Le «purgatoire» du Tchèque Radim Salda est terminé. Il pourra jouer avec l’Océanic dès samedi, à Charlottetown.

Océanic: Salda peut enfin jouer

RIMOUSKI — L’interminable saga entourant le transfert international du défenseur tchèque Radim Salda a pris fin vendredi matin.

Le directeur-gérant et entraîneur-chef de l’Océanic, Serge Beausoleil, a enfin obtenu la carte tant attendue depuis plusieurs semaines, l’autorisant à intégrer le joueur de 19 ans à son alignement. L’espoir du Lightning de Tampa Bay pourra finalement porter les couleurs de Rimouski lors du match de samedi, alors que lui et ses coéquipiers rendront visite aux Islanders de Charlottetown.

«Ma première réaction, c’est d’être content pour un jeune qui est tellement de fois venu cogner à mon bureau pour savoir s’il pouvait jouer. Je le renvoyais en lui disant que j’étais désolé, mais que ce n’était pas sous notre contrôle», raconte Beausoleil.

«Je suis très heureux pour le jeune et pour nos partisans. C’est un joueur qui est très bon, mais ce n’est pas non plus le messie. C’est un joueur qui va mettre tout le monde à sa place dans notre unité défensive.»

Originaire de Pardubice en République Tchèque, Salda avait été acquis cet été au terme d’une transaction avec les Sea Dogs de Saint-Jean contre des choix de 2e et 3e tours en 2019. Le club qui détenait ses droits, le Mountfield HK de Hradec Kralové, avait accordé le feu vert à son retour dans le circuit. Mais pour des raisons que le dg de l’Océanic ne peut expliquer, son transfert a accusé un très long délai.

Pour Beausoleil, Salda représentera un précieux atout, «C’est un joueur qui peut tout faire. C’est un gars qui a beaucoup de talent, qui bouge la rondelle rapidement, qui est très agile sur ses patins, qui a un lancer fulgurant. Il est très motivé et surtout passionné. C’est pour ça qu’on est allés le chercher!»