Du bout de la palette de son bâton, Alexis Lafrenière, qui a récolté deux buts et deux passes lors du match, a délogé la rondelle qui avait atterri sur le dessus du filet de Brendan Cregan pour la faire tomber derrière lui.

Une victoire douce-amère pour l'Océanic

RIMOUSKI — Le résultat de la victoire de 5-2 de l’Océanic sur l’Armada ne résume pas bien l’histoire du match de dimanche au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. Ce sixième gain consécutif des Bas-Laurentiens, qui ont fait preuve de peu d’entrain, a été récolté au détriment de Blainville-Boisbriand qui aurait mérité un bien meilleur sort.

«Ce qui m’a le plus agacé, c’est qu’on bougonnait un peu de ne pas avoir un festival offensif, alors qu’on était les meneurs, a déploré l’entraîneur-chef local, Serge Beausoleil, qui célébrait sa 300e victoire à la barre de la même et seule équipe. J’aime quand l’équipe gagne. J’aurais aimé que les gars aient plus de vitalité et de plaisir à jouer ce match-là!»

Les locaux ont brisé la glace avec deux buts en 33 secondes tard au premier vingt lorsqu’Alexis Lafrenière (25e) et Anthony Gagnon (12e) ont touché la cible. À l’engagement médian, les soldats de Bruce Richardson ont dominé les 20 minutes de jeu. Mais, Colten Ellis leur a volé quelques buts. «Il a fermé la porte à plusieurs reprises et il a faussé les données», a reconnu son entraîneur. L’attaque menaçante de Blainville-Boisbriand n’a pas empêché les Bleus de marquer à nouveau lorsque la rondelle a rebondi sur le dessus du filet de Brendan Cregan. Lafrenière (26e) l’a alors délogée du bout de sa palette pour la faire retomber derrière le gardien. À 14:37, les visiteurs se sont inscrits à la marque sur un but de Thomas Lacombe, son premier en carrière dans la LHJMQ. Antoine Demers (9e) a ensuite profité d’un retour de lancer pour réduire l’écart. Rimouski est revenu au dernier tiers avec un but de Charle-Édouard D’Astous (14e) et un dans un filet désert d’Olivier Garneau à 24,6 secondes à faire à la rencontre.

Superbe édition

L’Océanic a été élue la formation la plus solide de l’histoire pour sa saison 1999-2000 à l’issue d’un vote populaire s’inscrivant dans les festivités du 50e anniversaire de la LHJMQ. «C’était une superbe édition qu’ils ont montée, à l’époque, a commenté Beausoleil. Je ne suis pas surpris, avec ce qu’il y avait dans cet alignement-là! C’est l’équipe qui nous a ramené la Coupe Memorial. J’ai bien hâte qu’on aille les rejoindre!»

Dirigé par Doris Labonté, l’Océanic de 1999-2000 pouvait compter sur l’attaquant Brad Richards, qui avait terminé la saison régulière avec un total de 186 points, soit 71 buts et 115 mentions d’aide. Le numéro 39 avait ajouté 37 points en 12 matchs de séries. Outre Richards, cinq joueurs de cette édition avaient été repêchés par la LNH, soit Juraj Kolnik, Michel Ouellet, Aaron Johnson et le gardien Sébastien Caron.