Le gardien de l'Océanic Colten Ellis a fait face à 33 tirs sur sa cage.

Rimouski 5/Baie-Comeau 3: les efforts du Drakkar insuffisants

BAIE-COMEAU — L’Océanic de Rimouski n’avait pas l’intention d’échapper deux matchs consécutifs à Baie-Comeau. Les hommes de Serge Beausoleil rentrent à la maison avec trois points sur une possibilité de quatre en vertu d’un gain de 5-3 samedi aux dépens du Drakkar.

Les locaux ont été les premiers à toucher la cible dans ce second duel de ce programme double, mais Rimouski a enfilé quatre buts sans réplique, dont trois en deuxième, pour prendre une sérieuse option sur le match. Le Drakkar n’a toutefois pas baissé les bras et a rebondi en troisième, s’avérant la meilleure équipe sur la glace. Ce fut toutefois insuffisant.

Devant le filet du Drakkar, Dakota Lund-Cornish a fait face à une mitraille de 42 tirs, accordant par surcroît de nombreux retours. Son vis-à-vis Colten Ellis a été un peu moins occupé avec 33 lancers sur sa cage.

«On attendait que quelqu’un fasse quelque chose à notre place. On voulait jouer avec trop de patience, mais tu peux jouer avec urgence aussi», a lancé l’entraîneur-chef Jon Goyens après la rencontre. «On manquait d’urgence et on leur a donné trois des cinq buts, c’était assez évident. La plupart des choses [qui n’ont pas fonctionné], c’était vraiment entre les deux oreilles aujourd’hui.»

Goyens a soutenu qu’il voulait donner un départ à Lund-Cornish car il aurait été un mois sans voir d’action si Lucas Fitzpatrick était revenu devant le filet, en tenant compte du dernier match hors-concours.

«Daks voudrait sûrement revoir deux des buts mais comme tout le monde, il aura des choses à travailler», a lancé le pilote du Drakkar en signalant toutefois qu’il n’était pas seul dans cette galère. «Quand tu donnes 3, 4, 5 ou 6 opportunités par période à l’autre équipe, tu mets ton gardien dans une position vulnérable et c’est arrivé trop souvent aujourd’hui», a-t-il fait valoir.

«On voulait repartir sur la note positive sur laquelle on avait terminé la veille», a déclaré Serge Beausoleil pour expliquer le départ endiablé des siens. «On a pris le momentum en partant, mais on savait que le Drakkar allait rebondir en troisième. C’est une équipe compétitive qui vend chèrement sa peau, mais on n’a pas paniqué sur le banc quand ils ont réduit l’écart.»

Bévues défensives coûteuses

Les bévues défensives coûteuses ont été à l’honneur au premier vingt. Feliks Morozov a ouvert le pointage pour le Drakkar à 5:32 après avoir reçu une passe «direct sur la palette» du défenseur de l’Océanic Anthony D’Amours alors qu’il était seul dans l’enclave.

Un peu plus de huit minutes plus tard, au tour cette fois de Félix Tremblay de remettre le disque à l’ennemi en voulant débarrasser le devant du filet. Jacob Kelly n’allait pas rater cette occasion de créer l’égalité.

L’Océanic a cassé les reins du Drakkar à l’engagement médian avec trois filets. Adam Raska a d’abord trompé Lund-Cornish d’un tir haut d’un angle restreint dès la 58e seconde de la période. Zachary Massicotte a enchaîné d’un lancer voilé de la ligne bleue et Nathan Ouellet en a rajouté à 17:33, bien alimenté par Alexis Lafrenière.

Au dernier tiers, Raivis Kristians Ansons a ranimé les 1606 partisans réunis au Centre Henry-Leonard en marquant au terme d’une échappée à la suite de la belle passe d’Antoine Rochon. Brandon Frattaroli a ensuite enfilé le premier but en supériorité numérique de tout le weekend entre les deux clubs (1 en 10 Drakkar, 0 en 9 Rimouski) et tous les espoirs étaient permis pour les troupiers de Goyens.

Kelly, qui a terminé sa journée de travail avec trois points et un différentiel de +4, a toutefois scellé l’issue du match à 16:47.

Notes

Avant la rencontre, le Drakkar a honoré les Blue Jays de Baie-Comeau, qui ont remporté il y a quelques semaines le championnat provincial de baseball dans la catégorie moustique B…

La prochaine rencontre du Drakkar est prévue vendredi prochain, alors qu’il rendra visite aux Olympiques de Gatineau.