Même si Serge Beausoleil reconnaît que ses troupiers n'ont pas joué un match A, il qualifie les deux points récoltés par sa troupe de très importants.

Une victoire à l'arrachée pour l'Océanic

RIMOUSKI – L'Océanic savait que ce deuxième match d'une série de deux dans les Maritimes, samedi, ne serait pas gagné d'avance puisque les Sea Dogs avaient relevé leur calibre de jeu au cours de leurs derniers duels. Les Rimouskois en ont pleinement mesuré l'ampleur en arrachant une victoire de 4-3 à l'équipe de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.

«On savait que ce serait plus difficile que le dernier match, où tous les joueurs talentueux de 16 ans étaient partis au U17, a admis l'entraîneur-chef du Bas-Saint-Laurent, Serge Beausoleil. Ils ont amélioré l'équipe aussi avec Benjamin Gagné, une addition à l'attaque. Ils ont une très belle séquence, en ce moment. Ils venaient de battre Moncton. Ils ont du talent à l'attaque. Ils sont en train d'éclore.»

Même si le pilote des Bleus reconnaît que ses troupiers n'ont pas joué un match A, il qualifie les deux points récoltés par sa troupe de très importants. «C'est un match que j'ai beaucoup plus aimé que celui d'hier, souligne-t-il en faisant référence à la défaite de ses hommes par les Mooseheads d'Halifax au compte de 6-3. On ne s'est pas fait jouer de tours. Donc, il y a des choses positives là-dedans.» Il admet aussi que le gardien des Dogs, Mikhail Denisov, n'a rien fait pour simplifier la tâche de ses soldats en repoussant 32 des 38 lancers reçus.

Le premier but du match a été marqué tardivement sans aide par Anthony D'Amours, son premier de la saison, à 42 secondes avant la fin de la première période. À l'engagement médian, les visiteurs sont demeurés en plein contrôle du jeu, alors que le capitaine Charle-Édouard D'Astous (12e) a doublé la priorité des siens et creusé l'écart. Mais à mi-chemin de la période, la situation a basculé après un bel échange entre Robbie Burt et Filip Prikryl (4e), qui a permis aux Dogs de s'inscrire au pointage. Puis à 12:27, Jérémie Jacob (4e) a créé l'égalité après une passe de Benjamin Gagné. Mais à 18:12, Rimouski a retrouvé son avance quand Cédric Paré (9e) est venu hanter son ancien club en faisant dévier le tir de Jordan Lepage. D'ailleurs, le trio formé de Paré, Dmitry Zavgorodniy et Jeffrey Durocher, a été très solide.

Dès le début du troisième vingt, Brady Burns (7e) a nivelé la marque à nouveau. Mais à 11:50, Jimmy Huntington (26e) a scellé l'issue du match en y allant de toute une manœuvre devant une cage ouverte. «C'est un gros but qu'il est allé chercher avec son trio», a souligné l'entraîneur en parlant de son excellent franc-tireur qui s'était fait plus tranquille au cours des dernières rencontres, lui qui nous avait habitués à au moins un point par match.

Tristan Bérubé a su se relever de son départ chancelant de la veille, alors qu'il avait été retiré de sa cage. «On voulait lui témoigner notre confiance en le retournant devant le filet, a raconté Serge Beausoleil. Il a fait de très gros arrêts, entre autres sur les désavantages numériques et sur l'attaque à 6 contre 5 en fin de match. Il a été très solide et il nous a permis d'aller chercher ces deux gros points-là.» Il a su arrêter 27 des 30 tirs dirigés contre lui. 

Une nouvelle recrue était de l'alignement de l'Océanic: Cole Cormier. «Avant le voyage, on ne pensait pas qu'Alexis Lafrenière serait là et on s'est entendus qu'on lui donnerait un match d'essai, indique Beausoleil. Il a un beau talent, Cole. C'est un joueur intéressant pour la suite.»

Après le match, l'Océanic reprenait la route vers Rimouski, où il jouera devant ses partisans mercredi en affrontant les Voltigeurs de Drummondville.