les deux équipes à la case départ avec son quatrième de la saison, un but marqué dans la 15e minute de la période. Par la suite, les deux gardiens n'ont rien donné. En fusillade, Desrosiers a été parfait face à Frédérick Gaudreau, à Matthew Boudens et à Jérôme Verrier. Après avoir stoppé Sébastien Sylvestre, Guindon n'a rien pu faire face à DeLucas, qui a donné la victoire aux siens, une 29e cette saison.