Alexis Lafrenière a ouvert la marque à la première période en avantage numérique.

Troisième gain de suite sur la route pour l'Océanic

RIMOUSKI — L'Océanic a signé une troisième victoire successive sur la route par la marque de 4-1 face aux Olympiques, samedi, au Centre Robert-Guertin de Gatineau. Il s'agissait du premier match d'un programme double entre les deux formations.

L'entraîneur-chef de Rimouski n'avait pas grand-chose à reprocher à ses troupiers qui ne récoltent que le succès depuis le début de leur périple. «Je n'ai pas le goût de faire la fine gueule après un match de 4-1, où on a donné un seul filet, a illustré Serge Beausoleil. Il faut aussi donner le crédit à Gatineau qui travaille d'arrache-pied, ferme bien la zone centrale. C'est une petite patinoire. Notre avantage numérique a été très bon, on a généré des bonnes chances. Colten [Ellis] a fait un bon boulot aussi.»

«Je pense qu'on aurait pu être un peu plus physiques, a-t-il tout de même regretté. Mais sérieusement, je suis très satisfait du match. On est au troisième match en quatre jours, on ramasse des points dans les trois matchs et notre power play a deux buts. On est 2 en 3. On n'a rien donné sur le désavantage. Il y a beaucoup de bonnes choses dans ce match-là!»

C'est à 5:58 de la première période qu'Alexis Lafrenière (23e) a ouvert la marque en avantage numérique sur une passe de Charle-Édouard D'Astous qui obtenait alors son 175e point en carrière dans la LHJMQ. Sur une échappée en toute fin d'engagement, Ludovic Soucy (2e) a déjoué Creed Jones sans aide d'un fulgurant revers du poignet de la ligne bleue. «Il a eu un but très opportun d'un très beau tir après avoir coupé un jeu sur une belle lecture et ça s'est avéré un but gagnant, a analysé le pilote des Bleus. Il ne jouait pas hier. C'est une force fraîche qui arrive et il tire son épingle du jeu. J'aime beaucoup ça, c'est bien évident!»

À mi-chemin du deuxième vingt, les locaux ont réussi à rétrécir le déficit grâce à une bévue en zone centrale causée par un mauvais revirement d'un défenseur de Rimouski qui a remis la rondelle à Alexandre Pellerin. Alors que le disque était tombé derrière Colten Ellis qui le cherchait, Kieran Craig (2e) n'a eu qu'à le pousser dans le fond du filet. 

Mais, en fin de période, les visiteurs ont repris leur avance de deux buts après une superbe passe d'Anthony Gagnon à Cédric Paré (11e), qui a profité d'une pénalité de son ancien coéquipier Mathieu Bizier, qui avait écopé d'une mineure double. «Cédric Paré joue du très bon hockey depuis la pause des Fêtes, a observé son entraîneur. C'est un gros bonhomme de 6 pieds 3 pouces, qui gagne ses batailles le long des rampes et qui a un très bon tir sur la tête des cercles en avantage numérique.» À l'issue du match, Paré avait récolté un but et une passe. 

À mi-chemin du troisième tiers, les hommes d'Éric Landry ont eu trois grosses chances de marquer, mais les Bas-Laurentiens les en ont empêchés. À 9:50 du troisième tiers, Jeffrey Durocher (15e) a ruiné tous les espoirs de son ancienne équipe en scellant l'issue de la rencontre.

Les deux mêmes rivaux s'affronteront dimanche au même endroit. C'est Tristan Bérubé qui devrait défendre la cage contre son ancienne formation. «Les doubles, dans le circuit, c'est très difficile d'arracher les 4 points, appréhende Beausoleil. Les gars ont un gros défi. Ce sera un quatrième match en cinq jours. On va tout mettre dans la balance et on va essayer de jouer le mieux possible!»