Jacob Mathieu des Chevaliers de Lévis est le premier choix au repêchage de l'Océanic.
Jacob Mathieu des Chevaliers de Lévis est le premier choix au repêchage de l'Océanic.

Océanic: repêchage ardu et récolte fertile

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Lors de la séance de repêchage 2020 qui s'est terminée samedi après-midi dans la LHJMQ, l'Océanic de Rimouski ne l'a pas eu facile. Il en est même venu à un choix déchirant: échanger son gardien numéro un des trois dernières années, Colten Ellis, aux Islanders de Charlottetown. Quoi qu'il en soit, Serge Beausoleil estime que sa récolte «est beaucoup plus fertile et intéressante que ce qu'on pourrait croire».

En cédant Ellis, il a obtenu en retour un choix de troisième tour à la séance de sélection de 2020 ainsi qu'un choix de première et de deuxième rondes en 2021. Si le directeur-gérant va jusqu'à dire que ce repêchage réservera de «très belles surprises», il va sans dire que la transaction de l'espoir des Blues de St-Louis en était toute une, alors que Beausoleil capitalisait encore sur son cerbère, pas plus tard que mercredi. «Ça change très vite, dans le hockey, est obligé d'admettre le patron de l'équipe bas-laurentienne. Colten Ellis est tout ce qui représente les valeurs de l'Océanic. On a élevé ce jeune-là. C'est un gars qui vient de Whycocomagh, dans le fin fond de la Nouvelle-Écosse. On a payé un choix de 1re ronde pour aller le chercher. C'est un gars qui est impeccable et fort. Sur la patinoire, c'est tout un compétiteur! Pour nous, c'était le gars tout désigné pour élever nos jeunes. Mais, quand on arrive sur le plancher, qu'on a une offre qui permet de rentabiliser un joueur comme ça, qu'on va chercher un choix de première, de deuxième et de troisième rondes dans une année et qu'on a besoin de se regarnir, la raison l'emporte sur le coeur. C'est ce qui nous a amenés à bouger. C'est une bonne transaction

hockey et Colten la comprenait. Mais évidemment, on avait le coeur gros […].»

Colten Ellis a été échangé aux Islanders de Charlottetown

Jones et Martin

Creed Jones, acquis à mi-parcours de la dernière saison, devient donc le gardien numéro un de Rimouski. «Creed Jones a donné une fabuleuse demi-saison avec 1.45, souligne l'entraîneur-chef. Il a gardé 12 matchs et il a perdu seulement deux fois, dont un match de 1-0 à Halifax. Il a donné 17 buts en 12 matchs. C'est un gardien de grande qualité, qui a tout le temps été numéro un dans le circuit. On n'est pas gênés avec Creed! C'est un gars qui a énormément de calme devant le filet, qui nous a amené beaucoup de succès. On est très à l'aise avec ça.»

Comme deuxième portier, Thomas Martin du Sélect de l'école secondaire Paul-Hubert de Rimouski, «un gardien format géant qui jouait dans la LHPS», sera du camp d'entraînement. «C'est un gars qu'on aime beaucoup, qui est venu pratiquer avec nous autres quelques fois cette année, a indiqué Beausoleil. C'est une très belle acquisition.»

Les quatre premiers choix

Pour son premier choix au repêchage, Serge Beausoleil a jeté son dévolu sur Jacob Mathieu provenant des Chevaliers de Lévis, dans la ligue midget AAA. «Jacob, c'était peut-être un des secrets les mieux gardés de Lévis qui est une équipe qui, année après année, a beaucoup de succès sur la patinoire, a des bonnes valeurs et un bon encadrement des joueurs. C'est un joueur sur 200 pieds, un gars intelligent, dédié. Jacob, c'est un gars qu'on avait en haute estime, un joueur de centre qui est un «gamer». C'est une très belle acquisition pour nous autres.»

Pour le principal intéressé, c'était presque la réalisation d'un rêve. «J'étais super content, s'est exclamé Mathieu, quelques minutes après avoir été repêché. C'est une organisation où je voulais aller! Je ne peux pas espérer mieux. C'est une organisation que je suis depuis longtemps et que j'adore. L'Océanic a développé beaucoup de bons joueurs. Ils ont eu beaucoup de grands noms comme Alexis Lafrenière et Sidney Crosby. À mon avis, c'est une très bonne organisation, qui a beaucoup de potentiel.»

Jacob Mathieu est originaire de Saint-Prosper, dans la région de Chaudière-Appalaches. Il mesure 5 pieds 8 pouces et pèse 143 livres. Le joueur de centre de 16 ans nourrit de grandes ambitions. «Quand je vais arriver au camp, je vais essayer de faire de mon mieux, le plus possible. Mon but, c'est d'être là l'année prochaine et je vais faire tout ce qu'il faut pour ça.»

Serge Beausoleil en avait autant à dire sur son deuxième choix: Charles-Antoine Beauregard, 16 ans, qui a évolué au sein du Blizzard du Séminaire Saint-François, dans la ligue midget AAA. «C'est un ailier de puissance, un autre très bon patineur, un compétiteur.»

Charles-Antoine Beauregard du Blizzard du Séminaire Saint-François est le deuxième joueur à avoir été sélectionné au repêchage par l'Océanic.

Originaire de Québec, le joueur de 5 pieds 10 pouces et de 167 livres n'en revenait tout simplement pas d'avoir été sélectionné par l'équipe d'Alexis Lafrenière. «Ça a été incroyable! Je regardais ça avec mes amis. On était une dizaine. Tout le monde s'est jeté sur moi. Ils l'ont su avant moi! C'est vraiment un très beau moment. Je suis très content! Je pense que ça va bien aller, qu'on va bien prendre soin de moi pour me permettre d'être une meilleure personne et un meilleur joueur. Je n'ai pas peur, une fois que je serai rendu là.» Beauregard ne serait pas déçu que le calendrier de la saison soit retardé puisque cela lui laisserait du temps pour soigner une blessure qu'il traîne depuis septembre à l'adducteur gauche.

En ajoutant Alexandre Lefebvre des Vikings de Saint-Eustache et Charles-Édouard Grenier des Gaulois du Richelieu comme troisième et quatrième choix, le pilote de l'Océanic estime avoir mis la main sur quatre attaquants qui ont tous une caractéristique en commun: «à chaque fois qu'ils sont sur la patinoire, ils vont être dédiés et vont se donner au maximum comme on apprécie chez nous, à Rimouski».

À un cheveu d'échanger Bergeron

L'Océanic est passé à un cheveu d'échanger le défenseur Justin Bergeron. «C'est allé très loin, admet Serge Beausoleil. On sait que Justin est le meilleur arrière de 20 ans. Il a gagné la Coupe Memorial à 18 ans. On a payé très cher pour aller le chercher parce qu'on savait que ce serait un gars qui serait central dans la compétition. Évidemment, il est en demande. On était près d'une entente conditionnelle à ce que le joueur qu'on voulait soit là au 6e rang et ça n'a pas été le cas. En même temps, il manquait des choses pour peaufiner tout ça. On n'était pas à l'aise avec la transaction.»

À bien y penser, l'entraîneur-chef ne détesterait sûrement pas pouvoir compter sur le vétéran en début de saison pour élever les plus jeunes, bien que ce ne soit pas les joueurs de 20 ans qui manquent actuellement dans l'alignement! «Les cartes sont dans notre jeu, illustre Beausoleil. Ce sera à nous de les jouer en temps et lieu. Il nous reste à être patients. C'est la clé du succès!»