Sidney Crosby

Retrait du chandail de Sidney Crosby: un grand moment pour l'Océanic

RIMOUSKI — «Ça va être un des faits saillants de l’Océanic, un des grands moments des 25 ans de l’Océanic. Il y a eu d’autres retraits importants de chandails. Mais, le passage de Sidney Crosby restera un des faits marquants avec le passage de la Coupe Memorial». C’est de cette façon que Doris Labonté décrit la cérémonie de vendredi où le chandail de l’Océanic que portait Sidney Crosby sera retiré.

L’événement marquera aussi l’ouverture de la saison du club de hockey de Rimouski au Colisée Financière Sun Life. Doris Labonté avait participé au recrutement du joueur natif de la Nouvelle-Écosse en 2003-2004 alors qu’il était directeur-gérant de l’équipe bas-laurentienne. Il a ensuite été son entraîneur de 2004 à 2005.

À quelques heures de cette soirée historique, l’ancien patron de l’Océanic éprouve «des sentiments positifs mélangés». «Il y a un peu de nervosité parce que je dois m’adresser à lui et au public, admet-il. Je suis nerveux parce que je veux toucher les bons points et bien livrer le message que j’ai en tête. Résumer deux ans en deux minutes, ce n’est pas évident! Il y a aussi beaucoup de fierté d’avoir convaincu un jeune homme de ce gabarit-là de venir passer son hockey junior à Rimouski.»

Si certains ont estimé que l’Océanic avait été une bonne école pour Crosby, M. Labonté préfère plutôt être modeste et espérer que son passage à Rimouski ne lui a pas nui. «Compte tenu de ses succès professionnels, ça nous rend toujours très fiers parce qu’il a passé par notre école, souligne-t-il, en se disant très content d’apprendre que l’amphithéâtre sera plein à craquer de partisans. La fierté de leur équipe, ils l’ont gardé.»

Une reconnaissance

L’ancien entraîneur-chef de l’Océanic voit aussi une reconnaissance dans le geste du retrait du chandail du célèbre numéro 87. «C’est tout un clin d’œil qu’il [Sidney Crosby] fait à l’organisation et surtout aux partisans», ajoute-t-il. J’espère que ce ne sera pas un adieu et qu’on aura la chance de le revoir pour d’autres occasions!»

Pour Doris Labonté, celui qui est devenu «le meilleur joueur de hockey au monde» n’est pas très différent de ce qu’il était adolescent. «Je le vois de la même façon que je le voyais lorsque les dépisteurs de la Ligue nationale s’informaient de lui, raconte-t-il. Tout le monde voyait que ce gars-là avait un talent exceptionnel. Moi, je disais qu’il était né pour jouer au hockey. Physiquement et mentalement, il avait tout ce qu’il faut pour réussir. Il a vraiment aligné tout ce qu’il fallait faire.»

L’ex-pilote de Rimouski n’était pas seulement témoin du talent de son prodige sur la patinoire. Il constatait avec quelle rigueur il s’entraînait. «Il travaillait fort à s’améliorer, à inventer des nouvelles feintes, à travailler sur ses faiblesses, comme sur ses lancers de revers, se souvient-il. Il en a fait, des beaux buts dans la Ligue nationale comme ça. C’était un travailleur, un gars sérieux et mature.»

La constance du capitaine des Penguins de Pittsburgh est le trait de caractère que Doris Labonté a le plus apprécié. «Après 14 ans dans la Ligue nationale, il n’est pas tout le temps le meilleur compteur de la Ligue, mais il est toujours dans les meilleurs, fait-il remarquer. Une année, il est en compétition avec un joueur et l’année d’après, il est avec un autre. Mais, il est tout le temps en finale. C’est un gars qui est constant, qui est résilient. C’est ça que je retiens de lui et qu’on voyait ici, à Rimouski. En quelques mots, on pouvait se fier sur lui. Il a toujours donné le meilleur de ce qu’il avait.»

+

LA FÉBRILITÉ GRANDIT AU SEIN DE LA FORMATION RIMOUSKOISE

RIMOUSKI — Même si lui et ses joueurs sont davantage concentrés sur la préparation du match d’ouverture de la saison où ils auront à affronter le Phoenix de Sherbrooke, Serge Beausoleil admet tout de même que la fébrilité grandit à l’approche du retrait, vendredi, du chandail du légendaire Sidney Crosby. Cette cérémonie marquera le début des festivités du 25e anniversaire de l’Océanic de Rimouski.

«Les gars sont centrés sur l’entraînement, mais plus on approche du moment, plus ils vont avoir des papillons, indique l’entraîneur-chef de Rimouski. En tant que joueurs de hockey, ils veulent participer à un genre d’événement comme ça. C’est unique!»

Crosby, qui a porté le même uniforme qu’eux de 2003 à 2005, est une véritable icône pour les joueurs de l’Océanic. «Ça transcende le hockey, estime le pilote. C’est un individu hors pair! C’est un grand parmi les grands, Sidney Crosby. Qu’il demeure si attaché et si fidèle à notre équipe, c’est extraordinaire! C’est un modèle, une inspiration. Quand tu es un des meilleurs et que tu fais preuve d’altruisme dans tout ce que tu fais, ce n’est pas pour la parade, ce n’est pas pour l’esthétique. C’est vraiment qui il est! C’est tout à son honneur.»

Le directeur-gérant indique que l’organisation attendait ce moment depuis quinze ans. «On est très heureux de savoir qu’il [Sidney Crosby] sera là, on est très heureux que ça fonctionne et que ça coïncide avec les 25 ans, s’exclame-t-il. Éric Boucher en tête et Donald Dufresne sont les grands responsables de tout ça. Ils ont fait un travail colossal!»

Cette frénésie augmentera certes chez ses ouailles lorsqu’ils feront leur apparition sur la patinoire devant un amphithéâtre bondé. «C’est une réaction chimique humainement normale, croit Beausoleil. Quand la rondelle va tomber sur la glace, ils vont vouloir jouer ce match-là! C’est bien certain!»

Sur écran à l’extérieur

Les images de la cérémonie et du match opposant l’Océanic au Phoenix de Sherbrooke seront projetées dès 19h15 vendredi sur un écran géant de 11 pieds par 7 pieds à l’extérieur du Colisée Financière Sun Life. Grâce à la collaboration de quelques partenaires, cette initiative sera offerte gratuitement à l’intention de toutes les personnes qui n’auront pas pu se procurer un billet pour assister à l’événement. Collaboration spéciale Johanne Fournier